Lambert le Bège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue de Lambert le Bège (à gauche) au Palais provincial de Liège

Lambert le Bège ou Lambert le Béguin[1], né vers 1131 et décédé en 1177 à Liège en Belgique était un prêtre réformateur liégeois du XIIe siècle. Il est considéré comme l’initiateur du mouvement béguinal dans les Pays-Bas méridionaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né de parents pauvres, Lambert eut cependant une bonne formation, sans doute dans un monastère. Devenu clerc il est d’abord en fonction dans la paroisse de Saint Martin en l’île de Liège. Transféré à Saint-Christophe, il y inaugure une approche pastorale qui a du succès. Il traduit en langue vulgaire des textes du Nouveau Testament pour les rendre accessible au peuple, dirige spirituellement des jeunes dames pour lesquelles il écrit des 'vies de saints' et promeut un style de vie nettement évangélique. Une communauté religieuse se forme autour de l’église Saint-Christophe. C’est l’origine du premier béguinage de la Principauté de Liège (et de l’ensemble des Pays-Bas).

Ce nouveau mouvement de piété et l’enthousiasme qu’il rencontre auprès du peuple simple, et des femmes en particulier, fait peur au haut clergé. Lambert est soupçonné d’hérésie, sans doute de catharisme. En effet, le style de vie austère qu’il prône (avec insistance sur la chasteté), n’est pas tellement éloigné de ce qui est encouragé à Albi et qui agite tellement les autorités ecclésiastiques de l’époque. Le prince-évêque de Liège Raoul de Zähringen enlève à Lambert sa cure (avec son bénéfice), et le fait incarcérer. Lambert écrit une vigoureuse lettre de protestation au pape.

Béguinage de Saint-Christophe[modifier | modifier le code]

Peu de chose est connu de la suite de la vie de Lambert le Bège, mais on est certain de la présence, dès la fin du XIIe siècle, de logis abritant des femmes autour de l’église Saint-Christophe, à Liège. Les documents parlent de sœurs en 1224 et de béguines en 1253. En 1241 les béguines obtiennent une lettre d’indulgence pour la construction d’une nouvelle église. C’est l’église Saint-Christophe que nous connaissons aujourd’hui, redécorée en style baroque quelques siècles plus tard.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • VAN MIERLO, J. : De bijnaam van Lambertus di Beges en de vroegstebeteekenis van het woord ‘begijn’, in Versl. en Meded. der kon.Vlaamsche Academie, Gand, 1925, pp. 406-447.
  • POSWICK, P. : Lambert le Bègue et l’origine des béguinages, dans ‘’Bulletin de la société d’art et d’histoire du diocèse de Liège’, vol. 32, 1946, pp. 59 sv.
  • STIENNON, J. : L’origine liégeoise du mouvement béguinal, dans Abbayes et béguinages. Variations libres, Namur, 1973, pp. 7 sv.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par glissement orthographique Lambert le Bège (le mot venant de 'Béguin' ou 'Béghard') en est arrivé à être connu comme Lambert le Bègue. Bon orateur et écrivain, rien n'indique qu'il ait été bègue. [réf. nécessaire]