Or noir (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Or noir.

Or noir

Réalisation Jean-Jacques Annaud
Scénario Menno Meyjes
Jean-Jacques Annaud
Sociétés de production Quinta Communications
Prima TV
Carthago Films
France 2 Cinéma
The Doha Film Institute
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau du Qatar Qatar
Drapeau de la Tunisie Tunisie
Genre Aventure
Sortie 2011
Durée 129 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Or noir est un film d'aventure franco-qatario-italien de Jean-Jacques Annaud, sorti en 2011. C'est l'adaptation cinématographique du roman La Soif noire de Hans Ruesch, publié en France en 1961. Le film a été tourné en Tunisie et en partie au Qatar avec Tahar Rahim, Mark Strong, Antonio Banderas et Freida Pinto dans les rôles principaux.

L'action d’Or noir se déroule en Arabie dans les années 1930 et mêle pétrole, islam, amour et luttes pour le pouvoir[1].

La première mondiale du film a fait l'ouverture du troisième Doha Tribeca Film Festival le 25 octobre 2011[2],[3].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Deux émirs, se disputent un territoire nommé le Corridor Jaune, c'est un lieu désertique où rien ne pousse. L'émir Amar (joué par Mark Strong), soutenu par les tribus du Nord perd cette guerre face à Nessib (joué par Antonio Banderas). Ce dernier décide de créer un no man's land sur le Corridor Jaune et de prendre en otage les deux fils de Amar, Auda (joué par Tahar Rahim) et Saleeh (joué par Akin Gazi). Dix-neuf ans plus tard, des Américains, employés par la Texan Oil, découvrent du pétrole dans le Corridor Jaune. Nessib va, pour s'enrichir, rompre l'accord passé avec Amar et ainsi déclencher une guerre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Producteur délégués : Naoufel Ben Youssef et Xavier Castano
Drapeau de la France France : 23 novembre 2011
Drapeau de la Tunisie Tunisie : 23 novembre 2011
Drapeau des États-Unis États-Unis : 23 décembre 2011

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le film est basé sur le roman La Soif noire - mille et une nuits d'amour et de combats dans une Arabie déchirée de Hans Ruesch, publié en 1957. Depuis plusieurs années, Jean-Jacques Annaud voulait réaliser un film autour du Moyen-Orient. Il est alors contacté par Buena Vista pour un projet intitulé Tripoli. Il rencontre alors le producteur Tarak Ben Ammar. Alors que le projet Tripoli est abandonné par Jean-Jacques Annaud, Tarak Ben Ammar lui donne un exemplaire du roman La Soif noire. Le metteur en scène est d'emblée séduit par cette histoire et se dit qu'il tient son sujet pour son film sur le Moyen-Orient[4].

Casting[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Annaud raconte à propos d'Antonio Banderas qu'il « avait depuis des années pris contact avec Tarak Ben Ammar pour lui indiquer qu'il désirait entrer un jour dans la peau d'un roi arabe [...] car il faut savoir qu'Antonio Banderas est convaincu d'être de sang arabe »[4],[5].

Jean-Jacques Annaud choisit Mark Strong en revoyant sa prestation dans Mensonges d'État (2008, Ridley Scott)[4].

Tournage[modifier | modifier le code]

« Le désert du Qatar n'avait jamais été filmé. C'est un des seuls endroits au monde où je pouvais trouver le décor naturel d'une séquence capitale. Vous êtes en repérage, dans ce désert d'une aridité farouche, et soudain, au détour d'une dune, c'est la mer[4] ! »

Jean-Jacques Annaud

Le tournage a eu lieu en Tunisie et au Qatar[4],[6].

Tahar Rahim s'est blessé lors d'une scène d'action durant laquelle son cheval a été effrayé par des hélicoptères et l'a partiellement écrasé. Jean-Jacques Annaud raconte : « J'ai eu la peur de ma vie. [...] Tahar n'a rien eu de cassé. Rassuré sur son état, je me dis qu'on peut peut-être utiliser sa blessure... À cet instant le téléphone sonne, c'est Tahar de son lit d'hôpital qui me dit : “Et si on utilisait ma blessure dans le scénario ?” »[5].

Postproduction[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Annaud a insisté pour réenregistrer toutes les voix et effets sonores dans un studio à Londres après le tournage : « Sur le tournage, même en demandant le silence total, il y a toujours une voiture ou un avion qui passera pile au moment où l'acteur parlera. Cette méthode me permet d'améliorer l'intonation des acteurs (...). Je retravaille avec eux, phrase par phrase, et même mot par mot »[4],[5].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par l'Américain James Horner, qui avait déjà collaboré avec Jean-Jacques Annaud sur Le Nom de la rose (1986) et Stalingrad (2001). Ils se retrouveront pour Le Dernier loup (2015).

Liste des titres[7]
  1. Main Title - A Desert Truce - 6:34
  2. Horizon To Horizon - 3:58
  3. The Wonders Of Wealth - 1:49
  4. I Have Chosen You - 3:22
  5. You Were A Prince - 1:47
  6. Leaving As An Emissary - 5:19
  7. Father And Son - 1:50
  8. Phantom Army - 1:47
  9. So This Is War - 1:56
  10. The Blowing Sands - 4:29
  11. Fresh Water - 1:49
  12. One Brother Lives, One Brother Dies - 6:44
  13. Battle In The Oil Fields - 5:15
  14. A Kingdom Of Oil - 8:46

Polémique[modifier | modifier le code]

Le producteur Tarak Ben Ammar et sa société Quinta communications auraient employé des techniciens français mais avec des contrats tunisiens pour faire baisser les charges sociales et cout de production. Le Syndicat national des techniciens et travailleurs de la production cinématographique a voulu des manifestations tout en précisant que cette mesure engendrerait une suppression des droits Assedic. Face à cette polémique, Tarak Ben Ammar a répondu « Quinta n’a pas de leçons de patriotisme économique à recevoir alors qu’elle a contribué très largement depuis dix ans au sauvetage des industries techniques de l’audiovisuel et au maintien de ses emplois en France »[5].

Box-office[modifier | modifier le code]

Malgré une large distribution en France dans 454 salles, le film est un échec cuisant.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]