L'Ours (film, 1988)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Ours et Ours.

L'Ours

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ours Kodiak du même type que ceux du film[1]

Réalisation Jean-Jacques Annaud
Scénario Gérard Brach
Acteurs principaux
Sociétés de production Renn Productions
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Aventures
Sortie 1988
Durée 92 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Ours est un film français réalisé par Jean-Jacques Annaud, sorti en salle en 1988. Il est une adaptation du célèbre roman de l'écrivain américain James Oliver Curwood Le Grizzly (The Grizzly King), publié en 1916 et souvent réédité depuis. Le film est un succès en France avec plus de 9 millions d'entrées.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un ourson orphelin, inconscient et maladroit, est adopté par un ours solitaire. Il fera avec lui l'apprentissage de la vie et du mal, un mal que personnifient deux chasseurs lancés à leurs trousses. L'un de ces chasseurs, Tom, prendra peu à peu conscience de la dignité de la vie animale.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

La naissance du projet remonte en 1981, lorsque Jean-Jacques Annaud souhaitait faire un film populaire et familial. Le scénariste Gérard Brach lui suggère donc de lire le roman de son enfance intitulé Le Grizzly de James Oliver Curwood. Après la sortie du film de Jean-Jacques Annaud La Guerre du feu, le producteur Claude Berri enthousiasmé par son dernier film, lui fait signer un contrat en blanc pour son prochain film, révèle Annaud dans un interview[2].

Les animaux du film, et plus particulièrement les ours, ont été dressés durant quatre ans. Ce qui laisse le temps a Jean-Jacques Annaud de partir sur d'autres projets, celui d'adapter le roman d'Umberto Eco, Le Nom de la rose, film qui sortira en 1986.

Le tournage débute le 18 mai 1987 et durera 109 jours, dans des conditions souvent compliquées, notamment dues à la météo. Bien que l'histoire se déroule en Colombie-Britannique au Canada, le tournage a entièrement eu lieu en Italie dans les Dolomites et à proximité du lac de Misurina pour la séquence de l'ourson traversant le torrent, ainsi qu'en Allemagne à Garmisch-Partenkirchen, et en Autriche dans le Tyrol, dans les environs d'Innsbruck, et à Lienz.

La vedette du film est l'ourson Youk, que le réalisateur et les dresseurs ont surnommée la Douce. En tout, douze oursons ont servi de doublures. Les douze oursons qui ont été élevés et dressés dans une nursery, près du parc de Jacana à Sainte-Montaine en Sologne, étaient composés de dix femelles et deux mâles[3].

Après le tournage, les oursons ont été introduits dans divers parcs zoologiques. La Douce, la figure principale du film, est retournée à Sainte-Montaine dans la propriété de Jean-Philippe Varin. Les autres oursons habitent dans le Parc zoologique de Saint-Martin-la-Plaine et le Parc zoologique de Beauval en France, dans le zoo de Linz en Autriche ainsi que dans le Parc zoologique de Limbourg en Belgique[4],[5].

Le film n'a pas été tourné en français mais en anglais. En France, sa version originale est disponible dans le commerce, en DVD sous le label Pathé. On peut la trouver aux États-Unis sous le titre The Bear.

Au box-office, le film attire en salle 9 136 266 spectateurs e France[6] et 7 998 500 de spectateurs aux Etats-Unis[7], proche du record (chiffres depuis 1980) d'un film français aux États-Unis[8] détenu par La Cage aux Folles et ses 8,14 millions d'entrées[9].

Le 23 février 1992, la première diffusion du film en France sur la chaîne TF1 détient le record d'audience des fictions à la télévision en France avec 16,4 millions de téléspectateurs[10].

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Anecdote du film » (consulté le 2 août 2013) « Jean-Jacques accepte de poser tout près de Bart, (le Kodiak) pour des photos. Bart est on ne plus coopératif. Il soulève une patte et l'avance. La photographe mitraille. Jean-Jacques commence à sentir des vibrations étranges. Trop tard, le corps ramassé, les muscles tendus, le Kodiak bondit et fait tomber sa masse de 900 Kilos sur Annaud. »
  2. « Infos tournage », sur toutlecine.com
  3. Les Secrets de L'Ours, le film de Jean-Jacques Annaud, José Benabent-Loiseau, Éditions Grasset & Fasquelle, 1988
  4. L'Ours, reportage sur le tournage d'un film très particulier, réalisé par Michel Parbot, Sygma TV, 1988
  5. Les Secrets de L'Ours, le film de Jean-Jacques Annaud, José Benabent-Loiseau, Éditions Grasset & Fasquelle, 1988, page 207
  6. http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=4097.html
  7. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=bear.htm&adjust_yr=1&p=.htm
  8. http://www.boxofficemojo.com/genres/chart/?id=foreign.htm&adjust_yr=1&p=.htm
  9. http://www.boxofficemojo.com/movies/?id=lacageauxfolles.htm&adjust_yr=1&p=.htm
  10. « Les Ch'tis n'ont pas eu la peau de L'Ours », Le Journal du dimanche, 29 novembre 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Danièle Heymann, L'Ours (d'après le film de Jean-Jacques Annaud), photographies de Marianne Rosenstiehl, éd. Bernard Grasset, 1988. (ISBN 2-246-40751-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]