La Jard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Jard
Le village de La Jard
Le village de La Jard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement Arrondissement de Saintes
Canton Saintes-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saintes
Maire
Mandat
Jacky Quéré
2014-2020
Code postal 17460
Code commune 17191
Démographie
Gentilé La Jardais
Population
municipale
347 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 19″ N 0° 35′ 05″ O / 45.6552777778, -0.58472222222245° 39′ 19″ Nord 0° 35′ 05″ Ouest / 45.6552777778, -0.584722222222  
Altitude Min. 6 m – Max. 48 m
Superficie 8,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de Charente-Maritime
City locator 14.svg
La Jard

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de Charente-Maritime
City locator 14.svg
La Jard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Jard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Jard

La Jard est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes). Ses habitants sont appelés les La Jardais et les La Jardaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

La commune de La Jard se situe dans le centre-est du département de la Charente-Maritime, en région Poitou-Charentes, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au midi de la France — on parle plus précisément de « midi atlantique »[2], au cœur de l'arc atlantique, elle peut être rattachée à deux grands ensembles géographiques, le Grand Ouest français et le Grand Sud-Ouest français.

La Jard est un petit village situé entre Saintes et Pons, à 10 km de chacune des deux villes, en Charente-Maritime, sur une colline sur le bord est de la D 137, ancienne route nationale 137 menant à Saint-André-de-Cubzac.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune s'étend depuis la route départementale jusqu'au lieu-dit Rabaine, où se trouvait jadis un moulin dont il reste quelques vestiges.

Les Breuils et Courcion sont des hameaux de Berneuil situés au nord de La Jard.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de */ La Jard
Montils
Berneuil */ La Jard
Colombiers

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Bernard Grenon   Comptable
2008 2014 Bernard Grenon   Comptable
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 347 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415 394 354 491 454 448 455 442 459
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
428 416 405 360 371 379 367 318 299
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
315 314 296 286 245 246 239 244 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
223 237 207 198 259 275 293 295 327
2011 - - - - - - - -
347 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jacques.
  • La Jard possède une petite église romane dédiée à saint Jacques, du XIIe siècle, et dont la cloche date du XVIIIe siècle. Elle a été récemment restaurée par la municipalité du maire actuel, Bernard Grenon. Le début de ce projet avait été entrepris par*/ l'ancien maire, Guy Georgeon.
  • Un moulin était également présent au lieu-dit Rabaine, dont il reste quelques vestiges. Ces vestiges sont constitués d'une petite habitation restaurée et quelques restes de poutre de bois encore visibles de part et d'autre de la Seugne.
  • Un monastère aurait existé, dont une arche en guise de vestige est visible dans un champ du village.
  • Site de présence néolithique et romaine, dont vestiges d'une voie romaine et d'habitat.
  • Il existe également une ou des sources d'eau dans ses marais, au lieu-dit Font Roman.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :