Norbert Zongo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pancarte commémorant l'assassinat de Zongo à Sapouy.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Zongo (homonymie)

Norbert Zongo est un journaliste burkinabè né en 1949 à Koudougou et mort assassiné en 1998. Ancien directeur de publication de l’hebdomadaire L'Indépendant, il est également auteur du roman à clé Le parachutage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Koudougou, il obtient son baccalauréat en 1975. Il est enseignant depuis 1971[1]. Il enseigne à et à Ouagadougou. Comme journaliste, il commence sa carrière en 1986 au sein de l'organe officiel Sidwaya puis au Carrefour africain.

Assassinat[modifier | modifier le code]

Après avoir commencé une enquête sur la mort mystérieuse de David Ouedraogo, le chauffeur de François Compaoré, le frère du président burkinabè Blaise Compaoré, Norbert Zongo est assassiné le , avec les trois personnes qui l'accompagnaient (Blaise Ilboudo, Ablassé Nikiéma et Ernest Zongo), soulevant une très vive émotion à Ouagadougou, à travers tout le pays mais aussi dans les pays voisins. En réaction, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans tout le pays, les plus violentes ont été enregistrées à Koudougou (à l'ouest de Ouagadougou), où était né Norbert Zongo. Les partisans du pouvoir organisés en milice et armés de gourdins se sont livrés à une chasse aux manifestants dans plusieurs villes du pays.

Norbert Zongo et trois proches ont été retrouvés morts et calcinés dans leur véhicule le 13 décembre 1998 à une centaine de kilomètres au sud de Ouagadougou, sur la route de Sapouy.

L'enquête officielle[modifier | modifier le code]

Cédant au mécontentement populaire, le président Blaise Compaoré laisse une enquête judiciaire s'ouvrir. En sept ans d'instruction, un seul suspect, un adjudant de la sécurité présidentielle, a été inculpé, mais le témoin l'accusant s'est rétracté au cours d'une confrontation judiciaire.

En août 2000, ce fut au tour de cinq membres de la garde présidentielle d’être inculpés du meurtre de Ouedraogo. Marcel Kafando, Edmond Koama et Ousseini Yaro, également suspectés dans l'affaire Zongo, furent reconnus coupables et condamnés à des peines de prison. Edmond Koama est décédé le .

Le procès Zongo s’est conclu par un non-lieu le qui a provoqué un tollé international.

Les enquêtes indépendantes[modifier | modifier le code]

Des journalistes étrangers et une commission d'enquête internationale ont mené vers d'autres membres de la garde présidentielle burkinabè[2].

La commission indépendante a conclu que la mort de Norbert Zongo était due à des motifs purement politiques, en raison de ses investigations au sujet de la mort après torture de David Ouedraogo, chauffeur de François Compaoré. Ce dernier fut inculpé du meurtre de David Ouedraogo en janvier 1999. Le tribunal militaire abandonna ensuite les charges retenues contre lui.

Reporters sans frontières (RSF) a affirmé[3] le 20 octobre 2006 que le rapport d'enquête de la Commission d'enquête indépendante (CEI) sur l'assassinat de Norbert Zongo avait été expurgé d'éléments mettant en cause François Compaoré, le frère du président Blaise Compaoré, et un homme d'affaires proche du pouvoir, Oumarou Kanazoé. Plusieurs fois cités dans cette affaire, Compaoré et Kanazoé ont toujours nié toute implication.

Le journal L'Événement a repris l'enquête de RSF et François Compaoré a porté plainte pour diffamation contre le journal. Le 8 janvier 2007, l'affaire est passée devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou, mais faute de l'original du journal, l'audience a été renvoyée au 22 janvier[4].

Influence culturelle de la mort de Zongo[modifier | modifier le code]

Le chanteur reggae ivoirien Alpha Blondy a écrit une chanson « Journalistes en danger » qui dénonce l'assassinat de Norbert Zongo et le pouvoir burkinabè qui essaie d'étouffer cette affaire. Norbert Zongo est également cité dans la chanson « Les martyres » d'un autre reggaeman ivoirien, Tiken Jah Fakoly (album Cours d'histoire), dénonçant ainsi les nombreux assassinats politiques ayant eu lieu sur le continent africain.

Un collectif de rappeurs burkinabè s'est créé, "Artistes Unis pour Norbert Zongo" (Studio Abazon), afin de dénoncer le meurtre du journaliste ainsi que la culpabilité de l'État burkinabè dans cette affaire.

Lieu commémoratif de l'assassinat de Zongo à Sapouy.

En 2012, un lieu commémoratif a été érigé à l'endroit où Zongo fut assassiné, au bord de l'autoroute N6 (Ouagadougou - Léo) proche de la ville de Sapouy.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Biographie de Norbert Zongo
  2. Affaire Norbert Zongo : un nouveau témoignage accablant pour la garde présidentielle, sur RSF
  3. Reporters sans frontières apporte de nouveaux éléments à la justice burkinabé, 20 octobre 2006
  4. Source audience procès en diffamation de F. Compaoré contre l'Evénement

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Non-lieu dans l'enquête sur la mort du journaliste Zongo, Le Monde, 21 juillet 2006
  • Affaire Zongo: RSF affirme que le rapport d'enquête a été expurgé, AFP, 20 octobre 2006

Documentaire radiophonique[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]