Cette page est en semi-protection longue.

Inconnu à cette adresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Inconnu à cette adresse
Auteur Kathrine Kressmann Taylor
Version originale
Titre original Address unknown
Langue originale Anglais
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Date de parution originale 1938
Version française
Traducteur Michèle Lévy-Bram
Éditeur Hachette
Collection Le Livre de Poche Jeunesse
Date de parution 2002
Couverture François Roca
Nombre de pages 93
ISBN 2-0132-2860-0

Inconnu à cette adresse (titre en anglais : Address Unknown) est le premier livre de l'écrivaine américaine Kathrine Kressmann Taylor, écrit sous le nom de plume Kressmann Taylor, publié pour la première fois dans sa version intégrale dans Story Magazine en 1938 aux États-Unis, soit un an avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Il prend la forme d'une correspondance épistolaire fictive étalée du 12 novembre 1932 au 18 mars 1934 entre deux très bons amis, Martin Schulse, 40 ans, allemand marié et père de trois garçons, et Max Eisenstein, 40 ans, célibataire d'origine juive, associés de longue date dans une affaire prospère de commerce de tableaux à San Francisco, la Galerie Schulse-Eisenstein. En 1932, Martin retourne vivre à Munich et échange avec son ami et associé.

Il fut l'objet d'une adaptation cinématographique en 1944, réalisée par William Cameron Menzies.

Résumé

Allemagne, 1932. Martin Schulse, sa femme et leurs enfants sont allemands de souche. Max est un juif américain d'origine suisse. Ils sont amis, et marchands de tableaux. La sœur de Max, une comédienne prénommée Griselle, a été la maîtresse de Martin. Martin est de plus en plus tenté par le nazisme montant ; il écrit: « Franchement, Max, je crois qu’à nombre d’égards, Hitler est bon pour l’Allemagne, mais je n’en suis pas sûr ; […] il possède une force que seul peut avoir un grand orateur doublé d’un fanatique. Mais je m’interroge : est-il complètement sain d’esprit ? »

Martin monte en grade dans la société nazie et finalement, en 1933, renie son amitié pour Max et lui annonce qu'il ne peut ni ne veut plus correspondre avec un juif, notamment en raison de la censure et de la police politique qui lit tous les courriers. Max lui écrit pourtant encore une dernière fois, pour lui demander de veiller sur sa sœur, Griselle qui vient de se produire sur la scène berlinoise. La dernière lettre de Max adressée à sa sœur lui est retournée avec la mention inconnu à cette adresse, ce qui signifie qu'elle a sans doute disparu. Max s'inquiète, tandis que Martin lui écrit avec mépris que Griselle s'est « conduite comme une imbécile », et que, poursuivie par une patrouille nazie, elle a couru trouver refuge chez lui. Martin lui a ouvert sa porte, Griselle a demandé à Martin de l'aider, mais il lui a répondu qu'il ne pouvait pas l'héberger mais qu'elle pouvait courir de l'autre côté du parc. Mais les SA l'ont attrapée et l'ont tuée.

La réaction de Max est à la hauteur de son désespoir, et sa vengeance est de faire subir le même sort à Martin. Il lui écrit, sachant que la police nazie surveille le courrier, en lui inventant une famille juive et en faisant croire à la censure qu'il y a un code entre Max et Martin. Par des messages en codes grossiers (reproductions « Picasso, 17 par 81, en rouge », « Rubens, 15 par 204, en bleu et jaune ») pour que les nazis croient à un langage codé. Martin répond désespéré, avec les mêmes supplications que lui avait adressées Max pour sauver sa sœur, qu'il ne faut pas lui écrire ainsi, qu'il risque sa vie si on le fait passer pour juif et comploteur. Mais Max continue inexorablement ses lettres, jusqu'à ce qu'il en reçoive une dernière, avec la même mention, synonyme de capture et de mort : inconnu à cette adresse, qui signifie qu'il a été tué ou bien déporté.

Adaptations

2001

Au Théâtre de la Pépinière Opéra (création le 12 septembre), création mondiale. Ce fut la première création au théâtre[1]. Douglas Taylor (fils de l'auteur) a honoré les créateurs de sa présence.

2008

Au théâtre Antoine

Une adaptation de Michèle Levy-Bram dans une mise en scène de Delphine de Malherbe au théâtre Antoine[3].

2012

2013

2014

Récompense

Le spectacle reçoit le Globe de cristal 2013 de la meilleure pièce de théâtre[4].

Notes et références

  1. http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/inconnu-a-cette-adresse-fascinant-26-10-2001-2002539709.php
  2. http://www.lesunslesunes.com/spectacles/inconnu-a-cette-adresse-2/
  3. Nathalie Simon, « Inconnu à cette adresse, des jours sans retour », Le Figaro,‎ 13 janvier 2012 (lire en ligne)
  4. Globes de cristal 2013, sur fr.news.yahoo.com, consulté le 7 février 2013

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes