Intel Atom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Atom

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Intel Atom N270

Caractéristiques
Production 2008 -
Fréquence 800 MHz à 2,13 GHz
Fréquence du FSB 400 MHz à 667 MHz
Finesse de gravure 45 nm à 22 nm
Architecture x86
Micro­architecture Bonnell, Saltwell, Silvermont
Socket(s)

BGA 441, BGA 437, BGA 518, FCBGA, 951, BGA 676, FCBGA 1466, BGA 559

Atom est une marque d'Intel regroupant sous son nom plusieurs microarchitectures destinées principalement aux netbooks (initialement MID) et nettops puis qui s'est ensuite diversifiée vers les systèmes embarqués, l'électronique grand public (Box internet) et surtout les smartphones et tablettes tactiles. De par leurs environnements, ces processeurs sont conçus pour offrir une faible consommation électrique, gage d'autonomie, et par la même un faible dégagement thermique (TDP) favorisant ainsi leur intégration dans des systèmes compacts. Leur taille réduite leur permet aussi de réduire leur coût de fabrication : 2500 Atom Silverthorne peuvent ainsi être produit sur un wafer de 300 mm[1] contre environ 800 pour un AMD Athlon 64[2] et un Atom Z500 couplé à son chipset coûtait 45 $ pour 1000 pièces commandées[3]. Pour ces mêmes raisons, certaines fonctionnalités sont absentes voire limité comme dans le cas des chipsets graphiques (GMA). Ces processeurs ne sont disponibles au détail que pour les OEM, Intel les propose au sein d'une plate-forme où ils sont associés à un chipset.

Depuis sa commercialisation, l'Atom est devenu un succès commercial au regard uniquement de l'explosion des ventes de netbooks au point qu'il constitue sa deuxième source de revenus pour le fondeur en 2009[4]. À la fin août 2010, Intel a annoncé[5] qu'il avait vendu plus de 70 millions d'Atom depuis juin 2008. Le cabinet Gartner[6] indiquait de son côté que près de 20 % des ordinateurs portables vendus en 2010 seraient des netbooks soit pratiquement autant de puces Atom vendues. Capitalisant sur son succès, Intel a mis au point un système d'exploitation réservé aux produits sous Atom dénommé Moblin et construit une plate-forme destinée aux développeurs : l'Atom Developer Program [7].

Mais ce programme n'obtient pas le succès escompté. Par ailleurs le succès des tablettes tactiles, introduites en 2010, a considérablement affecté la croissance des netbooks qui constituaient, depuis l'introduction de la marque, l'essentiel des ventes. Cette tendance s'est progressivement accentuée avec le retrait de fabricants historiques tels que Acer et Asus[8]. L'apparition des puces Bobcat et Zacate de la gamme AMD Fusion ont de plus contribué à reléguer les puces Atom aux netbooks les moins chers et par la même les moins attractifs en termes de performances. D'autant que Intel a peu innové dans la construction de ces puces préférant miser sur des gains d'autonomie au détriment d'une stagnation des performances. Enfin le marché des netbooks tend à décliner[9] : de 32,14 millions d’unités vendus en 2010, il devrait passer à 3,97 millions en 2013 d'après le cabinet IHS iSuppli et finir par s'éteindre en 2015. Face à cette évolution du marché de la mobilité, Intel a choisi de se focaliser sur le segment des tablettes et des smartphones, plus lucratif, mais dominés par les puces à architecture ARM.

Sommaire

Les plates-formes antérieures[modifier | modifier le code]

Intel s'est intéressé bien avant la commercialisation des premiers Atom à des processeurs peu puissants et économes en énergie. Deux gammes se sont ainsi succédé, peu connues du grand public et sans réelle marque commerciale, elles dérivent d'architectures préexistantes.

Celeron M[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Intel Celeron.
Un EeePC Asus 901 (blanc) équipé d'Atom à côté d'un Eee PC 900 (noir) pourvu du Celeron M ULV

Associé à Microsoft et Samsung dans le projet Origami qui initiera les UMPC, Intel met au point une plate-forme apte à offrir une grande autonomie tout en offrant des performances correctes. C'est ainsi qu'il propose un Celeron M ULV 353 de type Dothan, cadencé à 900 Mhz voire moins et accompagné d'un chipset 915 GMS et d'un IGP GMA 900. On le retrouvait entre autres sur :

Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique L1 L2 Début Fin
Celeron M ULV
353 1 1 900 MHz 64 Kio 512 Kio ×9 0,94 V B1 (SL7F7, SL7QX[note 1]) 5 W FSB 400 MHz µFC-BGA 479 LE80536VC900512[note 1]
RJ80536VC900512
20 juillet 2004

Stealey[modifier | modifier le code]

Vaguement annoncé lors du CeBit 2007[14], Intel présentera au cours de l'IDF 2007 de Pékin[15] le successeur aux premiers Celeron M pour UMPC. Le processeur, connu au début sous le nom de code Stealey, est nommé Intel A100[16]. Il constitue alors la Plateforme Intel Ultra Mobile 2007 qui introduit une nouvelle catégorie d'appareil mobile : les MID et apparait aussi comme une réponse au VIA C7M[17].

Intel A100 (haut droite), son northbridge (gauche), son southbridge (bas droite)

Le Stealey est dérivé de l'architecture Dothan (Pentium M) et gravé en 90 nm. Deux modèles furent proposés : les A100 (600 MHz) et le A110 (800 Mhz). Ils sont intégrés au sein de la plate-forme McCaslin[18] qui inclut aussi le chipset Little River (northbridge 945GU Express et southbridge ICH7U). L'ensemble offrait ainsi un TDP moyen de 1,95 W (max : 10 W) contre 3,4 W en moyenne pour la plate-forme précédente (max : 12,6 W) ce qui permettait entre autres d'augmenter par deux l'autonomie pour atteindre 4 - 5 heures. Il bénéficie à ce titre aussi d'un mode de veille C4[note 2] plus profond lui permettant d'atteindre une consommation de 0,4 W[16]. Enfin la miniaturisation est accentuée avec une surface occupée de seulement 975 mm² pour le couple processeur-chipset-southbridge contre 2 915 mm² auparavant[note 3]. Des modules optionnels permettaient de gérer le WiMax. On le retrouvait entre autres sur les :

  • Asus R2E-BH051E
  • HTC Shift X9500
  • Getac E100
  • Samsung Q1
Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique L1 L2 Début Fin
A1x0
A110 1 1 800 MHz 64 Kio 512 Kio ×8 0,796 - 0,94 V C0 (QSEJ) 3 W FSB 400 Mhz µFC-BGA 663 UM80536UC800512 18 avril 2007
A100 1 1 600 Mhz 64 Kio 512 Kio ×6 0,796 - 0,94 V C0 (QUAC) 3 W FSB 400 Mhz µFC-BGA 663 UM80536UC600512 18 avril 2007

Appareils mobiles et embarqués[modifier | modifier le code]

Silverthorne[modifier | modifier le code]

Intel Atom (2008).jpg

Silverthorne est le premier processeur commercialisé sous l'appellation Atom. Il ne dérive pas de la microarchitecture Stealey mais repose sur une nouvelle microarchitecture nommée Bonnell et dont certains éléments sont inspirés de la microarchitecture Timna[3],[note 4]. Elle constitue donc la première micro-architecture conçue spécialement pour les MID, successeur des UMPC et remplace à ce titre l'Intel A100. Il a été dévoilé au cours à l'IDF de 2007 de Pekin lors d'une première présentation des MID et de la plateforme associée au nom de code Menlow[19] puis fut officiellement lancé lors de l'édition 2009 de l'IDF de Pékin. Le processeur compose, avec le chipset monopuce nommé Poulsbo, la plateforme Menlow qui porta un temps le nom de Centrino Atom avant d'être abandonné[20].

Schéma d'organisation du die du Silverthorne

Le processeur, 32 bit et mono cœur, est gravé en 45 nm via l'utilisation du hi-k metal gate[21], il comporte 47 millions de transistors ainsi qu'un contrôleur mémoire sur un die de 25 mm². Sa structure mono-cœur peut être compensée par l'utilisation du multithreading[note 5] qui marque le retour de l'Hyperthreading[note 6], rebaptisé Simultaneous Multithreading (SMT), et permet ainsi de maximiser les performances tout en limitant la consommation. Il est 1,5 fois plus petit que le Stealey (13×14 mm contre 14×19 mm) et offre un TDP bien plus bas (1 W contre 3 W) pour une fréquence supérieure pouvant atteindre 2 GHz (600 - 800 MHz pour le Stealey)[22]. Ainsi la consommation électrique a été limitée, gage d'autonomie, tout en améliorant ses performances de manière à faire tourner correctement un système d'exploitation ainsi que ses applications. Il bénéficie en outre d'un état de veille[note 2] C6 permettant de vider le cache L2 et d'abaisser le TDP à 100 mW et même 80 mW pour le Z500. La consommation moyenne est d'environ 160 mW à 220 mW selon les modèles pour une consommation en charge de 650 mW pour le Z500.

Intel Atom Z550 et son chipset Poulsbo à l'arrière-plan

Bien qu'Intel n'ait pas voulu communiquer de chiffres, il semble que le Z500 aurait des performances de 98 % par rapport au A110 en jeux, et de 70 % en bureautique tout en ayant un TDP de 0,65 W contre 3 W pour le Stealey. dans Spec_FP2000, un Atom obtient respectivement un score de 294, 402, 582 pour les Z500, Z515 et Z530 contre 1800 pour un Pentium 4 630[3]. Selon Super PI, avec un résultat en 1 minute 48, un Atom Z530 serait entre un Pentium III-M (Tualatin) de 1,13 GHz et un Celeron-M (Dothan-512) de 900 MHz[23].

Intel Atom Z520 comparé à une pièce de 1 centime d'Euro (diametre 16,25 mm)

Dès son lancement, la plate-forme, rassemblée sous le terme Centrino Atom, suscite un tel engouement qu'Intel ne peut satisfaire que 40 % des commandes[24]. Cette pénurie se poursuivra durant tout l'été jusqu'en septembre 2008[25]. Au premier trimestre 2009, Intel a sorti des variantes de plusieurs de ses modèles se distinguant par le suffixe PT ou P[26]. Ils se caractérisent tout d'abord par un package plus grand de 22×22 mm contre 13×14 mm habituellement (extension P) qui est induit par des billes de plus gros diamètre (1 mm contre 0,6 mm). Ces processeurs ont été spécialement conçus pour pouvoir fonctionner sous des températures industrielles fluctuant entre -40 °C à 85 °C (extension PT) ou sous des températures commerciales oscillant entre 0 et 70 °C (extension P). La désactivation de l'hyperthreading de ces modèles permet de diminuer le TDP à 2 W. Enfin ils sont accompagnés d'une version spéciale du chipset Poulsbo, le US15W Px, qui répond aux mêmes critères de fonctionnement.

Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique L1 L2 Début Fin
Atom Z5x0
Z560 1 2 2,13 GHz 56 Kio 512 Kio x16 0,75 - 1,1 V C0 (SLH63) 2,5 W FSB 533 MT/s BGA 441 AC80566UE046DW T2 2010 24 mai 2011
Z550 1 2 2,00 GHz 56 Kio 512 Kio x15 0,75 - 1,1 V C0 (SLGPT) 2,4 W FSB 533 MT/s BGA 441 AC80566UE041DW 8 avril 2009 20 mai 2011[27]
Z540 1 2 1,86 GHz 56 Kio 512 Kio ×14 0,75 - 1,1 V C0 (SLB2M) 2,4 W FSB 533 MT/s BGA 441 AC80566UE036DW 2 avril 2008 20 mai 2011[27]
Z530P 1 2 1,60 GHz 56 Kio 512 Kio ×12 0,8 - 1,1 V C0 (SLGPN) 2,2 W FSB 533 MT/s BGA 437 CH80566EE025DW 2 mars 2009
Z530 1 2 1,60 GHz 56 Kio 512 Kio ×12 0,75 - 1,1 V C0 (SLB6P) 2 W FSB 533 MT/s BGA 441 AC80566UE025DW 2 avril 2008 20 mai 2011[27]
Z520PT 1 2 1,33 GHz 56 Kio 512 Kio ×10 0,9 - 1,1 V C0 (SLGPP) 2,2 W FSB 533 MT/s BGA 437 CH80566EE014DT 2 mars 2009 24 mai 2011
Z520 1 2 1,33 GHz 56 Kio 512 Kio ×10 0,75 - 1,1 V C0 (SLB2H) 2 W FSB 533 MT/s BGA 441 AC80566UE014DW 2 avril 2008 20 mai 2011[27]
Z515[note 7] 1 2 1,20 GHz 56 Kio 512 Kio ×12 0,75 - 1,1 V C0 (SLGMG) 1,4 W FSB 400 MT/s BGA 441 AC80566UC009DV 8 avril 2009 20 mai 2011[27]
Z510PT 1 2 1,10 GHz 56 Kio 512 Kio ×11 0,75 - 1,1 V C0 (SLGPR) 2,2 W FSB 400 MT/s BGA 437 CH80566EC005DT 2 mars 2009
Z510P 1 2 1,10 GHz 56 Kio 512 Kio ×11 0,8 - 1,1 V C0 (SLGPQ) 2,2 W FSB 400 MT/s BGA 437 CH80566EC005DW 2 mars 2009
Z510 1 1 1,10 GHz 56 Kio 512 Kio ×11 0,75 - 1,1 V C0 (SLB2C) 2 W FSB 400 MT/s BGA 441 AC80566UC005DE 2 avril 2008
Z500 1 1 800 MHz 56 Kio 512 Kio ×8 0,8 - 1,1 V C0 (SLB6Q) 0,65 W FSB 400 MT/s BGA 441 AC80566UC800DE 2 avril 2008 4 juin 2010[28]

Plate-forme Menlow[modifier | modifier le code]

Chipsets Poulsbo[modifier | modifier le code]

Le Poulsbo, aussi nommé System Controller Hub (SCH), est un chipset à processeur graphique intégré (IGP) qui est dérivé d'un 915 associé à un southbridge ICH7-M et dont la composante graphique se présente comme un GMA 500. Il s'est avéré par la suite qu'il s'agissait en fait d'un mélange entre du matériel Intel et des composants PowerVR SGX535[29] pour la 3D et PowerVR VXD 370 pour l'accélération vidéo dont Intel a acheté une licence à Imagination Technologies. Grâce à son architecture unifiée et programmable, ces performances sont supérieures au GMA 950 puisqu'il peut décoder matériellement les flux HD jusqu'à 720p ou 1080i. Toutefois cette puce est d'une génération antérieure et est toujours gravée en 130 nm pour des raisons économiques. C'est, entre autres, son TDP de seulement 2,3 W qui a poussé Intel à le choisir. En conséquence, le Poulsbo est 2,7 fois plus gros que l'Atom et ne peut être intégré dans un smartphone.
Mais son plus gros défaut se porte sur les pilotes qu'Intel met peu à jour. Ainsi sous Windows XP, le chipset n'est pas utilisé au maximum de son potentiel contrairement à Windows Vista ou 7. Sous Linux, la situation est plus problématique. Tout d'abord le pilote n'est pas toujours intégré dans les dépôts officiels des distributions[30] mais surtout la version Linux du pilote propriétaire n'est plus mise à jour depuis mars 2008[31] ce qui pourrait aboutir à sa suppression des quelques dépôts officiels où il est encore présent mais un utilisateur[32] a réussi à prendre en charge par le chipset le décodage de flux vidéos au moyen d'une modification du X.Org et du support de la VA-API (Video Acceleration API). En 2012, Alan Cox[33] a mis au point une nouvelle version du pilote qui ne supporte toujours pas l'accélération matériel mais fournit le kernel mode-setting. Néanmoins le pilote n'offre toujours pas un résultat satisfaisant.

