Nancy Huston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huston.

Nancy Huston

Description de cette image, également commentée ci-après

Nancy Huston en 2008

Naissance (61 ans)
Calgary, Alberta, Drapeau du Canada Canada
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français, anglais

Œuvres principales

Nancy Huston, née le à Calgary en Alberta au Canada, est une écrivaine franco[1]-canadienne[2], d'expression anglaise et française, vivant à Paris en France depuis les années 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nancy Louise Huston[3] a six ans quand sa mère les quitte, son père, son frère aîné, sa petite sœur et elle[4]. Sa mère était féministe, enseignante et psychologue[4]. Elle s'est ensuite remariée et a eu d'autres enfants[4]. « Je ne la voyais que tous les deux ou trois ans, pour quelques jours de vacances »[4], dû à leur éloignement géographique. D'après le récit autobiographique Nord perdu, après le départ de sa mère, son père obtient la garde des enfants et sa future belle-mère l'amène pendant quelques mois en Allemagne. À quinze ans, sa famille s'installe dans le New Hampshire aux États-Unis. Elle fait ensuite ses études universitaires à Victoria en Colombie-Britannique, à Cambridge dans le Massachusetts et à New York.

« J’ai vécu une adolescence assez sombre, et mes débuts dans l’âge adulte ont été compliqués. J’étais anorexique, suicidaire. Je pense que le fait de m’installer à l’étranger a reflété un instinct de survie. »[4] indique-t-elle en 2012. À l'âge de vingt ans, elle arrive à Paris pour poursuivre ses études puis décide de s'y installer. Elle travaille à un mémoire sur les jurons à l'École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Roland Barthes, qui sera publié en 1980[4] chez Payot : Dire et interdire. Elle participe dans le même temps au mouvement des femmes et publiant dans des revues et journaux qui y sont liés, notamment Sorcières, Histoires d'Elles et les Cahiers du Grif. Elle reste toujours une militante des droits des femmes notamment dans ses écrits et surtout par de fréquents articles de presse et tribunes[5]. Elle déclare en 2012 : « J’ai commencé par des poésies à l’âge de 10 ans. Puis j’ai vraiment ressenti la magie de l’écriture en rédigeant mes premiers textes pour des revues liées au mouvement des femmes dans les années 1970-1975. »[4]

Sa carrière de romancière débute en 1981 avec Les Variations Goldberg. Douze ans plus tard, avec Cantique des plaines, elle revient pour la première fois à sa langue maternelle et à son pays d'origine. Comme le roman est refusé par les éditeurs anglophones, elle se résigne à le traduire en français et s'aperçoit que la traduction améliore l'original. Depuis, elle utilise cette technique de double écriture pour tous ses romans, se servant exclusivement du français pour ses essais et articles.

Nancy Huston est également musicienne, jouant du piano, de la flûte et du clavecin. La musique est une source d'inspiration pour plusieurs de ses romans, et elle fait souvent des lectures en musique avec des amis chanteurs ou instrumentistes.

En 1979 elle se marie[4] avec le sémiologue français d'origine bulgare Tzvetan Todorov, père de ses deux enfants.

En 2010 elle fait la connaissance du peintre suisse Guy Oberson et devient officiellement sa compagne en 2013.

En 2014, dans une tribune du journal Le Monde, elle prend position contre l'exploitation à outrance des sables bitumineux dans sa province natale de l'Alberta et notamment contre ses effets à Fort McMurray[6]. Suite aux attentats de janvier 2015 en France, elle exprime une position féministe contre, selon elle, « l'image des femmes et des homosexuels qui transparaissaient dans les dessins de Charlie Hebdo »[7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Récits[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Démons quotidiens, avec Ralph Petty, L'Iconoclaste[8]
  • 2014 : Bad Girl. Classes de littérature, Actes Sud

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Angela et Marina : tragicomédie musicale, en collaboration avec Valérie Grail, Actes Sud-Papiers
  • 2008 : Mascarade, avec Sacha Huston, Actes Sud junior - théâtre jeunesse
  • 2009 : Jocaste reine, Actes Sud
  • 2011 : Klatch avant le ciel, Actes Sud

Essais[modifier | modifier le code]

Correspondance[modifier | modifier le code]

Ouvrages illustrés[modifier | modifier le code]

Littérature jeunesse[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

De l'anglais au français
  • 1996 : Eva Figes, Spectres ((en) Ghosts), Actes Sud
  • 1998 : Ethel Gorham, My Tailor is Rich, Actes Sud
  • 2001 : Jane Lazarre, Splendeur et misères de la maternité ((en) The Mother Knot), Éd. de l'Aube
  • 2003 : Timothy Findley, Moi la Nation ((en) A Nation of One ), Paris, Abbey bookshop
Autre
  • 2000 : version française de Un prosateur à New York de Göran Tunström, Actes Sud
  • 2007 : participation à la traduction du suédois, avec Lena Grumbach, de Chants de Jalousie - Poèmes de Göran Tunström, Actes Sud

