Sphenodon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sphenodon est un genre de rhynchocephales de la famille des Sphenodontidae. En français ils sont appelés sphénodon, tuatara, hattéria ou hattérie.

C'est un animal panchronique, aujourd’hui unique genre (avec une seule espèce actuelle Sphenodon punctatus) de l’ordre des rhynchocéphales (Rhynchocephalia), aussi appelés sphénodontes (Sphenodontia), qui étaient florissant il y a 200 millions d'années[1].

Malgré la ressemblance, ce n'est pas un lézard, mais un proche parent des squamates qui regroupent les lézards et les serpents. Cet animal possède un troisième œil et représente un témoignage de la séparation des lignées ayant abouti aux lépidosauriens (dont les lézards, serpents et sphénodons font partie) d'une part et aux archosauriens (oiseaux et crocodiliens, entre autres) d'autre part. Ce reptile est endémique de Nouvelle-Zélande. Les sphénodons forment la branche divergeant le plus précocement dans l'arbre phylogénétique actuel des lépidosauriens. Le cerveau et le mode de locomotion présentent des états de caractères ancestraux d'amphibiens et l'organisation du cœur est plus simple que chez les autres reptiles[2].

Cet animal menacé fait l'objet d'un programme de protection et de réintroduction en milieu naturel. Les Maori, qui le considéraient comme un messager divin, l'ont déclaré « taonga », c'est-à-dire trésor particulier.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Mensurations[modifier | modifier le code]

Tailles comparées d'un sphénodon et d'un humain.

Ce reptile a une très grande longévité, il peut vivre environ 60 ans mais le record de longévité en captivité, confirmé par une publication scientifique, est 77 ans[3]. La New Zealand Herpetological Society cite un individu de 90 ans[4], et un article de la BBC évoque même un sphénodon mâle de 111 ans, et une femelle de 80 ans[5].

Il ne s'arrête de grandir que vers l'âge de cinquante ans et le mâle est plus grand que la femelle : le Sphenodon punctatus adulte mâle mesure 61 centimètres de longueur en moyenne et les femelles 45 cm[6]. Le zoo de San Diego cite même une longueur record de 80 cm de la tête à la queue[7].

Les mâles peuvent peser plus d'un kilogramme, et les femelles plus de 500 g[6]. Le Sphenodon guntheri est un peu plus petit ; il peut dépasser un poids de 660 g[8].

Aspect général[modifier | modifier le code]

Cet animal a l'aspect d'un lézard ou plus précisément d'un Iguanidae, même si ce n'en est pas un. Le Sphenodon guntheri est d'une couleur brun vert qui se fond dans son environnement, tandis que le Sphenodon punctatus dispose d'une palette de couleurs plus élargie, allant du vert olive au rouge brique en passant par le gris et le rose sombre. Ces couleurs peuvent changer au cours de la vie de l'animal, puisqu'il mue au moins une fois par an (adultes)[9], voire trois ou quatre fois par an (juvéniles). Il présente une crête épineuse sur la nuque et le dos, plus prononcée chez le mâle. Il existe un dimorphisme sexuel chez les deux espèces de sphénodon[6].

Dimorphisme sexuel[modifier | modifier le code]

Le mâle est plus grand que la femelle, mais le dimorphisme sexuel ne s'arrête pas à cela : la crête épineuse située sur le dos, formée de replis triangulaires de peau et qui ne pique pas, est plus grande chez le mâle que chez la femelle ; le mâle peut l'ériger pour paraître plus impressionnant. De plus, l'abdomen du mâle est plus étroit que celui de la femelle[10].

Anatomie[modifier | modifier le code]

Squelette[modifier | modifier le code]

Ce reptile présente un certain nombre de particularités au niveau du squelette, dont certaines sont ancestrales et ont été conservées au cours de l'évolution.

Crâne[modifier | modifier le code]

Fenêtres temporales[modifier | modifier le code]
Crâne d'un sphénodon, montrant les deux fenêtres temporales.

Chez la plupart des diapsides, le crâne a été modifié au cours de l'évolution par rapport au modèle originel, visible sur les individus fossiles. Cependant, chez le sphénodon, toutes les caractéristiques originelles ont été préservées : son crâne présente deux ouvertures de chaque côté, appelées fenêtres temporales, avec des arches complètes. De plus, chez cette espèce, la mâchoire supérieure est solidement rattachée au crâne[6]. L'ensemble forme une structure très rigide et peu flexible. Les tortues (testudinées), dont le crâne ne possède aucune fenêtre temporale (anapsides), sont considérées comme les plus primitifs des amniotes, mais certaines recherches suggèrent qu'elles auraient pu perdre secondairement cet orifice temporal ; les sphénodons possèderaient dans ce cas des fenêtres temporales plus primitives que celles des tortues[6],[11],[12].

Mâchoires[modifier | modifier le code]

L'extrémité antérieure du maxillaire est en forme de bec et séparée du reste de la mâchoire par une encoche. Il n'y a qu'un seul rang de dents sur la mâchoire inférieure mais un double rang sur la mâchoire supérieure, le rang du bas s'engageant parfaitement entre les deux rangs du haut quand la bouche est fermée[6]. Cette disposition de la denture ne se trouve chez aucun autre reptile ; bien que de nombreux serpents aient eux aussi une double rangée de dents sur la mâchoire supérieure, leur disposition et leur fonction sont différentes de celles de la dentition du sphénodon. Les mâchoires, jointes par un ligament, mastiquent avec des mouvements antéro-postérieurs combinés avec les mouvements verticaux de cisaillement. La puissance de la morsure permet de cisailler de la chitine et de petits os[6].

