Magnus Ier de Norvège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Magnus Ier
Magnus offre sa hache à Åsmund Grankjellsson
Magnus offre sa hache à Åsmund Grankjellsson
Titre
Roi de Norvège
10351047
Prédécesseur Sven Knutsson
Successeur Harald III
Biographie
Dynastie Hårfagreætta
Date de naissance 1021
Date de décès 1047
Père Olaf II

Magnús Ier Olafsson den Gode (le Bon) (v.1024-1047), roi de Norvège de 1035 à 1047 et roi de Danemark de 1042 à 1047.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils illégitime du roi de Norvège, Olaf II de Norvège dit Olaf le Saint, il nait en 1021[1] et grandit à la cour de Norvège. Il reçoit l'éducation des princes de son temps. Mais la mort de son père le prive de protection. Il est exilé en Suède après la mort de ce dernier en 1030. Il est placé sur le trône de Norvège par les magnats qui avaient déposé Sven Knutsson, le fils de Knut II de Danemark dit Knut le Grand. Il se montre un roi respecteux de ses sujets et de l'Eglise. Il encourage la fondation de monastères. Il cherche à faire venir des moines lettrés d'Allemagne et de Flandres pour développer la culture latine dans son pays. [réf. nécessaire]

En 1042, à la suite d'un accord, il succède sur le trône de Danemark à Knut III de Danemark dit le Hardi, autre fils de Knut le Grand, et rétablit l'union des deux royaumes à son profit.

Cependant, aux prises avec la révolte danoise menée par Sven II de Danemark, neveu de Knut le Grand qui s'est proclamé roi, il est obligé de partager le pouvoir en Norvège avec son oncle Harald III de Norvège. On peut se demander pourquoi Magnus s'intéresse plus à ses affaires danoises, alors qu'il a été élevé en Norvège. Le Danemark est plus riche et plus peuplé. Le roi de Danemark est donc plus puissant que celui de Norvège. Il est plus facile de mener une politique de conquête à partir du Danemark.

Il meurt le 25 octobre 1047 en luttant contre les Danois et est inhumé dans la cathédrale de Nidaros aux côtés de son père, Olaf II de Norvège. De son mariage naissent deux filles mortes en bas âge.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annales Islandici: AD 1021 p. 37

Sources[modifier | modifier le code]