Panzergrenadier Division Grossdeutschland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Panzergrenadier Division Großdeutschland
Un Sonderkraftfahrzeug 250 avec l'emblème de la division Großdeutschland, un casque allemand.
Un Sonderkraftfahrzeug 250 avec l'emblème de la division Großdeutschland, un casque allemand.

Période 1939Mai 1945
Pays Drapeau : Troisième Reich Reich allemand
Branche Wehrmacht
Type Division d'infanterie motorisée
Rôle Infanterie mobile
Garnison Berlin, Cottbus, Okhtyrka
Ancienne dénomination Infanterie Regiment Großdeutschland
Infanterie Division motorisée Großdeutschland
Couleurs Gddivpen.gif
GDInsig.svg
Guerres Seconde Guerre mondiale
Batailles
Commandant Liste des commandants successifs
Commandant historique Hasso von Manteuffel

La Panzergrenadier Division Großdeutschland (ou Grossdeutschland) était une division d'infanterie motorisée d'élite de l'Armée allemande (Wehrmacht) pendant la Seconde Guerre mondiale

Création de la Panzergrenadier Division "Großdeutschland"[modifier | modifier le code]

À l'origine, de la future unité combattante il y a la création d'un Wach Regiment Berlin dont les fonctions vont de la sécurité aux tâches de garnison et de cérémonial.
Après les élections législatives allemandes de mars 1933 et la nomination de Hitler comme chancelier le régiment est progressivement transformé pour devenir une unité de prestige. Il est au fur et à mesure transformé pour devenir, le 23 juin 1937, la Garde d'honneur de Berlin (Wachtruppe) et pour garder les bâtiments officiels et parader sous la porte de Brandebourg.
Devenue l'unité de la garde du Führer, elle est entraînée pour le combat moderne d’infanterie.
Composée de formations issues de l’ensemble de l’Allemagne, et plus seulement de la région berlinoise, elle prend le nom de Infanterie Regiment Großdeutschland le 12 avril 1939.
Au début de 1943, l'Infanterie Regiment Großdeutschland devient l'Infanterie Division Motorisée Großdeutschland
En mai 1943, l'Infanterie Division Motorisée Großdeutschland devient la Panzergrenadier Division Großdeutschland

Historique[modifier | modifier le code]

En 1938 et durant la drôle de guerre alors que les troupes la Wehrmacht entrent dans la Sarre, l'Autriche et la Tchécoslovaquie, les soldats du Wach Regiment Berlin ne font que défiler sur Unter den Linden et la porte de Brandebourg tous les dimanches.
Élevée à la taille d'un régiment à quatre bataillons, l'unité prend le nom de Infanterie Regiment Großdeutschland le 12 avril 1939 auquel vient s'ajouter, en août 1939 un régiment d'escorte pour le Führer Adolf Hitler. En septembre le casque blanc est adopté comme insigne.
Si le Grossdeutschland ne participe pas à la campagne de Pologne, il est envoyé, en octobre après sa fusion avec le régiment d'application de l'infanterie de Döberitz (de), pour subir un entrainement poussé au camp de Grafenwöhr (de).
En novembre 1939 le régiment est envoyé à Montabaur en réserve du 19e corps d'armée, commandé par le général Heinz Guderian, qui dépend du Groupe d'armées A.
Lors du plan jaune, la plus grande partie du régiment Großdeutschland est attaché à la 10e Panzerdivision et engagé dans les actions au Luxembourg pour déborder les fortifications belges du sud dans les Ardennes. Après avoir traversé la Meuse dans les environs de Sedan, le régiment reste en réserve pour protéger la tête de pont allemande en prévision d'une contre-attaque française.
Pendant ce temps, le 3e bataillon est engagé dans une attaque aéroportée, contre le fort d'Ében-Émael, situé plus au nord en Belgique.
Lors de la bataille de Stonne, le régiment est impliqué dans de violents combats avec les forces blindées françaises. Il poursuit ensuite sa progression en direction Dunkerque et se trouve engagé dans la bataille d'Arras.