Les « dents » du sphénodon sont en fait des saillies tranchantes de l'os de la mâchoire

Les dents du sphénodon ne sont pas renouvelées, car ce ne sont pas des structures individualisées comme des dents véritables, mais des projections tranchantes de l'os de la mâchoire[13]. À mesure que ses dents s'usent, le sphénodon vieillissant doit opter pour des proies plus tendres comme des vers de terre, des larves ou des limaces, et doit même, à terme, mâcher ses proies entre des mâchoires complètement lisses[14].

Colonne vertébrale et côtes[modifier | modifier le code]

La colonne vertébrale du sphénodon est constituée de vertèbres amphicoeles, c'est-à-dire présentant une face concave, en verre de montre, sur les côtés antérieur et postérieur[13]. Ces vertèbres sont habituelles chez les poissons et chez certains amphibiens, mais n'existent, chez les amniotes, que chez les sphénodons.

Le sphénodon possède des gastralia, aussi appelées côtes abdominales ou côtes gastriques[15], qui sont actuellement considérées comme un trait ancestral des diapsides. On les rencontre également chez certains lézards (chez qui elles sont essentiellement cartilagineuses), et chez les crocodiliens. Contrairement aux côtes thoraciques, elles ne sont jamais rattachées à la colonne vertébrale, mais peuvent être rattachées au sternum et/ou au bassin.

Les côtes thoraciques présentent une petite excroissance osseuse en forme de crochet, appelée processus unciné, sur la face externe de chaque côte[13]. On retrouve cette caractéristique chez les oiseaux ; mais les sphénodons sont les seuls tétrapodes actuels possédant à la fois des gastralia bien développées et des processus uncinés.

Chez les premiers tétrapodes, les gastralia et les côtes (munies de leur processus unciné), en complément d'autres éléments osseux comme les plaques osseuses de leur peau (ostéodermes) et les clavicules, auraient formé une sorte d'armure autour du corps de l'animal, protégeant le ventre et aidant à soutenir les intestins et autres organes internes. Ces particularités anatomiques sont probablement dérivées de structures impliquées dans la locomotion avant même que les vertébrés ne migrent des océans vers la terre ferme. Il est aussi possible que les gastralia soient impliquées dans les mouvements respiratoires chez les espèces primitives d'amphibiens et de reptiles aujourd'hui éteintes.

La ceinture pelvienne et la ceinture scapulaire, de même que les écailles et d'autres organes internes, ont une organisation différente de celle des lézards[16].

Sens et organes sensoriels[modifier | modifier le code]

Vision[modifier | modifier le code]

Les yeux sont capables d'accommoder indépendamment l'un de l'autre. Chaque œil possède une rétine particulière, qui contient un double jeu de cellules visuelles, pour la vision nocturne et diurne, et un tapetum lucidum qui reflète la lumière vers la rétine pour améliorer la vision nocturne. Il possède aussi une membrane nictitante protégeant l'œil.

Troisième œil[modifier | modifier le code]

Le tuatara est aussi connu pour posséder un troisième œil, dit « œil pariétal » ou « œil pinéal ». Il possède un cristallin, une cornée, une rétine à photorécepteurs de type bâtonnet, et une connexion nerveuse dégénérée avec le cerveau, ce qui suggère qu'il dérive d'un œil véritable. Cet œil pinéal n'est visible que chez les petits, qui présentent une partie translucide au centre du sommet du crâne. Après 4 à 6 mois, elle se couvre d'écailles opaques et de pigments[6]. Le rôle de ce troisième œil est inconnu, mais il pourrait être utilisé pour absorber les ultraviolets dans le but de synthétiser de la vitamine D[17], comme pour déterminer le rythme nycthéméral et aider à la thermorégulation[6]. De tous les tétrapodes actuels, le sphénodon est celui chez qui l'œil pinéal est le plus développé. Cet œil fait partie d'un complexe dont fait aussi partie la glande pinéale ou épiphyse, productrice de mélatonine[6]. Autre hypothèse : il a été démontré que, chez la salamandre, le complexe pinéal est utilisé pour percevoir la lumière polarisée, et détermine ainsi la position du soleil même s'il y a un couvert nuageux, aidant ainsi à la navigation[18].

Audition[modifier | modifier le code]

Le sphénodon possède, comme les tortues, les organes auditifs les plus simples des amniotes. Il n'a ni tympan, ni conduit auditif[13], et la cavité de l'oreille moyenne est remplie d'un tissu lâche, essentiellement adipeux. Le stapes (étrier) est en contact avec l'os carré (qui est inamovible) mais aussi avec l'os hyoïde et le squamosal. Les cellules ciliées de l'organe de Corti ne sont pas spécialisées, sont innervées par des fibres nerveuses à la fois afférentes et efférentes (motrices et sensitives) et ne réagissent qu'aux faibles fréquences. Même si les organes auditifs sont peu développés, sans oreille externe, les sphénodons réagissent tout de même à des fréquences variant de 100 à 800 Hz, avec une sensibilité maximale à 200 Hz pour 40 dB[19].

