National Weather Service

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
National Weather Service
National Weather Service

Création 7 février 1870
Énoncé de positionnement America's National Weather Service: Protecting Lives, Livelihoods, and Your Way of Life
Affiliation NOAA
Juridiction Gouvernement des États-Unis
Siège Silver Spring (Maryland)
Direction Dr. John "Jack" L. Hayes (Directeur)
Agence fille National Centers for Environmental Prediction
Site web www.weather.gov
Précédent US Weather Bureau

Le National Weather Service (NWS) est le service météorologique des États-Unis d'Amérique. C'est un des six services scientifiques qui composent le National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), l'agence gouvernementale chargée de la recherche et la surveillance de l'atmosphère et des océans sur tout le territoire américain.

Le NWS est plus spécifiquement chargé de la recherche sur les phénomènes atmosphériques, la prévision du temps, les études climatologiques et les hydrologiques. Il est émet les veilles et alertes météorologiques et hydrologiques pour avertir la population des dangers imminents et fait des études sur le changement du climat. Le NWS est divisé en 4 régions administratives et comporte 122 bureaux locaux de prévision co-localisés avec les sites de lancement de radiosondage. Les services rendus sont gratuits selon la politique du gouvernement américain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Image d'un des 122 centres de prévision locaux (National Weather Service Forecast Office ou NWSFO)

Dès les débuts de la colonisation britannique, des observations du temps sont prises par les navigateurs et les explorateurs de ce qui deviendrait les États-Unis. Parmi les Pères de l'Union, Thomas Jefferson était un avide expérimentateur et acheta son premier thermomètre et baromètre à quelques jours de signer la Déclaration d'Indépendance et nota dans ses carnets que la température à Philadelphie le 4 juillet 1776 était de 76 °F (24,4 °C)[1].

Au début du XIXe siècle, les instruments de mesure existaient depuis plus de cent ans mais le moyen de transmettre les informations à de grandes distances en temps réel n'existait pas ce qui empêchait de concevoir la prise de données autrement que pour des fins climatologique. Le télégraphe changea cela. En 1849, la Smithsonian Institution a fourni des instruments de mesure météorologiques aux compagnies télégraphiques ce qui permit de couvrir rapidement le territoire de 150 stations[1]. À l'aide de ces données, des cartes météorologiques ont pu être tracées pour la première fois aux États-Unis. En 1860, le Washington Evening Star comptait cinq cents stations dans son réseau lui permettant de publier des cartes météorologiques quotidiennement[1]. D'autres réseaux parallèles furent graduellement absorbés, incluant ceux mis sur pieds par certains États.

Le début de la Guerre de Sécession, en 1861, mis un terme à l'expansion de ce service météorologique naissant. Il reprit cependant après 1865 mais la grandeur du territoire et la complexité de l'analyse des données montra rapidement qu'une agence gouvernementale centrale devait reprendre le flambeau[1]. Le NWS fut fondé le 9 février 1870 par une résolution conjointe des deux chambres du congrès américain et signé par le président Ulysses S. Grant[2].

Le Weather Bureau, son nom original, fut placé sous la direction du Ministère de la guerre de 1870 à 1891 car c'était l'organisation ayant le plus grand réseau de poste à travers le pays et à cause de son importance stratégique. Son quartier général était à Washington D.C. et la plupart des stations de données étaient à l'est de montagnes Rocheuses[3]. La prévision météorologique à cette époque consistait à observer le temps et à tenir pour acquis qu'il se retrouverait sans changement dans les régions en aval. L'utilisation du télégraphe pour communiquer l'information fut cruciale.

En 1891, le Weather Bureau fut transféré au ministère de l'agriculture (Agriculture Department). Dès ce moment, le Bureau commence un embryon de recherche en météorologie. Le secrétaire à l'agriculture (ministre), R.G. Dyrenforth, lui demande d'expérimenter sur la modification du temps. Il veut que l'on produisent des explosions à partir de ballons afin d'augmenter la pluie, probablement influencé par les rapports sur les canons anti-grêle venant d'Europe[1]. Le Bureau est également chargé d'émettre des avertissements d'inondations au public avec l'aide d'un réseau de vingt-six stations de mesure du niveau des eaux le long du fleuve Mississippi et de ses affluents, du fleuve Savannah et du Potomac[1]. En 1898, le président William McKinley charge en plus le Bureau d'établir un réseau d'observatoires et d'avertissements contre les ouragans dans les Antilles[1].

Les changements furent rapides durant les deux premières décennies du XXe siècle. En 1902, les données et prévisions commencèrent à être transmises par télégraphie sans fil aux navires en mer et les données provenant de ces derniers le furent dès 1905. En 1907, on commença les échanges de données météorologiques avec la Russie et l'Asie de l'est, permettant d'avoir une meilleure analyse des systèmes en amont des États-Unis. Dès 1910, le Bureau se mit à émettre des aperçus du temps d'une semaine pour les besoins agricoles et en 1913, les premières prévisions spécifiquement pour les besoins du combat des feux de forêt était émises[3].

Durant la même période, la recherche en météorologie commençait à comprendre le fonctionnement de l'atmosphère grâce à des instruments développés pour prendre des données en altitude. Les premiers radiosondages avec des cerf-volants munis de thermomètres et d'hygromètre avaient été effectués par William Eddy en 1894. Les données sont prises plus tard par l'aviation naissante. Ces recherches menées en Europe et en Amérique menèrent à la théorie frontale par l'école de météorologie de Bergen dirigée par Wilhelm Bjerknes.

