Schwere Panzer Abteilung 502

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
schwere Panzer-Abteilung 502
Image illustrative de l'article Schwere Panzer Abteilung 502

Période 25 mai 19429 mai 1945
Pays Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Branche Wehrmacht
Type bataillon de chars lourds
Rôle Prévu comme une unité de rupture. Utilisé comme puissant soutien défensif mobile.
Surnom Brigade du feu
Équipement Tiger I, Panzer III Ausf.N, Tiger II, Hetzer, Panzer IV
Guerres Seconde Guerre mondiale
Commandant voir la liste ci contre.

La schwere Panzer-Abteilung 502 est créée le 25 mai 1942. Le bataillon combat dans le secteur de Leningrad, et devient un élément essentiel de la défense des États Baltes, en Courlande puis de la Prusse Orientale. Elle devient la schwere Panzer-Abteilung 511 le 5 janvier 1945 et capitule en Prusse le 9 mai 1945. Cette unité affiche un palmarès de 1 400 chars et 2 000 canons antichars détruits au cours de ses engagements, uniquement acquis sur le front de l'est.

Liste des commandants successifs[modifier | modifier le code]

Début Fin Grade Nom
août 1942 novembre 1942 Major Märker
novembre 1942 février 1943 Hauptmann Wollschläger
février 1943 juillet 1943 Major Richter
juillet 1943 août 1943 Hauptmann Schmidt
août 1943 octobre 1943 Hauptmann Lange
28 octobre 1943 mars 1944 Major Willy Jähde
avril 1944 août 1944 Major Schwaner
août 1944 avril 1945 Hauptmann von Foerster

Histoire[modifier | modifier le code]

Naissance et premiers combats[modifier | modifier le code]

L'unité est créée le 25 mai 1942 à Bamberg, en Bavière, avant même la production en série du Tiger. Il est le premier des bataillons lourds à combattre, et se voit affecter au secteur de Leningrad, constamment soumis à une intense pression des Soviétiques pour lever le siège de la ville. C'est au sein de ce bataillon que le Tiger fait son baptême du feu, le 21 septembre 1942 près de Torlowo dans le secteur du Lac Ladoga. Celui-ci est pour le moins décevant, puisque les 4 tigres engagés sont tous mis hors de combat au cours de la première journée en tombant dans une embuscade antichar, l'un d'entre eux étant même capturé quasiment intact par les soviétiques, qui peuvent alors prendre pleinement connaissance du nouveau char. Voici les possibles causes de ce premier échec :

Panzer VI "Tiger I" de la Schwere Panzer-Abteilung 502 près de Léningrad

- un des Tiger s'est embourbé et a dû être détruit le 25 novembre, à cause des tirs ennemis qui empêchaient sa récupération, ce qui révèle un terrain d'utilisation inadapté ainsi qu'un manque d'expérience des pilotes face à un char plus lourd et moins maniable que ce qu'ils ont pu connaître auparavant.

- le manque d'entrainement des équipages, dû à une certaine précipitation du commandement à voir les performances tant promises du char.

Une autre hypothèse avancée est l'utilisation des chenilles de transport à la place de celles de combat, plus larges. Cependant les photos prises par les soviétiques du Tiger capturé contredisent cette théorie pour au moins ce char. Pendant les semaines qui suivent, les dotations en Tiger et Panzer III ausf.N commencent à arriver.

D'une manière générale, les pays Baltes et la région du lac Ladoga ne sont pas la panacée pour des chars aussi lourd. Le terrain est en effet souvent marécageux. De plus, la capacité du Tiger dans les combats à grandes distance se trouve bridée dans les nombreuses forêts de ces régions, favorables aux embuscades antichars.

Secteur de Leningrad[modifier | modifier le code]

Le 231, 1er char du 3.Zug de la 2.Kompanie en juin 1943, visiblement en très bon état.