Comportement[modifier | modifier le code]

Thermorégulation et rythmes biologiques[modifier | modifier le code]

Animal terrestre, le sphénodon adulte est un reptile nocturne, bien qu'il s'expose souvent au soleil pour se réchauffer. Les petits sont diurnes, sans doute parce que les adultes sont cannibales ; ils se cachent sous des troncs d'arbres couchés ou des pierres. Les sphénodons peuvent prospérer à des températures très inférieures à celles tolérées par la majorité des reptiles, et ils hibernent pendant l'hiver austral[20]. Ils sont capables de maintenir leur activité à des températures aussi faibles que °C, tandis que des températures supérieures à 28 °C leur sont généralement fatales. La température optimale pour l'organisme du sphénodon varie de 16 à 21 °C, la plus faible chez les Reptiles[21]. La température corporelle interne des sphénodons est plus faible que celle des autres reptiles, variant de 5,2 à 11,2 °C durant la journée, alors que la plupart des reptiles ont une température corporelle de 20 °C[22]. Lorsque la température corporelle est faible, le métabolisme de l'animal ralentit.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Le guano des oiseaux de mer permet le maintien d'une population d'Invertébrés qui sont les proies principales du sphénodon. Ces proies sont des coléoptères, des sauterelles, des araignées ; mais le sphénodon peut aussi consommer des grenouilles, des lézards, ainsi que des œufs ou des oisillons ; il est même occasionnellement cannibale. Les œufs et oisillons des oiseaux de mer, nourriture disponible de façon saisonnière, pourraient fournir les acides gras essentiels nécessaires au sphénodon[6]. Cet animal mord tout ce qui l'approche et ne lâche pas facilement prise[23]. Il peut cependant être facilement capturé, en faisant entrer une balle de tennis, attachée à un lien, dans son terrier, puis en ramenant lentement la balle, avec le sphénodon qui a mordu dedans à la traîne[23].

Reproduction et croissance[modifier | modifier le code]

Tuatara juvénile (Sphenodon punctatus)

Le sphénodon a un taux de reproduction faible, il lui faut entre 7 et 13 ans pour atteindre la maturité sexuelle ; les femelles s'accouplent et pondent seulement environ tous les quatre ans[24].

Les accouplements ont lieu au milieu de l'été austral. Pendant la parade nuptiale, la peau du mâle est plus sombre ; il érige sa crête et s'exhibe devant la femelle. Il marche lentement en cercle autour d'elle, les pattes raides. Soit la femelle se soumet et permet au mâle de la monter, soit elle se réfugie dans son terrier[25]. Le mâle ne possède pas de pénis, fait unique chez les reptiles ; il s'accouple en soulevant la queue de la femelle et en plaçant son cloaque contre celui de sa partenaire. Le sperme est transféré de cloaque à cloaque, selon un processus semblable à celui des oiseaux[26].

Les œufs de sphénodon ont une coquille molle, parcheminée. La femelle Sphénodon met entre un et trois ans pour produire des œufs fécondables, et plus de sept mois pour former la coquille. Après la ponte l'incubation dure de 12 à 14 mois dans la nature, et 6 mois en incubateur. Ceci implique que la reproduction ne survient qu'à deux à cinq ans d'intervalle, soit le cycle de reproduction le plus lent chez les reptiles[6],[27],[26].

Chaque ponte présente une moyenne de six à neuf œufs (mais les valeurs extrêmes vont de un à dix-huit). Ces œufs mesurent de 22 à 27 mm de long pour 16 à 18 mm de large[28].

Le sexe des petits dépendra de la température d'incubation de l'œuf ; les œufs les plus chauffés auront tendance à produire des mâles et les moins chauffés des femelles. Des œufs incubés à 21 °C auront autant de chances de produire des mâles que des femelles. Mais à 22 °C, il y a 80 % de chances que le petit soit mâle, et 20 °C, 80 % de chances que le petit soit femelle[17]. Ceci montre que la détermination du sexe, chez le sphénodon, est liée à la fois par la génétique et par les facteurs de l'environnement[29].

Le sphénodon a sans doute le taux de croissance le plus faible de tous les Reptiles[6], car il grandit durant les 35 premières années de sa vie[17]. Sa durée de vie moyenne est 60 ans, mais on pense qu'il peut vivre plus de 100 ans[17].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Répartition des sphénodons en Nouvelle-Zélande. Légende (chaque point peut représenter jusqu'à sept îles) :
Carrés : Sphenodon guntheri.
Ronds : Sphenodon punctatus[30],[31],[32].

La seule espèce actuelle est endémiques de Nouvelle-Zélande. Elle se rencontre sur les îles et îlots au nord et au sud de l'île du Nord de la Nouvelle-Zélande (sur laquelle il n'existe plus en liberté) ; il est endémique de ce pays au climat tempéré et océanique. Le sphénodon est longtemps resté cantonné à 32 îles et îlots au large de l'île du Nord ; mais depuis quelques années, des tentatives d'introduction sur d'autres îles ont été menées avec succès (voir le paragraphe « Le sphénodon et l'homme »).

Certains oiseaux creusant des terriers, tels les pétrels, les prions, et les puffins partagent, pendant leur saison de nidification, l'habitat insulaire des sphénodons. Ces derniers utilisent les terriers des oiseaux comme abri, quand ils ne sont pas occupés, ou parfois creusent leur propre abri.

Classification systématique et évolution[modifier | modifier le code]

Les sphénodons, ou rhynchocéphales, constituent un groupe ancien de lépidosauriens et ne sont donc pas des lézards.

