Bataille de Rocroi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Rocroi
Le duc d'Enghien à la bataille de Rocroi
Le duc d'Enghien à la bataille de Rocroi
Informations générales
Date 19 mai 1643
Lieu Rocroi
Issue Victoire française décisive
Belligérants
Drapeau du Royaume de France Royaume de France Flag of Cross of Burgundy.svg Monarchie espagnole
(Armée des Flandres)
Commandants
Louis de Bourbon Francisco de Melo
Forces en présence
12 régiments français
2 régiments suisses
1 régiment écossais

Total: 17 000 hommes d'infanterie
6 000 à 8 000 cavaliers
5 tercios espagnols
3 tercios italiens
5 régiments wallons
5 régiments allemands
2 régiments bourguignons

Total: 18 000 hommes d'infanterie
7 000 à 9 000 cavaliers
Pertes
4 000 morts et blessés 6 000 morts et blessés
6 000 prisonniers
Guerre de Trente Ans
Batailles
Pilsen (09-1618) · Sablat (06-1619) · Montagne Blanche (11-1620) · Cap Saint-Vincent (08-1621) · Mingolsheim (04-1622) · Wimpfen (05-1622) · Höchst (06-1622) · Fleurus (08-1622) · Stadtlohn (08-1623) · Dessau (04-1626) · Lutter (08-1626) · Wolgast (09-1628) · Magdebourg (05-1631) · Werben (07-1631) · Abrolhos (09-1631) · Breitenfeld (09-1631) · Rain am Lech (04-1632) · Alte Veste (09-1632) · Lützen (11-1632) · Oldendorf (07-1633) · La Mothe (06-1634) · Nördlingen (09-1634) · Les Avins (05-1635) · Louvain (06-1635) · Tornavento (06-1636) · Corbie (08-1636) · Wittstock (10-1636) · Îles de Lérins (05-1637) · Rheinfelden (02-1638) · Guetaria (08-1638) · Cabañas (08-1638) · Fontarrabie (09-1638) · Thionville (09-1639) · Downs (10-1639) · Ille-sur-Têt (09-1640) · Montjuïc (01-1641) · Marfée (06-1641) · Saint-Vincent (11-1641) · Perpignan (11-1641) · Honnecourt (05-1642) · Barcelone (06-1642) · 1er Lérida (10-1642) · Leipzig (10-1642) · Rocroi (05-1643) · Carthagène (09-1643) · Tuttlinghem (11-1643) · Fribourg (08-1644) · Jüterbog (11-1644) · Jankau (03-1645) · Alerheim (08-1645) · Orbetello (06-1646) · Mardyck (08-1646) · Dunkerque (09-1646) · 2e Lérida (11-1646) · 3e Lérida (05-1647) · Cavite (06-1647) · Zusmarshausen (05-1648) · Lens (08-1648)
Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 49° 55′ 10″ N 4° 31′ 40″ E / 49.919444444444, 4.5277777777778 ()49° 55′ 10″ Nord 4° 31′ 40″ Est / 49.919444444444, 4.5277777777778 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Rocroi.

Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne

(Voir situation sur carte : Champagne-Ardenne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Rocroi.

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

(Voir situation sur carte : Ardennes)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Rocroi.

La bataille de Rocroi a lieu le 19 mai 1643 pendant la guerre de Trente Ans. Elle est la rencontre entre l’armée des Flandres, armée espagnole commandée par Francisco de Melo qui assiégeait Rocroi, et l’armée de Picardie, armée française menée par Louis de Bourbon, duc d'Enghien (le futur Grand Condé).

Le Royaume de France en 1743 (territoire en jaune clair).

Contexte politique et militaire[modifier | modifier le code]

Richelieu meurt le 4 décembre 1642, suivi par Louis XIII le 14 mai 1643, en attendant la nouvelle d'une victoire française sur les Espagnols. La guerre de Trente Ans déchirait l'Europe depuis 1618, opposant le camp des Habsbourg, mené par Philippe IV, à des puissances européennes protestantes, auxquelles s’était joint le Royaume de France.

Comme l'année précédente, l'armée espagnole envahit le nord de la France depuis les Flandres. Elle met le siège devant la place forte de Rocroi, dont la garnison ne comprend que 400 à 500 hommes, afin d’ouvrir la route vers Paris par la vallée de l’Oise.

Louis de Bourbon venait de prendre le commandement de l’armée de Picardie le 17 avril 1643 à Amiens. Cette armée couvrait la frontière du Nord contre la nouvelle invasion espagnole ; elle était cantonnée dans les vallées de la Somme et de l’Authie : 21 régiments de cavalerie autour d’Amiens et de Doullens, 20 régiments d’infanterie entre Abbeville et Montdidier.

L’armée de Champagne, commandée par le comte d’Espenan, qui devait combiner ses opérations avec celle de Picardie, se cantonnait entre Chauny et Guise.