Il existe plusieurs variantes du chipset Poulsbo dont la plus fréquente est aussi la plus complète : le US15W auquel il faut ajouter les déclinaisons destinées au domaine industriel : US15WP et US15WPT qui se distinguent surtout par un socket spécifique à l'image des versions P et PT des Atom Silverthorne. Le US15L se distingue par une plus grande diversité de sorties vidéos ainsi que par un maximum de mémoire vive inférieur (1 Gio contre 2 Gio auparavant). Enfin le US11L est la version d'entrée de gamme des Poulsbo avec un maximum de mémoire vive de 512 Mio.

Centrino Atom[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centrino.
Intel Centrino Atom .jpg

La commercialisation de l'Atom Silverthorne s'est accompagné de l'apparition d'une nouvelle gamme Centrino, baptisé Centrino Atom. Comme toute plate-forme Centrino, celle-ci nécessite un support pour le WiFi et/ou le WiMax et/ou la 3G via l'utilisation d'une puce Intel ou de fabricant tiers ce qui est une première pour une telle plate-forme. L'écran doit posséder une diagonale au moins égale à 6 pouces (15,24 cm) et le produit doit au moins présenter une diagonale de 7,5 pouces (19,5 cm) pour une épaisseur de 1,02 pouces (2,59 cm)[34]. Cependant la marque sera très vite abandonnée[35] car les fabricants de netbooks préféraient installer d'autres processeurs Atom associés à des chipsets différents de la plate-forme Centrino Atom.

Serveurs[modifier | modifier le code]

Parallèlement aux serveurs à base de processeur Xeon ou Opteron, certains fabricants dont Seamicro ont proposé des serveurs basés sur des processeurs basse consommation tels que l'Atom ou le VIA Nano. Ce choix s'explique car certaines tâches ne nécessitent pas d'importante puissance de calcul comme les serveurs d'hébergement de fichiers ou les serveurs web. C'est ainsi que Seamicro a présenté le SM10000[36] de type unité 10 U comprenant 64 cartes mères, 8 cartes de stockage et 8 cartes Ethernet. Chaque carte-mère étant équipé de huit processeurs Atom Z530 et son chipset mais surtout d'une puce facilitant la virtualisation des ressources (réseau, stockage) avec les 512 processeurs. Le principal atout de ces serveurs est leur très faible consommation dont les gains pourraient attendre 75 % selon Seamicro pour une consommation globale de 2 kWh[37].

Lincroft[modifier | modifier le code]

Intel Atom (2009).jpg

Quatre mois après la commercialisation des processeurs Pineview, Intel poursuit le renouvellement de sa gamme Atom avec la plate-forme Moorestown chargée de succéder aux Silverthorne[38]. Ces processeurs adoptent le concept de SoC (System on Chip) en embarquant sur le même package le processeur et reprennent en conséquence, l'IGP et le northbridge[39]. Le processeur est disponible en deux fréquences selon le support : 1,5 GHz pour les smartphones et 1,9 GHz pour les tablettes. Il est en outre optimisé pour l'économie d'énergie grâce au Power Gating qui permet de désactiver certaines des dix-neuf portions (appelés aussi îles) du processeur. Intel annonce ainsi une consommation au repos de la plateforme de 20 mW et d'une valeur minimale de l'ordre de 100 µW. Le fondeur a aussi introduit un équivalent à sa fonction Turbo dénommé Burst Performance Technology (BPT) et géré par une puce spéciale (Briertown, anciennement Mixed Signal IC) . Elle permettrait d'augmenter de manière significative les performances sur une très courte durée et sans trop affecter la consommation et l'échauffement de la plate-forme.
Par rapport à la précédente génération Silverthorne, Intel annonce des performances générales améliorées d'un facteur 1,5 à 3, des graphismes 2 à 4 fois plus riches grâce à son IGP GMA 600 ainsi que des gains de performances de 2 à 4 fois plus importants avec JavaScript[40]. Mais Intel a fort à faire dans le secteur des petits appareil mobiles car il n'est pas en position de leader et reste à la traine face aux puces à architecture ARM au point qu'il estime ne vendre que 10 millions de puces jusqu'en 2011[41]. Pour contrer l'hégémonie des puces ARM, Intel s'est aussi lancé dans la conception de son propre système d'exploitation basé sur Linux : Moblin qui est devenu, à la suite de la fusion avec Maemo de Nokia, MeeGo mais ce dernier est encore trop jeune pour espérer se faire une place sur la marché[42] ce qui a poussé Intel a aussi porter Android sur ses processeurs Atom[43].
Malgré ses efforts, la première génération Lincroft est un échec cuisant pour le fondeur qui n'arrive guère à placer sa plate-forme dans des produits grand public[44]. Ces piètres résultats entrainèrent le départ de Anand Chandrasekher (en)[45], responsable de la division Ultra Mobility Group et la mise au point d'une seconde plate-forme nommé Oak Trail. Elle se caractérise entre autres par le support de Windows 7. En effet, et bien que le processeur supporte les instructions x86, la plate-forme Moorestown ne supporte pas l'exécution de Windows car elle ne possède pas de bus PCI et la réduit au support de Windows CE[46].

Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique Processeur IGP L1 L2 Début Fin
Atom Z6x0 - Oak Trail
Z670 1 2 1,5 400 MHz 56 Kio 512 Kio 1,1125 - 1,5 V C0 (SLC2P) 3 W DMI + 1×LPDDR1/LPDDR2 BGA518 AY80609007293AA 11 avril 2011 31 mai 2013[47]
Z650 1 2 1,2 400 MHz 56 Kio 512 Kio 1,1125 - 1,5 V C0 (SLC2Q) 3 W DMI + 1×LPDDR1/LPDDR2 BGA518 AY80609007296AA 11 avril 2011 5 février 2013[47]
Atom Z6x0 - Moorestown
Z600 1 2 1,5 - 1,9 GHz 400 MHz 56 Kio 512 Kio DMI + 1×DDR2/LPDDR1 aucune

Plate-forme Moorestown[modifier | modifier le code]

Malgré ses différents efforts pour concurrencer les puces ARM, la plate-forme Moorestown se contenta de rester à l'état de projet, aucun fabricant n'ayant proposé de produits équipés de cette plate-forme.

Processeur graphique[modifier | modifier le code]

Le processeur graphique est remplacé par un GMA 600. Il supporte OpenGL ES 2.0, OpenGL 2.1 et OpenVG 1.1 et peut afficher une résolution de 1366 x 768 via une interface LVDS ou de 1024 x 600 via une interface MIPI (en). Ces résolutions, supérieures aux écrans des mobiles, permettent d'envisager l'implantation de la plate-forme Moorestown dans des netbooks à l'image des Silverthorne. Il peut aussi gérer les contenus HD matériellement (MPEG-4 Part 2, H.264 en décompression et compression ; WMV, VC-1 en décompression uniquement). Enfin le contrôleur mémoire peut gérer 1 Go de LPDDR1 (mémoire basse consommation) à 200 MHz ou 2 Go de DDR2 à 400 MHz sur un seul canal.
À l'image du précédent chipset Poulsbo pour processeur Silverthorne, le GMA 600 est conçu à partir du PowerVR SGX 535 (en) d'Imagination Technologies. Or, le Poulsbo a laissé un très mauvais souvenir au sein de la communauté Linux[48] de par l'absence de suivi régulier du pilote, et certains présagent un avenir similaire pour les pilotes du GMA 600[49].

Southbridge MP20[modifier | modifier le code]

L'ensemble est accompagné d'un nouveau chipset, le MP20 (nom de code Langwell), qui ne gère que les entrées/sorties (E/S). Il comporte des contrôleurs USB, ATA, de carte mémoire SD et audio. Le chipset intègre aussi la technologie Smart & Secure permettant une sécurisation des données (norme AES, DES, 3DES, RSA, ECC, SHA-1/2, DRM) ainsi qu'un démarrage sécurisé. La puce est enfin conçue par un fabricant tiers, TSMC[50].

Puce Briertown[modifier | modifier le code]

Pour optimiser l'autonomie de sa plate-forme, Intel a inclus une troisième puce destinée exclusivement à la gestion de l'énergie à l'image de la puce de gestion intégrée dans les processeurs Nehalem. Anciennement nommée Mixed Signal IC, cette puce supervise le BPT, le Power Gating, les différents états du processeur, l'alimentation des ports USB et même la gestion de la fréquence du processeur habituellement gérée par ce dernier. Elle est produite par des fabricants tiers (Freescale, NEC, Maxim entre autres) avec une gravure de 130 nm. Elle est censée offrir une consommation 50 fois moins élevé que la plate-forme Menlow[51].

Plate-forme Oak Trail[modifier | modifier le code]

Succédant à Moorestown, la plate-forme Oak Trail a pour but de faire oublier l'échec de cette première en comblant certaines lacunes comme le support des systèmes Windows 7. Elle a été en priorité mise au point pour les tablettes : le segment est en plein essor et le fondeur ne veut pas qu'il lui échappe au profit des puces ARM. La plate-forme est ainsi brièvement présentée lors de l'IDF 2010 de San Francisco intégrée à des tablettes dont la Webtab et un modèle Dell[52] mais sa commercialisation ne débute qu'à l'ouverture de l'IDF 2011 de Pékin. À cette occasion, outre le Z670, Intel annonce aussi le Z650 destiné lui au marché de l'embarqué[53]. Enfin et contrairement à la plate-forme précédente, plusieurs produits dont la tablette 7-Series de Samsung et la Dell Latitude ST[54] sont annoncés. Les deux puces (CPU+GPU et SM35) en profite aussi pour réduire de taille en passant respectivement à 13,8 × 13,8 mm et 14 × 14 mm. Des défauts persistent cependant comme son tarif de 75 $ (pour 1000 pièces)[note 8] jugés élevé par rapport aux offres ARM tout comme sa gravure 45 nm alors que le concurrent proposera bientôt des gravures plus fines[55].

Processeur graphique[modifier | modifier le code]

Le processeur évolue peu mais intègre une solution de décodage pour les vidéos HD 1080p[56]. Cette dernière permettrait de limiter l'occupation CPU à 14 % contre 63 % (720p) à 92 % (1080p) pour un N455[57]. Dans le même temps la consommation lors de la lecture en 720p passerait de 1 W contre 3 W pour le N455.

Southbridge SM35[modifier | modifier le code]

Le chipset Whitney Point dérive de Langwell auquel il rajoute entre autres le support du SATA, de l'audio HD et de l'HDMI 1.3a[56].

Penwell[modifier | modifier le code]

Nouvelle génération d'Atom destinés en priorité pour les tablettes et smartphones, sortie en 2012. Plusieurs informations sont apparues sous réserve de modifications :

  • Présentation durant le Computex 2011 de Taipei d'un prototype sous Google Android 3.0 (Honeycomb)[58]. Intel serait en train de terminer le support de Android Jelly Bean[59].
  • Son TDP en veille atteindrait 2,6 W d'après des fuites publiés avant le CES 2012[60].
  • Premier test d'un Z2460 sur un modèle de présentation fournis par Intel : le Lava Xolo X900[61]
  • Intel a présenté une tablette de référence à l'IDF 2012 sur la base d'un Z2760 et tournant sous Windows 8[62]. Deux designs de référence ont été dévoilés : 10 pouces et 11 pouces disposant d'un clavier. Le processeur est un dual-core disposant de l'Hyperthreading.
  • ZTE a présenté lors de l'IFA 2012, le ZTE Grand X IN[63] incorporant un Atom Z2640 (1,6 GHz). Contrairement aux précédentes présentations, ce smartphone bénéficie d'un design original et sera commercialisé en septembre pour l'Europe. C'est aussi le premier téléphone sous Atom supportant Android 4.0. Il devrait être rejoint par un modèle construit conjointement par Motorola et Intel[64].

Plate-forme Medfield[modifier | modifier le code]

Cloverview[modifier | modifier le code]

Cloverview est une version optimisée de Medfield déclinée[65] les tablettes (Clover Trail) et les smartphones (Clover Trail +). Il repose aussi sur la micro-architecture Saltwell, gravé en 32 nm. La principale évolution réside dans l'adoption de deux cœurs physiques fournissant quatre cœurs logiques grâce à l'Hyper Threading. Le reste des composantes évolue comme la composante graphique qui migre vers un PowerVR SGX 545[66] ou PowerVR SGX 544MP2 selon les sources. Bien que supportant DirectX 10, il sera restreint à DirectX 9.3L. De même il ne supporte que des définitions maximales de 1920 × 1200 contre 2560 × 1600 pour des plateformes concurrentes comme le Nexus 10. Intel indique que les performances GPU du Z2580 seraient trois fois supérieures au Z2460[67]. Le support d'encodage et décodage vidéo fourni par Img Tech évolue aussi tout comme le bloc Silicon Hive qui peut gérer 2 caméras en simultanée (une 2 MP et une 16 MP mais limité à 8 MP en mode rafale) contre une seules pour les smartphones. Il est capable de gérer 15 images/sec contre 10 i/s pour les 2460. Le capteur photo peut aussi enregistrer des vidéos en Full HD 1080p et 30 fps comme pour la génération précédente. Cloverview inclut les technologies Identity Protection Technology (IPT) et WiDi. Le principal ajout porte sur la gestion de la consommation. Pour augmenter l'autonomie, le processeur supporte trois nouveaux états S0i 1, 2 et 3 qui s'intercalent entre les états S0 (actif) et S3/4. Ils permettent de réveiller le processeur en respectivement 100 microsecondes, 3 et 300 millisecondes. Selon Intel, les performances d'une tablette sous Clover Trail serait équivalente en termes d'autonomie à un iPad2 (SoC ARM Cortex-A9 gravé en 45 nm), soit entre 10 et 13 heures. Par ailleurs, Intel indique que ses puces supporteront Windows 8 et non Windows RT comme les puces ARM. Intel indiqua initialement ne fournir aucun pilote pour Linux et par extension pour Android avant de revenir sur ses propos et annoncer un SoC destiné aux plate-formes Android.
Sa commercialisation s'accompagne de l'apparition de deux modems : le XMM 6360 capable de gérer la 3G+ jusqu'à 42 Mb/s (DC-HSPA+) puis le XMM 7160 compatible avec la 4G/LTE.

Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique Processeur Turbo IGP L1 L2 Début Fin
Atom Z2xx0 - Clover Trail
Z2760 2 4 1,3 GHz 1,8 GHz 533 MHz 56 Kio 1 Mio 1,7 W 27 septembre 2012
Atom Z25x0 - Clover Trail+
Z2580 2 4 933 MHz 2,0 GHz 533 MHz 56 Kio 1 Mio FC-MB4760 27 septembre 2012
Z2560 2 4 933 MHz 1,6 GHz 400 MHz 56 Kio 1 Mio FC-MB4760 25 février 2013
Z2520 2 4 933 MHz 1,2 GHz 300 MHz 56 Kio 1 Mio FC-MB4760 25 février 2013

Plate-forme Clover Trail[modifier | modifier le code]

La plate-forme destinée aux tablettes a été dévoilée la première fois lors de l'IDF 2012 à Pékin[62]. Deux designs de référence sous Windows RT ont été présentées : 10 pouces et un modèle 11 pouces disposant d'un clavier. La plate-forme, déclinée avec un seul processeur qui succède à l'Atom Z2610, sert de support à la commercialisation des premières tablettes sous Windows RT.

Plate-forme Clover Trail+[modifier | modifier le code]

Clover Trail + se destine aux smartphones. La puce succède à l'Atom Z2460 et verrait ses performances CPU et GPU doubler.

Valleyview[modifier | modifier le code]

(gravure 22 nm, exécution dans le désordre, attendu fin 2013[68] ou début 2014[69],[70])

Plate-forme Bay Trail T[modifier | modifier le code]

Pour tablettes.

Plate-forme Merrifield[modifier | modifier le code]

Pour téléphones.

Électronique grand public[modifier | modifier le code]

Sodaville[modifier | modifier le code]

Intel a lancé à l'IDF 2009 de San Francisco une nouvelle gamme de processeur de type SoC (System on Chip) chargée de remplacer la précédente génération CE3100[note 9] basée sur les Pentium M et qui est compatible broche à broche. Les Atom CE 41x0[71],[72] sont destinés aux téléviseurs, aux décodeurs et autres boîtiers IPTV. Ils sont capables de décoder deux flux vidéos 1080p simultanément ainsi que de gérer le MPEG-4 grâce à l'ajout d'un processeur graphique GMA 500 et le support de la norme HDMI 1.3a. Il introduit aussi un contrôleur pour la mémoire flash de type NAND et supporte la DDR2 ainsi que la DDR3 sur deux canaux, le SATA 3 Gb/s et l'USB 2.0.

Le puce ne rencontre cependant pas le succès au point que les produits équipés apparaissent si lentement que la plupart ont été dévoilés en même temps que le lancement de son successeur : l'Atom CE4200. Le premier fut l'Orange Box[73] qui fit l'objet d'une démonstration lors d'une keynote d'Intel au CES 2010[74]. Elle sera suivie un an après par la sortie de la Freebox Révolution[75]. Équipée initialement d'une puce NVIDIA Tegra 2, la Boxee Box fut finalement lancée durant l'IDF de San Francisco en septembre 2010[76] avec un Atom CE4100. Cette modification s'explique par l'absence de décodage matériel du H264 High-Level par la puce ARM de NVIDIA contrairement au CE4100 qui le gère intégralement jusqu'à un débit de 90 Mb/s[77]. À cette occasion, le prix de la Boxee Box passe de 200 $ à 229,99 $. Enfin la Google TV de Logitech est elle aussi pourvue d'une puce Sodaville[78].

En octobre 2011, Intel décide d'abandonner le projet laissant le segment des télés connectés aux puces à architecture ARM[79]. Ces dernières s'avèrent moins chères et plus puissantes tout en étant moins envergivores. Elles sont de plus dotées de fonctions de codage et décodages spécifiques.
Néanmoins Intel ne devrait pas quitter définitivement et s'orienter davantage vers les solutions multimédia alternatives au vu du succès de ces puces dans les box ADSL. Les équipes de développement responsables de ces processeurs pour le laboratoire Digital Home Group seraient ainsi réaffectées au sein des équipes travaillant sur les puces pour tablette tactile.

Modèle Nb. cœurs Fréquence Cache Mult. Tension TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Cœurs GMA 500 L1 L2
Atom CE41x0
CE4150 1 1,2 GHz 400 MHz 64 Kio 512 Kio 9 W FSB FCBGA 951 septembre 2009
CE4130 1 1,2 GHz 200 MHz 64 Kio 512 Kio 7 W FSB FCBGA 951 septembre 2009
CE4100 1 1,2 GHz 200 MHz 64 Kio 512 Kio 7 W FSB FCBGA 951 septembre 2009

Groveland[modifier | modifier le code]

Un an après avoir présenté ses puces Sodaville, Intel renouvelle sa gamme SoC pour médias domestiques (TV, décodeurs) avec la série Atom CE4200 que le fondeur a brièvement présenté lors de l'IDF 2010 de San Francisco[80]. Doug Davis, vice-président du groupe architecture d'Intel, la décrit comme destinée aux TV évoluées ou connectées (smart TV)[81]. Le processeur, gravé en 45 nm, repose probablement sur la même architecture que la plate-forme Moorestown, à savoir Lincroft. Par rapport à la génération Sodaville, elle se distingue par l'ajout d'un moteur d'encodage des flux H264, de la gestion des flux 3D et du support de l'HDMI 1.4 en plus de supporter le décodage du 1080p, à l'image de son prédécesseur. L'un des premiers produits qui devrait intégrer cette génération de processeur est la BBox de Bouygues Telecom qui fut annoncée comme étant en développement depuis deux mois au cours du CES 2011[82],[83].

Modèle Nb. cœurs Fréquence Cache Mult. Tension TDP FSB Socket Référence Commercialisation
Cœurs GMA L1 L2
Atom CE4200
CE4200 1 1,2 GHz 64 Kio 512 Kio septembre 2010

Tunnel Creek[modifier | modifier le code]

En marge des puces Groveland, Intel a aussi lancé une nouvelle gamme de puce de type SoC lors de l'IDF 2010 de San Francisco[84] à destination du marché de l'embarqué très basse consommation et initialement dévoilé au cours de l'IDF 2010 de Pékin[85]. Le processeur intégrera la plate-forme Queensbay. Il se distingue par un TDP très bas (environ 3 W) et une liaison PCI Express entre le processeur et le chipset (chipset Intel EG20T) qui permet aussi d'exploiter des chipsets tiers[85] pour des utilisations spécifiques. Bien que l'on ne connaisse rien de son architecture, celle-ci devrait incorporer un GMA 600, un controleur mémoire DDR2 (DDR2-800) ainsi que le support de la virtualisation et de l'hyperthreading.

La gamme est disponible en deux versions : standard pour une utilisation commerciale (température comprise entre 0 et 70 °C) et la série T pour une utilisation industrielle (température comprise entre -40 et 85 °C). Contrairement aux chipsets pour Silverthorne disponibles en version P et PT, seul un modèle est disponible pour Tunnel Creek et bénéficie par défaut des spécifications industriels. En 2011, Intel proposera une seconde déclinaison de son Intel E600 avec la plate-forme Stellarton[84]. Elle se consistera en l'ajout d'une puce FPGA Arria II GX programmable et intégré au die de l'Atom[86].

Dès janvier 2012, les puces commercialisées seraient compatibles avec la version 2.3 d’Android (Gingerbread)[87]. Il s'agirait pour le fondeur d'élargir le support de ces processeurs mais certains[88] s'interrogent sur l'opportunité de supporter une version sortie prés d'un an auparavant alors que les produits disponibles en 2012 seront principalement sous les versions 3 Honeycomb ou 4 Ice Cream Sandwich.

Modèle Nb. cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Cœurs GMA 600 L1 L2
Atom E6x0(T) - Tunnel Creek
E680T 1 1,6 GHz 400 MHz 56 Kio 512 Kio 1,045 - 1,155 V (SLH95) 3,9 W PCI-E 2 500 MHz BGA 676 CT80618007035AB 14 septembre 2010
E680 1 1,6 GHz 400 MHz 56 Kio 512 Kio 1,045 - 1,155 V (SLH94) 3,9 W PCI-E 2 500 MHz BGA 676 CT80618007035AA 14 septembre 2010
E660T 1 1,3 GHz 400 MHz 56 Kio 512 Kio 1,045 - 1,155 V 3,3 W PCI-E 2 500 MHz BGA 676 CT80618003201AB 14 septembre 2010
E660 1 1,3 GHz 400 MHz 56 Kio 512 Kio 1,045 - 1,155 V 3,3 W PCI-E 2 500 MHz BGA 676 CT80618003201AA 14 septembre 2010
E640T 1 1,0 GHz 320 MHz 56 Kio 512 Kio 1,045 - 1,155 V (SLH5M) 3,3 W PCI-E 2 500 MHz BGA 676 CT80618005841AB 14 septembre 2010
E640 1 1,0 GHz 320 MHz 56 Kio 512 Kio 1,045 - 1,155 V (SLH55) 3,3 W PCI-E 2 500 MHz BGA 676 CT80618005841AA 14 septembre 2010
E620T 1 0,6 GHz 320 MHz 56 Kio 512 Kio 1,045 - 1,155 V (SLH5N) 2,7 W PCI-E 2 500 MHz BGA 676 CT80618005844AB 14 septembre 2010
E620 1 0,6 GHz 320 MHz 56 Kio 512 Kio 1,045 - 1,155 V (SLH56) 2,7 W PCI-E 2 500 MHz BGA 676 CT80618005844AA 14 septembre 2010
Atom E6x0C(T) - Stellarton
E665CT 1 1,3 GHz 56 Kio 512 Kio (SLH9H) 3,6 W PCI-E 2 500 MHz FCBGA 1466 CY80632007224AA 22 novembre 2010
E665C 1 1,3 GHz 56 Kio 512 Kio (SLH9X) 3,6 W PCI-E 2 500 MHz FCBGA 1466 CY80632007224AB 22 novembre 2010
E645CT 1 1,0 GHz 56 Kio 512 Kio (SLH9J) 3,6 W PCI-E 2 500 MHz FCBGA 1466 CY80632007221AA 22 novembre 2010
E645C 1 1,0 GHz 56 Kio 512 Kio (SLH9Y) 3,6 W PCI-E 2 500 MHz FCBGA 1466 CY80632007221AB 22 novembre 2010
E625CT 1 0,6 GHz 56 Kio 512 Kio (SLH9K) 2,7 W PCI-E 2 500 MHz FCBGA 1466 CY80632007227AA 22 novembre 2010
E625C 1 0,6 GHz 56 Kio 512 Kio (SLH9Z) 2,7 W PCI-E 2 500 MHz FCBGA 1466 CY80632007227AB 22 novembre 2010

Berryville[modifier | modifier le code]

(gravure 32 nm, sortie 2012)

Successeur de Berryville[modifier | modifier le code]

(gravure 22 nm, exécution dans le désordre, attendu début 2014)

Netbooks et nettops[modifier | modifier le code]

Diamondville[modifier | modifier le code]

Intel Atom (2008).jpg

Les processeurs Diamondville sont apparus en même temps que les netbooks et ont permis de populariser la marque Atom auprès du grand-public. Ils reposent sur les mêmes cœurs que les puces Silverthorne, on distingue les modèles de la série N destinés aux netbooks tandis que les modèles de la série 200-300 sont pourvus d'un TDP plus élevé et se cantonnent à quelques exceptions près aux nettops. Ils constituent avec le chipset 945GC-GSE la plateforme Shelton[89] destinée à concurrencer les AMD Sempron sur les ordinateurs portables premier prix tout en leur offrant une plus grande autonomie (8 heures environ). Il s'agit en fait de la deuxième version de la plateforme Shelton, la première version[90] constituée d'un Celeron sans cache L2 et associé à un chipset i845GV n'a jamais été commercialisée. Outre le secteur des OEM, les processeurs Diamondville sont aussi disponibles sur carte-mère au format mini-ITX.

Intel Atom 230

À la fin septembre 2008, Intel a lancé son premier processeur Atom double cœur : l'Atom 330. Il consiste en la juxtaposition de deux dies Diamondville 230 sur le même package et reliés entre eux et avec le chipset par un FSB 533 MHz. Mais sa consommation est jugée trop élevée (TDP de 13 W) pour une utilisation dans un netbook et son tarif initial de 43 $[91] le rapprochait fortement des Celeron. Bien que ces modèles n'eussent pas été conçus pour de l'overclocking, MSI proposa pour son Wind une option[92] dans le Bios permettant de monter la fréquence du processeur jusqu'à 2 GHz, un utilisateur[93] a même réussi à monter jusqu'à 2,315 GHz[94],[note 10] grâce à un refroidissement à l'azote.

Face à un système basé sur un Athlon 64 2000+[2] (1,00 GHz), la plate-forme Shelton (Atom 230) est légèrement en retrait en termes de consommation tant en idle (40,5 W contre 38,8 W) qu'en charge (44,9 W Contre 41,2 W) bien que son TDP soit plus bas (4 W contre 8 W). Par ailleurs l'Atom s'avère moins performant sur des tests applicatifs (internet, iTunes, Lame, AVG Antivirus, WinRAR, Cinema 4D, PCMark 05) d'environ 13 % tandis qu'un Celeron 220 est plus performants que l'Atom et l'Athlon 64+ (+ 23 %). Ces différences se remarquent aussi en lecture vidéo en raison de son chipset vieillissant face au chipset AMD 780G.

Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique L1 L2 Début Fin
Atom 3x0
330 2 4 1,60 GHz 2 × 56 Kio 2 × 512 Kio ×12 0,9 - 1,1 V C0 (QKGY, SLG9Y) 8 W FSB 533 MT/s BGA 437 AU80587RE0251M 21 septembre 2008 7 mai 2010
Atom 2x0
230[note 11] 1 2 1,60 GHz 56 Kio 512 Kio ×12 0,7 - 1,2 V C0 (SLB6Z) 4 W FSB 533 MT/s BGA 437 AU80586RE025D 3 juin 2008 7 mai 2010
Atom N2x0
N280[note 12] 1 2 1,66 GHz 56 Kio 512 Kio ×10 1,1 V C0 (SLGL9) 2,5 W FSB 667 MT/s BGA 437 AU80586GF028D 1er trim. 2009
N270[note 12] 1 2 1,60 GHz 56 Kio 512 Kio ×12 1,1 V C0 (SLB73) 2,5 W FSB 533 MT/s BGA 437 AU80586GE025D 3 juin 2008 7 mai 2010

Plate-forme Shelton[modifier | modifier le code]

Chipset 945GC[modifier | modifier le code]

Le premier chipset assorti au Atom de type Diamondville s'est révélé peu adapté aux processeurs Atom et à leur régime de faible consommation. Il est en effet issu de la famille Lakeport lancée en novembre 2005 d'où une gravure de 90 nm mais surtout un TDP élevé de 22,2 W[note 13] à comparer aux 2,5 à 8 W pour le processeur (CPU) et auquel il faut rajouter celui du southbridge (3,3 W). Ce dernier est un southbridge ICH7 et les deux puces occupent en outre un espace conséquent (34×34 mm pour le northbridge et 31×31 mm pour le southbridge) ce qui limite la miniaturisation[note 14]. La composante graphique du 945GC est le GMA950, il est cadencé à 400 MHz et ne supporte que DirectX 9. Il utilise en outre une partie de la mémoire vive comme mémoire vidéo. Au vu de ces piètres performances, Intel cantonna ce chipset au secteur des nettops, privilégiant le 945GSE pour les netbooks.

Chipset 945GSE[modifier | modifier le code]
Intel Atom et son chipset 945GSE en arrière-plan.

Le 945GSE se présente comme une solution plus adaptée pour les netbooks à base de solution Atom de par sa consommation réduite (TDP : 11,8 W) mais ils conservent les mêmes défauts que le 945GC à savoir une technologie relativement ancienne, la présence d'un cœur graphique GMA950 et d'une troisième puce : le southbridge ICH7-M au TDP similaire (3,3 W). Seule l'utilisation de puces tiers[95] permet d'améliorer ses performances pour la lecture de flux HD par exemple.

Chipset GN40 (annulé)[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2009[96], Intel devait rattraper son retard sur la plate-forme Ion grâce à l'arrivée du chipset GN40 associé à la commercialisation de l'Atom N280. Ce chipset se distinguait tout d'abord par sa conception récente puisque dérivée du GM45 sorti en septembre 2008. Il intégrait un nouveau contrôleur mémoire qui permettait de supporter la mémoire DDR2 667 MHz contre 533 MHz pour les précédents chipsets. Il bénéficiait aussi du GMA X4500HD qui permet contrairement au GMA950 de décoder les flux HD en 1080p mais ne pouvait supporter la lecture de Blu-ray[97]. Cependant le support l’accélération vidéo HD n'aurait été possible que via l'utilisation d’une API spécifique (DXVA 2.0) qui n'est disponible que sous Windows Vista tout comme le support de DirectX 10 or Windows Vista fut très peu utilisé sur les netbooks au profit de Windows XP. De plus cette évolution des performances se serait faite au détriment de la consommation puisque son TDP était annoncé à 16,5 W. Il continuait en outre de dépendre d'une troisième puce pour le southbridge (ICH9-M) mais face à une baisse de la demande en netbooks, Intel se résigna à annuler en mai 2009 son chipset[98].

Plate-forme ION (NVIDIA)[modifier | modifier le code]

NVIDIA ION.jpg

Pour concurrencer les solutions Intel pour sa gamme Atom, Nvidia a dévoilé en décembre 2008[99] sa plate-forme ION. Le prototype dévoilé alors se basait sur un Atom 230 ou 330 auquel était associé un chipset GeForce 9400M (MCP79), le tout implanté sur une carte-mère au format Pico-ITX. En comparaison de la GeForce 9400, la version mobile se distingue par sa fréquence du cœur et des shaders plus basse : 450 MHz/1 100 MHz contre 580 MHz /1 400 MHz pour la 9400 ce qui permet d'abaisser sa consommation. Contrairement aux chipsets Intel, la GeForce 9400M se contente d'une seule puce contre deux pour les 945 en raison de la disparition du southbridge. Elle est en outre gravée en 65 nm et mesure 35×35 mm.
Asus avait auparavant tenté l'expérience avec le N10[100], un ultraportable équipé d'un Atom N270 et d'une GeForce 9300M GS commercialisé en septembre 2008[101]. En août 2009, des rumeurs ont commencé à circuler sur l'apparition d'une déclinaison ION LE[102] qui se distinguerait par l'absence de support de DirectX 10. Il s'avéra par la suite que cette version LE n'était qu'une astuce marketing[103] pour distinguer les modèles à destination de Windows XP. Le ION LE est en outre basé sur la même puce que la plate-forme ION ce qui rend possible sa transformation en modifiant le pilote graphique[104]. Certaines rumeurs parlaient aussi de la mise au point d'un second chipset décrit comme une version spéciale de la puce MCP7A[105] et capable de supporter le SLI grâce à ses deux liens PCIe 8x. Dans le même temps, des rumeurs ont aussi circulé

Carte-mère Zotac ION D mini-ITX avec Atom 330.

Cette solution s'est avéré très vite intéressante au regard tout d'abord de ces performances graphiques très supérieures aux chipset 945GSE et 945G. Elle bénéficie de plus d'un TDP de seulement 12 W contre respectivement 6 et 21 W pour les solutions d'Intel. La plate-forme ION permet ainsi de mieux gérer les flux HD[note 15], l'interface Aero de Windows ainsi que le support des logiciels basés sur CUDA. La plate-forme Ion se concentre sur deux puces contre trois pour la plate-forme Shelton ce qui offre un gain de place, d'où la présentation sur un format Pico-ITX, mais offre aussi une connectique plus riche comprenant le HDMI ainsi que le support du son LPCM sur huit canaux. Par la suite, la plate-forme ION fut à son tour déclinée en carte mère au format micro-ITX pour processeur Atom mais des variantes existent aussi pour socket LGA775 (GeForce 9300 et 9400). En début d'année 2010, Asrock a lancé une carte mère au format mini-ITX qui se distingue des autres production par la présence de deux ports DDR3-1066[106].

Mais très vite, face à cette concurrence inattendue, une rumeur indiqua qu'Intel refusait[107] de vendre à ses partenaires des processeur Atom sans chispet Intel ce que le fondeur réfuta par la voix de son porte-parole Bill Calder[108]. Intel allant même jusqu'à convaincre les fabricants que le MCP79 réduirait l'autonomie en lui faisant perdre une heure d'autonomie et offrait de moins bonnes performances en mode bureautique ou multimédia[109]. La tension entre les deux sociétés ne s'apaisa pas pour autant et au cours du mois de mai 2009, le PDG de NVIDIA, Jen-Hsun Huang, indiqua qu'Intel continuait de freiner[110] la mise au point de sa plate-forme en proposant le processeur seul à 45 $ contre 25 $ pour le couple Atom + Chipset Intel ce que démentit Intel invoquant des offres commerciales pour ses clients.

Plate-forme SiS[modifier | modifier le code]

SiS a aussi proposé un chipset[111] pour Atom concurrençant le 945GC. Il est constitué de trois puces[112] : un northbridge SiS672 associant une puce graphique SiS Mirage 3, un southbridge SiS968 et une puce SiS307DV qui fournit une sortie numérique DVI. L'ensemble consomme 22 W et est destiné aux nettops ultra-fins. Le premier produit proposé avec cette plate-forme est le Lenovo Q100.

Pineview[modifier | modifier le code]

Intel Atom (2009).jpg

La seconde génération de l'Atom destiné aux netbooks a été officiellement dévoilée le 22 décembre 2009. Elle consiste en une évolution des cœurs Diamondville vers une architecture de type Soc avec l'intégration au sein du die du northbridge soit le contrôleur mémoire et le processeur graphique (IGP). De même dans le cas des modèles double-cœurs, les deux cœurs sont dorénavant intégrés sur le même die contrairement à l'Atom Diamondville 330 et communiquent entre eux via un FSB 667 MHz. Cette évolution permet à la plate-forme Pine Trail de passer de deux à trois puces d'où un gain d'espace[note 16], de consommation mais aussi de coût de fabrication. Cette optimisation s'est par la suite poursuivie avec le développement du design de référence Canoe Lake[113] qui permet de concevoir des netbooks plus fins d'une épaisseur de 14 mm grâce à une amélioration du système de refroidissement. La gravure du processeur reste cantonnée à 45 nm.

Intel Atom N570

Parallèlement on constate que les performances progressent timidement malgré diverses optimisations dont l'intégration du contrôleur mémoire au sein du die qui est censé diminuer les temps de latence de la mémoire et donc fournir un bond en termes de performances à l'image de ce qui s'est produit avec les processeurs Nehalem soumis au même schéma d'intégration. Cette différence s'explique par le fait qu'Intel n'a pas choisi de revoir en profondeur le design de ces puces pour des raisons de coût si bien que les composants du northbridge restent reliés au processeur par un bus FSB qui agit comme un goulet d'étranglement[114]. Ainsi si sur la forme Pineview est différent de Diamondville, sur le fond les deux processeurs restent relativement similaires.

Processeur graphique GMA3150[modifier | modifier le code]

Le processeur graphique (IGP) est dorénavant inclus sur le même die que le processeur central (CPU) à l'image des modèles Clarkdale. Il s'agit d'une évolution du vieillissant GMA950 baptisée GMA3150[115]. Malgré sa gravure en 45 nm, le GPU occupe plus de la moitié du die sur les modèles mono-cœurs[116] ce qui en limite les possibilités. Sa fréquence augmente toutefois sur les netbooks (série N) pour atteindre 200 MHz tandis qu'elle reste stable à 400 MHz pour les puces destinée aux nettops (série D). Globalement le GMA 3150 est soumis aux mêmes limitations que le 950 à savoir le support strict de DirectX 9.0c et l'accélération matérielle uniquement sur du MPEG-2. La norme H.264 n'étant pas supportée, le processeur ne propose pas d'accélération matérielle pour Flash ce qui affecte la lecture de vidéos en haute définition ou avec une application en arrière-plan exploitant le CPU[116]. De même les sorties vidéos se limitent au VGA (2 048 × 1 536, modèles D, et 1 400 × 1 050 pour les modèles N) et LVDS (1 366 × 768) ce qui est similaire au Poulsbo. L'utilisation de connectique DVI ou HDMI nécessitera par conséquent une puce tiers spéciale. Enfin l'IGP ne gère pas les flux HD ce qui nécessitera le recours à des composants tiers tels que l'intégration d'une puce Broadcom Crystal HD[117],[118],[119] pour le décodage matériel et dont la consommation oscille entre 30 mW et 1 W. La première génération de puce (BCM70012) ne gère pas le DivX et est au format Mini Card (en). Elle est à ce jour la seule à être disponible en vente à l'unité mais son prix a fortement augmenté depuis sa commercialisation[120]. Broadcom a ensuite proposé une nouvelle génération de carte (BCM70015) qui corrige certaines défauts comme le support du DivX tout en étant plus petite car en format Mini Card (en) demi-hauteur (low profile)[121]. Cette évolution n'a cependant pas que des défauts. La finesse de gravure de 45 nm (contre 90 nm pour le GMA950) permet d'augmenter la fréquence des puces tout en diminuant leur consommation

Performances[modifier | modifier le code]

En raison d'une architecture similaire avec Dimaondville, les processeurs Pineview présentent des performances à peine supérieures. Pour un Atom D510[116], on note une hausse d'environ 5 à 10 % dans les tests synthétiques (Sysmark 2007) par rapport à une plate-forme ION/Atom 330 ce qui lui permet d'atteindre le score d'un Pentium M Dothan de fréquence équivalente mais reste inférieure à un Pentium 4. Les gains sont similaires sur des tests applicatifs[116],[122], on remarquera que ses performances le rendent très aléatoire par rapport à un Celeron 440 (2,0 GHz) : parfois en retrait, parfois devant. Face aux puces Bobcat de la gamme Fusion de AMD, un Atom N550 est globalement en retrait jusqu'à 5 % dans les tests synthétiques (PassMark CPU Mark, 3D Mark 06) et même 20 % (Super Pi 2M) en comparaison d'un C-60[123] Pour les modèles desktops, la différence s'établit autour de 10 % en faveur d'un AMD E-450 face à un Atom D525, toujours dans des tests synthétiques[124].
Les performances du GPU sont très élémentaires au point qu'il ne peut être utilisé dans des jeux récents puisqu'il n'arrive qu'à afficher 3 i/s pour World of Warcraft en 800 × 600 soit un score équivalent à l'Atom 330 et 1,8 fps pour Left for Dead pour la même définition[116]. En comparaison sur les mêmes jeux et sur la même plate-forme de test, l'ancienne plate-forme ION avec Atom 330 offre des performances très largement supérieures avec respectivement 17,7 fps et 23,4 fps. Le recours à une puce GPU tiers (cf. plate-forme ION) est donc obligatoire pour des jeux relativement gourmands.

Mais la principale évolution de cette puce porte surtout sur la consommation puisque les mesures indiquent une chute de presque 50 % de la consommation (repos : 21,2 W / charge : 25,8 W) par rapport à un Atom 230 ou 330 (41 W / 44,2 W) et lui permet d'atteindre le niveau d'une plate-forme ION/Atom 330 (25 W / 28,2 W)[116]. Ces améliorations reposent en grande partie sur le chipset.

La gamme[modifier | modifier le code]

Deux familles composent cette plate-forme : la gamme D (Desktop) est destinée au marché de la bureautique tandis que la gamme N (Netbook) est développée pour les appareils mobiles. En raison des contraintes d'espace, les puces de type N bénéficient d'un TDP voisin de 5 W contrairement aux modèles Desktop dont le TDP oscille entre 10 et 13 W. Cette limitation entrainera l'absence de modèle dual-cœur pour les premiers jusqu'à l'avènement des Atom N5xx qui se contenteront d'un TDP de 8,5 W. Les modèles N sont par ailleurs limités au support de 2 Go de mémoire maximum contre 4 Go pour les modèles D. De plus la fréquence de la mémoire est de 667 MHz pour les modèles N contre 800 MHz pour les modèles D. Ces derniers bénéficient en outre d'une montée en fréquence plus importante en atteignant 1,80 GHz contre 1,66 Ghz pour leurs équivalents mobiles et de l'adoption d'instructions supplémentaires dont Enhanced Intel SpeedStep® Technology et Thermal Monitoring Technologies.
La gamme a connu au cours de l'été 2010 un léger renouvellement marqué par le support de la mémoire DDR3 mais exclusivement en format SO-DIMM. Ces modèles se distinguent par une nomenclature de type Dxx5 et Nxx5. À l'occasion du Computex 2011, plusieurs fabricants ont dévoilé des netbooks[125] équipés d'un Atom N435 comme le Lenovo Ideapad S100 ou le EeePC X101 d’Asus mais Intel communique peu sur cette référence. Il semble que cette puce, très économe, soit surtout destinée aux marchés émergents pour des produits de prix inférieur à 200 $[126]. La nomenclature de la gamme Pineview est organisée de la manière suivante :

  • D4xx/N4xx : Modèle mono-cœur
  • D5xx/N5xx : Modèle dual-cœur
  • Dxx0/Nxx0 : Modèle supportant la mémoire DDR2
  • Dxx5/Nxx5 : Modèle supportant la mémoire DDR3 (SO-DIMM uniquement)
  • Le second chiffre de la référence est un indice de performance qui est fonction de la fréquence de la puce
Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique Processeur IGP L1 L2 Début Fin
Atom série D (Desktop)
D525 2 4 1,80 GHz 400 MHz 2 × 56 Kio 2 × 512 Kio 0,800 - 1,175 V B0 (SLBXC) 13 W DMI + 2×DDR3/DDR2 BGA 559 AU80610006225AA 21 juin 2010
D510 2 4 1,66 GHz 400 MHz 2 × 56 Kio 2 × 512 Kio 0,800 - 1,175 V B0 (SLBLA) 13 W DMI + 2×DDR2 BGA 559 AU80610004392AA 4 janvier 2010
D425 1 2 1,80 GHz 400 MHz 56 Kio 512 Kio 0,800 - 1,175 V A0 (SLBXD) 10 W DMI + 2×DDR3/DDR2 BGA 559 AU80610006252AA 21 juin 2010
D410 1 2 1,66 GHz 400 MHz 56 Kio 512 Kio 0,800 - 1,175 V A0 (SLBMH) 10 W DMI + 2×DDR2 BGA 559 AU80610004671AA 4 janvier 2010
Atom série N (Netbook)
N570 2 4 1,66 GHz 200 MHz 2 × 56 Kio 2 × 512 Kio  ? (SLBXE) 8,5 W DMI + 2×DDR3 BGA 559 AU80610006243AA 1er mars 2011
N550 2 4 1,50 GHz 200 MHz 2 × 56 Kio 2 × 512 Kio  ? (SLBXF) 8,5 W DMI + 2×DDR3 BGA 559 AU80610006291AA 24 août 2010
N475 1 2 1,83 GHz 200 MHz 56 Kio 512 Kio A0 (SLBX5) 6,5 W DMI + 2×DDR3/DDR2 BGA 559 AU80610006240AA 1er juin 2010
N470 1 2 1,83 GHz 200 MHz 56 Kio 512 Kio A0 (SLBMF) 6,5 W DMI + 2×DDR2 BGA 559 AU80610003495AA 1er mars 2010
N455 1 2 1,66 GHz 200 MHz 56 Kio 512 Kio A0 (SLBX9) 5,5 W DMI + 2×DDR3/DDR2 BGA 559 AU80610006237AA 1er juin 2010
N450 1 2 1,66 GHz 200 MHz 56 Kio 512 Kio 0,9625 - 1,175 V A0 (SLBMG) 5,5 W DMI + 2×DDR2 BGA 559 AU80610004653AA 4 janvier 2010
N435 1 2 1,33 GHz 200 MHz 56 Kio 512 Kio 5 W DMI + 2×DDR2 BGA 559 mai 2011

Plate-forme Pine Trail[modifier | modifier le code]

Southbridge NM10[modifier | modifier le code]

L'intégration du processeur graphique dans le processeur central s'accompagne aussi du contrôleur mémoire qui supporte la DDR2 667 Mhz (série N et D) ou 800 Mhz (série D) sur deux canaux. Le chipset associé aux Atom Pine Trail se réduit ainsi à une seule puce (nom de code Tiger Point) qui se cantonne au southbridge soit la gestion des E/S (Entrées/Sorties). Il consiste en une évolution du vieillissant ICH7-M gravé en 130 nm mais dont la taille diminue de 31×31 mm à 17×17 mm et le TDP de 3,3 W à 2,1 W. Cette miniaturisation a cependant des effets négatifs puisqu'elle limite la connectique du NM10. Ainsi un seul contrôleur EHCI est implanté ce qui plafonne le débit des huit ports USB 2.0 à 480 Mo/s et le contrôleur Ethernet est limité à 100 mégabits/s. Les ports PCIe sont réduits à quatre liens (configurables en 4 ports 1x ou en un seul port 4x) et seul deux ports SATA sont supportés. La principale évolution concerne le vieillissant bus FSB qui est remplacé par un lien DMI tandis que la gestion du WiFi peut-être confiée au choix à deux puces additionnelles : Condor Peak (WiFi) et Kilmer Peak (WiFi et WiMax)[127].

Plate-formes spécialisées[modifier | modifier le code]

Pour diversifier les débouchés de sa gamme de processeur Atom, Intel a décider de mettre au point des plates-formes pour des usages spécifiques lui permettant par ailleurs de concurrencer d'autres gammes de processeur comme les ARM ou les MIPS . Ils intègrent des southbridges exploités par le passé et offrant une connectique plus riche que le NM10 et qui est permise grâce à une compatibilité du lien DMI avec les ICH (I/O Controller Hub). Pour rappel, ces processeurs ne nécessitent pas de chipset au sens large (northbridge + southbridge) car le northbridge est dorénavant intégré au processeur. Parmi les exemples notables on peut citer la mise au point de serveurs à base de puce Atom comme le SeaMicro 10000 composé de 256 Atom N570 et qui a servi à fournir la charge suffisante pour le téléchargement de Firefox 4 lors de sa sortie[128]. Ces solutions permettent de fournir des serveurs de faible encombrement et consommation comparativement à des produits à base de Xeon ou d'Opteron.

Systèmes embarqués : ICH8M[modifier | modifier le code]

Intel a introduit les processeurs Pineview au sein de la gamme embarquée et proposent en conséquence des plates-formes incluant le southbridge ICH8M en remplacement du NM10[129],[130]. Bien que conçu en 2007, ce southbridge offre une connectique plus riche avec 6 liens PCIe, un port PATA (très utilisé dans le milieu industriel) et des débits USB plus importants grâce à la présence de deux contrôleurs EHCI. En outre il consomme à peine plus que le NM10 avec 2,4 W pour une dimensions de 31×31 mm. En comparaison du NM10, le ICH8M s'avère ainsi plus avantageux au point que certains[131] se posent la question de l'utilité du NM10.

Systèmes RAID : ICH9R[modifier | modifier le code]

Le ICH9R se caractérise par la présence d'un contrôleur Raid en mode 0, 1, 5 ou 10 ce qui permet de concevoir des plates-formes pour des systèmes de type NAS[132],[133]. Le ICH9R consomme bien plus mais offre une connectique Ethernet 100 mégabits/s, le support des doubleurs de ports pour relier jusqu'à 12 disques durs, un connecteur PATA et six ports SATA 3 Gb/s. Tout comme le ICH8M, il date de 2007 et comporte deux contrôleurs EHCI pour gérer douze ports USB 2.0.

Plate-forme ION (NVIDIA)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Nvidia Ion.
NVIDIA ION.jpg

L'arrivée des processeurs Pineview a considérablement compliqué la tâche à NVIDIA pour proposer une alternative avec sa plate-forme ION[134]. La forte intégration des composants au sein du processeur (Northbridge, IGP) limitent fortement la marge de manœuvre de NVIDIA. Ne disposant pas en outre de licence[135] DMI pour concevoir un chipset en remplacement du NM10, NVIDIA se retrouve contraint d'exploiter le PCIe 1x pour y connecter un simple GPU l'empêchant par là-même de proposer une connectique plus complète comme ce fut le cas auparavant.

Très vite, les premières rumeurs[136] ont commencé à apparaitre sur ce qui est alors nommé ION 2[137] et décrivant non plus une plate-forme mais un simple GPU[138] basé sur le G218 que l'on retrouve sur les GeForce 210 et 310. Plusieurs observateurs s'interrogèrent sur les performances de l'ION 2 car le débit des quatre liens PCIe 1x (4×250 Mo/s) fourni par le NM10 n'est pas suffisant pour offrir de bonnes performances graphiques d'autant plus que des tests préliminaires[139] n'annonçaient pas des performances à hauteur de la précédente plate-forme. Par la suite l'annonce de la technologie Optimus[140],[141] permit d'esquisser la solution envisagée par NVIDIA que certains ont relié au fonctionnement des 3dfx[142] où la gestion de la 2D était gérée par l'IGP et la 3D par le GPU.

NVIDIA Optimus.jpg

La nouvelle plate-forme ION fut finalement annoncé à l'ouverture du CeBIT 2010[143] bien que d'autres la prévoyaient pour le CES[144]. Annoncé comme ION 2 puis ION 2010[145] quelques jours avant le CeBIT, NVIDIA décida à conserver sa précédente marque ce qui risque de créer des confusions entre ces deux plates-formes. La carte choisie est basée sur le G218 et sera donc similaire à une G210 et une G310. Par rapport à une GeForce 9400M, cette nouvelle mouture est gravée en 40 nm et supporte jusqu'à 512 Mo en DDR2 ou DDR3 (contre 256 Mo DDR2 auparavant). NVIDIA proposera deux version de sa plate-forme. La première sera destinée aux netbooks dont la taille de l'écran sera inférieure à 12 pouces, elle disposera de seulement 8 CUDA Cores tandis que la version pour nettops et netbooks supérieurs sera pourvue de 16 CUDA Cores. Dès lors certains se demandent si les constructeurs ne seront pas tentés de mélanger les versions en intégrant, par exemple, des modèles 8 CUDA Cores au sein de nettops mais NVIDIA devrait indiquer le type de carte GPU via un logo associé. Pour compenser la perte de performance liée à l'utilisation d'une seule ligne du bus PCIe 1x soit 250 Mo/s, NVIDIA a introduit la technologie Optimus. Derrière ce nom se cache en fait une réactualisation de l'Hybrid SLI[146] qui consiste à alterner entre l'IGP et le GPU en fonction des besoins ce qui permettrait de limiter la consommation et donc améliorer l'autonomie des netbooks. Il s'agit d'une solution strictement logicielle et indépendante de la plate-forme ION mais Asus a décidé de proposer un netbook (EeePC 1201PN) dépourvu de la technologie Optimus sans que l'on en connaisse la raison[147].

En marge des précédentes plates-formes, NVIDIA propose aussi une carte graphique de référence en PCIe 1x et au format Low-profile (à épaisseur réduite)[148],[149]. Mais le recentrement sur une simple carte graphique additionnelle soumet NVIDIA à davantage de concurrence. MSI a ainsi annoncé le Wind DE220[150], un nettops équipé d'un Atom Dx10 mais accouplé à une Radeon Mobility HD43x0.

Cedarview[modifier | modifier le code]

Intel Atom (2009).jpg

La troisième génération de puces grand-public marque une rupture en adoptant une nouvelle microarchitecture, Saltwell[151] qui succède à Bonnell après trois d'années d'existence. Pour pallier la concurrence de ARM et AMD, Intel a décidé d'accélérer le rythme de renouvellement de ces processeurs à raison d’une nouvelle finesse de gravure tous les ans pendant trois ans évoluant ainsi du 32 nm au 14 nm en passant par le 22 nm. Chaque finesse correspondant à une nouvelle architecture : Saltwell inaugure ainsi le 32 nm à l'image des processeurs Sandy Bridge. Elle offrirait d'après Intel une baisse de 20 % de la consommation au point que le TDP du N2600 atteint seulement 3,5 W (des TDP inférieurs à 2 W ont même été évoqué[152]) facilitant la conception de netbook fanless[153],[note 17]. Selon Intel il serait possible de concevoir des netbooks qui atteignent 10 heures d'autonomie. Par ailleurs cette nouvelle gamme supporte le mode de veille C6 plus profond à l'instar des Silverthorne.

La principale évolution concerne le cœur graphique construit dorénavant autour d'un PowerVR SGX545[154]. Il s'agit pour Intel d'offrir des performances supérieures aux GMA3150 (dérivés de l'ancien GMA950), spécialement s'agissant du décodage vidéo, ainsi qu'une moindre consommation. Il intègre un moteur de décodage vidéo pour les flux HD et supporte le 1080p et la norme HDMI 1.3[155]. À l'occasion de l'IDF, Intel a ainsi présenté un exemplaire lisant un Blu-ray avec une utilisation du processeur plafonnant à 20 %[156],[157]. Le GPU est disponible en deux versions selon sa fréquence : GMA3600 (400 MHz) et GMA3650 (640 MHz). Bien que le PowerVR SGX545 supporte DirectX 10.1, seuls des pilotes compatibles DirectX 9 et uniquement 32 bits sont disponibles[158],[159]. Ce choix permet d'une part à Intel de segmenter son offre face aux Celeron et autres Pentium G et s'explique d'autre part par le fait que DirectX 10.1 est surtout utilisé sur des jeux ou autres applications nécessitant d'importantes ressources et donc inadapté pour les processeurs Atom. Mais Intel a surtout eu toutes les peines pour obtenir la certification WHQL pour ses pilotes pour Windows 7.

Les processeurs Cedarview intègrent la plate-forme Cedar Trail qui n'est guère différente de la plateforme Pine Trail en raison de la conservation du chispet NM10[160]. Néanmoins plusieurs améliorations ont été apportées tels que le support de la DDR3 pour les versions bureau[161] (2 Go max pour le N2600 et 4 Go max pour le N2800) et des SSD jusqu'à 32 Go et des disques durs jusqu'à 250 Go[162]. Par contre le chipset NM10 ne supporte toujours pas l'USB 3.0 ou le SATA 6Gb/s et les liens PCIe sont toujours bridés à 250 Mo/s (norme 1.1)[163]. Les fabricants devront donc rajouter une puce spéciale ce qui aura pour effet d'augmenter le coût de la machine. Intel préférant se focaliser sur une plate-forme fanless et économique laissant la gamme de prix supérieure aux Ultrabooks.

L'autre innovation de Cedarview porte sur l'intégration des technologies Intel Wireless Display (WiDi) et Intel Wireless Music[152]. Néanmoins leur adoption est relative car elle nécessite la présence d'une puce Wifi Intel or les fabricants préfèrent utiliser des puces de fabricant tiers comme Atheros ou Broadcom moins chers. De plus le WiDi sera limité en 600p[164].

La commercialisation des puces Cedarview se réalise dans un contexte peu favorable pour Intel[165]. Les nombreux problèmes de conception des pilotes pour le PowerVR SGX545 ont entrainé de nombreux retards sur la gamme mobile. Initialement prévu pour septembre 2011, la commercialisation est retardée une première fois pour novembre 2011 puis est de nouveau déplacée pour janvier 2012[166] soit après la période des fêtes connue pour être très propices aux ventes. De son côté la gamme pour bureau a été commercialisée en septembre 2011[167]. Pour d'autres[168] ces retards sont à amputer à la faible demande en netbooks et au retrait de Dell[169], Samsung et Sony de ce segment[170]. Cette situation sera aggravée par le retrait d'autres fabricants en septembre 2012 : Asus et Acer[8]. Par ailleurs la forte concurrence dans le segment de netbooks associée à une faible rentabilité et à l'impossibilité pour Windows 8 de supporter la résolution 1024 x 600, très fréquente dans ce segment ont contribué à réduire la demande en processeur[171]. De plus la forte concurrence de ARM dans le segments de la grande mobilité comme les smartphones a obligé Intel à réorganiser sa division mobile. De son côté AMD a compromis la domination d'Intel dans les netbooks et autres nettops grâce à ses APU Fusion qui se révèlent plus performants tant du point de vue du processeur que du cœur graphique, seule la très basse consommation des Atom restant un atout. En réaction Intel a fortement baissé le prix des ventes des Atom avec 42 $ et 47 $ respectivement pour les N2600 et N2800 soit une baisse de 30 à 50 % par rapport aux puces Pineview[172].

Dans le cadre de comparatif avec les processeurs AMD Fusion tel que le E-350, on remarque que les Atom D2700 s'avère plus efficace pour des applications multithreadées grâce à sa fonction Hyper-Threading tandis que le E-350 est plus performant pour le calcul brut sur un seul cœur[173].

Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique Processeur IGP L1 L2 Début Fin Prix de lancement
Atom série D (Desktop)
D2700 2 4 2,13 GHz 640 MHz 1 024 Kio 0,91 - 1,21 V B1 (QB0W)
B2 (QB0X, SR0D9)
10 W DMI 2.5 GT/s + DDR3-1066 BGA559 DF8064101055647 25 septembre 2011 29 juin 2012 52 $
D2560 2 4 2,00 GHz 640 MHz 32 Kio + 24 Kio 1 024 Kio 0,91 - 1,21 V 10 W DMI 2.5 GT/s + DDR3-1066 BGA559 24 octobre 2012[174] 47 $
D2550 2 4 1,86 GHz 640 MHz 1 024 Kio 0,91 - 1,21 V 10 W DMI 2.5 GT/s + DDR3-1066 BGA559 4 mars 2012[175] 47 $
D2500 2 2 1,86 GHz 400 MHz 1 024 Kio 0,91 - 1,21 V B2 (QB0V, SR0D8) 10 W DMI 2.5 GT/s + DDR3-1066 BGA559 DF8064101055400 25 septembre 2011 42 $
Atom série N (Netbook)
N2850 2 4 2,00 GHz 640 MHz 1 024 Kio 0,91 - 1,21 V 6,5 W DMI 2.5 GT/s + DDR2-1 066 MHz BGA559 4 mars 2012[175]
N2800 2 4 1,86 GHz 640 MHz 1 024 Kio 0,91 - 1,21 V B1 (QAYE)
B2 (QB0Y, SR0DA)
6,5 W DMI 2.5 GT/s + DDR2-1 066 MHz BGA559 DF8064101050503 28 décembre 2011 47 $
N2650 2 4 1,70 GHz 400 MHz 1 024 Kio 0,91 - 1,21 V 3,6 W DMI 2.5 GT/s + DDR2 BGA559 4 mars 2012[175]
N2600 2 4 1,60 GHz 400 MHz 1 024 Kio 0,91 - 1,21 V B1 (QAYG)
B2 (QB0Z, SR0DB)
3,5 W DMI 2.5 GT/s + DDR2 BGA559 DF8064101050706 28 décembre 2011 42 $

Successeur de Cedarview[modifier | modifier le code]

(gravure 22 nm, exécution dans le désordre, attendu début 2014[176])

Le successeur de Cedarview sera aussi Valleyview ??

Plate-forme Bay Trail M[modifier | modifier le code]

Pour netbooks.

Plate-forme Bay Trail D[modifier | modifier le code]

Pour nettops.


Serveurs[modifier | modifier le code]

Centerton[modifier | modifier le code]

Pour contrer la venue des processeurs ARM dans le segment des serveurs (ARMv8), Intel a développé une gamme spéciale sous le nom de code Centerton[177],[178], nommé aussi Bordenville[179] ou Atom S (pour Server). Il correspond à un SoC intégrant deux cœurs Saltwell (64 bits) et des contrôleurs DDR3 single-channel et PCIe 2.0. Le processeur prend en charge l'Hyper-Threading (soit un maximum de quatre threads) et le VT-x mais n'inclut pas les instructions VT-d pour la gestion des entrées/sorties (contrôleurs de stockage, réseau, USB) qu'il sera nécessaire de connecter au moyen des bus PCIe[180]. Le TDP est compris entre 6,1 W et 8,1 W mais le principal intérêt des Bordenville réside dans leur densité par rack qui est quatre fois plus importante qu'un Xeon basse consommation si bien qu'il est possible de loger 2000 processeurs par rack.

Modèle Cœurs Fréquence Cache Mult. Tension Révision (Sspec) TDP Bus Socket Référence Commercialisation
Physique Logique L1 L2 Début Fin
Atom série S (Server)
S1220 2 4 1,6 GHz 32 Kio + 24 Kio 1 024 Kio B1 (SLK2K) 8,1 W FCBGA1283 11 décembre 2012[181]
S1240 2 4 1,6 GHz 32 Kio + 24 Kio 1 024 Kio B1 (SLK2J) 6,1 W FCBGA1283 11 décembre 2012[181]
S1260 2 4 2,0 GHz 32 Kio + 24 Kio 1 024 Kio B1 (SLK2H) 8,5 W FCBGA1283 11 décembre 2012[181]

Avoton[modifier | modifier le code]


Avoton succéde à Centerton fin 2013. Le rapport performances/watt est par ailleurs supérieur aux puces Haswell. Ce SoC intègre une grande diversité de périphériques : 4 SATA 3Gbps, 2 SATA 6Gbps, 4 Gigabit, 4 USB 2.0 ainsi que 16 lignes PCIe 2.0 et de l'USB. Avoton se distingue aussi par la présence de deux à huit cœurs accompagné par 1 Mo de cache L2 par paire de cœur soit un maximum de 4 Mo de L2. La gamme de fréquence est comprise entre 2,4 GHz et 2,7 GHz grâce au TurboBoost tandis que son TDP oscillerait entre 5 W pour les dual-cœur et 20 W pour les octo-cœurs. (gravure 22 nm) (plate-forme Edisonville)

Comparatif des plates-formes[modifier | modifier le code]

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Segment Nom Gravure Transistors Taille Composant
Die Package Processeur Northbridge IGP
Pré-Atom Celeron M ULV 90 nm 144 millions 87 mm² 35 mm × 35 mm oui non non
Stealey 90 nm 77 millions 14 mm × 19 mm oui non non
Mobile et embarqués Silverthorne 45 nm 47 millions 26 mm² 13 mm × 14 mm
22 mm × 22 mm[note 18]
oui non non
Lincroft 45 nm 140 millions 22 mm × 22 mm oui oui oui
Penwell 32 nm oui oui oui
Cloverview 32 nm oui oui oui
Valleyview 22 nm oui oui oui
Électronique grand public Sodaville 45 nm oui non non
Groveland 45 nm oui oui oui
Tunnel Creek 45 nm 22 mm × 22 mm oui oui oui
Berryville 32 nm
 ? 22 nm
Netbooks et nettops Diamondville 45 nm 47 millions (simple cœur)
94 millions (double cœur)
25,96 mm2 (simple cœur)
52 mm2 (double cœur)
22 mm × 22 mm oui non non
Pineview 45 nm 123 millions (simple cœur)
167 millions (double cœur)
66 mm2 (simple cœur)
87 mm2 (double cœur)
22 mm × 22 mm oui oui oui
Cedarview 32 nm oui oui oui
 ? 22 nm
Serveurs Centerton 32 nm
Avoton 22 nm

Jeu d'instructions[modifier | modifier le code]

Segment Nom Architecture SSE Hyper-Threading État de veille[note 2] Virtualisation Burst Performance
Technology
Execute Disable Bit
Pré-Atom Celeron M ULV x86 32 bits SSE2 non non non oui
Stealey x86 32 bits SSE2 non non non oui
Mobile & Embarqués Silverthorne x86 32 bits (S)SSE3 À partir du Z510P(T) C6 À partir du Z520
(VT-x)
non oui
Lincroft x86 oui non oui oui
Penwell x86
Cloverview x86
Électronique grand public Sodaville x86
Groveland x86 oui
Tunnel Creek x86 oui oui
Netbooks et nettops Diamondville x86 64 bits (330-230)
x86 32 bits (N2x0)
(S)SSE3 oui C1 (330-230)
C4 (N2x0)
non non oui
Pineview x86 64 bits (S)SSE3 oui C1 (série D)
C4 (série N)
non non oui
Cedarview x86 64 bits oui C6

Consommation[modifier | modifier le code]

Plate-forme Composants Consommation Total
Intel
Menlow Atom Z530 (Silverthorne) + US15W 2 W + 2,3 W 4,3 W
Shelton Atom N270 (Diamondville) + i945GSE + ICH7-M 2,5 W + 6 W + 3,3 W 11,8 W
Atom 230 (Diamondville) + i945GC + ICH7 4 W + 22,2 W + 3,3 W 29,5 W
Pine Trail Atom N450 (Pineview) + NM10 5,5 W + 1,5 W 7 W
Atom D410 (Pineview) + NM10 10 W + 1,5 W 11,5 W
Queensbay Atom CE380 (Tunnel Creek) + EG20T 3,9 W + 1,55 W 4,45 W
Cedar Trail Atom N2600 (Cedarview) + NM10 3,5 W + 2 W 5,5 W
Atom N2800 (Cedarview) + NM10 6,5 W + 2 W 8,5 W
NVIDIA
ION Atom 230 + GeForce 9400M 4 W + 12 W 16 W
Atom N450 + NM10 + GeForce 310 5,5 W + 1,5 W + 14 W 21 W
SIS
Atom 230 + SiS672 + SiS968 4 W + 18 W 22 W

La concurrence[modifier | modifier le code]

Netbooks et nettops[modifier | modifier le code]

Depuis son apparition, l'Atom monopolise le marché des processeur faible consommation grâce à ses performances mais aussi par l'absence d'une réelle concurrence directe.

VIA[modifier | modifier le code]

Via Nano (2008).jpg
Article détaillé : VIA Nano.

Les Nano Ux000 de VIA ont, un temps, été perçues comme des concurrents sérieux pour l'Atom grâce à ses performances supérieures malgré une consommation en charge plus élevée[182],[183]. Dans le domaine de la cryptographie, l'intégration de la technologie PadLock leur permet même de largement surpasser un Core 2 Extreme QX9770[184]. Quelques modèles de netbooks sont apparus comme le Samsung NC20[185] mais les constructeurs cessèrent assez vite de les proposer par manque de vente. Commodore et son UMMD 8010/F[186] ou HP avec le 2133 Mini-Note[187] proposèrent même des netbooks basés sur un VIA C7.

AMD[modifier | modifier le code]

AMD Athlon II X2 Neo.png
Article détaillé : AMD Fusion.

