Chitine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chitine
Motif de chitine.
Motif de chitine.
Identification
No CAS 1398-61-4
No EINECS 215-744-3
SMILES
Propriétés chimiques
Formule brute C8H13NO5(C8H13NO5)n
Masse molaire[1] 203,1925 ± 0,009 g/mol
C 47,29 %, H 6,45 %, N 6,89 %, O 39,37 %,
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

La chitine est une molécule de la famille des glucides, et de formule (C8H13NO5)n. C'est un polymère de N-acetylglucosamine, une molecule dérivée du glucose. Elle est synthétisée par des glandes spéciales (glandes à chitines) de nombreuses espèces. La chitine joue un rôle structural essentiel chez plusieurs taxons d'eucaryotes, notamment les champignons macroscopiques et levures[2], chez mycorhizes[3] et les lichens[4] et chez les arthropodes. Elle constitue notamment les cuticules externes des insectes et les carapaces des crustacés, dont par exemple Goliathus giganteus[5] ou encore dans la Coquille de céphalopodes (Nautile par exemple) et de nombreux mollusques (C'est aussi un des composants de la nacre[6] et des pseudonacres qui constituent l'intérieur de certaines coquilles et les perles des huîtres perlières ou de la moule perlière d'eau douce[6]. Chez les bivalves elle est cependant présente en proportion très variable selon l'espèce[6]. On la trouve aussi chez de nombreux microorganismes, par exemple dans la cuticule qui protège les œufs de rotifères[7]

Les cuticules et éléments chitineux des yeux et de l’exosquelette de cette cigale en train de passer du stade nymphe au stade imago vont rapidement se polymériser et durcir

Étymologie[modifier | modifier le code]

Chitine vient du mot grec χιτών signifiant « tunique », par analogie entre la coquille des arthropodes et le vêtement.

Biochimie[modifier | modifier le code]

La chitine est blanche, souple, perméable à l'air et à l'eau. Ce n'est donc pas elle qui rend dure ni imperméable la cuticule des arthropodes, ni lui donne sa couleur.

Historiquement, les scientifiques ont d'abord remarqué la présence de "substances amylacées" [8] chez certains animaux puis ils ont constaté que la chitine semblait remplacer la cellulose (des végétaux) chez les champignons.

La cellulose peut être chimiquement découpée en molécules de glucose et par des réactifs, et avec presque les mêmes réactifs, la chitine peut être découpée en molécules de glucosamines. C’est effectivement le même type de liaison que celui qui relie les groupes de glucoses dans la molécule de cellulose. Certains biologistes, dans les années 1930 en ont déduit qu'il devait exister une sorte de parallélisme physico-chimique entre ces deux molécules[9], voire pour leurs rôles fonctionnel dans les organismes.

La chitine est un polysaccharide issu de la polymérisation de N-acétylglucosamine liés entre eux par une liaison du type β-1,4.

Biosynthèse et rôle biologique[modifier | modifier le code]

La chitine est très commune dans le monde animal[10]. C'est l'un des constituants de la cuticule des insectes, des araignées et des crustacés, elle a ainsi un rôle protecteur. Associée à du carbonate de calcium, elle devient rigide et forme alors l'exosquelette des crustacés.
La chitine retrouvée dans la cuticule des Arthropodes est la chitine alpha dans laquelle les chaînes de chitine sont reliées de manière antiparallèle par des liaisons hydrogènes. Chez les Brachiopodes, les Céphalopodes et les Annélides on retrouve de la chitine béta dans laquelle les chaînes de chitine sont cette fois reliées de manière parallèle par les liaisons hydrogènes. La chitine gamma est plus rare, on la retrouve chez les Brachiopodes.

Chez les champignons, la chitine est un constituant essentiel de la paroi latérale qui entoure et protège les cellules fongiques vis-à-vis de l'environnement. La chitine participerait notamment à la rigidité de la paroi fongique. Le polymère de chitine d'origine biologique est synthétisé avec la participation d'un enzyme dit « chitine synthase » (CHS), lequel peut être utilisé comme marqueur biologique de la biomasse fongique[11]. Chez la levure du boulanger (Saccharomyces cerevisiae), plusieurs activités CHS synthétisent de la chitine à des localisations intracellulaires différentes et à des étapes particulières du bourgeonnement de ce champignon unicellulaire.

