Charles Sterling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles Sterling

Alias
Charles Jacques
Naissance 5 septembre 1901
Varsovie, Pologne
Décès 9 janvier 1991
Paris, France
Nationalité Polonaise puis française
Pays de résidence Pologne, France, États-Unis
Profession
Activité principale
Autres activités
Professeur à l'université de New York (1961-1972)
Formation

Charles Sterling (1901-1991) est un historien de l'art français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Varsovie le 5 septembre 1901, il nait d'une famille juive aux ascendants écossais. Dès l'âge de 19 ans, il défend son pays, récemment indépendant, en participant à la guerre russo-polonaise à l'occasion de laquelle il est plusieurs fois décoré. Puis il obtient une licence en droit en 1924 et devient avocat. Il se tourne ensuite vers l'histoire de l'art en Allemagne, en Grande-Bretagne puis à Paris de 1925 à 1928, sous la direction de Gaston Brière à l'École du Louvre et en même temps à la Sorbonne en suivant les cours d’Henri Focillon[1].

Spécialiste reconnu des caravagesques, il organise avec Paul Jamot en 1934 une exposition qui fait date dans le domaine de l'histoire de l'art Les peintres de la réalité (Musée de l'Orangerie) qui fait redécouvrir la figure du peintre lorrain Georges de La Tour. Il est de 1929 à 1961 conservateur au département des peintures au musée du Louvre. Il obtient toujours en 1934 la nationalité française. Il se tourne alors vers ce qui devient sont sujet de prédilection : les primitifs français. Il publie un premier ouvrage sur le sujet en 1938[1].

Pendant l'occupation, il refuse le certificat d'aryanité proposé par le consulat de Pologne et publie sous le pseudonyme Charles Jacques son second volume consacré aux primitifs en 1941. Il quitte ensuite la France pour gagner les États-Unis où il travaille au Metropolitan Museum of Art de New York. Il y publie le catalogue des œuvres françaises en trois volumes. Il rentre au Louvre en 1945. Retraité en 1968, il retourne à New York pour enseigner à l'université de New York jusqu'en 1971. Il continue de publier jusqu'à sa mort en 1991[1].

Une exposition est organisée par le musée du Louvre en son honneur, un an après sa disparition: Hommage à Charles Sterling, Des primitifs à Matisse.

L'ensemble de la documentation (ouvrages, correspondances et notes manuscrites) réunie par l'historien de l'art tout au long de sa vie a été léguée au musée du Louvre, et se trouve aujourd'hui au service d'étude et de documentation du département des Peintures du Louvre.

Publications[modifier | modifier le code]

La liste de ses écrits a été établie par l'auteur lui-même dans les Études d'art français offertes à Charles Sterling, Paris, Ed. Presses universitaires de France, 1975, elle a été complétée par Philippe Lorentz et publiée dans le catalogue de l'exposition : Hommage à Charles Sterling, Des primitifs à Matisse, elle comporte 189 références.

  • La peinture française : les primitifs. Paris: Librairie Floury, 1938
  • Charles Jacques : Les Peintres du Moyen Âge. Paris, 1941
  • La nature morte de l'antiquité à nos jours. Paris: P. Tisné, 1952
  • La peinture médiévale à Paris : 1300-1500. 2 vols. Paris: Bibliothèque des Arts, 1987

Filmographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dictionnary of Art Historians