SegaSonic the Hedgehog

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SegaSonic the Hedgehog
Image illustrative de l'article SegaSonic the Hedgehog

Éditeur Sega
Développeur Sega AM3

Date de sortie Icons-flag-eu.png Septembre 1993
Icons-flag-jp.png Juin 1993
Genre Action
Mode de jeu 1 à 3 joueurs
Plate-forme Arcade (System 32)
Média PCB
Contrôle Trackball + 1 bouton

SegaSonic the Hedgehog (セガソニック・ザ・ヘッジホッグ?) est un jeu d'action en 3D isométrique développé par Sega, sorti sur borne d'arcade en 1993.

Aussi connu sous le titre officieux Sonic the Arcade, il s'agit à la fois du premier jeu de la franchise Sonic the Hedgehog à être disponible sur borne d'arcade, et en 3D isométrique, mais aussi du premier jeu dans lequel Sonic et les autres personnages peuvent parler[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Exaspéré que Sonic se mette en travers de son chemin et contrecarre constamment ses plans diaboliques, le Dr. Eggman décide d'en finir une bonne fois pour toutes avec son ennemi juré, qu'il capture et jette dans une cellule piégée, lui promettant une mort certaine, en haut de sa tour Eggman's Tower. Malheureusement pour lui, Sonic parvient à s'échapper, et compte bien déjouer ses plans une fois de plus...

Personnages[modifier | modifier le code]

Ce jeu introduit deux nouveaux personnages jouables dans l'univers de Sonic, un écureuil volant du nom de Ray, et un tatou du nom Mighty. Si Ray (souvent confondu avec Tails[2]) ne reviendra plus jamais dans la série, Mighty, quant à lui, refera une apparition remarquée dans le jeu spin-off Knuckles' Chaotix sur 32X.

Niveaux[modifier | modifier le code]

  1. Volcanic Vault
  2. Icy Isle
  3. Desert Dodge
  4. Trap Tower
  5. Landslide Limbo
  6. Wild Water Way
  7. Eggman's Tower (Introduction et Final)

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le gameplay de SegaSonic se démarque particulièrement de celui des autres jeux de la série à l'époque. En effet :

  • pour son passage à l'arcade, l'équipe chargée du développement décide d'opter pour un gameplay original, basé sur un contrôleur trackball (une souris à l'envers). Un mode de contrôle assez physique[3], et on ne peut plus arcade, qui apporte beaucoup de fun.
  • il présente un level design en 3D isométrique, cohérent avec le type de contrôleur employé. Le scrolling du jeu, essentiellement orienté nord-est/sud-ouest, favorise cependant beaucoup les joueurs droitiers[3].
  • il ne s'agit pas d'un jeu de plate-forme, malgré les apparences, mais bien d'un jeu d'action pure, dans lequel les joueurs sont constamment poursuivis et mis en danger par divers pièges parsemant leur chemin.
  • les personnages ont une barre de vie, alimentée par les anneaux ramassés. En cas de collision avec un piège, on ne perd pas d'anneaux comme dans les autres jeux Sonic, mais la barre de vie du joueur diminue, entraînant la mort quand elle arrive à zéro.
  • il est jouable jusqu'à 3 joueurs simultanément.

Le jeu introduit, arcade oblige, un système de ranking, qui poussera les joueurs à rejouer au titre, en dépit de sa courte durée, afin d'améliorer leur score.

Autour du jeu[modifier | modifier le code]

  • Bien que développé par une équipe différente de Sonic Team, Naoto Ōshima, character designer original de Sonic, a cependant participé au design des personnages[3].
  • SegaSonic ne possède pas de borne dédiée, on sait cependant qu'il a été exploité dans sa version deux joueurs sur les bornes génériques Megalo 50, Astro City, et Aero City (le plus courant), et dans sa version trois joueurs, extrêmement rare, sur Sega Swing.
  • La bande son du jeu, qui tranche aussi avec les productions habituelles de la série, est signée par Hiroshi Miyauchi, compositeur très connu pour les musiques de grands hits arcade Sega tels que Out Run, After Burner, Fantasy Zone, ou encore Space Harrier.
  • Contrairement à Sonic the Fighters, le seul autre véritable jeu vidéo tiré de l'univers Sonic sorti en arcade, SegaSonic n'a pas connu de réédition dans une compilation sur console, il reste donc, à ce titre, très prisé à la collection. Cette absence s'explique par la difficulté de conversion des contrôles du jeu sur une manette, et implicitement, par le manque d'intérêt que procurerait le contrôle à la manette[4].
  • On peut noter, qu'en dehors du dernier stage, tous les autres niveaux respectent la règle, lancée conjointement avec le jeu Sonic CD et propre aux jeux non développés par Sonic Team, selon laquelle les mots composant le nom de chacun, commencent tous par la même lettre[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On sait cependant depuis août 2011, que Sonic pouvait déjà parler en 1991, dans un jeu mineur sorti cette année-là en arcade, et destiné aux enfants : SegaSonic Cosmo Fighter
  2. « Preview du jeu au salon SCES de Chicago », Mega Force, no 19,‎ été 1993, p. 29
  3. a, b et c Review complète en français sur le site SegaKore.
  4. (en) Voir interview Sega's Yuji Naka Talks, p2, sur GameSpy
  5. Voir article sur le site SonicOnline