Marguerite de Lorraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marguerite (prénom).
Marguerite de Lorraine
Détail de Marguerite de Lorraine par Antoine van Dyck
Détail de Marguerite de Lorraine par Antoine van Dyck

Biographie
Dynastie Maison de Lorraine
Maison d’Orléans (par alliance)
Naissance
Palais des ducs de Lorraine (Nancy)
Décès (à 56 ans)
Palais d’Orléans (Paris)
Père François II de Lorraine
Mère Christine de Salm
Conjoint Gaston de France
Enfants Marguerite-Louise
Élisabeth-Marguerite
Françoise-Madeleine
Jean-Gaston
Marie-Anne

Royal monogram of Marguerite of Lorraine, Duchess of Orléans.svg

Marguerite de Lorraine, née le et décédée le , est une princesse de Lorraine célèbre pour avoir été la seconde épouse de « Monsieur », Gaston de France (1608-1660). Née Marguerite de Vaudémont comme fille du comte François de Vaudémont (1572-1632), elle fut ensuite appelée « Marguerite de Lorraine » lorsque ce dernier devint (en 1625) duc de Lorraine et de Bar. Benjamine des enfants du duc François II, elle perdit sa mère Christine de Salm en 1627, et fut élevée auprès de sa tante, Catherine de Lorraine, abbesse de Remiremont, dont elle fut bientôt élue coadjutrice.

Religieuse et fiancée[modifier | modifier le code]

En juillet 1629, elle fit la rencontre à Nancy de Gaston de France, duc d'Orléans et héritier présomptif de son frère, le roi de France Louis XIII qui, de santé précaire et vivant séparé de son épouse, semblait devoir mourir sans descendance. Veuf depuis deux ans de Marie de Montpensier, dont il avait eu la célèbre « Grande Mademoiselle », le fils d'Henri IV fut ébloui par la princesse de Lorraine et ne l'appela plus désormais que « L'Ange » ou « La petite angélique ».

Politiquement, le prince avait effectué une « sortie » du royaume avec sa suite et ses gentilhommes pour empêcher son frère de prendre part à la guerre d'Italie, ce qui réussit parfaitement. Il passa six mois en Lorraine et ne revint en France que le 30 janvier 1630, ayant reçu le pardon de son frère et gagné des avantages substantiels.

Quelques mois plus tard, contraint à l'exil après la Journée des Dupes, il chercha de nouveau asile auprès du duc de Lorraine et, pour se faire accepter par celui-ci, demanda, en tant qu'héritier du trône de France, la main de la princesse Marguerite, sœur du souverain.

L'amour et la guerre[modifier | modifier le code]

Louis XIII envahit alors la Lorraine mais, avec l'accord de sa mère, Marie de Médicis, en exil à Bruxelles, Gaston épousa Marguerite secrètement, dans la nuit du 2 au 3 janvier 1632. Dès le lendemain, le duc de Lorraine envoya son nouveau beau-frère se mettre en sécurité à Bruxelles, alors possession des Habsbourg.

Le parlement de Paris, sous prétexte de lutter contre les mariages clandestins, refusa d'enregistrer le mariage et condamna à mort par contumace, sinon la princesse, du moins son frère, Charles IV, en tant que vassal du roi (pour une partie de son Duché de Bar). L'ex-chanoinesse, jeune mariée de seize ans déguisée en soldat, le visage noirci, s'enfuit à cheval, vers Thionville, place alors luxembourgeoise, également possession des Habsbourg. Elle trouva refuge et protection auprès de l'archiduchesse-infante Isabelle, gouvernante de la Province pour son petit-neveu le roi Philippe IV d'Espagne, et de sa belle-mère la reine de France en exil Marie de Médicis.

Mariée et séparée[modifier | modifier le code]

Les armes de la duchesse d'Orléans

Réconcilié en apparence avec son frère, le duc d'Orléans put de nouveau rentrer en France en 1634, mais sans Marguerite.

Influencé par le cardinal de Richelieu[1], le roi pensait rompre le mariage en obtenant de son frère une action en nullité. Il fit même paraître des pamphlets prétendant que les membres de la Maison de Lorraine étaient indignes d'épouser le sang de France (alors que récemment encore l'épouse de Henri III était une princesse de Lorraine d'une branche cadette).

Marguerite, pieuse et fière, écrivait lettre sur lettre au pape et aux membres de la curie pour faire valoir la canonicité de son union.

De son côté, Gaston, pour une fois constant, espérait faire reconnaître son mariage par son frère. La naissance du futur Louis XIV en 1638 et la mort du cardinal de Richelieu en 1642 dénouèrent la situation : également proche de la tombe, « travaillé » par son frère et son épouse, Louis XIII consentit, le 6 mai 1643 à recevoir sa belle-sœur. Il mourut peu après. Après onze ans de mariage et autant de lutte, Marguerite, épuisée, put enfin paraître à la cour en tant que légitime épouse et princesse de France, seconde dame du Royaume après la reine.

Mère et belle-mère[modifier | modifier le code]

Marguerite fut selon l'usage appelée Madame. De ce mariage d'amour naîtront cinq enfants, dont un seul fils mort en bas âge (voir la généalogie des Bourbons : les descendants d'Henri IV) :

À la cour de France, Marguerite de Lorraine dut subir l'acrimonie de sa belle-fille, Mademoiselle de Montpensier, et fut une protectrice du jeune La Fontaine, dont la mère avait été une de ses dames d'atours. Elle soutint son mari pendant la Fronde sans oublier sa patrie, les duché de Lorraine et de Bar illégalement occupés par les troupes françaises.

Cour de France et du Luxembourg[modifier | modifier le code]

Veuve en 1660, elle s'installa d'autorité au palais du Luxembourg dont sa belle-fille voulait la déposséder.

L'année suivante, sa fille aînée, Marguerite-Louise fut mariée, malgré elle, au futur grand-duc de Toscane Cosme III de Médicis. La princesse aurait préféré son cousin Charles, héritier du trône de Lorraine ce que la duchesse douairière, tante du jeune homme, évidemment approuvait. Marguerite-Louise fut très malheureuse à la cour de Florence et, après avoir donné trois enfants à son mari, revint vivre en France après la mort de sa mère.

En 1663, sa fille benjamine Françoise-Madeleine fut mariée au duc de Savoie Charles Emmanuel II mais mourut dès l'année suivante.

Enfin, en 1667, Élisabeth Marguerite d'Orléans, bien que contrefaite (on la destinait à l'Église après lui avoir donné le duché d'Alençon), épousait un prince lorrain et français à la fois en la personne du duc de Guise lequel la laissa veuve trois ans plus tard avec un fils en bas âge, le dernier des ducs de Guise.

En 1670, « Madame » intervint auprès de Louis XIV, son neveu, pour protester contre l'invasion de la Lorraine et du Barrois mais aussi pour empêcher la mésalliance de sa tumultueuse belle-fille avec le marquis de Puyguilhem. Le roi dut céder sur ce dernier point ce qui, tout en préservant la dignité de sa famille, n'améliora pas les relations entre la duchesse d'Orléans et la duchesse de Montpensier.

Marguerite de Lorraine mourut en 1672.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le roi, de santé précaire, ne vivait pas avec la reine avec la quelle il était en forts mauvais termes. Il paraissait probable qu'il n'aurait pas d'héritier. Si Gaston restait éloigné de Marguerite, il n'aurait pas non plus d'héritier et la couronne serait passée au prince de Condé fiancé à ... la nièce de Richelieu
  2. …bossue et contrefaite à l'excès, elle avait mieux aimé épouser le dernier duc de Guise en 1667 que de ne se point marier… Mémoires de Saint-Simon, Louis de Rouvroy Saint-Simon, ed. Hachette et Cie, 1881