La chitine est synthétisée par divers animaux unicellulaires ou métazoaires, surtout dans les groupes zoologiques de la lignée des Coelomates Spiralia et principalement en milieu marin[12]. Les crustacés marins semblent en être la première source.

Productivité marine : Dans les années 1980, des scientifiques ont cherché à estimer et comparer la quantité de chitine produite par le plancton de la baie de Calvi[13], en Corse, le krill de l'arctique et de l'antarctique, une population de langoustes des côtes de l'Afrique du Sud, et « les communautés benthiques infralittorales à algues photophiles des côtes rocheuses de la Corse »[12] ; curieusement pour chacune de ces situations écologiquement et géographiquement très différente, la quantité a été estimée à peu près identique : environ 1g de chitine par an et par m2 de substrat rocheux ou de surface d'océan[12].
Si l'on extrapole ces chiffres, les crustacés produiraient à eux-seuls environ ± 2,3 milliards de tonnes de chitine par an dans les océans[12].

Écologie, cycle[modifier | modifier le code]

Notamment en mer, elle joue un rôle dans les cycles biogéochimiques du carbone et de l'azote.

La chitine des champignons est facilement dégradée, mais la chitine polymérisée et associés à certains minéraux et métaux constitue un polymère très résistant, par exemple dans les coquilles de bivalves.

Certains enzymes (chitinases[14]) du tractus digestif de certains prédateurs la digèrent (oiseaux et mammifères par exemple[15]). Ces enzymes peuvent aussi être produits par la flore intestinale de l'hôte, par exemple par la flore intestinale bactérienne de l'escargot Helix Pomatia[16] qui peut ainsi digérer les champignons.

Le fait de détecter de la chitine dans un organisme ne signifie pas toujours qu'il l'ait produite lui-même ; elle peut provenir de sa nourriture[17] ou d'une endoflore[16] qui en sécrète

La chitine des cadavres d'insectes ou crustacés est plus ou moins rapidement dégradée dans les écosystèmes, par des communautés de microorganismes et de bactérie[18].

Les observations faites au microscope électronique montrent que certains polluants (métaux lourds tels que Cd, Cu, Cr, Zn et Pb par exemple) peuvent interférer avec la biosynthèse de la chitine et dégrader la nacre de bivalves (phénomène étudié chez l’anodonte du cygne de la famille des unionidae)[19]. Ceci pourrait laisser penser que certaines parasitoses affectant les huîtres et leurs coquilles pourraient être facilitées par une contamination des coquilles par certains métaux lourds (contamination effectivement constatée).

Utilisation[modifier | modifier le code]

En raison de ses qualités cette molécule intéresse les industriels, pour des usages actuels et attendus dans le futur[20].

Ce composé organique est généralement bien supporté par les tissus biologiques et est donc utilisé en cosmétique ou dans le traitement des brûlures car il a des propriétés cicatrisantes. Il peut se présenter sous la forme d'une peau artificielle se présentant comme un tissu qui est appliqué sur la plaie et n'a pas besoin d'être renouvelé car il est biodégradé jusqu'à la formation d'un nouvel épiderme. Il peut être appliqué pour les pansements cornéens. En chirurgie, il est utilisé pour les fils chirurgicaux en raison de sa résistance et de sa flexibilité.

La chitine est également utilisée comme adsorbant pour capter certains éléments (le cadmium en solution dans l'eau par exemple[21], plus ou moins bien selon le pH[21]) ou filtrer les eaux usées[22] : elle forme des chaînes ionisables qui permettent de fixer les éléments métallique ou organiques en suspension (voir chitosan).

Elle est aussi insérée dans l'alimentation industrielle (« fabrication » de jus), en tant qu'auxiliaire technologique[23].

Elle peut être filée[24] ou moulée, pure ou modifiée.

