Auguste Ferron de La Ferronnays

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pierre-Louis-Auguste Ferron)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de La Ferronnays.
Auguste Ferron de La Ferronnays
Fonctions
Ministre des Affaires étrangères
4 janvier 182824 avril 1829
Monarque Charles X
Gouvernement Martignac
Prédécesseur Ange Hyacinthe Maxence de Damas
Successeur Anne-Adrien-Pierre de Montmorency-Laval
Pair de France
17 août 18151830
Biographie
Date de naissance 4 décembre 1777
Lieu de naissance Saint-Malo
Date de décès 17 janvier 1842
Lieu de décès Rome
Nationalité Française
Profession Militaire, diplomate

Pierre-Louis-Auguste[1] Ferron, comte de La Ferronnays, né le 4 décembre 1777 à Saint-Malo et décédé le 17 janvier 1842 à Rome, est un général, diplomate et homme politique français, ministre français des Affaires étrangères du 4 janvier 1828 au 24 avril 1829.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils du comte Eugène de La Ferronnays, maréchal de camp, et de Marie-Adélaïde de Fournier de Bellevue, et le neveu de Mgr Jules-Basile Ferron de La Ferronnays. Né à Saint-Malo, quelques années après Chateaubriand, il avait comme lui participé à la campagne de l'armée des émigrés (Armée de Condé) en 1792, puis avait émigré en Angleterre où il entra au service du duc de Berry, comme officier d'ordonnance puis aide de camp. Il passa ensuite au service de la Suède, avant de revenir à Londres auprès du duc de Berry, avec lequel il débarqua à Cherbourg en 1814.

À la Restauration, il fut nommé maréchal de camp en 1814, puis pair de France en 1815. Il occupa plusieurs ambassades dont celle du Danemark (1817) puis celle de Saint-Pétersbourg (1819), avant de devenir ministre des Affaires étrangères dans le ministère Martignac le 4 janvier 1828. Il prit une attitude ferme en faveur de l'indépendance de la Grèce en soutenant l'expédition de Morée[2], mais il dut résigner son poste le 24 avril 1829 en faveur du duc de Montmorency, à la suite d'une attaque d'angine de poitrine.

Durant ces mêmes années, il entretint une correspondance amicale avec Chateaubriand, que ce dernier évoque brièvement dans ses Mémoires d'outre-tombe.

Il fut promu lieutenant-général en 1828 et nommé ambassadeur à Rome en février 1830.

Il refusa de prêter serment à Louis-Philippe et se démit de ses fonctions. Il s'offrit comme otage à la duchesse de Berry, enfermée à Blaye.

Marié à Mlle du Bouchet, petite-fille de Louis II du Bouchet de Sourches, il eut pour enfants :

Il acheta en 1835 le château de Boury-en-Vexin.

Il est le parrain de la comtesse d'Issoudun, la fille du duc de Berry et d'Amy Brown.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve également : Charles Marie Auguste (roglo.eu) ou Auguste-Pierre-Marie (Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) sur www.heraldica.org)
  2. A. Jardin et A-J Tudesq, La France des notables ; I. L'évolution générale, collection Points, Seuil, 1973, p.86

Sources[modifier | modifier le code]