Pentafluorure de phosphore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pentafluorure de phosphore
Phosphorus-pentafluoride-2D-dimensions.png   Phosphorus-pentafluoride-3D-vdW.png
Structure du pentafluorure de phosphore.
Identification
No CAS 7647-19-0
No EINECS 231-602-3
PubChem 24295
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute F5PPF5
Masse molaire[1] 125,965778 ± 5,0E-6 g/mol
F 75,41 %, P 24,59 %,
Propriétés physiques
fusion −93,8 °C
ébullition −84,6 °C à 101,3 kPa
Solubilité S'hydrolyse dans l'eau
Masse volumique 5 694 kg·m-3 à °C
Précautions
Directive 67/548/EEC
Très toxique
T+
Corrosif
C



Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le pentafluorure de phosphore est un composé chimique de formule PF5. C'est un gaz incolore aux conditions normales de température et de pression. Il s'hydrolyse en produisant de l'acide fluorhydrique HF et de l'acide phosphorique H3PO4 :

PF5 + 4 H2O → 5 HF + H3PO4

La molécule PF5 a une géométrie bipyramidale à base triangulaire dans laquelle la liaison des deux atomes de fluor axiaux est plus longue que celles des trois atomes de fluor équatoriaux : 158 pm contre 153 pm. Cela s'explique par le fait que les atomes de fluor équatoriaux sont liés au phosphore chacun par une liaison covalente tandis que les deux atomes de fluor axiaux sont liés au phosphore par une liaison à trois centres et quatre électrons. Cette différence est visible par diffractométrie de rayons X en phase solide ou par diffraction électronique en phase gazeuse, mais n'apparaît pas par résonance magnétique nucléaire du fluor 19[2] en raison de la pseudorotation de Berry, au cours desquelles les atomes axiaux et équatoriaux échangent leur position à une fréquence supérieure à la résolution temporelle de la RMN, qui est de l'ordre de la milliseconde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) H. S. Gutowsky, D. W. McCall et C. P. Slichter, « Nuclear Magnetic Resonance Multiplets in Liquids », J. Chem. Phys., vol. 21, no 2,‎ 1953, p. 279-293 (ISSN 0021-9606, DOI 10.1063/1.1698874)

Article connexe[modifier | modifier le code]