En octobre et novembre 1942, l'unité se trouve à Paderborn en Allemagne, puis repart au front dans le même secteur. Durant le mois de janvier, le bataillon permet de réduire notoirement la puissance des attaques soviétiques près de Krasny Bor et Voronovo.
Du 12 au 18 janvier, lors de la seconde bataille du lac Ladoga, la 1.Kompanie encerclée dans Schlusselburg, perd 5 Tiger. Le 14 janvier les 4 Tigres de la compagnie parviennent à repousser les attaques d'une trentaine de T-34 qui franchissent la Néva gelée. Durant cet engagement l'oberleutnant Bodo von Gerdtell, commandant de l'unité, est tué.
Le 1er avril 1943, les 2.Kompanie et 3.Kompanie sont créées, et en mai la réception de 31 Tiger par ces deux compagnies permet d'atteindre l'effectif théorique de 45 Tiger au sein du bataillon.
L'unité est engagée dans la troisième bataille du lac Ladoga en juillet 1943 jusqu'en septembre de la même année, où elle continue à jouer un rôle défensif important.

Combats dans les pays Baltes[modifier | modifier le code]

Les forces allemandes évacuant le secteur de Leningrad, le bataillon les couvre en défendant dans la région de Newel en Biélorussie en novembre et décembre 1943. Le 20 janvier, le bataillon et son commandant, le Major Willy Jähde, font des pieds et des mains pour tenir les positions autour de Voronovo, Kelevo et Syas, détruisant 11 blindés le 22, mais 2 jours plus tard les Soviétiques prennent ses positions, oblige les Allemands à se replier vers Narva, entre Tallinn et Leningrad. Entre février et avril 1944, l'unité contribue donc à défendre Narva aux côtés de la division SS Nordland, qui devient la ville clé du verrou défensif allemand en Estonie. Entre temps, le 23 février, le bataillon inscrit un 500e tank ennemi à son palmarès. Une section d'Otto Carius (de la 2.Kie) détruit entre autres 36 T-34 en 5 jours près de Lembitu, tête de pont tenu par les Allemands. Quant aux 1. et 3.Kie, elles permettent de stopper la poussée soviétique à Pskov.

La 2.Kie participe ensuite à l'opération Strachwitz, contre-attaque visant à reprendre du terrain pour rétablir la situation du côté allemand, reprenant Lembitu avec l'aide de la Panzergrenadier division Grossdeutschland. Le 502 participe ensuite à une offensive le 20 avril sur le point 312 où il va subir de lourdes pertes, mettant les ateliers de réparation à rude épreuve. L'offensive, qui échoue, prend fin le 22. Le bataillon combat ensuite dans la zone de Pleskau, carrefour entre Leningrad et Daugavpils entre avril et mai. Et durant l'été, il combat en Lettonie près de Daugavpils. Fin juin, la section d'Otto Carius va soutenir le Panzer-Grenadiere-Regiment 94, détruisant au passage 23 tanks ennemis pour 3 Tigres détruits et 6 endommagés. Début juillet, le 502 est envoyé soutenir l'Infanterie-Regiment 380 qui vient d'être secoué. Otto Carius, Albert Kerscher et Niendstedt détruisent 17 blindés à Malinava le 22, tandis qu'Hans Bolter et une partie de la 1.Kie détruisent entre autres, 6 T-34. Deux jours plus tard, Niendstedt détruit encore 19 blindés. Entre le 24 juin et le 25 août, le 502 s'est ainsi vu crédité de 156 tanks et 175 canons d'assauts. Mais ces succès n'empêchent pas les soviétiques de progresser, en causant des lourdes pertes au 502, pertes dont la qualité n'est pas toujours remplaçable, perdant ainsi Bolter et Carius pendant cet été, tous deux gravement blessés.

La fin du schwere Panzer Abteilung 502[modifier | modifier le code]

Le 11 octobre, près de Riga, un 1000e char ennemi, en l'occurrence un T-34, est mis hors de combat par le 502. Mais ce même mois, alors que des forces allemandes essayent de s'accrocher à la Baltique, la 3.Kie se voit pris au piège en Courlande le 9, n'ayant pas pu atteindre Memel comme la 1. et 2.Kie. Cette compagnie et ses 8 Tiger encore opérationnels sont rattachés au s.Pz.Abt.510, lui aussi pris dans la nasse.

Le 10 janvier 1945, à Pillau, le s.Pz.Abt.502, qui ne compte alors plus que 6 chars, devient le schwere Panzer-Abteilung 511.

Bilan de l'unité[modifier | modifier le code]

Le bataillon affiche 1400 chars et 2000 antichars, en ayant touché 105 Tiger I et 8 Tiger II, d'autres sources font état de 107 Tiger I.

Liens internes[modifier | modifier le code]