Qualia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les qualia sont les propriétés de la perception et généralement de l'expérience sensible. C'est ce qu'on ressent lorsqu'on perçoit ou ressent quelque chose : qu'est-ce que ça fait de voir un objet rond, rouge et granuleux ? Les qualia constituent ainsi l'essence même de l'expérience de la vie et du monde. Ce sont des phénomènes psychiques et donc subjectifs, constitutifs des états mentaux. On distingue généralement :

Par définition, les qualia sont inconnaissables en l'absence d'une intuition directe : on ne peut pas faire connaître le rouge, ou la couleur en général, à quelqu'un qui ne la connaît pas directement. Ils sont donc aussi incommunicables. L'existence et la nature de ces qualités sensibles constituent l'un des débats les plus importants de la philosophie de l'esprit. Cette importance tient au fait que l'hypothèse des qualia constitue une réfutation du physicalisme, dans la mesure où on les tient pour des phénomènes irréductibles.

Le mot qualia (à prononcer /ˈkwɑlia/, au singulier quale) vient du latin qualis qui signifie quel, de quelle sorte, de quelle espèce, de quelle nature[1].

Définition[modifier | modifier le code]

Daniel Dennett distingue quatre propriétés généralement attribuées aux qualia :

  • les qualia sont ineffables, on ne peut les communiquer, ni les appréhender autrement que par expérience directe.
  • les qualia sont intrinsèques ou immédiats : ce ne sont pas des propriétés relationnelles.
  • les qualia sont privés : toute comparaison interpersonnelle est impossible.
  • ils sont appréhendés directement par la conscience, i.e. avoir l'expérience d'un quale, c'est savoir que l'on a l'expérience d'un quale et savoir tout ce que l'on peut savoir sur ce quale.

Les arguments[modifier | modifier le code]

Les arguments concernant les qualia se présentent généralement sous la forme d'expériences de pensée, par exemple, le spectre inversé : il serait possible de concevoir un changement de notre perception des couleurs indépendamment de notre cerveau ou de notre corps. De tels qualia n'auraient donc aucun fondement physique. L'expérience de pensée contemporaine la plus connue à ce sujet est celle de Frank Jackson, sur la connaissance des couleurs.

Arguments défavorables[modifier | modifier le code]

Dans La Conscience expliquée, Daniel Dennett a tenté de montrer que ce que nous concevons des qualia est pris en défaut quand nous tentons d'en faire l'application. En effet, dans l'expérience du spectre inversé, il serait en réalité impossible de faire la différence entre un changement physique de nos perceptions et un changement de notre connaissance des qualia.

Quelques questions à propos des qualia[modifier | modifier le code]

  • Les qualia existent-ils ?
  • Quels états mentaux ont des qualia ?
  • Les animaux ont-ils des qualia ?
  • Quelles relations entre les qualia et le rôle causal de l'état mental ?
  • Quelles relations entre les qualia et le cerveau ?

Qualia et conscience artificielle[modifier | modifier le code]

Si l'on programmait un réseau de neurones semblable au cerveau humain sur un support informatique, le traitement informationnel et le comportement résultant générés par l'ordinateur s'apparenteraient en tout point à celui effectué par l'homme, auraient-ils alors les mêmes qualia que l'homme ? Si oui le traitement informationnel en lui-même générerait la conscience indépendamment du support. Si non la génération de conscience dépendrait du support et il est possible que la conscience avec qualia résulte de phénomènes physiques se déroulant dans notre cerveau.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix Gaffiot, Dictionnaire latin-français (éd. de poche), Hachette, 2001 (ISBN 2011679400)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]