Le président Franklin D. Roosevelt réalisa le rôle de la météo pour l'aviation et que le développement de celui influencerait grandement le commerce. Il mit donc en 1940 le Weather Bureau sous la direction du ministère du commerce (Département du commerce des États-Unis) où il se trouve jusqu'à aujourd'hui[3]. La Seconde Guerre mondiale fut un important coup de fouet pour l'avancement de la météorologie tant du point de vue théorique que pour l'instrumentation, le besoin de planification des missions de guerres étant très influencées par le temps qu'il fait. Le Bureau et ses pendants militaires dans la U.S. Navy et la U.S. Army ont donc joué un rôle important aux côtés des météorologues des autres pays alliés. Au sortir du conflit, le Bureau a pu acquérir vingt-cinq radars mis en surplus. Grâce aux recherches qui avaient été faites durant la guerre et par la suite par des gens comme David Atlas, le Bureau a pu créer le premier réseau opérationnel de radars météorologiques[3].

Depuis la fin des années 1920, les chercheurs en météorologie ont travaillé sur une formulation mathématique du comportement de l'atmosphère mais ce n'est que durant les années 1950 que les ordinateurs ont pu être assez puissants pour penser résoudre les équations en temps réel et le gouvernement américain commence alors à mettre sur pied une division au sein du Bureau à cet effet. Durant les années 1960, le développement des fusées a permis de lancer les premiers satellites météorologiques, les TIROS.

Tour et radôme du radar météorologique WSR-88D de Norman (Oklahoma)

En 1965, le Bureau passa sous la direction de l’Environmental Science Services Administration (ESSA) au sein du Département du commerce. Son nom fut changé en National Weather Service l'année suivante. En 1970, le NWS et ESSA furent intégrés dans le National Oceanic and Atmospheric Administration suite à une loi proposée par le président Richard Nixon pour regrouper tous les services du gouvernement américain s'occupant de la mer et de l'atmosphère[3].

Le NWS a développé avec le temps des services météorologiques et hydrologiques de qualité reconnus par tous. C'est maintenant une organisation comportant des services de prises de données, de prévision et de recherche qui utilisent un réseau étendu de stations, de radars et de satellites. Cependant, depuis l'émergence de services privés de météorologie comme AccuWeather ou The Weather Channel, les propriétaires de ces services, et les esprits libertariens, tentent de limiter le mandat du NWS. Un projet de loi a d'ailleurs été introduit en 2005 par le sénateur Rick Santorum de Pennsylvanie pour restreindre le champ d'action du NWS aux produits que le secteur privé ne pouvait ou ne voulait fournir. La loi ne fut pas adoptée à cause des pressions du public et des utilisateurs des données du NWS, mais la partie n'en est pas finie pour autant.

Prévisions[modifier | modifier le code]

Exemple de produits: carte des températures maximales pour la journée

Le NWS a une variété d'utilisateurs allant du grand public, à l'aviation, aux pêcheurs et navires, à l'agriculture, à la foresterie et à d'autres utilisateurs particuliers. Pour remplir son mandat, le NWS possède et recueille les données de stations météorologiques terrestres et sur bouées flottantes, de stations aérologiques et de satellites météorologiques. En plus, en partenariat avec les intérêts privés ou des différents États de l'Union, il obtient des données sur les niveaux d'eau des lacs et cours d'eau, sur la pollution et autres.

Toutes ces données sont colligés avec les données venant du reste du globe grâce aux ententes internationales de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), injectés dans des modèles de prévision numérique du temps et hydrographique pour en tirer des prévisions sur l'évolution du temps et du débit des cours d'eau.

Les types principaux de prévisions :

exemple de prévision d'aérodrome qui donne le plafond des nuages, les vents, la visibilité et le type de précipitations :
KOKC 212350Z 220024 10006KT P6SM SCT040 BKN120 TEMPO 0001 VRB15G25KT 2SM +TSRA BKN040CB OVC070
  • Bulletins et avertissements maritimes pour les pêcheurs, les compagnies de transport maritime, les plaisanciers, etc.
  • Bulletins de prévisions des conditions favorables au déclenchement des feux de forêt et pour aider les services de combat de ces derniers
  • Bulletins de prévision des niveaux des cours d'eau et des lacs et avertissements de crues de ceux-ci.

Centres spécialisés[modifier | modifier le code]

Avions Lockheed Orion WP-3D pour l'observation in situ des ouragans (Chasseurs de cyclones) en utilisant divers instruments dont les catasondes

En plus des bureaux locaux, le NWS maintient un certain nombre de centre nationaux spécialisés :

  1. Aviation Weather Center ou AWC : centre à l'aviation ;
  2. Climate Prediction Center ou CPC : centre climatologique national ;
  3. Environmental Modeling Center ou EMC : Le centre de modélisation qui développe et met à la disponibilité de tous des modèles de prévision numérique du temps comme le WRF et le GFS ;
  4. Ocean Prediction Center ou OPC : centre de prévision maritime ;
  5. Space Environment Center ou SWPC : Le centre du service spatial responsable des satellites.
  6. Storm Prediction Center ou SPC : centre national des orages violents
  7. Tropical Prediction Center ou TPC : centre de prévision tropical incluant le centre national des ouragans (National Hurricane Center ou NHC)
  8. Weather Prediction Center ou WPC : centre hydrométéorologique national ;
  9. NCEP Central Operations : voit à l'implantation et au fonctionnement des modèles numériques développés par le EMC, ainsi qu'à la dissémination des résultats ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) « Evolution of the National Weather Service », National Weather Service (consulté le 2007-12-02)
  2. (en) « Histoire du NWS », NOAA (consulté le 2007-11-30)
  3. a, b, c, d et e (en) « NOAA’S National Weather Service Celebrates 135th Anniversary », NOAA (consulté le 2007-11-30)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :