Minerve chassant les Vices du jardin de la Vertu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Minerve chassant les Vices du jardin de la Vertu
Image illustrative de l'article Minerve chassant les Vices du jardin de la Vertu
Artiste Andrea Mantegna
Date 1499 - 1502
Technique Tempera sur toile
Dimensions (H × L) 160 × 192 cm
Localisation Musée du Louvre, Paris (France)
Numéro d'inventaire INV 371

Minerve chassant les Vices du jardin de la Vertu ou Le Combat de l'Amour et de la Chasteté est un tableau exécuté entre 1499 et 1502 par le peintre de la Renaissance Andrea Mantegna. Il est conservé aujourd'hui au Musée du Louvre à Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce tableau, des environs de 1502, est une huile sur toile de 160 × 192 cm destiné au studiolo d'Isabelle d'Este situé d'abord au castello San Giorgio à Mantoue et les textes du poète Paride da Ceresara servirent à en définir les contenus allégoriques.

Acheté par Richelieu, le tableau fit l'objet ensuite d'une saisie révolutionnaire pour être transféré au musée du Louvre.

Thème[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un thème allégorique (Les Vices et les Vertus) placé dans un cadre de représentation mythologique (Minerve, Daphné, Amour, Vénus, Diane) et la compréhension des situations est confiée à des indications écrites sur des parchemins dans le tableau.

Composition[modifier | modifier le code]

Dans un espace délimité par des massifs et des arcades de buis, Minerve (représentant une des Vertus avec Diane et la Chasteté) apparaît sur la gauche et chasse les Vices représentés par de multiples personnages qui ont envahi le jardin des Vertus. Les trois autres Vertus (Force, Tempérance et Justice) sont présentes dans un des nuages. Des visages de profil apparaissent également dans un des nuages.

Les Vices présentés par groupe sont Avarice, Ingratitude, Ignorance, Haine immortelle, le mal, le pire, le mal extrême, Oisiveté, Inertie, la Vénus sensuelle, ...

Un mur à droite les oblige à passer par le lac du premier plan.

Une roche escarpée et flamboyante se dresse dans le fond à gauche.

Analyse[modifier | modifier le code]

Plusieurs groupe se distinguent dans cette fuite de gauche à droite : Ainsi les semences du mal et du mal extrême sont transportées dans des sacs sur les épaules de la Haine immortelle en personnage simiesque au centre dans l'eau d'un lac.

À gauche l'Oisiveté ou la paresse (représentée sans bras) est attachée et tirée par l'Inertie, à droite l'Avarice et l'Ingratitude portent l'Ignorance couronnée, la Vénus sensuelle est debout sur le dos d'un Centaure...

Sur le bord gauche du tableau, Daphné se transforme en arbre[1].

Les trois autres Vertus présentes dans un des nuages, portent leurs attributs : la Force avec sa massue, sa colonne et sa peau de lion d'Hercule, la Tempérance qui verse du vin, et la Justice, avec son glaive et sa balance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. transformée en laurier-rose pour échapper à Apollon dans la mythologie

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Alberta De Nicolò Salmazo, chapitre sur « Le Combat des Vices et des Vertus » in Mantegna (1996), traduit de l'italien par Francis Moulinat et Lorenzo Pericolo (1997), coll. Maîtres de l'art, Gallimard Electa, Milan (ISBN 2 07 015047 X)