SdKfz 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kettenkrad hiver 1943/44 en Russie
Kettenkrad avec remorque, Russie, 1943

Le SdKfz 2, plus connu sous les noms de Kleines Kettenkraftrad HK 101 ou Kettenkrad est un "Sonderkraftfahrzeug" (SdKfz) ce qui signifie véhicule spécial à moteur. Il s'agit d'un modèle d'autochenille. Produit de 1940 à 1948, il ne transporte que 2 hommes, mais atteint 70 km/h et se comporte très bien sur tout type de terrain. C'était au départ un petit tracteur pour troupes aéroportées. Ce véhicule a été conçu pour être livré par des avions Junkers Ju 52, mais pas par parachute. Le véhicule avait l'avantage d'être le seul petit tracteur d'artillerie, assez petit pour tenir dans la soute du Ju 52.

Il a été utilisé comme transport de troupe, mais aussi pour d'autres missions, notamment le déroulage de câbles téléphoniques ou le tractage de pièces d'artillerie légères. Il pesait à vide 1235 kg.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

  • Moteur : Opel Olympia 38 à essence avec refroidissement à eau, 4 cylindres en ligne OHV ; 1 478 cc³ ; 36 hp
  • Dimensions : longueur 2,74 m, largeur 1 m, hauteur 1,01m
  • Performances : vitesse max. 72 km/h sur route, 48 km/h tout terrain
  • Autonomie : 260 km sur route ; 190 km tout terrain

Conduite[modifier | modifier le code]

La conduite du Kettenkrad se faisait normalement en tournant le guidon. Pour de petits changements de direction, la roue avant dirigeait le véhicule. Pour de plus amples changements, le guidon engageait automatiquement (par un système de tringlerie) les freins de chenilles, pour permettre de virer plus court.

L'utilisation d'une roue avant donnait plus de stabilité en conduite à grande vitesse (entre 70 et 80 km/h) et autorisait le virage en courbes larges. La conduite sans roue avant était possible mais recommandée seulement pour de très mauvais terrains.

Constructeurs[modifier | modifier le code]

Le SdKfz 2 a été conçu et construit par NSU Motorenwerke AG à Neckarsulm en Allemagne. Conçu et breveté en Juin 1939, il fut utilisé pour la première fois lors de l'invasion de l'Union soviétique en 1941[1]. Plus tard dans la guerre le constructeur Stoewer de Stettin produisit aussi des Kettenkrads sous licence, intervenant pour environ 10 % de la production totale[2]. Les statistiques données par le site officiel NSU sont :

  • NSU  : 7571
  • STOEWER : environ 1300
  • soit au total :8871

Utilisations[modifier | modifier le code]

En opérations de guerre[modifier | modifier le code]

Cet engin blindé a été cité par Paul Carell[3], écrivain militaire allemand. Cette "moto" a permis de circuler dans la boue de la steppe russe (raspoutitsa). Son emploi est cité dans la bataille de la poche de Tcherkassy-Korsoun (Ukraine) comme estafette de transport d'un officier, le général Wenck.

En récupérations civiles[modifier | modifier le code]

Après guerre, on cite des KettenKrad récupérées en RDA et qui avaient été reconverties en tracteurs agricoles ou en engins d'exploitation forestière (voir site officiel NSU). Certains exemplaires de collection sont homologués pour circulation routière.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « SdKfz 2 » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) A concise history of the Kettenkrad
  2. (en) Vehicles of the Wehrmacht
  3. Paul Carell, Les Russes déferlent : opération terre bûlée (3), trad. Raymond C. Albeck, Coll. Editions J'ai Lu (Flammarion), Paris 1970, p. 115.- (édition originale : Verbrannte erde, Verlag, Berlin 1996)

Liens externes[modifier | modifier le code]