10e Panzerdivision

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
10. Panzer-Division
10e division blindée
Période 1er avril 1939 – mai 1943
Pays Flag of German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Branche Heer
Type Division blindée
Fait partie de District militaire (Wehrkreis) V
Guerres Seconde Guerre mondiale

La 10e division blindée (allemand : 10. Panzer-Division) est une division blindée de la Wehrmacht Heer, créée en avril 1939 elle participe à la Seconde Guerre mondiale jusqu'à sa destruction en Tunisie.

La division combat d'abord lors de la campagne de Pologne en 1939 puis celle de l'Ouest en 1940. À l'été 1941 elle prend part à l'invasion de l'URSS au sein de l'offensive au centre, qui est prolongée contre Moscou à l'automne. Elle demeure dans la zone centrale du front lors de la retraite et des combats défensifs qui suivent jusqu'au printemps 1942. Elle retourne alors en France avant d'être expédiée en décembre en Tunisie où elle finit par se rendre aux Alliés, en mai 1943. Elle ne sera pas reconstituée.

Emblèmes divisionnaires[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Histoire[modifier | modifier le code]

Véhicules de la 10e Panzerdivision en France (août 1942)

La 10e division blindée est créée le 1er avril 1939 à Prague[1] à partir d'éléments des 20e et 29e divisions d'infanterie (motorisées).

Lors de l'invasion de la Pologne, elle est d'abord en réserve du groupe d'armées nord avant d'être envoyée renforcer le XIXe corps d'armée (Guderian)[2]

Dans le plan d'offensive à l'Ouest, la 10e division blindée fait partie avec les 1re et 2e divisions blindées du XIXe corps d'armée (Guderian). Ce corps est placé en premier échelon de la Panzergruppe von Kleist qui doit percer les fortifications de la frontière belgo-luxembourgeoise et ensuite le front français à Sedan en traversant la Meuse le 4e jour[3]. Pour des raisons de camouflage, la 10e division blindée est déployée dans la région de Traben-TrarbachBernkastel à plus de 80 kilomètres du Luxembourg[4].

Effectifs en chars de la division le 10 mai 1940[5] :
Panzer I Panzer II Pz.Befehlswagen Total chars légers Panzer III Panzer IV Total chars moyens et lourds Total
Panzer-Regiment 7 22 58 9 89 29 16 45 134
Panzer-Regiment 8 22 55 9 86 29 16 45 131
Total pour la division 44 113 18 175 58 32 90 265

À la veille de l'opération Barbarossa, la 10e Panzerdivision avait une force totale de 182 blindés :

En juin 1941, la division prend part à l'opération Barbarossa au sein du groupe d'armées centre. Après avoir subi de lourdes pertes aux portes de Moscou et sur le front oriental pendant la contre-offensive russe durant l'hiver 1941-1942, elle est renvoyée en France pour se reconstituer et pour servir de réserve stratégique contre d'éventuelles invasions alliées, tel que le débarquement de Dieppe qu'elle repousse avec succès.
L'Afrikakorps étant pressé de toutes parts en Tunisie après l'opération Torch en 1942, la division vient en renfort à Rommel et participe avec succès à la bataille de Kasserine en 1943, mais elle est ensuite anéantie pendant la prise de Tunis par les américains, le 12 mai 1943, en même temps que la 15e et la 21e Panzerdivision.

Contrairement à de nombreuses autres divisions détruites à ce moment-là, la 10e Panzerdivision n'a jamais été reconstituée, et a donc définitivement disparue de l'ordre de bataille allemand.

Commandants[modifier | modifier le code]

Début Fin Grade Nom
1er mai 1939 14 juillet 1939 Generalmajor Georg Gawantka
1er août 1939 2 août 1941 Generalleutnant Ferdinand Schaal
3 août 1941 1er février 1943 Generalmajor, puis Generalleutnant Wolfgang Fischer
2 février 1943 12 mai 1943 Generalmajor, puis Generalleutnant Fritz Freiherr von Broich

Ordre de batailles[modifier | modifier le code]

Composition en avril-mai 1940[modifier | modifier le code]

Source : Lexikon der Wehrmacht[1]

  • Panzer-Brigade 4
    • Panzer-Regiment 7
    • Panzer-Regiment 8
  • Schützen-Brigade 10
    • Schützen-Regiment 69
    • Schützen-Regiment 86
    • Schwere Infanterie-Geschütz-Kompanie 706
  • Artillerie-Regiment 90 (créé le 28 octobre 1939, à deux groupes I./ et II./ à partir du 1er janvier 1940[6])
  • Panzer-Aufklürungs-Abteilung 90 (créée le 1er avril 1940 à partir de la I./Aufklärungs-Regiment 8[7])
  • Panzerjäger-Lehr-Abteilung (nom depuis le 1er avril 1940, anciennement Panzer-Abwehr-Abteilung 90[1])
  • Panzer-Pionier-Bataillon 49 (depuis le 15 avril 1940[8])
  • Nachrichten-Abteilung 90
  • Versorgungstruppen 90

Composition en mars 1943[modifier | modifier le code]

  • Panzergrenadier-Regiment 69
  • Panzergrenadier-Regiment 86
  • Panzer-Regiment 7
  • Panzer-Artillerie-Regiment 90
    • Panzer-Artillerie-Abteilung I
    • Panzer-Artillerie-Abteilung II
    • Panzer-Artillerie-Abteilung III
    • Panzer-Artillerie-Abteilung IV
  • Panzer-Aufklärungs-Abteilung 10
  • Flak-Artillerie-Abteilung 302
  • Panzerjäger-Abteilung 90
  • Panzer-Pionier-Abteilung 49
  • Panzer-Nachrichten-Abteilung 90
  • Feldersatz-Abteilung 90
  • Versorgungsdienste 90

Théâtres d'opérations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (de) « 10. Panzer-Division », sur Lexikon der Wehrmacht (consulté le 8 mars 2015).
  2. Rosado et Bishop 2007, p. 97.
  3. Karl-Heinz Frieser (trad. de l'allemand par Nicole Thiers, préf. Werner Rhan), Le mythe de la guerre-éclair : La campagne de l'Ouest de 1940 [« Blitzkrieg-Legende : der Westfeldzug 1940 »], Paris, Belin,‎ , 2e éd., 479 p. (ISBN 978-2-7011-2689-0), p. 127 et 129.
  4. Mary 2009, p. 13 et 16.
  5. Rosado et Bishop 2007, p. 98.
  6. (de) « Artillerie-Regiment 90 », sur Lexikon der Wehrmacht (consulté le 8 mars 2015).
  7. (de) « Divisionseinheiten der 10. Panzer-Division », sur Lexikon der Wehrmacht (consulté le 8 mars 2015).
  8. (de) « Pionier-Bataillon 49 », sur Lexikon der Wehrmacht (consulté le 8 mars 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Mary, Le corridor des Panzers : Par delà la Meuse 10 - 15 mai 1940, t. I, Bayeux, Heimdal,‎ , 462 p. (ISBN 2-84048-270-3)
  • George Rosado et Chris Bishop (trad. de l'anglais par Christian Muguet), Le guide d'identification des blindés : Les divisions blindés de la Wehrmacht 1939-1945 [« The essential tank identification guide : Wehrmacht Panzer Divisions 1939-45 »], Paris, Éditions de Lodi,‎ , 192 p. (ISBN 978-2-84690-287-8)
  • Panzertruppen: Les Troupes Blindees Allemandes 1935-1945 de Francois De Lannoy et Josef Charita, Éditions Heimdal, (ISBN 978-2-84048-151-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]