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (12 janvier 2013)[33] :

et l'espèce fossile

Des études récentes semblent démontrer que les trois populations distinctes de sphénodons qui subsistent encore de nos jours seraient soit à placer dans la même espèce, soit à placer dans trois espèces distinctes. La tendance, en 2010, est de considérer qu'il n'existe de nos jours qu'une seule espèce, Sphenodon punctatus, regroupant les trois populations[34],[35].

Lépidosauriens[modifier | modifier le code]

Le sphénodon, et le groupe actuellement le plus proche, les Squamata (incluant les lézards, les serpents et les Amphisbaenia), appartiennent au superordre des Lepidosauria, le seul taxon actuellement survivant parmi les Lepidosauromorpha. Les squamates et les sphénodons sont capables d'autotomie au niveau de la queue (c'est-à-dire de perdre le bout de leur queue quand ils sont menacés), et ont une fente cloacale transverse[6]. L'origine des sphénodons se situe probablement dans une branche proche de la séparation entre les Lepidosauromorpha et les Archosauromorpha. Bien que les sphénodons ressemblent aux lézards, cette similarité est principalement superficielle, puisque les Sphenodontidae possèdent plusieurs caractéristiques uniques dans le groupe des reptiles. La forme typique du lézard était très commune chez les premiers amniotes ; le plus vieux fossile connu de reptile, Hylonomus, ressemble superficiellement à un lézard actuel[36].

« Fossile vivant »[modifier | modifier le code]

Le sphénodon a été qualifié de « fossile vivant »[37], ce qui sous-entend qu'il est resté quasiment inchangé morphologiquement au cours de son histoire entière, soit approximativement 220 millions d'années[2]. Cependant, des travaux sur la taxonomie des Sphenodontia[38] ont montré que ce groupe a subi divers changements pendant le Mésozoïque. De nombreuses niches écologiques, actuellement occupées par les lézards, étaient à l'époque le fief des Sphenodontia. Il a même existé un groupe florissant de Sphenodontia aquatiques, connus sous le nom générique de Pleurosaurus, qui différaient nettement des sphénodons actuels. Ces derniers font preuve d'adaptation à un climat assez froid, ce qui leur permet de prospérer sur les îles autour de la Nouvelle-Zélande ; ces adaptations pourraient être des caractéristiques uniques, puisque leurs ancêtres Sphenodontia vivaient sous les climats beaucoup plus chauds du Mésozoïque.

Histoire de la classification du sphénodon[modifier | modifier le code]

Cladogramme montrant la parenté entre les diapsides[39]. Légende :
1. Sphénodons.
2. Lézards.
3. Serpents.
4. Crocodiles.
5. Oiseaux.
Les lézards constituent un groupe polyphylétique. La longueur des branches n'indique pas l'échelle des temps.

Les sphénodons furent à l'origine classés parmi les lézards en 1831, lorsque le British Museum reçut un crâne de cet animal[40]. Cette erreur de classification du genre Sphenodon persista jusqu'en 1867, année où Albert Günther, du British Museum, nota sur ce crâne des caractéristiques similaires aux oiseaux, aux tortues et aux crocodiles. Il proposa alors l'ordre des Rhynchocephalia (ce qui signifie tête à bec) pour classer le sphénodon (qu'il nomma Rhynchocephalus) et ses parents fossiles[41]. De nos jours, la plupart des auteurs préfèrent utiliser l'appellation Sphenodontia, ordre plus exclusif, réunissant les sphénodons et leurs plus proches parents éteints[42]. En effet, dans les années qui ont suivi la description de l'ordre des Rhynchocephalia, de nombreuses espèces disparates avaient été ajoutées à cet ordre. Ceci l'avait transformé en ce qu'on pourrait appeler un "taxon fourre-tout"[43]. En 1925, Williston proposa de créer l'ordre des Sphenodontia, n'incluant que le sphénodon et ses plus proches parents fossiles[43].

John Edward Gray proposa d'autres appellations latines pour la seule espèce alors connue : d'abord Sphaenodon punctata Gray en 1831, puis Hatteria punctata Gray en 1842 (qui donna naissance aux appellations francisées Hattérie ou Hattéria). Finalement, le nom latin a été fixé à Sphenodon punctatum Gray 1869. Les autres appellations étant considérées comme synonymes, mais non valides[44].

En 1990, Charles Hines Daugherty a publié les résultats de son étude de la génétique des sphénodons, dans laquelle il démontrait une forte divergence entre les individus formant la population des îles Brothers et les autres populations. Cela a mené au début des années 1990 à la validation de l'espèce Sphenodon guntheri, proposée dès 1877 par Walter Buller, mais jusque là largement ignorée[34].

Différentes espèces ?[modifier | modifier le code]

Sphenodon punctatus adulte

Du début des années 1990 au début des années 2010, on a considéré deux espèces actuelles de sphénodon : le Sphenodon punctatus et le beaucoup plus rare Sphenodon guntheri qui ne se trouve que sur les îles Brothers, dans le détroit de Cook[45]. Sphenodon punctatus fut nommé alors qu'une seule espèce était connue, ce qui explique pourquoi son nom est peu approprié. En effet, les deux espèces peuvent avoir des taches. Le Sphenodon guntheri a la peau de couleur olive tirant sur le marron avec des taches jaunâtres, tandis que le Sphenodon punctatus a une couleur souvent jaspée qui varie du vert olive au rose sombre ou au rouge brique en passant par le gris, mais toujours avec des taches blanches[46],[6],[9]. De plus, Sphenodon guntheri est nettement plus petit[8].