Le processus de biosynthèse de cette macromolécule par les insectes est la cible de certains pesticides chimiques dits inhibiteurs de la synthèse de la chitine, comme l'Andalin[25] ou l'Alsystine notamment utilisés contre le moustique Culex pipiens[26] ou le diflubenzuron, non sans risques d'effets secondaires sur des espèces non-cibles[27] (crustacés aquatiques par exemple)[28].

Quantités disponibles[modifier | modifier le code]

La chitine serait le second polymère le plus synthétisé dans le monde vivant derrière la cellulose.

Sa production annuelle mondiale par les crustacés marins est estimée à 2,3.109 t (~1 g/an/m2)[29] dont :

On estime que 75 000 t/an de chitine pourraient être fournies par les captures de crustacés à l’échelle mondiale[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Moulki, H., & Bonaly, R. (1974). Étude des parois de levures du genre rhodotorula ; IV. variation de la teneur en chitine. Biochimica et Biophysica Acta (BBA)-General Subjects, 338(1), 120-134.
  3. Vignon C, Plassard C, Mousain D, & Salsac L (1986), Assay of fungal chitin and estimation of mycorrhizal infection. Physiologie végétale, 24(2), 201-207 (résumé Inist-CNRS
  4. Boissière, J. C. (1967), La chitine chez quelques lichens: mise en évidence, localisation. In Mémoires Société Botanique de France. Colloque sur les lichens et la symbiose Lichénique. Paris (pp. 141-150).
  5. Meyer, K. H., & Pankow, G. W. (1935). Sur la constitution et la structure de la chitine. Helvetica Chimica Acta, 18(1), 589-598.
  6. a, b et c Goffinet, G.; Jeuniaux, Ch. (1979), Distribution et importance quantitative de la chitine dans les coquilles de mollusques = Distribution and quantitative importance of chitin in mollusc shells ; . Cah. Biol. Mar. 20(3): 341-349 In: Cahiers de Biologie Marine. Station Biologique de Roscoff: Roscoff. ISSN 0007-9723 (résumé)
  7. Depoortere, H., & Magis, N. (1967). Mise en évidence, localisation et dosage de la chitine dans la coque des oeufs de Brachionus leydigii Cohn et d’autres rotiferes. In Annales de la Société Royale Zoologique de Belgique (Vol. 97, pp. 187-195).
  8. Rouget, C. (1859). Des substances amylacées dans le tissu des animaux, spécialement les articules (Chitine). Compt Rend, 48, 792.
  9. Kurt H. Meyer, H. Wehrli (1937) ; Comparaison chimique de la chitine et de la cellulose, mis en ligne 2004-10-24 ; DOI:10.1002/hlca.19370200156 ;Verlag GmbH & Co. KGaA, Weinheim  ; Helvetica Chimica Acta, Volume 20, Issue 1, pages 353–362
  10. Jeuniaux, C. (1982). La chitine dans le règne animal. Société Zoologique de France, Institute Oceanographique.
  11. Gay L, Hebraud M, Girard V, & Fevre M. (1988), La chitine synthase de Neocallimastix frontalis, un marqueur enzymatique de la biomasse fongique. Reproduction Nutrition Développement, 28(Suppl. 1), 69-70.(lien vers l'article (payant)
  12. a, b, c et d Jeuniaux, C., Voss-Foucart, M. F., & Bussers, J. C. (1993). La production de chitine par les crustacés dans les écosystèmes marins. Aquatic Living Resources, 6(04), 331-341. (résumé)
  13. Gervasi, E., Jeuniaux, C., & Dauby, P. (1987, June). Production de chitine par les crustacés du zooplancton de la baie de Calvi (Corse). In Aspects récents de la biologie des crustacés. Concarneau (France), 6 Juin 1987.
  14. Jeuniaux, C. (1951), Une méthode de dosage des chitinases. Archives Of Physiology And Biochemistry, 59(2), 242-244.
  15. Jeuniaux, C. (1962). Digestion de la chitine chez les oiseaux et les mammifères. Ann. Soc. Zool. Belg, 92, 27-45.
  16. a et b Jeuniaux, C. (1950). Mise en Évidence Dune Flore Bactérienne Chitinolytique Dans le Tube Digestif de L'Esgargot («Helix Pomatia L»). Archives Of Physiology And Biochemistry, 58(3), 350-351.
  17. Dauby, P., & Jeuniaux, C. (1986). Origine exogène de la chitine décelée chez les Spongiaires. Cah Biol Mar, 28, 121-129
  18. Gooday GW (1990), "The ecology of chitin degradation" ; Advances in microbial ecology ; ISSN:147-4863, vol. 11, pp. 387-430 (44 pages) ; lien INIST-CNRS
  19. MOURA G, VILARINHO L, GUEDES R, & MACHADO J (1999). The action of some heavy metals on the calcification process of Anodonta cygnea (Unionidae): nacre morphology and composition changes. Haliotis, 29, 43-53. (résumé Inist-CNRS)
  20. Seng, J. M. (1988). Chitine, chitosane et dérivés: de nouvelles perspectives pour l'industrie. Biofutur, 71, 40-44.
  21. a et b Benguella, B., & Benaissa, H. (2001), Sorption du cadmium en solution par une chitine : effet du pH. Récents Progrès en Génie des Procédés, 15(86), 451-458.
  22. Benguella, B. (1999), Thèse de magister intitulée Elimination du cadmium en solution aqueuse par un matériau biosorbant: la chitine, soutenue à l'University de Tlemcen.
  23. Codex alimentarius, « Répertoire des auxiliaires technologiques », sur http://www.codexalimentarius.net,‎ 2010 (consulté en 17 juil.2010)
  24. Tokura S, Nishi N, Nishimura SI, & Somorin O (1983), Lysozyme-accessible fibers from chitin and its derivatives. Sen'i Gakkaishi, 39(12), T507-T511 (résumé Inist/CNRS).
  25. N. Soltani and N. Rehimi, “Laboratory Evaluation of Andalin, A New Insecticide Interfering with Cuticle Deposition, against Culex pipiens,” Journal Algérien de Medecine, Vol. 11, 2001, pp. 28-33.
  26. N. Rehimi and N. Soltani, “Laboratory Evaluation of Alsystine. A Chitin Synthesis Inhibitor, against Culex pipiens L. (Diptera Culicidae): Effects on Development and Cuticle Secretion,” Journal of Applied Entomology, Vol. 123, No. 7, 1999, pp. 437-441. doi:10.1046/j.1439-0418.1999.00388.x
  27. N. Zaidi and N. Soltani (2011), “Environmental Risks of Two Chitin Synthesis Inhibitors on Gambusia affinis: Chronic Effects on Growth and Recovery of Biological Responses” ; Biological Control, Vol. 59, pp. 106-113. doi:10.1016/j.biocontrol.2011.04.001
  28. Morsli, M. S., & Soltani, N. (2003). Effets d’un insecticide inhibiteur de la synthèse de la chitine, le diflubenzuron, sur la cuticule de la crevette Penaeus kerathurus. J. Rech. Oceanogr, 28(1-2), 85-88
  29. (en) Jeuniaux C., Voss-Foucart M-F., Bussers J-C., « La production de chitine par les crustacés dans les écosystèmes marins », Aquat. Living Resour. 6, pp.331-341,‎ 09-04-1993
  30. Nanotechnologies for Bio-inspired polySaccharides: biological 'decoys' designed as knowledge-based, multifunctional biomaterials NanoBioSaccharides consulté le 03-02-2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanloz R, & Forchielli E (1950), Recherches sur l'acide hyaluronique et les substances apparentées III. La détermination de la structure de la chitine par oxydation avec l'ion periodate. Helvetica Chimica Acta, 33(6), 1690-1697 (résumé).
  • Bussers JC., & Jeuniaux, C. (1974). Recherche de la chitine dans les productions métaplasmatiques de quelques ciliés. Protistologica, 10, 43-46.
  • Jeuniaux C (1964). Chitine libre et chitine masquée dans les structures squelettiques d'invertébrés. Archives internationales de physiologie.
  • Quillet M, & Priou ML (1963). Sur la présence de la chitine dans les membranes de quelques Algues rouges: Céramiacées et Lomentariacées. Compt. Rend. Hebd. Séances Acad. Sci, 256, 2903-2905.

Article connexe[modifier | modifier le code]