Claus Sluter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Claus Sluter

Description de l'image  Dijon Claus Sluter.jpg.
Nom de naissance Claes de Slutere
Naissance aux environs de 1355
Counts of Holland Arms.svg Haarlem
Décès Janvier 1406
Blason fr Bourgogne.svg Dijon
Nationalité Hollandais
Activités Sculpteur
Élèves Claus de Werve, Jan van Princale, Willem Smout
Mouvement artistique Gothique
Mécènes Philippe le Hardi, Marguerite de Flandre

Œuvres réputées

Puits de Moïse (1405), Le tombeau de Philippe le Hardi (1410)

Claus Sluter, ou encore Claes de Slutere van Herlamen (né à Haarlem vers 1355 - † janvier 1406 à Dijon) est un sculpteur d'origine hollandaise au service des ducs de Bourgogne. Son œuvre novatrice a durablement influencé la sculpture gothique internationale de son temps. Parmi ses chefs-d'œuvre, sont encore conservés le portail de la chapelle de la chartreuse de Champmol, le puits de Moïse ou le tombeau de Philippe le Hardi qu'il a entamé.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Il est sans doute né à Haarlem en Hollande. Il s'est tout d'abord probablement formé dans la région de Bruxelles, où il est enregistré sur le registre des tailleurs de pierre comme Claes de Slutere van Herlamen en 1379. Il aurait, semble-t-il, fait un passage par Paris, et on attribue au jeune Sluter, les consoles de la tour du village du château de Vincennes (environ 1375). Il est attaché dès 1383 à la cour de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne[1].

Son installation à Dijon[modifier | modifier le code]

Le duc Philippe le Hardi le fait venir à Dijon où il s'installe le 1er mars 1385 avec d'autres tailleurs de pierre du Brabant pour constituer l'équipe de Champmol. Il est le second ouvrier de l'ymagier d'autel et varlet de chambre de Monseigneur Jean de Marville[2]. Jean de Marville tombe gravement malade le 1er mai 1389 et doit fermer l'atelier. Sluter devient à son tour l'ymagier officiel du duc Philippe et reprend l'atelier le 23 juillet. L'atelier des sculpteurs désormais quasiment entièrement constitué de sculpteurs d'origine flamande : Philippot van Eram, Gillequin Tailleleu et son fils Tassin, Liefvin de Hane et son frère Mant, Hannequin Vauclair, Thomassin dit Larmite et Hannequin Stienne Vauclair. Mais il est aussi absorbé par d'autres tâches, soit pour la chartreuse de Champmol (l'oratoire ducal, le portail de l'église ou le calvaire du grand cloître dit Puits de Moïse), soit pour la chapelle ducale, soit pour les châteaux du duc et de la duchesse Marguerite de Flandre. Son travail à la cour du duc Philippe le Hardi était également largement occupé par la création d'œuvres pour des occasions uniques, tels des blasons ou des banderoles.

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Le sculpteur tombe malade en 1399. Il quitte son logis au sein du palais des ducs en 1404 pour se retirer l'abbaye Saint-Étienne de Dijon. Il meurt quelques mois après probablement en janvier 1406 célibataire sans enfant, son neveu Clause de Werve étant son seul hériter. Les dernières statues du puits de Moïse sont achevées et scellées sur place au début de l'année 1405, d'après ce qu'indique l'inventaire de son atelier après sa mort en 1406. Le marché signé en 1404 pour l'achèvement du tombeau de Philippe de Bourgogne est d'ailleurs repris par le neveu[3].

Son style[modifier | modifier le code]

Claus Sluter amène la sculpture à un niveau d'expressivité nouveau. Les statues cessent désormais de faire corps avec l'architecture et la physionomie est traitée de façon naturaliste, n'hésitant pas à accuser les aspects de la laideur et de la souffrance. Les pleurants serviront de référence aux monuments funéraires du siècle en France, à commencer par le Tombeau de Jean sans Peur et de Marguerite de Bavière.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Œuvres créées pour la chartreuse de Champmol[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chartreuse de Champmol.

Le Tombeau de Philippe le Hardi[modifier | modifier le code]

La pièce maitresse de la Chartreuse de Champmol, commencée par Jean de Marville, puis Claus Sluter et terminée après sa mort par son élève et neveu, Claus de Werve.

