Maurice Fanon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fanon.

Maurice Fanon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Maurice Fanon au festival Sigma de Bordeaux en 1972.

Informations générales
Naissance 1929
Auneau
Décès 30 avril 1991
Paris
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur
Genre musical Chanson française

Maurice Fanon est un auteur-compositeur-interprète français né à Auneau en 1929 et mort à Paris le 30 avril 1991.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carnet de notes rempli par Maurice Fanon au Lycée Buffon en juin 1955.

Maurice Fanon naît à Auneau en 1929. Son père est commerçant et sa mère directrice d'école. Son grand-père maternel, Octave Violette, dit « Octave le rouge », lui transmet sa passion de la nature, des livres et de la Commune de Paris[1]. Il est élève au lycée Marceau à Chartres, puis étudiant en philosophie et en anglais à l'université de Rennes. Il est ensuite professeur d'anglais, notamment à Vitry-sur-Seine[2] puis au lycée Buffon. En 1952 il épouse en Écosse Margaret Charmers Buchan dont il divorce en 1956[1].

À la recherche d'interprètes pour les chansons qu'il écrit il rencontre, en 1956, Georges Moustaki, Joël Holmès, Oswald d'Andréa et sa future femme, Pia Colombo, qu'il épouse en 1960, à son retour de la guerre d’Algérie, où il est envoyé entre 1957 et 1959 et où il affirme sa position hostile à la pacification en dénonçant la torture[1]. Il s'essaie au roman, rapidement dissuadé par Jean-Paul Sartre[1]. Il commence à interpréter lui-même ses chansons dans les cabarets de la « Rive gauche », à La Méthode, Chez Patachou, à L'École buissonnière, à La Colombe et au Port du salut où il débute sa carrière de chanteur en 1962 avec un engagement de deux ans. En 1963, il travaille avec Jacques Debronckart à la Chanson Galande, le cabaret de Jacqueline Dorian, où il perfectionne son métier, et signe un contrat de trois ans avec la firme de disques Odéon[2].

Il écrit au moment de son divorce en 1963 d'avec Pia Colombo, qui demeure son égérie jusqu'à la fin de sa vie, l'un de ses titres les plus connus, L’Écharpe, titre fétiche qui lui vaut le prix de l’Académie Charles-Cros[1], chanté également par Pia Colombo et repris entre autres par Cora Vaucaire, Félix Leclerc, Hervé Vilard ou la chanteuse française RoBERT sur son album Princesse de rien en 1997. Sans concession pour le milieu du show-business, il assure sans conviction les premières parties de Bobino[2]. Il participe cependant à un Palmarès en janvier 1968 où il obtient une médaille de bronze avec La Guerre, chanson ouvertement antimilitariste[3]. Il voue une admiration sans borne à Léo Ferré, son Monsieur Léo de Hurlevent de 1970.

Il divorce en 1971 de Brigitte Tranchant qu'il a épousée en 1964[1] et rencontre Françoise Wilcz qui sera sa dernière compagne. Il est invité au premier festival Sigma de Bordeaux[4] consacré à la « chanson engagée » en 1972[5]. Il fréquente le cabaret bordelais du peintre Raymond Nabos, « La Cour des miracles », où se côtoient Bernard Dimey, Bernard Lavilliers, Gérard Ansaloni, Gilles Elbaz... Il chante plusieurs fois en 1980-1981 au café-théâtre « Au Ruisseau » à Saint-Félicien (Ardèche). Il connaît une période difficile dans les années 1970 à la suite du blocage de ses droits par ses maisons de disques successives, CBS et Barclay, laquelle réédite cependant ses anciens titres dans les années 1980. Une tournée au Japon et ses prestations au Connétable lui apportent de nouveaux succès[1]. En 1978 il écrit, toujours pour Pia Colombo, le spectacle donné au Théâtre de la Commune d'Aubervilliers, Requiem autour d’un temps présent[1]. Il chante jusqu'en 1980 dans les cabarets de la Rive gauche comme encore Les Frondeurs, Le Cheval d'or, le Milord l'Arsouille ou Le Connétable qu'il dirige avec Françoise Wilcz[6] mais aussi au Gavroche, le cabaret « Rive droite » de Jo Attia[2].

Maurice Fanon est l'exemple le plus typique de la catégorie des auteurs-compositeurs-interprètes, phénomène culturel né dans les années 1950 sur la Rive gauche faute d'interprètes disponibles pour chanter leurs créations donnant la primeur aux textes[2] : « [son] piètre talent de chanteur (à ses débuts) est compensé par la présence, la passion, l'émotion et, bien sûr, les qualités littéraires et mélodiques de ses chansons[2]. » « [il] incarne [...] l'amour des mots, des gens, un talent atypique qui n'atteindra jamais la lumière blanche des médias [...][2] » Son anticonformisme libertaire, sa tendance « anar-coco » revendiquée, son antimilitarisme affirmé, le tiennent en effet à l'écart du star système[2].

Il est chanté par nombre d'interprètes comme Isabelle Aubret, Melina Mercouri, Francesca Solleville, Jean Guidoni ou Joe Dassin, pour lesquels il écrit ou qui reprennent ses chansons[7]. Juliette Gréco lui consacre un album complet chez Barclay en 1972 : Juliette Gréco chante Maurice Fanon. Il est aussi l'auteur de deux romans, Le Petit Turc et La Transparente. Pour Françoise Wilcz il écrit en 1990 cent poèmes d'amour inédits publiés à titre posthume en 2014 sous le titre Amours debout, amours couchées[8]

Il est hospitalisé à l'hôpital américain de Paris pour un cancer à l'estomac et meurt le 30 avril 1991. Ses cendres sont dispersées dans le jardin du souvenir du cimetière du Père-Lachaise[1].

« Le jour de l'enterrement, on demande à Juliette Gréco : « Pourquoi selon vous, madame, Maurice Fanon était moins célèbre en son pays qu'au pays du Soleil levant ? » La chanteuse retourne abruptement la question : « Qu'avez-vous fait, vous, les journalistes, pour qu'il n'en soit pas ainsi ? »[9] »

Œuvre[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Enregistrements au format LP 33™
  • 1963 : Avec Fanon
  • 1963 : À la Jésus
  • 1964 : Chanson blonde
  • 1965 : La Petite Juive
  • 1965 : Elles ont quinze ans
  • 1967 : C'est un soir de décembre
  • 1968 : La Chambre
  • 1969 : Caroline
  • 1970 : Bleu
  • 1971 : Au point de non retour
  • 1975 : À l'heure blanche du laitier
  • 1980 : La Chanson française
  • 1982 : Le Petit Bout de rêve
  • 1984 : L'Écharpe
Compilations
  • 1991 : Collection Bravo
  • 1994 : Master Série
  • 1995 : Millésimes
  • 2010 : Maurice Fanon (œuvres compilées par Joseph Moali) ∫ CD Disques Barclay - Barclay – 2746964
Principaux succès
  • L'Écharpe (1963)
  • Avec Fanon (1963)
  • Paris Cayenne (1963)
  • La Petite Juive (1965)
  • Jean-Marie de Pantin (1965)
  • Madame Seguin (1965)
  • La Saint-Jean d'été (1967)
  • Mon fils chante (1976)

Romans - Poésie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Cercle de recherches généalogiques du Perche-Gouët, « Maurice Fanon » (lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Gilles Schlesser, Le Cabaret « rive gauche », préface de Claude Villers, Paris, Archipel, 2006, 682 p. (ISBN 9782809813159), notice BnF n° FRBNF40953782 (lire des extraits en ligne)
  3. Extrait du Palmarès des chansons du 4 janvier 1968 sur le site de l'INA (écouter en ligne)
  4. L'Unité, « Les bons crus à Bordeaux », 8 novembre 1974 (lire en ligne)
  5. Françoise Taliano-des Garets, « Le festival Sigma de Bordeaux (1965-1990) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 36, octobre-décembre 1992, p. 43-52
  6. Photographie de Maurice Fanon et Françoise Wilcz au Connétable (voir en ligne)
  7. Les interprètes des chansons de Maurice Fanon sur le site maurice-fanon.com
  8. Maurice Fanon, Amours debout, amours couchées : Poésies, 2014
  9. Patrice Delbourg, Les Funambules de la ritournelle, 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]