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Participation à des recueil collectifs :

  • 1993 : Collectif, Une enfance d'ailleurs : 17 écrivains racontent, recueil de nouvelles, Belfond ; rééd. J'ai lu
  • 2007 : Collectif, Mixité(s) : nouvelles, Ni putes ni soumises et Thierry Magnier
  • 2008 : Collectif, Des nouvelles de la banlieue, Textuel, Malakoff - livre avec CD audio

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Préface à Groix-Paris 1940 de Anne Pollier, Groix, l'Écume des jours
  • 2000 : Préface à l' Évangile selon Saint Matthieu[12]
  • 2000 : Présentation et version française de Un prosateur à New York de Göran Tunström, Actes Sud
  • 2001 : Préface (et traduction) de Splendeur et misères de la maternité ((en) The Mother Knot) de Jane Lazarre, Éd. de l'Aube
  • 2002 : Préface à Une nuit en Acadie de Kate Chopin ((en) A Night In Acadie (1897) ), Paris, Éd. des Syrtes
  • 2003 : Préface à Te fais pas de souci pour le mouron de Michel Arbatz, C. Pirot
  • 2007 :
    • Préface à Le choc de la maternité de Anne Enright ((en) Making Babies : Stumbling Into Motherhood), Actes Sud
    • Préface à L'amour selon Mme de Rênal, de Annie Leclerc, Actes Sud
    • Préface à Du parti des myosotis de Jean-Pierre Levaray, L'Insomniaque
  • 2008 : Préface à Corps étranger : poème de Catherine Lalonde, Genouilleux : la Passe du vent ; Montréal : Québec
  • 2009 :
    • Préface à Retour d'exil d'une femme recherchée de Hélène Castel, Éd. du Seuil
    • Préface à Rudolf Steiner : une biographie de Gary Lachman ((en) Rudolf Steiner : An Introduction To His Life And Work), Actes Sud
  • 2010 : Préface à Paedophilia ou L'amour des enfants, de Annie Leclerc, Actes Sud (ISBN 978-2742788354)
  • 2011 : Préface à Burqa de chair, ouvrage posthume de Nelly Arcan (ISBN 978-2021028829)
  • 2012 : Postface à Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor ((en) Address Unknown (1938) ), réédition J'ai lu

Concerts littéraires[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Tentative de Renaissance
  • 2011 :
    • Le Mâle entendu, jazz et littérature, avec Nancy Huston (voix et piano), Edouard Ferlet (piano), Jean-Philippe Viret (contrebasse), Fabrice Moreau (batterie), Théâtre du Petit Hébertot, Paris 17e, mai 2011.
    • Démons Quotidiens, d'après le texte éponyme publié la même année, lecture, projection et concert de Nancy Huston et Ralph Petty ; 27 rue Jacob, Paris, septembre 2011.
    • Lisières, d'après son texte éponyme publié en 2008, lecture musicale, texte et voix : Nancy Huston, avec Olivier Hussenet et Serge Hureau (chant et jeu) et Cyrille Lehn (piano) ; 27 rue Jacob[13], novembre 2011.
  • 2013 : Rena et les monothéismes, d'après le roman Infrarouge, lecture-concert de l'auteure, avec le pianiste et compositeur Édouard Ferlet, festival littéraire Québec en toutes lettres[14], Chapelle Musée de l'Amérique francophone, Québec, octobre 2013.
  • 2014 et 2015 : Ultraviolet, version théâtrale et chantée, d'après le roman jeunesse éponyme publié en 2011, avec Nancy Huston et Claude Barthélémy à la guitare ; 27 rue Jacob[15], Paris, 16 septembre 2014 ; CarréRontonde et Institut Pierre Werner[16], Luxembourg, 3 avril 2015

Disques[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Nancy Huston a signé les scénarios de deux films, Voleur de vie (1998) et Emporte-moi (1999), dernier film dans lequel elle interprète également le rôle de la professeure[17]. En 1995 elle participe également au film de Jean Chabot, Sans raison apparente y jouant le rôle d'une écrivaine qui effectue une recherche en vue d'un roman sur les faits divers[18].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Remise du titre de docteur honoris causa à l'université de Liège en 2007.

Adaptation de son œuvre[modifier | modifier le code]

Au théâtre[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Nancy Huston à la recherche de Romain Gary, de David Hagège ; épisode de la série documentaire « Recherche d'auteur », CNDP / la Cinquième, 13 minutes

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :