Introspection

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Introspection (informatique)

L'introspection (du latin « introspectus ») désigne l'action de « regarder à l'intérieur ». En général, elle désigne le fait, pour un sujet de s'observer lui-même, de saisir et rapporter ses propres processus cognitifs[1].

Philosophie[modifier | modifier le code]

Psychologie[modifier | modifier le code]

En psychologie, l'introspection est une méthode d'observation et d'analyse de soi en vue d'étudier sa propre personne (psychologie introspective) et d'acquérir une connaissance de soi ou bien en vue de connaître l'esprit humain en général.

L'introspection était la principale méthode utilisée aux débuts de la psychologie expérimentale, à la fin du XIXe siècle. Mais diverses critiques sont apparues mettant en doute la capacité même d'un sujet à s'observer lui-même. Wilhelm Wundt, par exemple, évoque l'impossible « indépendance » de l'observateur par rapport à l'objet observé dans un tel processus et juge « comique » une telle approche[2].

Dans le champ de la psychologie cognitive, l'utilisation des verbalisations concomitantes (think-aloud protocol) par des chercheurs comme Newell et Simon est parfois critiquée comme un retour de l'introspection.

S'agissant de l'observation et de la compréhension de son propre fonctionnement psychique, l'introspection est désormais envisagé de manière expérimentale par les paradigmes de Théorie de l'Esprit, en ce qui concerne son versant intra-personnel.

Spiritualités[modifier | modifier le code]

Le processus d'introspection correspond, pour un mystique comme Saint Augustin, à un mouvement d'ascension vers Dieu en même temps qu'un examen de conscience[3],[4]. Le processus d'introspection correspond aussi l'intention de voyager dans le temps.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ericsson, K., & Simon, H. (1987). Verbal reports on thinking. In C. Faerch & G. Kasper (eds.). Introspection in Second Language Research. Clevedon, Avon: Multilingual Matters.
  • (en)Jack, Anthony & Roepstorff, Andreas, ed. (2003). Trusting the subject?: The use of introspective evidence in cognitive science. Imprint Academic. ISBN 978-0-907845-56-0.
  • Epistemology: a contemporary introduction to the theory of knowledge de Robert Audi (Introspection and inward vision), Routledge, 1998 (ISBN 978-0-415-87922-4)
  • Chromatikon V de Michel Weber, Ronny Desmet(annuaire de la philosophie en procès, la réflexion comme introspection, p. 215), Presses universitaires de Louvain, 2009 (ISBN 978-2-87463-191-7)
  • Psychologie et spiritualité: à la recherche d'une iface de Réginald Richard, Christine Dézé, Presses de l'Université de Laval, 1992 (ISBN 2-7637-7290-0)
  • « Wilhelm Wundt (1832-1920). La science des faits de conscience », Horst Gundlach, Sciences Humaines, Hors-série n° 7, septembre-octobre 2008
  • Carl Stumpf – From Philosophical Reflection to Interdisciplinary Scientific Investigation. Bonacchi, S./ Boudewijnse, G.-H., Vienne : Krammer 2011

Références[modifier | modifier le code]

  1. Psychologie sociale: Tome 2, Approches du sujet social et des relations interpersonnelles,Patrick Gosling, François Ric, Editions Bréal, 1996, p. 20
  2. Psychologie cognitive Editions Bréal, 2006, p. 58
  3. Voir les confessions, Livre X
  4. Pour saint Augustin, par Claude Lorin, Grasset, 1988 « Le plus grand chef-d'oeuvre d'introspection de tous les temps »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]