L'espèce Sphenodon punctatus a pour sa part été divisée en deux sous-espèces :

  • le sphénodon du détroit de Cook (qui ne possède pas de nom de sous-espèce en latin) qui vit sur des îles situées dans le détroit de Cook ou proches de ce dernier ;
  • le sphénodon du Nord (Sphenodon punctatus punctatus) qui vit sur des îles situées dans la bay of Plenty, et dans quelques îles situées encore plus au nord[47].

Une troisième espèce de sphénodon, actuellement éteinte, a été identifiée en novembre 1885 par William Colenso, à qui fut envoyé un individu en voie de fossilisation, provenant d'une mine de charbon. William Colenso appela cette nouvelle espèce Sphenodon diversum[48].

En 2010, une étude génétique plus poussée semble démontrer que cette subdivision du genre Sphenodon serait inappropriée et devrait donc être révisée à l'avenir (soit subdivisée en trois espèces actuelles, qui resteraient à déterminer, soit au contraire considérer qu'il n'existe qu'une seule espèce actuelle, ce qui reste à confirmer)[34],[49].

Étymologie[modifier | modifier le code]

« Sphenodon » dérive du grec σφήν / sphenos qui signifie coin et odon(t) qui signifie dent[50].

Le nom de l'espèce punctatus vient du latin et signifie couvert de points[51], et celui de l'espèce guntheri est en l'honneur d'Albert Günther.

Quant à l'appellation tuatara, elle dérive de la langue māori et signifie « pointes sur le dos »[17].

Le sphénodon et l'homme[modifier | modifier le code]

Statut et préservation[modifier | modifier le code]

Menaces pesant sur le sphénodon[modifier | modifier le code]

Sphénodon (marqué au niveau de la nuque) dans le sanctuaire animalier de Karori.

Le sphénodon a été classé parmi les espèces menacées depuis 1895[52],[53], bien que la seconde espèce, Sphenodon guntheri, ne fut déterminée (ou redécouverte ?) qu'en 1989[7]. La situation du Sphenodon guntheri est depuis 1994 considérée comme vulnérable par l'UICN[54].

Le sphénodon, comme beaucoup d'animaux natifs de Nouvelle-Zélande, est menacé par la destruction de son habitat, et par l'introduction accidentelle du rat polynésien.

Le genre Sphenodon était éteint sur l'île du Nord, et la population restante confinée sur 32 îles au large de celle-ci[47] jusqu'au premier lâcher de cet animal sur l'île du Nord, dans le sanctuaire animalier de Karori, sévèrement clôturé et surveillé[46].

Ces 32 îles étaient libres de toute présence de mammifères[47], difficiles d'accès et colonisées par un petit nombre d'espèces[55], ce qui tend à indiquer qu'un animal absent sur ces îles pourrait avoir été la cause de la disparition du sphénodon sur l'île principale. Cependant, le rat polynésien s'est récemment établi sur plusieurs de ces îles et le sphénodon y persiste, mais ne s'y reproduit plus[56],[57]. De plus, les sphénodons ont toujours été plus rares sur les îles habitées par les rats[57].

Le faible taux de reproduction de l'espèce est aussi une des causes de sa fragilité face aux menaces causées par les rats et la destruction de son habitat.

Du fait de la détermination du sexe des embryons par la température d'incubation des œufs, les scientifiques craignent que le réchauffement climatique induise un déséquilibre dans le sex ratio, en faveur des mâles[7].

Introductions et réintroductions dans un milieu naturel[modifier | modifier le code]

Cas de Sphenodon guntheri[modifier | modifier le code]
Les îles Brothers, dans le détroit de Cook, supportent une population d'environ 400 sphénodons.

Sphenodon guntheri est naturellement présent sur les petites îles Brothers du détroit de Cook, avec une population d'environ 400 individus. En 1995, 50 juvéniles et 18 adultes de cette espèce ont été déplacés jusqu'à Titi Island, et leur installation a été surveillée. Deux ans plus tard, plus de la moitié de ces animaux avait été recapturés, pesés, puis relâchés : tous avaient pris du poids, sauf un. En 1998, 34 juvéniles provenant d'élevages en captivité et 20 adultes capturés dans la nature furent de même transférés sur Matiu Island, un endroit plus accessible au public[31].

Fin octobre 2007, il a été annoncé que 50 sphénodons de cette espèce, collectés à l'état d'œufs sur l'île de Brothers, incubés jusqu'à éclosion à l'Université Victoria de Wellington, puis élevés pendant cinq ans au zoo de Wellington, avaient été relâchés sur Long Island, toujours dans le détroit de Cook[58].

Cas de Sphenodon punctatus[modifier | modifier le code]

Sphenodon punctatus est naturellement présent sur 29 îles, et sa population est estimée à 60 000 individus[6].

En 1996, 32 adultes de cette espèce ont été déplacés de Moutoki Island vers Whale Island. La capacité d'accueil de Whale Island est estimée à 8 500 individus, et cette île pourrait permettre au public de voir des sphénodons en liberté[31].

Un lâcher de Sphenodon punctatus sur l'île principale a eu lieu en 2005, dans le sévèrement surveillé et clôturé sanctuaire animalier de Karori[46]. Un second lâcher sur l'île principale a eu lieu en octobre 2007, lors duquel 130 individus supplémentaires ont été transférés de Stephens Island vers le Sanctuaire de Karori[59].

