Paul Vidal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vidal.

Paul Vidal

Description de l'image  Paul-vidal.jpg.
Nom de naissance Paul Antonin Vidal
Naissance
Toulouse, Drapeau de la France France
Décès (à 67 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur, pédagogue
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Antonin Marmontel, Émile Durand
Enseignement Conservatoire de Paris
Élèves Lili Boulanger, Albert Wolff, Eugène Bigot, André Fleury, Raymond Loucheur, Roger Pénau
Récompenses 1er grand Prix de Rome (1883)

Paul Antonin Vidal né à Toulouse le [1] et mort à Paris le [1] est un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Vidal fait ses études au conservatoire de Toulouse, puis au conservatoire de Paris où il était l'élève d'Antonin Marmontel pour le piano et d'Émile Durand pour l'harmonie. Il obtient un 1er prix d'harmonie en 1879, et deux ans plus tard, un 1er prix de contrepoint et fugue. Il est 1er grand Prix de Rome en 1883 avec la cantate Le Gladiateur. Il est à l'Opéra sous-chef des chœurs en 1889, directeur du chant en 1892, chef d'orchestre en 1906. Il est directeur de la musique à l'Opéra-Comique de 1914 à 1919. Depuis 1910, il enseigne par ailleurs au Conservatoire de Paris le solfège, l'accompagnement et la composition. Il est cofondateur avec Georges Marty, des concerts de l'Opéra (1895-1897). Il est inhumé au cimetière des Batignolles, section 26, à Paris

tombe de Paul Vidal aux Batignolles

Parmi ses élèves en classe de composition, figurent Lili Boulanger, Albert Wolff, Eugène Bigot, André Fleury, Joseph Noyon et Raymond Loucheur.

Vidal laisse des mélodies, des motets, des mystères, des cantates, des opéras (Guernica, 1895), (Burgonde, 1898), (Ramsès, 1908), une opérette (Éros, 1892), des ballets (La Maladetta, 1893), (L'Impératrice, 1901), des musiques de scène, des pantomimes ainsi que des écrits didactiques. Paul Vidal a également orchestré la partition de "la Vivandière" de Benjamin Godard, que celui-ci a laissé inachevée à sa mort survenue en 1895 à Cannes.

Au début des années 1970, à la faveur du remaniement du quartier St-Georges, l'ancienne rue Saint-Georges redessinée est baptisée rue Paul-Vidal. Deux autres musiciens toulousains sont ainsi mis à l'honneur dans le prolongement de la rue Paul-Vidal : Louis Deffès et Paul Mériel.

Son frère Joseph-Bernard Vidal (1859-1924) était un chef d'orchestre et un compositeur qui a écrit des opérettes.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marc Honegger, Dictionnaire de la musique, Bordas, 1986
  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionnary of Musicians »], t. 3, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,‎ 1995 (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-07778-4)
  • Joël-Marie Fauquet (direction) (préf. Joël-Marie Fauquet), Dictionnaire de la Musique en France au XIXe siècle, Paris, Fayard,‎ 2003, 1405 p. (ISBN 2-213-59316-7)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 2, Les Hommes et leurs œuvres. L-Z, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-04-010726-6), p. 1152