Roch Marc Christian Kaboré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kaboré.
Roch Marc Christian Kaboré au Forum mondial de la langue française

Roch Marc Christian Kaboré [1] (25 avril 1957, Ouagadougou) est un homme politique burkinabé, ancien président de l'Assemblée nationale burkinabé et ancien premier ministre du Burkina entre le 22 mars 1994 et le 6 février 1996.

Après son bac obtenu en 1975, Kaboré suit des études d'économie et de gestion à l'Université de Dijon en France. Il en sort avec un DESS en gestion et le Certificat d’aptitude à l’administration et à la gestion des entreprises en 1980. Le jeune diplômé rentre alors en Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso). Il devient en 1984 le directeur général de la Banque internationale du Burkina jusqu'en 1989.

Kaboré commence la politique en septembre 1989 en devenant ministre des Transports et des Communications. Il garde son portefeuille en 1990, obtenant en plus le titre de Ministre d’État. Il passe ministre chargé de la Coordination de l’action gouvernementale en juin 1991. Kaboré est élu député de la province de Kadiogo en mai 1992. Il continue son ascension au gouvernement en devenant ministre des Finances de juin 1992 à septembre 1993 puis ministre chargé des Relations avec les Institutions jusqu'à sa nomination en tant que premier ministre le 22 mars 1994. Lors de son mandat de premier ministre, il privatise certaines entreprises d'État burkinabè dans des conditions assez obscures. Les relations du premier ministre avec le président Blaise Compaoré se déteriorent et Kaboré est obligé de présenter sa démission le 6 février 1996.

Il obtient, en attendant les législatives de 1997, le poste de conseiller spécial du président. Aux législatives de mai 1997, Kaboré est réélu dans la province de Kadiogo et devient premier vice-président de l'Assemblée nationale (le président étant Mélégué Traoré). Kaboré s'investit aussi dans le parti présidentiel : le Congrès pour la Démocratie et le Progrès. Il devient le secrétaire exécutif national du CDP en 1999. Kaboré garde son siège lors des législatives de 2002 et est élu président de l'Assemblée nationale le 6 juin 2002. Depuis 2003, Kaboré a aussi le titre de président du CDP.

Lors des élections législatives du 2 décembre 2012, Kaboré n'est pas candidat. Il est remplacé à la présidence de l'assemblée nationale par Soungalo Ouattara le 28 décembre 2012.

le 4 janvier 2014, il présente sa démission du CDP. Quelques jours plus tard, soit le 25 janvier 2014, il fonde avec d'autres démissionnaires du parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. parfois aussi écrit Marc-Christian

Liens externes[modifier | modifier le code]