Éradication des rats[modifier | modifier le code]

Le Rat polynésien (Rattus exulans) est un animal nuisible pour les sphénodons, notamment par sa consommation des œufs

En 1990 et 1991, les sphénodons des îles Stanley, Red Mercury et Cuvier furent déplacés et maintenus en captivité pour permettre l'éradication des rats polynésiens sur ces îles. Ces trois populations se sont reproduites en captivité, et après une éradication réussie des rats, tous les individus (y compris les juvéniles nés pendant l'opération) retournèrent vers leur île d'origine.

Lors de la saison 1991 - 1992, on découvrit que Little Barrier Island ne possédait plus que huit sphénodons, qui furent placés en captivité sur place. Les femelles produisirent 42 œufs, qui furent incubés à l'université Victoria. La progéniture obtenue fut maintenue en captivité sur l'île et dans le Recovery Plan de 2001-2011, publié en 2001, il est mentionné que l'éradication des rats sur cette île était imminente[31].

Les rats furent éradiqués de Middle Chain Island en 1992, de Whatupuke en 1993, de Lady Alice Island en 1994, et de Coppermine Island en 1997. Suite à ce programme, on a pu de nouveau voir des juvéniles sur ces trois dernières îles. Pour comparaison, en 2007, les rats demeurent toujours sur Hen Island, du même groupe d'îles, et aucun juvénile n'a été vu là depuis au moins 2001. Middle Chain Island ne présente pas de sphénodons, mais on pense qu'il est possible que les rats fassent la traversée à la nage entre Middle Chain et d'autres îles qui, elles, présentent des sphénodons, aussi les rats ont-ils été éradiqués pour empêcher cela[31].

D'autres éradications de ces rongeurs ont été effectuées sur l'île Rangitoto à l'est de l'île d'Urville, afin de préparer le terrain au lâcher, en 2004, de 432 juvéniles de la sous-espèce sphénodon du détroit de Cook, qui avaient été élevés à l'université Victoria depuis 2001[31].

Élevage en captivité[modifier | modifier le code]

Les tuataras du sanctuaire animalier de Karori sont marqués pour faciliter leur identification.

Il existe plusieurs programmes d'élevage du sphénodon en Nouvelle-Zélande. Le Southland Museum and Art Gallery d'Invercargill fut le premier organisme à avoir un programme d'élevage de sphénodon ; ils élèvent plus particulièrement des Sphenodon punctatus. Le zoo de Hamilton et le zoo de Wellington pratiquent aussi l'élevage conservatoire. L'université Victoria maintient un programme de recherche concernant l'élevage en captivité, et le Mount Bruce Wildlife Centre détient un couple et des juvéniles. Le WildNZ Trust, organisme de charité néo-zélandais, a lui aussi un enclos d'élevage de sphénodons à Ruawai[60].

Importance culturelle[modifier | modifier le code]

  • Le sphénodon figure dans plusieurs légendes autochtones, où il est vu comme un ariki (forme divine). Les sphénodons sont considérés comme des messagers de Whiro, le dieu de la mort et du désastre. Selon Margaret Rose Orbell, le tuatara aurait été moins tapu que le gecko, et aurait été utilisé comme nourriture, mais avec des restrictions : lorsque les hommes partaient chasser cet animal, tous les gens du village devaient s'abstenir de manger, sous peine de mettre le tuatara en colère et de l'inciter à attaquer les chasseurs. De plus, il était interdit aux femmes Māori de le manger, car, leur mana étant trop faible, elle risquait des représailles de la part des tuataras[61]. Selon la croyance, les sphénodons indiquent où se situent les tapus (lieux tabous des Maoris néo-zélandais)[62]. Les femmes māori se tatouent parfois des images de lézards, dont certains pourraient représenter des sphénodons, près de leurs organes génitaux[62]. De nos jours, les sphénodons sont considérés comme des taonga (trésors particuliers)[63].
  • Tuatara fut le nom du magazine de l'université Victoria de Wellington, Journal of the Biological Society of Victoria University College, publié de 1947 jusqu'en 1993[64].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Gray, 1831 : Note on a peculiar structure in the Head of an Agama. Zoological Miscellany, vol. 1, p. 13-14 (texte intégral).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dick Lutz, Tuatara. A Living Fossil, Salem, Oregon, DIMI PRESS,‎ 2005 (ISBN 0-931625-43-2)
  • (en) Mary McKintyre, Conservation of the Tuatara, Wellington, Victoria University Press,‎ 1997 (ISBN 978-0-86473-303-0, OCLC 39915490)
  • (en) D. G. Newman, Tuatara. Endangered New Zealand Wildlife Series, Dunedin, Nouvelle-Zélande, John McIndoe,‎ 1987 (ISBN 0-86868-098-2)
  • (en) Brian Parkinson, The Tuatara, Auckland, Reed Children’s Books,‎ 2000, poche (ISBN 978-1-86948-831-4, LCCN 00341200)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Organisations compétentes[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande

Drapeau de l'Australie Australie

Drapeau de l’Union européenne Europe

Drapeau des États-Unis États-Unis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Burnie David, Don E. Wilson, Animal: The Definitive Visual Guide to the World's Wildlife, New York, DK Publishing Inc.,‎ 2001, 375 p. (ISBN 0-7894-7764-5)
  2. a et b (en) Matt Russell, « Tuatara, Relics of a Lost Age », Cold Blooded News, Colorado Herpetological Society,‎ 1998 (consulté le 19-05-2006).
  3. C. J. Goin, O. B. Goin, G. R. Zug, Introduction to Herpetology, 3e édition, W. H. Freeman and Company, San Francisco, 1978
  4. Reptiles and amphibians in captivity - Longevity, sur le site www.pondturtle.com.
  5. (en) « Reptile 'first-time' dad at 111 »
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) Cree, Alison (dir.), The new encyclopedia of reptiles and amphibians, Oxford, Oxford University Press,‎ 2002, 210-211 p. (ISBN 0-19-852507-9), « Tuatara »
  7. a, b et c (en) « Reptiles:Tuatara, Zoological Society of San Diego »,‎ 2007
  8. a et b (en) Brian Gill, Tony Whitaker, New Zealand Frogs and reptiles., David Bateman publishing,‎ 1996, 22-24 p. (ISBN 1-86953-264-3)
  9. a et b Lutz 2005, p. 16
  10. (en) « Tuataras sur Animal Corner »,‎ 2007
  11. (en) O. Rieppel, M. DeBraga, « Turtles as diapsid reptiles », Nature, vol. 384,‎ 1996, p. 453-455
  12. (en) R. Zardoya, A. Meyer, « Complete mitochondrial genome suggests diapsid affinities of turtles. », PNAS, vol. 95, no 24,‎ 1998, p. 14226-14231 (lire en ligne)
  13. a, b, c et d Lutz 2005, p. 27
  14. (en) Christine Mlot, « Return of the Tuatara:A relic from the age of dinosaurs gets a human assist », Science News, Science News,‎ 8 novembre 1997 (consulté le 24 mai 2007).
  15. « Site du Zoo de Berlin : Tuatara » (consulté en 11 septembre 2007).
  16. (en) « Tuatara Reptile, New Zealand » (consulté le 31-12-2007).
  17. a, b, c, d et e (en) « The Tuatara », Kiwi Conservation Club: Fact Sheets, Royal Forest and Bird Protection Society of New Zealand Inc.,‎ 2007 (consulté le 02-06-2007).
  18. (en) Halliday, Tim R. (dir.), The new encyclopedia of reptiles and amphibians, Oxford, Oxford University Press,‎ 2002, 52 p. (ISBN 0-19-852507-9), « Salamanders and newts: Finding breeding ponds »
  19. (en) Melissa Kaplan, « Reptile Hearing », Melissa Kaplan's Herp Care Collection,‎ 06-09-2003 (consulté le 24-07-2006).
  20. (en) « Tuatara: Facts », Southland Museum,‎ 18-01-2006 (consulté le 02-06-2007).
  21. (en) Bruce Musico, « Sphenodon punctatus », Animal Diversity Web, University of Michigan Museum of Zoology,‎ 1999 (consulté le 22-04-2006).
  22. (en) Thompson MB and Daugherty CH, « Metabolism of tuatara, Sphenodon punctatus », Comparative biochemistry and physiology A, vol. 119,‎ 1998, p. 519-522 (résumé)
  23. a et b Lutz 2005, p. 24
  24. (en) Cree et al, « Reproductive cycles of male and female tuatara (Sphenodon punctatus) on Stephens Island, New Zealand », Journal of Zoology, vol. 226,‎ 1992, p. 199-217
  25. C. Gand, J. C. Gillingham et D. L. Clark, « Courtship, mating and male combat in Tuatara, Sphenodon punctatus », Journal of Herpetology, vol. 18, no 2,‎ 1984, p. 194-197 (résumé)
  26. a et b Lutz 2005, p. 19-20
  27. (en) Anthony Patrick Russell, Aaron M. Bauer, Wayne Lynch, The amphibians and reptiles of Alberta : A Field Guide and Primer of Boreal Herpetology, University of Calgary Press,‎ 2000, 2e éd., 278 p. (ISBN 1552380386, lire en ligne), page 20
  28. Barbara Blanchard, « Tuatara captive management plan and husbandry manual », sur www.doc.govt.nz, Department of Conservation, Wellington, New Zealand,‎ juin 2002 (consulté le 23-07-2009).
  29. A. Cree, M. B. Thompson, C. H. Daugherty, « Tuatara sex determination », Nature, vol. 375,‎ 1995, p. 543 (DOI 10.1038/375543a0)
  30. (en) C. H. Daugherty, A. Cree, J. M. Hay, M. B. Thompson, 1990 : Neglected taxonomy and continuing extinctions of tuatara (Sphenodon). Nature, vol. 347, p. 177-179 lien DOI ] 
  31. a, b, c, d, e et f (en) Peter Gaze, « Tuatara recovery plan 2001-2011 », Threatened Species Recovery Plan 47, Biodiversity Recovery Unit, Department of Conservation, Government of New Zealand,‎ 2001 (consulté en 2 juin 2007). ISBN 0-478-22131-2.
  32. (en) Anne Beston, « New Zealand Herald: Tuatara Release »,‎ 25-10-2003 (consulté le 11-09-2007).
  33. Reptarium Reptile Database, consulté le 12 janvier 2013
  34. a, b et c (en) Hilary Miller, « Tuatara: one species or two ? », The New Zealand Herald,‎ 23 août 2010 (lire en ligne)
  35. Department of Conservation (DOC), « Reptiles & frogs ; Sphenodon punctatus », sur www.doc.govt.nz, New Zealand Government (consulté le 21 avril 2011).