Claus Sluter laisse le tombeau de Philippe le Hardi en chantier. Aussi, lorsque Philippe le Hardi meurt à Hal le , la partie sculpturale reste entièrement à faire. Le , le duc Jean sans Peur, fils de Philippe le Hardi, charge Claus Sluter d'exécuter les sculptures en quatre ans. À cette date, seulement deux des « pleurants » (statuettes) ont été réalisés. Or le cadre architectural, élaboré par Jean de Marville, a ménagé la place pour quarante personnages. Claus Sluter est déjà malade au moment de la mort du duc Philippe le Hardi et vit à demi-retiré depuis le à l'abbaye Saint-Étienne, proche de son ouvroir. Il lui est impossible d'assumer l'exécution des pleurants du tombeau, ainsi que trois des prophètes pour le Puits de Moise. Il fut achevé par son neveu et élève Claus de Werve jusqu'à sa livraison, en 1410. Le tombeau pris place dans le chœur de la chapelle de la Chartreuse. Après la Révolution, le cénotaphe a été déplacé dans la Cathédrale Saint-Bénigne de Dijon, puis au Palais des ducs de Bourgogne, actuellement musée des Beaux-Arts de Dijon.

le Puits de Moïse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Puits de Moïse.

Le puits sculpté qui accueillait auparavant un calvaire, était situé au centre du grand cloître. Il nous reste la représentation de six prophètes, empreinte de réalisme et d'expression. Des fragments du calvaire le surplombant sont par ailleurs conservés au musée archéologique de Dijon, et notamment le buste du Christ, cependant l'attribution de cette dernière sculpture a été depuis remise en cause[4].

Les statues du portail de la chapelle[modifier | modifier le code]

Le portail a été commencé par Jean de Marville en 1388, puis agrandi par Claus Sluter, qui a réalisé les cinq statues, achevées en 1393. Ces statues représentent Une Vierge à l'enfant en torsion dynamique et détachée par sa dimension et sa forme de l'architecture de la porte. Elle est encadrée de chaque côté par les donateurs : Philippe le Hardi et son épouse Marguerite de Flandre, en priants réalistes et grandeur nature, avec leurs saints protecteurs : sainte Catherine d'Alexandrie et saint Jean-Baptiste. L'ensemble crée une perspective propre affranchie de la verticalité de la porte.

Les statues des mécènes (Philippe le Hardi et Marguerite de Flandre) seraient d'authentiques portraits, car ils présentent les défauts physiques du duc et de la duchesse (le fameux double-menton de Marguerite de Flandres). Les draperies et les vêtements sont traités avec dynamisme, énergie et mouvement, les expressions des personnages sont d'un grand réalisme.

  • Pietà
  • Ymaige de Dieu
  • Saint Georges
  • Saint Michel tenant le diable enchaîné
  • Sainte Anne
  • Saint Jean l'évangéliste

Le château de Germolles[modifier | modifier le code]

Décor sculpté des chapiteaux de la grande cheminée du château de Germolles.
Article détaillé : Château de Germolles.

La comptabilité des ducs de Bourgogne nous renseignent sur deux œuvres réalisées par Claus Sluter et ses collaborateurs dans le château de Germolles, résidence de plaisance de la duchesse Marguerite de Flandre. On sait ainsi que le maître réalisa entre 1393 et 1396 une sculpture destinée à être placée dans la cour du château, représentant Philippe le Hardi et Marguerite de Flandre placés sous un orme et entourés de brebis[5]. De même, il réalisa pour l'entrée de la résidence une Notre Dame entre 1397 et 1399, au-dessus de la porte du château. Alors que ces deux œuvres ont disparu le travail de Sluter et de son atelier apparaît dans les éléments de la cheminée monumentale de la grande salle à travers deux figures-consoles et l'illustration d'un passage du roman de Chrétien de Troyes : Yvain ou le Chevalier au lion.

Autres œuvres isolées[modifier | modifier le code]

Quelques œuvres actuellement conservées dans des musées sont attribuées à Claus Sluter ou plus vraissemblablement à son atelier.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes : sculpteurs et ymagiers de la Cour de Bourgogne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kathleen Morand, op. cit.
  2. Roland Recht, art. cit.
  3. Cyprien Monget, La Chartreuse de Dijon : d'après les documents des archives de Bourgogne, t. I, Montreuil-sur-Mer, Impr. Notre-Dame des Prés,‎ 1898, 445 p. (lire en ligne), p. 352-353, 371-372
  4. (en) Susie Nash, « Claus Sluter's 'Well of Moses' for the Chartreuse de Champmol Reconsidered », The Burlington Magazine, Part II : Vol. 148, No. 1240, Jul. 2006, pp.456-467 [lire en ligne]
  5. Patrice Beck, "Un prince à la campagne", in Les arts sous Charles VI, Dossier de l'Art n°107, 2004, Dijon, p.78-81.
  6. « Notice no 000SC025093 », base Joconde, ministère français de la Culture