Nâlandâ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monastère Nalanda.
Nâlandâ
Ruines de l'université de Nālandā
Ruines de l'université de Nālandā
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Bihar
District Nālandā
Géographie
Coordonnées 25° 18′ 39″ N 85° 31′ 12″ E / 25.3107458, 85.52002425° 18′ 39″ Nord 85° 31′ 12″ Est / 25.3107458, 85.520024  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bihar

Voir sur la carte administrative de la zone Bihar
City locator 12.svg
Nâlandâ

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte administrative d'Inde
City locator 12.svg
Nâlandâ

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte topographique d'Inde
City locator 12.svg
Nâlandâ

Nālandā (hindî/sanskrit/pâli : नालंदा) est une ville de l'état du Bihar, en Inde du nord, près du Népal, ancien siège d'un important centre universitaire bouddhiste, comptant à son apogée jusqu'à 10 000 moines.

L'université de Nālandā fut un centre majeur de la pensée indienne dont l'influence s'étendit sur une grande partie de l'Asie: asie centrale, Himalaya, asie du sud est, Chine et Japon[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L'empereur Ashoka (v. -304 à -232) avait déjà fait construire un premier temple bouddhiste sur le site. Le premier monastère apparaît au IIe siècle[1]. Nagarjuna sera l'un de ses premiers abbés. Son disciple Aryadeva y enseigna. Le monastère était constitué de moines du Mahayana. Par la suite, le monastère est détruit lors d'une incursion de barbares et reconstruit peu de temps après. L'université prend son essor, sous le nom de Mahāvihāra - de mahā, grand et vihāra, monastère. Le râja Kumāragupta Ier de la dynastie Gupta au milieu du Ve siècle fait construire le temple central. Elle grandit rapidement en importance et connaît une renommée internationale qui attire des moines étudiants du Tibet, de Birmanie, d'Indonésie (Sumatra et Java), mais aussi de Corée ou de Chine comme Xuanzang qui en fait une description enthousiaste dans son compte-rendu de voyage.

Asanga et Vasubandhu (IVe siècle) furent abbés du monastère et firent de l'université un très grand centre de l'école Cittamātra. Les maîtres Madhyamaka Candrakîrti (VIIe siècle) et Shantideva (685-763) y enseignèrent.

Comportant des bâtiments à plusieurs étages, une bibliothèque et un observatoire, elle compte quelque quatre mille étudiants lorsque Xuanzang y séjourne par deux fois lors de son périple indien. L'accès s'y faisait par une série de tests très difficiles, Xuanzang nous confie que deux tiers des candidats échouent. À côté des textes du bouddhisme mahāyāna dont la connaissance est obligatoire, on y étudie les Védas, les Upaniṣad, qui y sont enseignés par des brahmanes, la cosmologie et la logique nyāya, mais aussi la grammaire, la médecine, qui utilise une énorme pharmacopée et la chirurgie et la physique. Les cours sont de longueur fixée, annoncés par le son d'une trompe et réglés par une clepsydre. La fin des études se termine par la soutenance d'une thèse.

Les souverains Pāla vont embellir Nālandā et l'université devient un foyer artistique, en particulier de sculpture de bronze, qui va influencer le monde bouddhiste au travers des styles et sujets que les étudiants étrangers rapportent chez eux après leur séjour d'étude. De même, des souverains étrangers invitent des maîtres de Nālandā - comme Vajrabodhi ou Padmasambhava - à venir enseigner dans leur pays et ainsi une grande partie de ce qui constitue le bouddhisme tibétain ou Chinois s'y est élaboré. Nālandā sert aussi de modèle à d'autres universités - comme Odantapura ou Vikramaśīla - bientôt fondées par des rājas sur leur terre, nouvelles sources participant à la propagation du bouddhisme. Dans la dernière phase du Bouddhisme indien lorsque le tantrisme se développe, Nalanda commence à être éclipsée par Vikramaśīla.

Au IXe siècle, le bouddhisme - combattu par les nouvelles philosophies hindouistes - entre en déclin en Inde et vers 1200, l'université est détruite par les envahisseurs musulmans lors de leurs incursions dans la vallée gangétique. Une tentative de reconstruction échoue, des brahmanes mettant le feu aux nouvelles structures et le site est abandonné.

En 1951, un centre moderne pour les études bouddhiques y est fondé.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Hormis l'énorme stūpa central de briques et qui avait été agrandi six fois, les fouilles ont mis au jour une dizaine de monastères ou vihāra construits sur le même plan.

Monastères Nālandā dans le monde[modifier | modifier le code]

Le monastère Nalanda de Labastide-Saint-Georges (Tarn), dans le sud de la France (à 50 km de Toulouse) est affilié à la FPMT (Fondation pour la Préservation de la Tradition du Mahayana).

Nālandā est aussi le nom de deux universités modernes situés au Sri Lanka et à Toronto au Canada.

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire Encyclopédique du Bouddhisme / Philippe Cornu, Seuil, nouvelle éd. 2006

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]