Maison mobile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Exemple de maison mobile très commune aux États-Unis en 2011. Bien qu'elle ressemble à une maison ordinaire, la jupe sous la maison cache des essieux.

Une maison mobile, avec ou sans trait d’union (« mobile home » en anglais), est une habitation de forme rectangulaire pouvant servir de résidence permanente ou secondaire. Elle doit être habitable à longueur d'année, construite sur un châssis remorquable, non sur fondations permanentes, et destinée à être raccordée aux services publics[1],[2].

Bien qu’un parement enveloppe la base de ces maisons, elles reposent sur des roues et sont stabilisées par des pilotis ajustables. Il s'agit ainsi d'une grande caravane construite en usine dont le déplacement sur la voie publique doit être effectué par convoi exceptionnel. Un engin tracteur spécialisé est alors nécessaire à son déplacement vers un site permanent ou semi-permanent[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Résidence mobile typique des années 1960 et 1970 en Amérique

Cette forme d’habitation remonte aux premières années de l’automobile et est dérivée de la caravane conventionnelle. Il s’agissait d’une façon simple d’avoir à peu de frais une maison de campagne temporaire. Les premières maisons mobiles sont ainsi apparues en Grande-Bretagne. Au cours des années 1950, ces roulottes ont commencé à être vendues comme des habitations permanentes en Amérique du Nord. L’argument de vente étant leur faible coût par rapport à la construction d’une maison conventionnelle. Ces roulottes ont pris une forme rectangulaire, plutôt qu’aérodynamique, et étaient faites de panneaux d’aluminium pré-peints pour les différencier des caravanes. Les plus petites pouvaient être amenées au site par une auto mais les plus grosses nécessitaient l’utilisation d’une remorqueuse spécialisée.

Durant les années 1960 et 1970, le volume des maisons mobiles augmenta ce qui les rendit à toute fin pratique « immobiles ». Aujourd’hui, ces habitations sont fabriquées en usine, amenées sur le terrain choisi et y restent de façon permanente. Dans certains États américains et au Canada, les maisons mobiles sont taxées comme des propriétés alors que d’autres les taxent différemment selon le fait que les axes et les roues demeurent en place ou sont enlevés. Dans tous les cas, la maison mobile repose sur des pilotis et est entourée d’une jupe pour cacher le vide sanitaire sous la roulotte.

Usages variés[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord, une telle construction n'est pas à strictement parler réservée aux loisirs. Bien qu'elle puisse être utilisée pour un terrain de camping ou comme résidence de villégiature, la plupart du temps il s'agit d'une demeure permanente stationnée sur un terrain loué ou acheté. Elle peut également servir de bâtiment temporaire dans les chantiers de construction.

Il existe deux types principaux de ces maisons : simple et double largeur. Les premières ont jusqu’à 4 mètres de large par 30 mètres de long. Les secondes consistent en deux roulottes mises côte à côte et jointes au site.

Des communautés entières, appelées parcs de maisons mobiles (« trailer parks » en anglais), sont très courantes aux États-Unis où plus de 35 000 sont recensées[3]. Les parcs peuvent compter de 5 à plus 1 000 maisons. Elles sont devenues populaires à cause des coûts plus faibles à l'acquisition que ceux d'une maison conventionnelle. Leur population est en général très variée mais il existe plusieurs parcs spécialisés comme par exemple les communautés de personne retraitées dans les États du Sud et les communautés visant la location aux touristes ou au villégiateurs. Les parcs de maisons mobiles sont beaucoup moins populaires au Canada, mais néanmoins présents, car celles-ci sont peu adaptées au climat hivernal.

Selon les règles en vigueur, lorsque le propriétaire veut s’en départir, il peut vendre à un acheteur qui reprendra le terrain ou déménager la maison.

Europe[modifier | modifier le code]

Un parc de « static caravans » au bord d’une falaise à Beer, Devon, Angleterre.

En Europe, l’utilisation permanente de telles roulottes est peu commune. Elles sont surtout utilisées dans les campings.

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

La norme AFNOR NF S 56-410, entrée en vigueur le 20 décembre 1999, a donné une définition officielle de la « résidence mobile de loisirs » en clarifiant sa situation juridique. Les points principaux sont les suivants :

  • la surface maximale de la résidence mobile est de 40 m². Au-delà c'est la réglementation sur les HLL (Habitation légère de loisirs) qui doit s'appliquer et un permis de construire sera nécessaire (selon l'Article R421-2 du Code de l'urbanisme) ;
  • la résidence mobile doit conserver ses moyens de mobilité (sinon elle devient une HLL) ;
  • elle n'est destinée qu'à un terrain de camping ou PRL (Parc résidentiel de loisirs) ;
  • elle doit être une résidence de loisirs temporaire ou saisonnière et ne peut être une résidence principale ;
  • les accessoires ne doivent pas entraver sa mobilité car elle doit pouvoir être tracté et faire un virage à tout moment sur demande de l'administration ;
  • la résidence mobile et ses accessoires ne peuvent occuper plus de 30 % de la surface de l'emplacement ;
  • Une maison mobile ne peut être posée que sur un emplacement loué (camping ou parc résidentiel de loisirs gestion hôtelière) ;
  • Seul un HLL peut être posé sur une parcelle en toute propriété dans un Parc résidentiel de loisirs en cession d'emplacement.

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Il y a trois types de caravanes : celles de voyage, les statiques, et les « mobile homes ». Les caravanes statiques correspondent à des maisons mobiles alors que les mobile homes correspondent plus à des maisons préfabriquées en section en usine et assemblées au terrain choisi. Les « static caravans » sont destinées au loisir et peuvent être simples ou doubles, ayant une largeur entre 2,5 et 4 mètres. Elles reposent sur un terrain loué dans un camping ou au bord d’un cours d’eau. La location de ces terrains est régie par les règles de l’Office of Fair Trading[4].

Drapeau d’Israël Israël[modifier | modifier le code]

Installations de caravanes à Mitzpe Hila, Israël, 1982

Plusieurs colonies israéliennes de peuplement dans les territoires palestiniens ont débuté à l'aide de caravanes (hébreu : קראוואן caravan; pl. קראוואנים, caravanim). Ce sont des constructions métalliques légères et peu isolées. Elles sont raccordées aux services publics et ont souvent un système de chauffage et de climatisation. En 2005, des maisons préfabriquées, appelées caravillas (hébreu : קרווילה), ont été utilisées par les familles évincées de la colonie de Gush Katif dans la bande de Gaza. Les caravillas sont formées de sections produites en usine et assemblées sur des fondations permanentes, ce qui n'est plus une maison mobile[5].

Dangers[modifier | modifier le code]

Ces roulottes ou maisons sont très vulnérables au vent et une bonne partie des morts lors du passage des tornades ou d'ouragans se retrouvent dans les zones de maisons mobiles[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Agence du revenu du Canada, « La signification de « dont la fabrication et l’assemblage sont achevés ou achevés en grande partie » dans la définition de « maison mobile » », Gouvernement du Canada,‎ 20 janvier 1999 [PDF]
  2. Travaux publics et services gouvernementaux Canada, « Mobile home », Termium, Gouvernement du Canada,‎ 7 avril 2011 (consulté le 4 mai 2011)
  3. (en) « Database of Mobile Home Parks in the United States » (consulté le 2 mai 2011)
  4. (en) Office of Fair Trading, Unfair Terms in Holiday Caravan Agreements, Gouvernement britannique,‎ 2005 (lire en ligne [PDF]) [PDF]
  5. (en) Orit Arfa, « A perpetual sukkah. As Sukkot approaches, most Gaza evacuees still live in temporary housing », JewishJournal.com,‎ 21 septembre 2010 (lire en ligne)
  6. (en) National Weather Service, « Enhanced F Scale for Tornado Damage », NOAA (consulté le 2 mai 2011) [PDF]