Bible moralisée de Philippe le Hardi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bible moralisée dite de Philippe le Hardi
Image illustrative de l'article Bible moralisée de Philippe le Hardi
folio 3
Artiste Frères de Limbourg
Maître de Jouvenel et Maître du Boccace de Genève
Anonymes provençaux
Date 1402-1404
1450-1465
1485-1493
Technique enluminures sur parchemin
Dimensions (H × L) 41,5 × 29 cm 169 folios reliés
Localisation Bibliothèque nationale de France, Paris (Drapeau de la France France)
Numéro d'inventaire Fr166

La Bible moralisée dite de Philippe le Hardi est une bible moralisée enluminée datant de 1402-1404 conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Historique et attribution[modifier | modifier le code]

Cette bible est, par son texte, la copie d'une autre bible moralisée, celle réalisée pour le roi Jean II le Bon actuellement elle aussi conservée à la Bibliothèque nationale de France (Fr167). Or, ce dernier manuscrit appartient au début du XVe siècle à son fils, Philippe II de Bourgogne. En février 1402, Philippe II de Bourgogne prend à son service Pol et Jean de Limbourg « pour parfaire les histoires d'une tres belle et notable Bible que avoit nagaires fait encommencier le dit seigneur », selon les comptes du duc de Bourgogne. Paul Durrieu y voit donc cette bible moralisée[1],[2].

Juste avant de disparaître, le duc, satisfait de l'avancée du travail, leur verse 1 200 francs aux deux frères ainsi qu'une prime de 10 écus d'or. Cette somme est considérable par rapport au travail réellement effectué. À la mort du duc, le 27 avril 1404, les peintres n'ont réalisé que le trois premiers cahiers (f.1-24v) soit 200 miniatures et entamé le quatrième (f.25-32v), alors que si la bible avait été achevée, elle aurait atteint le nombre de 5 000 miniatures. Voilà pourquoi certains historiens se demandent si la bible mentionnée dans les comptes du duc et réalisée par les frères de Limbourg ne serait pas une autre bible, achevée celle-ci mais qui aurait aujourd'hui disparue[1].

En 1430, les cahiers non reliés du manuscrit sont localisés à Angers. Le travail d'enluminure y reprend à l'initiative de René d'Anjou. Mais seuls de petits morceaux épars sont alors réalisés. Deux cahiers sont achevés par deux peintres angevins : le Maître de Jouvenel et le Maître du Boccace de Genève. Le premier se concentre sur le cinquième cahier et le deuxième le sixième. Le manuscrit est peut être relié entre les deux peintres. Un troisième peintre intervient pour peindre les visages laissés inachevés par les frères Limbourg[3].

Enfin, le manuscrit entre en possession d'Aymar de Poitiers, grand sénéchal de Provence de 1483 à 1488. Il demande à l'ancien peintre du roi René, Georges Trubert, de faire quelques essais dans le sixième cahier. Le reste des travaux exécutés sont réalisés par des peintres provençaux anonymes[4]. Le manuscrit, dont seulement 21 cahiers sont achevés d'être enluminés sur 40, est décrit dans la bibliothèque royale du château de Blois[5].

Description[modifier | modifier le code]

Chaque folio du manuscrit comporte huit miniatures, sur deux colonnes accompagnées chacune d'un texte. Ce texte est la copie de celui présent dans la bible moralisée de Jean le Bon et les images des frères de Limbourg reprennent la composition des miniatures de ce manuscrit. Dans les trois premiers cahiers réalisés par les Limbourg, le cadre des miniatures alternent entre polylobes pour les scènes de l'Ancien testament et architectures faites de colonnes et de linteaux pour leur moralisation. Alors que les premières images imitent les grisailles du manuscrit servant de modèle, progressivement, la couleur est introduite et se fait de plus en plus chatoyante. Une grande miniature à la plume en pleine page représentant saint Jérôme à l'étude, introduit le manuscrit. Elle est attribuée à un suiveur des frères de Limbourg[2].

Postérité et influence[modifier | modifier le code]

Les frères de Limbourg reprennent dans leurs manuscrits suivant des motifs déjà présent dans cette bible. Le personnage d'Adam, en position agenouillée, elle-même inspirée peut-être de la statue d'un Perse agenouillé conservée à la galerie des Candélabres des musées du Vatican, est reprise dans la miniature du Paradis terrestre des Très Riches Heures du duc de Berry (f.25)[6].

D'autres peintres reprennent des motifs de l'ouvrage. Le Maître de Rohan s'inspire du décor architecturé de la miniature d'introduction pour une représentation de la Vierge dans le Livre d'heures d'Isabelle Stuart. Pisanello reprend de la même miniature deux motifs dans certaines de ses œuvres. Il aurait pu consulter l'ouvrage à l'occasion du séjour en Italie du roi René d'Anjou[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eberhard König, « La Bible moralisée », dans Marc-Édouard Gautier, Splendeur de l'enluminure. Le roi René et les livres, Ville d'Angers/Actes Sud,‎ 2009 (ISBN 978-2-7427-8611-4), p. 212-215
  • (en) Rob Dückers et Pieter Roelofs, The Limbourg Brothers : Nijmegen Masters at the French Court 1400-1416, Anvers, Ludion,‎ 2005, 447 p. (ISBN 90-5544-596-7), p. 84-95
  • Nicole Reynaud et François Avril, Les Manuscrits à peintures en France, 1440-1520, Flammarion,‎ 1993-1998 (ISBN 978-2080121769), notice 56
  • Elisabeth Taburet-Delahaye (dir.), Paris 1400 : Les arts sous Charles VI, Fayard/RMN,‎ 2004, 413 p. (ISBN 2213620229), p. 296-297 (notice 184)
  • (en) John Lowden, The Making of the Bibles moralisées, vol. 1 : The Manuscripts, Pennsylvannia University Press,‎ 2000, 360 p. (ISBN 9780271044088), p. 281-284 et 302-304

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Splendeur de l'enluminure, p. 212
  2. a et b Paris 1400, p. 296
  3. Splendeur de l'enluminure, p. 212-214
  4. Splendeur de l'enluminure, p. 214
  5. The Limbourg Brothers, p. 86
  6. Hélène Grollemund et Pascal Torres, Les Belles Heures du Duc de Berry, Louvre éditions / Somogy éditions d'Art,‎ 2012, 448 p. (ISBN 978-2757205082), p. 62