Panpsychisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le panpsychisme est une doctrine philosophique qui considère que tout ce qui existe, toute réalité matérielle, et non pas seulement l'esprit, possède une nature psychique[1]. Il attribue à la réalité physique des forces et des activités propres à l'âme humaine, par exemple sensibilité, conscience, mémoire, de degré plus ou moins élevé, de forme plus ou moins implicite, potentielle.

L'hylozoïsme dit : tout est vivant. Le panpsychisme dit : tout est psychique. Le terme commun pour ces deux doctrines serait "animisme philosophique" : tout est animé, doué de mouvement (confondu avec la vie) et d'âme (confondue avec le psychisme), l'âme est le principe de la vie organique et de la pensée. Non seulement chaque chose et le Tout sont vivants, mais encore ils sont psychiques, "âme". - On peut aussi considérer qu'il y a opposition entre hylozoïsme et panpsychisme, animisme, puisque l'hylozoïsme confère à la matière des formes immanentes, biologiques, et non spirituelles, et que l'animisme n'admet pas, à proprement dit, l'existence d'âmes dans les choses singulières, mais préfère reconnaître en elles une force unique qui les anime[2].

Le panpsychisme (tout est psychique, il n'y a que de l'esprit) peut aussi être lié au panlogisme (tout est logique, il n'y a que de la raison). Jean-Claude Dumoncel remarque :

"Chez Leibniz nous trouvons à la fois Panlogisme et Panpsychisme, comme plus tard chez C. S. Peirce. Russell hérite du panlogisme, Bergson du pansychisme. Panlogisme et panpsychisme ne se retrouveront réunis que dans le système de Whitehead."[3]

Le mot[modifier | modifier le code]

Le mot se compose de pan, "tout", et de psuchè, "âme".

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : infrapsychisme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Encyclopédie de la philosophie, Le Livre de poche, coll. "La Pochothèque", 2002, p. 1199.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Noëlla Baraquin, Dictionnaire de philosophie p. 235.
  2. Encyclopédie de la philosophie, Le livre de poche, coll. "Pochothèque", 2002, p. 1199.
  3. Jean-Claude Dumoncel, La tradition de la 'Mathesis Universalis'. Platon, Leibniz, Russell, Cahiers de l'Unebévue, 2002, p. 38.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]