Le Régiment Grossdeutschland pendant la campagne de France[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 1940, lors du plan jaune, la plus grande partie du régiment Großdeutschland, attaché au Corps blindé Guderian à la 10e Panzerdivision. Le régiment est à la pointe de l'attaque allemande à travers le Luxembourg, afin de pénétrer en France par le sud de la Belgique.
Le 13 mai, il atteint Sedan après avoir percé dans les Ardennes et traversé la Meuse. Le régiment reste alors en réserve pour protéger la tête de pont allemande en prévision d'une contre-attaque française.
Le 15 mai, il reçoit son baptême du feu pendant les violents combats avec les forces blindées françaises durant la bataille de Stonne.
Il poursuit ensuite sa progression en direction Dunkerque, en passant par Saint-Quentin puis se trouve engagé, le 21 mai dans la bataille d'Arras, puis au sud de Dunkerque le 24 mai.
Le 4 juin, l'opération Dynamo achevée le Großdeutschland est dirigé et engagé sur Amiens, avant de poursuivre, à partir du 9 juin, l'armée français en pleine débâcle. Le régiment arrive sur l'Oise le 11 juin puis sur la Seine le 15 juin.
Le 16 juin, le régiment Großdeutschland, rattaché au XIVe Corps d'armée sous les ordres du groupement blindé Kleist, il participe aux opérations vers les Alpes et le sud de la France. Partant de Troyes, il reçoit comme objectif de s’emparer du Creusot et de son complexe industriel qu'il occupe le 17 juin, alors qu'un de ses bataillons, de pointe, parvient à Mâcon.
Le 18 juin, le régiment poursuit sa progression vers le Sud, par la Route nationale 6 atteignant Villefranche-sur-Saône en soirée ou il reçoit la mission de prendre Lyon, le lendemain, déclarée ville ouverte.
Le 19 juin vers 9h30, le GD se heurte aux défenses de Montluzin défendues avec acharnement par le 25e régiment de tirailleurs sénégalais, situées au Sud des Chères. Le régiment contourne la position par l'Est et la vallée de la Saône et font prisonniers, non loin de Chasselay, les rescapés du 25e RTS commandés par le colonel Bouriand. Les tirailleurs Sénégalais prisonniers seront massacrés, dans un champ, par les soldats du régiment Grossdeutschland et de la 3e Panzerdivision SS Totenkopf. Dans l’après-midi, le GD entre dans Lyon par la Croix-Rousse et atteint le quartier de la préfecture vers 16 heures[1].
Le Grossdeutschland restera à Lyon et sa banlieue jusqu'à la création de la ligne de démarcation le 4 juillet 1940 pour être transféré à Paris jusqu'en octobre ou il sera envoyé au camp du Valdahon. Le régiment quittera la France, en avril 1941, pour la campagne des Balkans.

Liste des commandants successifs[modifier | modifier le code]

Début Fin Grade Nom
Juillet 1939 février 1940 Oberstleutnant Wilhelm von Stockhausen
Février 1940 Mai 1940 Oberstleutnant Gerhard Graf von Schwerin
Mai 1940 Août 1941 Oberst Wilhelm von Stockhausen
Août 1941 Avril 1942 Oberst Walter Hörnlein
Avril 1942 Avril 1944 Generalmajor Walter Hörnlein
Avril 1944 Août 1944 Generalleutnant Hasso von Manteuffel
Septembre 1944 Mai 1945 Oberst Karl Lorenz

Composition[modifier | modifier le code]

2 Sd kfz 250 de la Großdeutschland en mission d'observation à Okhtyrka en Ukraine


Composition de l'Infanterie Division Motorisée Großdeutschland au début de 1943 :

  • Infanterie Regiment "Großdeutschland" 1
  • Infanterie Regiment "Großdeutschland" 2
  • Aufklärungs Abteilung "Großdeutschland" (Groupe de reconnaissance)
  • Panzer Regiment"Großdeutschland"
  • Panzerjäger Abteilung "Großdeutschland" (Groupe de chasseurs de chars)
  • SturmGeschütz Abteilung "Großdeutschland" (Groupe de canons automoteurs)
  • Artillerie Regiment "Großdeutschland"
  • Pionier Bataillon "Großdeutschland" (Génie d'assaut)
  • Flak Artillerie Abteilung "Großdeutschland" (Groupe de Flak)

Théâtres d'opérations [2][modifier | modifier le code]

Éléments de la division Großdeutschland sur le front de l'Est en 1944

Personnalités ayant servi au sein de la Großdeutschland[modifier | modifier le code]

  • Dimitri, Auteur français de bande dessinée

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les combats de Chasselay-Montluzin
  2. Historica : 1944 Les Panzers T2

Sur les autres projets Wikimedia :