  36. « Hylonomus lyelli », Symbols, Province of Nova Scotia,‎ 2003 (consulté le 24-05-2007).
  37. (en) « Tuatara », New Zealand Ecology: Living Fossils, TerraNature Trust,‎ 2004 (consulté le 10-11-2006).
  38. (en) Xiao-Chun Wu (dir.), Late Triassic-Early Jurassic sphenodontians from China and the phylogeny of the Sphenodontia, Cambridge University Press, coll. « the Shadow of the Dinosaurs: Early Mesozoic Tetrapods »,‎ 1994 (ISBN 0-521-45242-2)
  39. Fry B. G., Vidal N., Norman J. A., Vonk F. J., Scheib H., Ramjan R., Kuruppu S., Fung K., Hedges S. B., Richardson M. K., Hodgson W. C., Ignjatovic V., Summerhayes R. et Kochva E., « Early evolution of the venom system in lizards and snakes », Nature,‎ novembre 2005 (DOI 10.1038/nature04328)
  40. Lutz 2005, p. 42
  41. Lutz 2005, p. 43
  42. (en) « Lepidosauromorpha: Lizards, snakes, Sphenodon, and their extinct relatives. », The Tree of Life Web Project, Tree of Life Web Project,‎ 1995 (consulté le 27-07-2006).
  43. a et b (en) Nicholas Fraser, Hans-Dieter Sues (eds), "Phylogeny" In the Shadow of the Dinosaurs: Early Mesozoic Tetrapods, Cambridge University Press,‎ 1994 (ISBN ISBN 0-521-45242-2[à vérifier : isbn invalide])
  44. ITIS & Species 2000, « Sphenodon punctatus » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Catalogue of Life: 2009 annual checklist, sur www.catalogueoflife.org. Consulté le 4 août 2009.
  45. (en) « Tuatara - Sphenodon punctatus », Science and Nature: Animals, sur www.bbc.co.uk (consulté le 28-02-2006).
  46. a, b et c « Tuatara Factsheet (Sphenodon punctatus) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Sanctuary Wildlife, Karori Sanctuary Wildlife Trust. Consulté le 2 juin 2007.
  47. a, b et c (en) « Facts about tuatara », Conservation: Native Species, Threatened Species Unit, Department of Conservation, Government of New Zealand (consulté en 10 février 2007).
  48. (en) W. Colenso, « Notes on the Bones of a Species of Sphenodon, (S. diversum, Col.,) apparently distinct from the Species already known. », Transactions and Proceedings of the Royal Society of New Zealand, vol. 18,‎ 1885, p. 118-128 (lire en ligne)
  49. [PDF] (en) Jennifer M. Hay, Stephen D. Sarre, David M. Lambert, Fred W. Allendorf et Charles H. Daugherty, « Genetic diversity and taxonomy: a reassessment of species designation in tuatara (Sphenodon: Reptilia) », Conservation genetics, vol. 11, no 3,‎ juin 2010, p. 1063-1081 (ISSN 1566-0621, lire en ligne)
  50. Définitions lexicographiques et étymologiques de « sphénodon » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  51. (en) William T Stearn, Botanical Latin, Portland, Oregon, Timber Press Inc,‎ 2004, 476 p. (ISBN 0-88192-627-2, lire en ligne)
  52. (Newman 1987)
  53. (en) Allison Cree, David Butler, « Tuatara Recovery Plan », Threatened Species Recovery Plan Series No.9, Threatened Species Unit, Department of Conservation, Government of New Zealand,‎ 1993 (consulté en 2 juin 2007). ISBN 0-478-01462-7.
  54. Sphénodon, UICN.
  55. Lutz 2005, p. 59-60
  56. Crook, I. G., « The tuatara, Sphenodon punctatus Gray, on islands with and without populations of the Polynesian rat, Rattus exulans (Peale) », Proceedings of the New Zealand Ecological Society, vol. 20,‎ 1973, p. 115-120 (lire en ligne)
  57. a et b Cree, A., Daugherty, C. H., et Hay, J. M., « Reproduction of a rare New Zealand reptile, the tuatara Sphenodon punctatus,on rat-free and rat-inhabited islands », Conservation Biology, vol. 9,‎ 1995, p. 373-383 (DOI 10.1046/j.1523-1739.1995.9020373.x)
  58. (en) « Rare tuatara raised at Wellington Zoo »,‎ 29 octobre 2007
  59. (en) « 130 tuatara find sanctuary », The Dominion Post,‎ 20 octobre 2007 (lire en ligne)
  60. Wildnz Trust., « Wildnz Trust Achievements », sur www.wildnz.org (consulté le 28-07-2009).
  61. (en) Margaret Rose Orbell, The natural world of the Maori, Collins en association avec David Bateman,‎ 1985, 230 p. (ISBN 0002172194), cité dans (en) David Williams, Matauranga Maori And Taonga, The Nature and Extent of Treaty Rights Held by Iwi and Hapu in Indigenous Flora and Fauna, Waitangi Tribunal Publication,‎ 2001, 148 p. (ISBN 0-908810-53-9, page 113 lire en ligne)
  62. a et b Kristina M. Ramstad, N. J. Nelson, G. Paine, D. Beech, A. Paul, P. Paul, F. W. Allendorf, C. H. Daugherty, « Species and Cultural Conservation in New Zealand: Maori Traditional Ecological Knowledge of Tuatara », Conservation Biology, vol. 21, no 2,‎ 2007, p. 455–464 (DOI 10.1111/j.1523-1739.2006.00620.x)
  63. Lutz 2005, p. 64
  64. Tuatara: Journal of the Biological Society | NZETC
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 13 août 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.