Enfin, face à l’Alsace et la Franche-Comté, le maréchal de La Meilleraye avait rassemblé plusieurs milliers d’hommes autour de Langres, avec le titre d’armée de Bourgogne.

Les opérations avant la bataille[modifier | modifier le code]

Carte de la Brie et de la Champagne, par Bonne (1771).

Le duc d'Enghien, âgé de vingt-un ans, était entouré :

Louis de Bourbon suit les mouvements des Espagnols avec toute la célérité possible. Il s'inspire de la tactique militaire de cavalerie légère mise au point par Gustave II Adolphe de Suède[1] et lance l'intrépide Gassion, commandant des chevau-légers. À la tête de quinze cents cavaliers, celui-ci réussit à jeter quelques soldats dans Rocroi puis le 17 mai, rejoint Enghien au château de la Cour des Prés, à Rumigny[2]. Celui-ci s'est avancé et a fait camper successivement son armée à Péronne, Joigny, Guise puis entre Rumigny et Bossus-lès-Rumigny, à quatre lieues de la ville assiégée. Le même jour, le duc reçoit la nouvelle de la mort de Louis XIII. Il dissimule la nouvelle à son armée[2].

Panorama de l'ancien champ de bataille

Le lendemain, l'armée française s'avance à une lieue du camp ennemi, se déploie dans un champ au sud-ouest de la forteresse de Rocroi et commence des escarmouches. La bataille n'est pas aisée à engager : Rocroi est située à l'entrée des Ardennes, sur un plateau qui, à l'époque, présente l'aspect d'une vaste clairière, de toutes parts entourée de bois et de marais. C'est un vrai champ clos auquel on arrive par des défilés faciles à défendre. La bataille se déroule sur un terrain allant de Rocroi à Sévigny-la-Forêt[3].

Don Franscisco de Melo eût pu tout à la fois poursuivre son siège et barrer le passage aux Français. Mais se sachant supérieur en force, il veut la bataille autant que le duc d'Enghien. Il laisse les Français déboucher dans la plaine et lève le siège pour attendre le choc[4].

Les Espagnols et leurs alliés, commandés par Francisco de Melo, se placent en face dans une formation en carrés massifs, à part un détachement pour bloquer toute sortie des assiégés. Avec 17 000 fantassins, 6 000 cavaliers et 12 canons, ils obligent le duc d'Enghien, qui dispose de troupes légèrement moins nombreuses, à livrer bataille avant l'arrivée des renforts de 1 000 cavaliers et 3 000 fantassins[1].

L'artillerie espagnole ouvre le feu. Enghien veut y répondre en attaquant sur-le-champ, mais une fausse manœuvre (erreur ou désir de « se signaler » ?) d'un de ses lieutenants, La Ferté-Senneterre, qui écarte un moment l'aile gauche du reste de l'armée oblige à remettre la bataille au lendemain[5].

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

Le plan de la bataille.
Flag of Cross of Burgundy.svg Monarchie espagnole (Armée des Flandres)
  • 5 tercios viejos espagnols
  • 3 tercios italiens
  • 5 régiments wallons
  • 5 régiments allemands
  • 2 régiments bourguignons
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
  • 12 régiments français
  • 2 régiments suisses
  • 1 régiment écossais

Bataille[modifier | modifier le code]

Les Heureux commencements du règne de Louis XIIII, sous la généreuse conduite du duc d'Enguien, estampe.

La nuit, Enghien apprend que les Espagnols attendent un renfort de près de quatre mille hommes conduits par le général Jean de Beck. Il presse ses dispositions et le mardi matin du 19, dès l'aube, les Français se mettent en mouvement. Enghien prend le commandement de l'aile droite avec Gassion. À l'aile gauche se place le maréchal de l'Hospital. Au centre se trouve le gros de l'infanterie et l'artillerie sous les ordres du comte d'Espenan. En arrière se trouve la réserve commandée par le baron de Sirot[4].

L'aile gauche des Espagnols, face à Enghien, est commandée par le duc d'Albuquerque, Francisco Fernández de la Cueva. Garnie de mille mousquetaires, elle est à l'abri d'un petit bois. Enghien culbute ces tirailleurs et va, en tournant à la gauche du bois, attaquer de front Albuquerque que Gassion à son tour prend en flanc en contournant le bois en sens inverse. Albuquerque est culbuté au premier choc. Enghien et Gassion se séparent : Gassion poursuit Albuquerque tandis qu'Enghien fait demi-tour à gauche, et attaque l'infanterie ennemie, au centre[6].


Pendant ce temps, l'autre extrémité du champ de bataille offre un spectacle tout contraire : don Francisco de Melo enfonce le rang des troupes du maréchal de L'Hospital. La cavalerie, commandée par La Ferté-Senneterre, effectue une charge, mais (probablement) au galop, ce qui est inhabituel à l’époque[7]. Mal entraînée, prenant le galop trop loin, elle arrive disloquée et épuisée au contact des Alsaciens de Melo. Ceux-ci, expérimentés et disciplinés, n’ont aucun mal a repousser la charge et à la mettre en déroute. La Ferté est blessé et fait prisonnier[7]. Melo attaque l'infanterie d'Espenan, enlève une partie des canons et n'est arrêté que par le brave Sirot et son corps de réserve. À ce moment, l'issue de la bataille est indécise et les chances semblent à peu près égales[8].

Enghien, parvenu au centre de la ligne ennemie voit ce qui se passe. Il aurait pu reculer pour porter secours au maréchal de l'Hospital. Il décide au contraire de poursuivre son avance, de passer derrière les fantassins espagnols, au centre du dispositif ennemi, et de charger en queue la cavalerie de l'aile droite et la réserve ennemies, pendant que Gassion achève de disperser la gauche espagnole. Cette « illumination de génie décide du sort de la journée »[9].

Rocroi, le dernier tercio, par Augusto Ferrer-Dalmau (es).

La victoire était alors certaine mais encore incomplète : au centre de cette plaine jonchée de morts et parcourue en tous sens par les fuyards, un gros bataillon espagnol reste immobile. C'est le noyau dur de cette armée. Ils sont quatre mille cinq cents vieux soldats, sous les ordres d'un général octogénaire perclus de douleurs mais d'une indomptable énergie, Jean-Bernard comte de Fontaine qui, à près de 83 ans, se fait porter en fauteuil à la tête de ses troupes. Les Espagnols nommaient le comte de Fontaine, un Picard[10], Fuentes. Son fauteuil est conservé aux Invalides à Paris[11].

Enghien ramasse ce qui lui reste de cavalerie. Au moment où il fond sur l'infanterie espagnole, le bataillon s'ouvre et dix-huit canons tirent à la mitraille sur les Français. Puis les fantassins espagnols font usage de leurs mousquets sur les cavaliers et les accueillent avec leurs piques. La cavalerie recule en désordre. Trois fois, Enghien la ramène à la charge, trois fois l'attaque se brise sur les piques sans pouvoir rompre les rangs de cette infanterie[12].

Pendant ce temps, la réserve de Sirot est arrivée avec l'artillerie française. De son côté, Gassion revient de la poursuite de Beck. Les Espagnols sont cernés et le comte de Fontaine vient d'être jeté mort à bas de sa civière. Ayant perdus leur commandant et se voyant menacés d'une quatrième charge, les officiers espagnols demandent quartier. Enghien s'approche alors l'épée haute. Des soldats ennemis, croyant qu'il va charger de nouveau, font feu. Des cris de trahison éclatent autour du duc. La cavalerie de Gassion commandée par Simon Gibert de Lhène d'une part, et la réserve de Sirot d'autre part, se ruent alors sur les Espagnols qui sont finalement ébranlés puis culbutés[13].

Pertes[modifier | modifier le code]

La majeure partie de la cavalerie espagnole réussit à se sauver. Par contre l'infanterie fut presque toute prise[14]. Il y eut coté espagnol au moins six mille morts et autant de prisonniers.


Conséquences de la bataille[modifier | modifier le code]

Stèle érigée sur l'ancien champ de bataille en 1922.

Cette bataille a des effets géopolitiques certains. Le fantassin espagnol régnait sur les champs de bataille européen, il y est supplanté par la cavalerie française. Toutefois, dans l'art militaire, le rôle primordial de cette cavalerie sera ensuite progressivement remis en cause, suite aux progrès de l'armement. Un siècle plus tard, en 1745, à la bataille de Fontenoy, la puissance de feu sera devenue déterminante[15].

Suite à cette bataille, l’Espagne et le Saint Empire germanique vont perdre petit à petit de leur puissance. La France, quant à elle, renforce sa position dans la région, au moment même où s'entame une succession difficile à sa tête. Une défaite pour la France aurait eu des conséquences hasardeuses pour la régente Anne d'Autriche et pour le petit roi Louis XIV, qui n'a que 5 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Chauviré, « Le problème de l’allure dans les charges de cavalerie du XVIe au XVIIIe siècle », Revue historique des armées, no 249,‎ 2007 (lire en ligne).
  • Marc Blancpain, Le Mardi de Rocroi, Éditions Hachette,‎ 1985, 215 p..
  • Bernard Iselin, Les batailles qui ont fait la France, Cercle européen du livre,‎ 1965, 320 p..
  • Jean-Baptiste Lépine, Histoire de la ville de Rocroi : depuis son origine jusqu'en 1850 : avec une notice historique et statistique sur chaque commune de son canton, et une galerie biographique des hommes célèbres ou dignes de souvenirs qui l'ont habité,‎ 1860, 464 p. (lire en ligne), p. 147-173.
  • Henri Martin (historien), Histoire de France, depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789, vol. 14, Paris, Furné,‎ 1846 (lire en ligne), p. 7-12.
  • Édouard Hardÿ de Périni, Batailles françaises, t. 4, Paris, Ernest Flammarion,‎ 1894-1906, 378 p., p. 1-32.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]