Face au succès d'Intel avec son Atom, AMD réagit en annonçant Bobcat[188] pour la fin de l'année 2008[189]. La puce[190] devait être basée sur l'architecture K8 avec une gravure de 65 nm, sa fréquence oscillait entre 1 et 1,2 GHz pour un TDP de 8 W mais elle ne verra finalement jamais le jour malgré des démentis de la part d'AMD[191]. N'ayant pas les moyens de concevoir un réel concurrent pour l'Atom, AMD changea de stratégie en se focalisant sur le segment des ultraportables et des netbooks, rebaptisés mini-portables, grâce à la gamme Athlon Neo (en) au sein des plates-formes Yukon puis Congo[192]. À l'instar des autres solutions, ces processeurs offrent des performances bien supérieures pour une consommation, elle aussi, bien plus élevée et donc inadapté aux segment de la grande mobilité.

À partir de 2011, AMD relance le projet Bobcat et la commercialisation des puces[note 19] au travers de la gamme de Fusion marque un bouleversement dans la concurrence. Face à des puces Atom évoluant très peu, AMD propose une gamme de puces d'un nouveau genre dénommé APU. Elles héritent de l'ancienne architecture K10 mais bénéficient d'adaptation pour la faible consommation (TDP de 9 et 18 W), offrant surtout une composante graphique intégrée relativement puissante. Dans l'ensemble les performances sont largement au-dessus des Atom surtout au niveau graphique qui a été toujours un point en retrait chez les Atom tandis que la consommation est supérieure. Les APU Bobcat ont progressivement acquis un tel engouement qu'ils ont relégué les puces Atom sur les netbooks d'entré de gamme au tarif inférieur à 200 €, d'autant plus que les APU d'AMD ne sont pas accompagnés de restriction matériel comme chez Intel.

Intel[modifier | modifier le code]

Paradoxalement, le catalogue d'Intel comprend aussi des concurrents pour l'Atom. Les processeurs ULV (Ultra Low Voltage) (en) ainsi que certains Celeron ont un TDP inférieur à 20 W et utilisent les architectures x86 principales d'Intel. Destinés surtout aux segments des mini-portables, ces processeurs sont plus puissants que l'Atom tout en contenant leur consommation. Ils constituent même la principale concurrence des Atom[note 20], d'autant qu'ils sont accompagnés de chipsets plus efficaces que ceux de l'Atom[193].

À partir de 2013, l'architecture Haswell devrait marquer par ailleurs une évolution majeure[194],[195] car elle introduira des puces aux TDP inférieurs à 10 W et qui se caractériseront par évolution plus poussés vers les SoC, avec l'intégration de l'ensemble du chipset ainsi que des VRM dans la puce.

Appareils mobiles et embarqués[modifier | modifier le code]

Le contexte est radicalement différent dans le segment des appareils mobiles (téléphones intelligents…) et embarqués. L'Atom ne représente qu'une faible part de marché et Intel doit redoubler d'effort pour imposer son processeur. Ainsi a t-il décidé de rendre compatible certains systèmes d'exploitation, comme Android, avec ses processeurs. Il a aussi mis au point un OS, Moblin, destiné à sa plate-forme, qui est devenu Meego à la suite de la fusion du projet avec Maemo de Nokia.

Architecture ARM[modifier | modifier le code]

Les processeurs conçus sur l'architecture ARM dominent le secteur et se sont implantés bien avant l'Atom. En outre, grâce au système de licence, le nombre de fabricant y est relativement important (Marvell, Qualcomm, Samsung, Texas Instrument…). Face à ces processeurs, l'Atom s'avère moins performant, plus gourmand en énergie et exploitant les instructions x86.

Atom Developer Program[modifier | modifier le code]

Dans le cadre d'une utilisation sur netbook, les applications courantes utilisent rapidement le peu de ressources disponibles. Il en découle une utilisation ralentie et une faible réactivité de l'ordinateur auquel il faut rajouter une résolution souvent non adaptée (1024 × 600). En réaction, Intel a décidé de proposer un environnement favorisant le développement de logiciel adapté aux netbooks et plus généralement aux processeurs Atom : l'Atom Developer Program.

Le programme a été pour la première fois présenté au cours de l'IDF 2009 de San Francisco[7]. Il est suivi peu après par le lancement d'un premier SDK au début décembre 2009[196]. Il permet la conception de programmes pour Windows et MeeGo respectivement en langage C et C/C++ pour être ensuite exécutés dans des environnements Adobe AIR, Java ou Silverlight (supérieur à 3). L'accès pour les développeurs est initialement gratuit mais deviendra payant avec un coût annuel de 99 $.
Les applications sont ensuite mis à disposition sur l'Intel AppUp Center qui fut officiellement lancé lors de l'IDF 2010 de San Francisco[197] après une phase Beta inauguré en début d'année 2010[198]. Fort du succès de ses Eee PC, Asus a décidé de proposer sa propre plate-forme d'application reposant sur l'AppUp[199]. La plate-forme propose à la fois des applications gratuites et payantes. Ces dernières peuvent même être testées gratuitement pendant 24 heures[200]. À l'image des autres AppStores, toutes les applications sont soumises à validation par Intel et 70 % des revenus générés par les applications payantes reviendront aux développeurs et les applications pour public adulte (+18 ans) sont interdites.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Matériel[modifier | modifier le code]

Système d'exploitation[modifier | modifier le code]

