Carlos Puebla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Puebla (homonymie).

Carlos Manuel Puebla, né le 11 septembre 1917 à Manzanillo (à l'ouest de Santiago de Cuba) et décédé le 12 juillet 1989 à La Havane, était un compositeur cubain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'une famille modeste, il exerce durant sa jeunesse différents métiers manuels mais s'intéresse rapidement à la musique et plus précisément à la guitare. Il apprend à jouer de l'instrument en autodidacte.

Il commence à composer durant les années 1930 et connaît alors une certaine notoriété dans sa ville natale. Il enregistre ses premières chansons dans les années 1950 avec son groupe Los Tradicionales, formé en 1953 et s'engage politiquement aux côtés de Fidel Castro lors de la révolution de 1959.

En 1961, il part en tournée dans plusieurs pays du monde avec ses musiciens. Sa musique, ainsi que son engagement politique, font de ses concerts un succès. On l'appelle alors « le chanteur de la Révolution cubaine » et bien d'autres tournées mondiales suivront.

Le , il meurt des suites d'une longue maladie à La Havane. Ses cendres sont transférées dans la nécropole de sa ville natale cinq ans plus tard. Une plaque y indique : « yo soy ésto que soy, un simple trovador que canta » (Je suis ce que je suis, un simple troubadour qui chante).

Œuvre[modifier | modifier le code]

Puebla commence avec des chansons d'amours, tels Quiero hablar contigo, Qué sé yo, Te vieron con él, qui deviendront par la suite des succès ou bien Cuenta conmigo, Quién se lo iba a imaginar ou encore Hay que decir adiós, popularisés par le duo Claro et Mario.

Dès le début des années 1950, il chante les difficiles conditions de vie de son peuple et conteste la dictature de Batista avec des chansons telles que Plan de machete, Este es mi pueblo ou Pobre de mi Cuba. Ses paroles sont sérieuses et directes.

La révolution de 1959 lui inspire de nouvelles chansons comme Y en eso llegó Fidel, La Reforma Agraria, Duro con él, Ya ganamos la pelea ou Son de la alfabetización.

Son plus célèbre chant, Hasta siempre, commandante, a été repris et traduit par des dizaines d'artistes de par le monde et notamment en France, par Manu Chao, Zebda et Nathalie Cardone.

Son œuvre compte plus de 1 000 compositions.

Liens externes[modifier | modifier le code]