Rupert de Deutz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Deutz (homonymie) et Rupert de Salzbourg.
Rupert de Deutz

Rupert de Deutz (autres noms : Rupertus Tuitiensis, Rupert de Tuy, Rupert von Lüttich, Rupert de Liège, Rupert de Saint-Laurent), né aux alentours de 1075 à Liège (dans l'actuelle Belgique) et mort le à Deutz (Cologne) en Allemagne, est un théologien liégeois, issu d'une famille de langue thioise et entré dans son adolescence au monastère de Saint-Laurent où il reçut une formation littéraire.

Son écrit De voluntate Dei provoqua une grave controverse à Liège et il fut obligé de se réfugier à l'abbaye de Michaelsberg à Siegbourg. Il y écrivit sa défense dans De omnipotentia Dei (1117). Il devint abbé de Deutz où il mourut le .

Influence de ses œuvres[modifier | modifier le code]

Son œuvre a influencé Honorius Augustodunensis et a rayonné à travers le Saint-Empire germanique: Cologne, l'Allemagne du Sud et l'Autriche, ainsi que dans la Basse-Lotharingie (le nord de la France actuelle et le sud de l'actuelle Belgique) où les célèbres Fonts baptismaux de Saint-Barthélemy, chef d’œuvre de l'Art mosan, et ceux qui se trouvent dans l'église de Furnaux (Province de Namur actuelle) sont inspirés de sa théologie.

Son œuvre a également inspiré l'iconographie de l'église de Schwarzrheindorf, près de Bonn, construite par l'archevêque de Cologne, Arnold de Wied (de).

Liens externes[modifier | modifier le code]