Langues samoyèdes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne les langues samoyèdes. Pour les peuples samoyèdes, voir Samoyèdes.
Langues samoyèdes
Pays Russie
Région côte arctique, nord-ouest de la Sibérie
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-5 syd
IETF syd
Linguasphère 41-CA
Carte
Répartition géographique estimée des langues samoyèdes au XVIIe siècle (en hachures) et de nos jours (en plein).
Répartition géographique estimée des langues samoyèdes au XVIIe siècle (en hachures) et de nos jours (en plein).

Les langues samoyèdes (parfois écrit samoïèdes) sont une famille de langues, en usage des deux côtés de l'Oural par une trentaine de milliers de personnes. Elles constituent traditionnellement une des deux branches de l'ensemble de langues ouraliennes, l'autre étant celle des langues finno-ougriennes. Toutefois, cette dichotomie primitive a été récemment remise en cause par certains linguistes, qui tiennent les langues samoyèdes pour une branche de même niveau que les subdivision du finno-ougrien. De façon générale, les langues ouraliennes se répartissent actuellement en sous-groupes bien caractérisés, mais les relations plus anciennes de ces sous-groupes sont peu claires, peu étudiées, et rendent difficile de les rassembler en branches plus larges[1].

À un niveau taxinomique supérieur, on rapproche souvent des langues ouraliennes le youkaguir de l'est de la Sibérie.

Le terme de samoyède vient du russe самоед (samoyed), traduit par l'étymologie populaire comme signifiant « qui se mange soi-même » (сам → soi-même ; ед → manger), mais qui serait plutôt à rapprocher de l'auto-ethnonyme des sames : saamit.

Le nénètse de la toundra demeure la langue la plus répandue, et est même une langue officielle dans plusieurs régions autonomes (okrugs) de Russie.

La science qui étudie les langues samoyèdes s'appelle la samoyèdistique, et fut créée au XIXe siècle, par entre autres les Finnois Matthias Alexander Castrén et Kai Donner ainsi que le germano-balte Franz Anton Schiefner. Elle ne peut généralement pas être étudiée séparément de l'ouralistique.

Les langues samoyèdes se transmettent le long des côtes arctiques de Russie, de la mer Blanche à la mer de Laptev, en passant par la Nouvelle-Zemble, la péninsule de Yamal, les embouchures des fleuves Ob et Ienisseï, et la péninsule de Taïmyr. Elles sont contiguës avec les langues ougriennes trans-ouraliennes et les langues permiennes cis-ouraliennes, mais sont séparées des langues fenniques par les Russes, à l'ouest, et du youkaguire par le peuple turc des Yakoutes, à l'est. Au XVIe siècle, une ville importante de Samoyèdes se constitua à Mangazeïa, qui fut détruite au XVIIe siècle.

Liste et classification[modifier | modifier le code]

Tableau comparatif des différentes langues samoyèdes[modifier | modifier le code]

Nénètse Nganassan Kamasse Mator Selkoup Français
халта-сь кәлә(")бтуса безет- мусаш- laver
сидя ситi шиде кыды deux

Notes : l'énètse et le yourak ne sont pas présentés par manque d'information.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tapani Salminen, « Problems in the taxonomy of the Uralic languages in the light of modern comparative studies », dans Лингвистический беспредел: сборник статей к 70-летию А. И. Кузнецовой, Moscou, Presses Universitaires de Moscou,‎ 2002 (lire en ligne), p. 44-55

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]