Son cubain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Son (cubain)

Origines stylistiques changui
Origines culturelles Cuba
Instruments typiques tres, bongos, basse; Son montuno : piano, congas, section cuivre
Popularité années 1900-années 2000
Scènes régionales Cuba
Voir aussi Buena Vista Social Club

Genres dérivés

songo

Genres associés

salsa

Le son est un genre musical cubain apparu entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

Origines[modifier | modifier le code]

Dérivé du Changui que Nené Manfugas a introduit à Guantánamo puis en 1882 au carnaval de Santiago de Cuba, joué à ses débuts par un trio de musiciens : un tres, un bongo et un instrument de basse (la marimbula au début).

Le « son cubain » est fondé sur un rythme à quatre temps. Il n'a guère de parenté avec son homonyme le « son mexicain ».

En 1909, le service militaire devenu obligatoire, des militaires de Santiago de Cuba se rendront à La Havane et y apporteront le son où le tempo s'accélèrera, et le nombre de musiciens passera à six : Sexteto Boloña, Sexteto Occidental ; le Cuarteto Oriental devient le Sexteto Habanero.

Peu à peu, des orchestres ont délaissé le danzon pour jouer du son.

Une variante du son, le sucu-sucu, naît dans l'Île des Pins (Cuba) (compositeur le plus célèbre : Eliseo Grenet).

Dans les années 1920, un des groupes les plus célèbres est le Trio de Miguel Matamoros avec des succès comme Mamá, son de la Loma, El que siembra su maíz... Il est bientôt concurrencé par d'autres, comme le Sexteto Munamar, le Sexteto Machín, qui ont légué eux aussi des enregistrements inoubliables.

En 1927, Ignacio Piñeiro crée le Sexteto Nacional, qui deviendra ensuite Septeto Nacional, ajoutant pour la première fois dans l'histoire du son une trompette comme instrument principal.
En 1928, le Septeto Nacional est la vedette de l'Exposition universelle de Séville en Espagne.
Rita Montaner qui possédait une très belle voix de soprano, avec son pianiste Ignacio Villa, le célèbre « Bola de Nieve » (Guanabacoa [Cuba], 1911 - La Havane, 1971) triomphent ensemble à Paris avec le pregón-són du pianiste cubain Moisés Simons « El Manisero ».

La mode du son gagne les États-Unis (là bas on l'appelle rhumba), avec « El Manisero » (The Peanut Vendor) enregistrée par Don Azpiazu et le Havana Casino Orchestra et interprétée à Broadway par Antonio Machín.

En France, ce sont notamment Don Barreto et les Lecuona Cuban Boys qui feront connaître le rythme du son.

En 1930, Arsenio Rodríguez fusionne le son avec le guaganco (une des formes de la rumba) et donne naissance au son montuno (Papauba et Para bailar son montuno).

Vers 1950, Beny Moré fait évoluer le son avec d'autres rythmes cubains (Castellano que bueno baila usted et Vertiente Camaguey) ; les portoricains vont eux aussi adopter le son. L'un d'eux, Ismael « Maelo » Rivera, « El Brujo de Borinquen » sera sacré « Sonero Mayor ».

Carlos Puebla, à l'encontre de la tendance à en accélérer le rythme dans les années 40 et 50, puise dans la tradition du son dans un style mélancolique et humoristique avec des arrangements simples mais subtils, tout comme Los Compadres avant lui.

Cependant à Cuba, le son ne cesse d'évoluer sans jamais véritablement renier ses racines, au gré des influences musicales et technologiques qui pénètrent dans le pays. Le cha cha cha, le mambo, le songo ou la timba sont en ce sens des descendants directs du son.

À partir de la deuxième moitié des années soixante, le son va constituer la base de ce qu'on nommera, d'abord à New York, la salsa, synthèse et évolution de plusieurs rythmes cubains et portoricains.

Compay Segundo à La Havane en août 2002.

En 1989, lors d'un festival organisé par le Smithsonian Institution, Compay Segundo chante pour la première fois « Chan Chan ».

En 1997, Ry Cooder décide de reformer un groupe de son, avec des légendes oubliées : Buena Vista Social Club. Wim Wenders en fait un film documentaire en 1999 qui remporte un large succès.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]