  • Android : Système d'exploitation mis au point par Google initialement destiné aux smartphones.
  • eeebuntu (en) : Distribution basée sur Ubuntu et optimisée spécialement pour les eeepc (boutons d'activation, vitesse du processeur, etc.).
  • Google Chrome OS : Distribution conçue par Google et uniquement disponible par abonnement. Une version libre et gratuite est également disponible (Chromium OS).
  • Meego : Distribution pour appareils mobiles issue de la fusion de Moblin d'Intel et de Maemo de Nokia.
  • Ubuntu Mobile : Distribution officielle basée sur Ubuntu et optimisée pour les netbooks.
  • Ubuntu Netbook Remix : Distribution basée sur Ubuntu et optimisée pour les netbooks.
  • Windows XP : Première déclinaison de Windows disponible pour netbooks, Vista étant trop lourd pour ces produits.
  • Windows 7 Starter : Déclinaison pour netbooks de Windows 7 qui se distinguent par l'absence de certaines fonctionnalités.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Modèle conforme aux normes RoHS
  2. a, b et c L'instruction Deeper Sleep a été créée par Intel pour limiter la consommation du processeur lors des phases d'inactivités. Il existe cinq paliers d'économie d'énergie qui vont respectivement de l'état d'activité à l'état de veille : C0 HFM, C0 LFM, C1/C2, C4 et C6. Pour plus d'information, voir ce lien dans intel.com
  3. Respectivement les dimensions sont de 14×19 mm, 22×22 mm et 15×15 mm pour la plate-forme McCaslin contre 35×35 mm, 27×27 mm et 31×31 mm pour la plate-forme à base de Celeron Dothan.
  4. L'architecture Timna fut mise au point dans les années 1990 pour remplacer les Celeron.
  5. Seuls les modèles Z500, Z510 en sont dépourvus
  6. Apparu avec le Pentium 4, cette technologie n'avait pas été introduite dans la gamme Core 2.
  7. Modèle pourvu du Burst Performance Technology qui permet d'ajuster la fréquence en fonction des besoins. Elle peut ainsi varier de 800 MHz à 1,2 GHz pour un TDP respectif de 0,65 W et 1,4 W.
  8. Un premier temps, Intel souhaitait proposer sa plate-forme en bundle avec Meego pour 25 $ et à un tarif plus élevé avec Winodws 7 (Source : Production en masse des Atom Oak Trail).
  9. CE pour Consumer Electronic, électronique grand public
  10. Il a même réussi à booter à 2 385,8 MHz comme on peut le voir sur les captures sans toutefois avoir pu faire une validation du CPU-Z.
  11. Modèle dépourvu des instructions Supplemental SSE3
  12. a et b Modèle dépourvu des instructions EM64T
  13. La différence de TDP avec le processeur (CPU) est si élevée que le chipset dispose d'un radiateur bien plus imposant que celui de l'Atom (petit et passif) sur la carte-mère Intel D945GCLF et est en outre équipé d'un petit ventilateur.
  14. La puce GeForce 9400M occupe moitié moins de surface.
  15. Un bref test effectué par Anandtech a permis de constater une consommation de seulement 27 % de l'Atom.
  16. Selon Intel, le gain serait de 60 % pour les netbooks et de 70 % pour les nettops.
  17. Dell avait réussi à concevoir un netbook fanless sous Atom N270 : l'Inspiron Mini où l'extraction de la chaleur s'effectuait uniquement au travers d'une plaque métallique.
  18. Modèles de référence P et PT
  19. Voir hardware.fr, presence-pc.com, ginjfo.com, (en) anandtech.com. Le processeur est gravé en 40 nm.
  20. Même les anciens Pentium M, pourtant gravés en 90 nm, peuvent s'avérer aussi puissants que des Atom comme l'a indiqué le test de Tech Report.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Joel Hruska. Limited Atom supply shows strong netbook demand dans ArsTechnica, le 31 août 2008.
  2. a et b (en) Bert Toepelt. Athlon Vs. Atom: Duel Of The Energy Savers dans Tom's Hardware, le 15 août 2008.
  3. a, b et c Wolfgang Gruener & Matthieu Lamelot. Voyage au cœur de l'Atom Centrino dans tom's hardware, le 4 avril 2008.
  4. David Legrand. Intel : les Core 2 Duo et l'Atom sont l'essentiel des ventes dans PC INpact, le 15 mai 2009.
  5. (en) Communiqué de presse. New Dual-Core Intel® Atom™ Processor-Based Netbooks Hit Shelves Today dans intel.com, le 23 août 2010.
  6. Nil Sanyas. 376,6 millions d'ordinateurs devraient s'écouler cette année dans PC INpact, le 26 mai 2010.
  7. a et b David Legrand. IDF 09 : un programme pour les développeurs qui aiment l'Atom dans PC INpact, le 23 septembre 2009.
  8. a et b Damien Labourot. et ASUS vont quitter le marché des netbooks dans PC INpact, le 5 septembre 2012.
  9. Mickaël. La mort des netbooks aura lieu en 2015 dans Le Journal du Geek, le 14 avril 2013.
  10. Nil Sanyas. L'Eee PC 900 déballé : détails de l'ultraportable 8,9" d'ASUS dans PC INpact, le 4 avril 2008.
  11. David Legrand. IDF 2008 : seconde version des Classmate PC d'Intel dans PC INpact, le 3 avril 2008.
  12. Ultra Mobile PC Samsung Q1 dans Zone-Numérique, le 26 mai 2006
  13. (en) Sony Vaio VGN-U8G dans Vaio online, consulté le 22 août 2010.
  14. Bruno Cormier. Conférence Intel : nouveau Centrino, stratégie santé, RFID… dans PC INpact, le 16 mars 2007.
  15. Bruno Cormier. IDF de Pékin : Intel dévoile le futur de l'UMPC, les MID dans PC INpact, le 18 avril 2007.
  16. a et b (en) Intel® Processor A100 and A110 on 90 nm Process with 512-KB L2 Cache dans intel.com, consulté le 5 janvier 2010.
  17. (en) Frank J Garcia. dans Ultra Mobile PC Tips, le 10 juin 2007.
  18. Bruno Cormier. Intel : Core 2 ultra-mobiles et nouvelle plateforme UMPC dans PC INpact, 6 avril 2007.
  19. Bruno Cormier. IDF de Pékin : Intel dévoile le futur de l'UMPC, les MID dans PC INpact, le 18 avril 2007.
  20. Pierre Dandumont. Intel abandonne le Centrino Atom dans tom's hardware, le 19 août 2009.
  21. (en) High-k and Metal Gate Research dans intel.com, consulté le 15 février 2010.
  22. Bruno Cormier. Le processeur Silverthorne d'Intel pour UMPC en détails dans PC INpact, le 10 mai 2007.
  23. (de) Simon Knappe. Erster Benchmark von Intels Silverthorne dans Computer Base, le 4 mars 2008.
  24. Nil Sanyas. Atom : seulement 40 % des commandes satisfaites en mai ? dans PC INpact, le 30 avril 2008.
  25. Bruno Cormier. Possible pénurie de PC portables Atom jusqu'en septembre dans PC INpact, le 3 juillet 2008.
  26. Intel® AtomTM Processor Z5xx Series - Intel® AtomTM Processor Z530P, Z520PT, Z510P, and Z510PT on 45 nm process technology dans Intel.com, consulté le 29 décembre 2009.
  27. a, b, c, d et e Cinq Atom Z500 vont nous quitter, Tom's Hardware (3 novembre 2010).
  28. Les Atom N270 et Z500 s’en vont, Tom's Hardware (7 janvier 2010).
  29. (en) Communiqué de presse. Intel® Centrino® Atom uses POWERVR Graphics and Video dans Imagination Technologies, le 2 avril 2008.
  30. (en) Kushal Koolwal. INFO: State of Intel Poulsbo chipset’s GMA 500 graphics driver dans Organizing Linux Information!, le 25 juillet 2009.
  31. Victor Stinner. Intel ne maintient plus le pilote Linux Poulsbo depuis un an et demi dans LinuxFR.org, le 31 octobre 2009.
  32. (en) VAAPI Accelerated HD Video on the MSI Wind U110 (GMA500 - Poulsbo) and Ubuntu Karmic 9.10 dans Linux Tipps & More, le 26 décembre 2009.
  33. (en) Michael Larabel. Years Later, Intel Poulsbo Remains A Bloody Mess dans Phoronix, le 19 juin 2012.
  34. (en) Anand Lal Shimpi.Silverthorne Gets a Name: Meet Intel Atom and Intel Centrino Atom dans AnandTech, le 2 mars 2008.
  35. Guillaume Belfiore. Intel se satisfait des ventes d'Atom (MaJ) dans Clubic, le 14 août 2008.
  36. Matthieu Lamelot. 512 processeurs Atom pour un serveur dans Tom's Hardware.fr, le 14 juin 2010.
  37. Denis Meudec. 512 processeurs Atom dans un serveur dans GreenIT.fr, le 24 juin 2010.
  38. (en) Communiqué de presse. New Intel® Atom™ Processor-Based Platform Using Significantly Lower Power Readies Intel for Smartphone, Tablet Push dans intel.com, le 4 mai 2010.
  39. David Legrand. Atom Z600 et MP20 : Intel bientôt dans vos smartphones ? dans PC INpact, le 5 mai 2010.
  40. Marine. Intel Moorestown : la plateforme mobile avec Atom Lincroft Z6xx officielle dans Laptop Spirit, le 5 mai 2010.
  41. David Civera. Sortie officielle de l’Atom Moorestown d’Intel dans tom's hardware, le 5 mai 2010.
  42. David Civera. MeeGo et Moorestown vont-ils rater 2010 ? dans tom's hardware, le 3 mai 2010.
  43. (en) Dan Nystedt & Owen Fletcher. Intel Puts Google's Android on Atom Smartphones dans PCWorld, le 13 avril 2010.
  44. Robin Koechlin. L'hégémonie d'Intel : des chiffres qui parlent d'eux-mêmes dans PCWorld, le 28 mars 2011.
  45. David Legrand. Ultra Mobility Group : Anand Chandrasekher vir… quitte Intel dans PC INpact, le 22 mars 2011.
  46. (en) Anand Lal Shimpi. > (en) [http://linux-tipps.blogspot.com/2009/12/vaapi-accelerated-hd-video-on-msi-wind.html VAAPI Accelerated HD Video on the MSI Wind U110 (GMA500 - Poulsbo) and Ubuntu Karmic 9.10 dans Linux Tipps ech.com/show/3752/moorestown-wont-run-windows-but-oaktrail-will Moorestown Won’t Run Windows, but Oaktrail Will] dans AnandTech, le 1er juin 2010.
  47. a et b Yannick Guerrini, Un Core i5 et deux Atom nous quittent dans Tom's Hardware.
  48. (en) Michael Larabel. Intel's Poulsbo Driver A Bloody Mess? dans Phoronix, le 31 janvier 2010.
  49. (en) Michael Larabel. Intel Z6xx Moorestown Graphics Still Disappoint dans Phoronix, le 5 mai 2010.
  50. Romain Heuillard. Intel Moorestown : vers des Atom Z600 dans des smartphones ? dans Clubic, le 6 mai 2010.
  51. Pierre Dandumont. Freescale diminue la consommation des Atom dans tom's hardware, le 3 juin 2010.
  52. David Legrand. IDF 2010 : de plus en plus de produits à base d'Atom, dès 2010 ? dans PC INpact, le 16 septembre 2010.
  53. David Legrand. IDF Pékin 2011 : Intel évoque Cedar Trail, son Atom en 32 nm dans PC INpact, le 11 avril 2011.
  54. Jérôme G. Latitude ST : Une tablette spécifique sous Atom Z670 dans Ginjfo, le 28 octobre 2011.
  55. Florian Vieru. Oak Trail : l'Intel Atom pour tablettes débarque dans PCWorld, le 28 mars 2011.
  56. a et b David Legrand. Intel annonce Oak Trail : Atom Z670 et chipet SM35 pour tablettes dans PC INpact, le 11 avril 2011.
  57. David Legrand. IDF Pékin 2011 : 1 watt pour la lecture 1080p avec l'Atom Z670 dans PC INpact, le 13 avril 2011.
  58. Jérôme G. Intel présente l’UltraBook et accélère la feuille de route des processeurs Atom dans Ginjfo, le 31 mai 2011.
  59. Guillaume Belfiore. Intel finalise le portage de Jelly Bean sur ses puces dans Clubic, le 13 septembre 2012.
  60. Pierre Lecourt. L’Atom Medfield pourra t-il créer la surprise dans le monde mobile ? dans Blogeee, le 28 décembre 2011.
  61. (en) Brian Klug. [Phone http://www.anandtech.com/show/5770/lava-xolo-x900-review-the-first-intel-medfield-phone/1 Lava Xolo X900 Review - The First Intel Medfield] dans AnandTech, le 25 avril 2012.
  62. a et b David S. Intel donne des précisions sur sa tablette Windows 8 avec Atom dans le Comptoir du Hardware, le 14 avril 2012.
  63. Damien Labourot. [IFA 2012] ZTE Grand X IN : quand l'Atom Z2640 rencontre Android 4.0 dans PC INpact, le 31 août 2012.
  64. Damien Labourot. Intel et Motorola annonceront un produit commun le 18 septembre dans PC INpact, le 29 août 2012.
  65. David Legrand. Intel évoque Bay Trail : un Atom doté d'une nouvelle architecture, en 22 nm dans PC INpact, le 11 septembre 2012.
  66. Guillaume Louel. Intel annonce l'Atom Z2760 dans Hardware.fr, le 27 septembre 2012.
  67. David Legrand. Intel annonce deux nouveaux Atom pour smartphones et un modem 4G/LTE dans PC INpact, le 25 février 2013
  68. [1]
  69. [2]
  70. [3]
  71. David Legrand. IDF 09 : Intel annonce sa puce SoC pour TV Atom CE 4100 dans PC INpact, le 28 septembre 2009.
  72. (en) Product Brief Intel® Atom™ Processor CE4100 dans intelconsumerelectronics.com, consulté le 28 septembre 2009.
  73. Pierre Dandumont. De l'Atom dans la prochaine Orange Box dans tom's hardware.fr, le 20 janvier 2010.
  74. Romain Heuillard. Intel fait la démonstration du futur décodeur d'Orange dans Clubic, le 19 janvier 2010.
  75. Marc Rees. (MàJ) « L'innovation majeure » de Free, la Freebox V6 : en direct de Paris dans PC INpact, le 14 décembre 2010.
  76. Steve Klein. Boxee Box : finalement Intel CE4100 inside ! dans HomeMedia, le 14 septembre 2010.
  77. (en) Ganesh T S & Brian Klug. Boxee Box: The Inside Story, Swapping Tegra 2 for Intel CE4100 dans AnandTech, le 13 septembre 2010.
  78. (en) Sean Hollister. Logitech's Google TV companion box includes smartphone apps, we go eyes-on (updated: video!) dans Engadget, le 20 mai 2010, MàJ.
  79. Pierre Lecourt. Intel jette à la benne son Atom CE4100 et ses espoirs d’une TV connectée sous x86 dans Blogeee, le 13 octobre 2011.
  80. (en) Anand Lal Shimpi. Intel Announces CE4200 SoC for Smart TVs sur AnandTech, le 14 septembre 2010.
  81. (en) Tom Holwerda. Intel Opens App Store, Unveils Atom Chips dans OSNews, le 14 septembre 2010.
  82. David Legrand. (MàJ) Bouygues Telecom : le CE4200 d'Intel pour la future BBox dans PC INpact, le 6 janvier 2011, MàJ le 7 janvier 2011..
  83. (en) Communiqué de presse. Chip Shot: Bouygues Telecom's Bbox to Integrate Latest Intel CE Chip dans Intel Newsroom, le 6 janvier 2011.
  84. a et b David Legrand. IDF 2010 : Atom E600 et Stellarton, Intel veut être partout dans PC INpact, le 6 septembre 2010.
  85. a et b David Legrand. IDF Pékin 2010 : Intel évoque ses différentes gammes d'Atom dans PC INpact, le 14 avril 2010.
  86. Pierre Lecourt. L’Intel Stellarton devient Atom E600C mais reste souple. dans blogeee.net, le 23 novembre 2010.
  87. (en) Brian Eater. Intel reveals January 2012 Gingerbread arrival for the Atom E6xx (video) dans Engadget, le 12 septembre 2011.
  88. Tony Balt. En 2012, les puces Atom supporteront officiellement Android Gingerbread dans FrAndroid, le 13 septembre 2011.
  89. Bruno Cormier. La plateforme Shelton d'Intel à l'assaut du portable à bas prix dans PC INpact, le 14 janvier 2008.
  90. ZoZo. Preview et benchmarks du processeur Intel Shelton dans PC INpact, le 2 septembre 2004.
  91. Bruno Cormier. Intel lancera son Atom 330 double cœur le 21 septembre dans PC INpact, le 24 juillet 2008.
  92. David Legrand. MSI met à jour le BIOS de son Wind et permet l'overclocking dans PC INpact, le 27 octobre 2008.
  93. (en) Youngpro. MSI Wind Netbook + LN2… huh? dans Xtreme Systems, le 25 novembre 2008.
  94. msiwindatomwr. Intel Atom N270 - 2315,7 Mhz dans CPU-Z, le 25 novembre 2008.
  95. Bruno Cormier. Une plateforme Atom passive Full HD moins gourmande que ION dans PC INpact, le 11 mars 2009.
  96. (en) Marcus Yam. Intel Shipping Upgraded Atom, HD Video Chipset dans tom's hardware, le 9 février 2009.
  97. (en) Marcus Yam. Intel's GN40 for Atom Does 1080P, But Not Blu-ray dans tom's hardware, le 12 mars 2009.
  98. Matthieu Lamelot. Atom N280 et chipset GN40 morts-nés ? dans tom's hardware.fr, le 12 mai 2009.
  99. Bruno Cormier. NVIDIA lance sa plateforme Ion Pico-ITX : Atom + GeForce 9400M dans PC INpact, le 17 décembre 2008.
  100. (en) Kevin O'Brien. ASUS N10JC-A1 Review dans NetbookReview.com, le 11 mai 2008.
  101. Bruno Cormier. Asus N10 : Atom et GeForce 9300M GS ultraportables pour 849 $ dans PC INpact, le 9 septembre 2008.
  102. Yannick Guerrini. Une version LE du ION de NVIDIA dans tom's hardware, le 4 août 2009.
  103. David Legrand. NVIDIA : le ION LE uniquement DirectX 9.x n'existe pas dans PC INpact, le 16 septembre 2009.
  104. mantidor. Transformer votre ION LE en ION ? quelles différences dans Cowcotl@nd, le 9 novembre 2009.
  105. Bruno Cormier. Le chipset NVIDIA compatible Atom est capable de gérer le SLI dans PC INpact, le 16 décembre 2008.
  106. mantidor. N330, ION, DDR3 = Asrock A330ION dans Cowcotl@nd, le 13 janvier 2010.
  107. David Legrand. Intel : pas d'Atom sans chipset, dommage pour NVIDIA ? dans PC INpact, le 24 décembre 2008.
  108. (en) Andy Patrizio. Intel Denies Squeezing nVidia Out From Atom dans InternetNews.com, le 24 décembre 2008.
  109. David Civera. Intel attaque le chipset MCP79 de NVIDIA dans tom's hardware, le 7 avril 2010.
  110. David Legrand. NVIDIA affirme qu'Intel freine l'adoption de sa plateforme Ion dans PC INpact le 19 mai 2009.
  111. Romain Heuillard. SiS lance à son tour un chipset pour Intel Atom dans Clubic, le 7 mai 2009.
  112. (en) Communiqué de presse. Introducing SiS672-Based chipset in Lenovo Q100 to Enter Mass Production dans sis.com, le 9 septembre 2009.
  113. David Civera. Intel Canoe Lake, le plus fin des netbooks tom's hardware, le 1er juin 2010.
  114. (en) Anand Lal Shimpi.Why Pine Trail Isn't Much Faster Than the First Atom dans Anandtech, le 27 janvier 2010.
  115. Pierre Dandumont. Qu'attendre du GMA 3150 de l'Atom ? dans tom's hardware, le 21 décembre 2010.
  116. a, b, c, d, e et f (en) Anand Lal Shimpi.Intel Atom D510: Pine Trail Boosts Performance, Cuts Power dans AnandTech, le 21 décembre 2009.
  117. Marc. Broadcom vient en aide au GMA 3150 dans Hardware.fr, le 22 décembre 2009.
  118. (en) Anand Lal Shimpi. XBMC & Broadcom Bring 1080p Decode Upgrade to ill-equipped netbooks, nettops, Apple TVs dans AnandTech, le 4 janvier 2010.
  119. Pierre Dandumont. Crystal HD : la haute définition sur netbooks dans tom's hardware, le 23 mars 2010.
  120. Pierre Dandumont. Crystal HD : les prix s'envolent dans tom's hardware, le 29 mars 2010.
  121. Pierre Dandumont. Broadcom améliore Crystal HD dans tom's hardware, le 31 mai 2010.
  122. Chris Angelini. Atom V2 (Pine Trail) : du mieux ? dans Tom's hardware, le 24 décembre 2009.
  123. (en) Intel Atom N550 Vs AMD C-60 dans Compare Processors, le 8 novembre 2011.
  124. (en) AMD E-450 Vs Intel Atom D525 dans Compare Processors, le 17 décembre 2011.
  125. Pierre Lecourt.Lenovo présente un nouvel Ideapad S100 sous Meego et Atom N435 dans Blogeee, le 1er juin 2011.
  126. Pierre Lecourt. Plus d’infos sur l’Atom N435, une puce pour les marchés émergents. dans Blogeee, le 1er juin 2011.
  127. David Legrand. Pineview : l'Atom se veut moins gourmand et passe la seconde dans PC INpact, le 21 décembre 2009.
  128. Pierre Lecourt. SeaMicro SM10000 : Que faire avec 256 processeurs Atom N570 ? dans Blogeee, le 17 mai 2011.
  129. (en) Communiqué de presse. More Atom Options for Embedded Applications dans intel.com, le 2 mars 2010.
  130. (en) Intel® Atom™ Processor N450, D410 and D510 with the Intel® 82801HM I/O Controller Hub dans intel.com, février 2010.
  131. Pierre Dandumont. De l'Atom avec ICH8M dans tom's hardware, le 3 mars 2010.
  132. (en) Communiqué de presse. Intel Expands Intel® Atom™ Processor-Based Platform to Home, Small Office Storage Devices dans intel.com, le 4 mars 2010.
  133. Pierre Dandumont. L'Atom peut aussi faire du RAID dans tom's hardware, le 5 mars 2010.
  134. David Legrand. Atom Pineview et GMA 3150 : quid du ION de NVIDIA ? dans PC INpact, le 22 décembre 2009.
  135. Nil Sanyas. Licence NehaIem : Intel va devant la justice, NVIDIA réplique dans PC INpact, le 18 février 2009.
  136. Jacques M. Les derniers cancans sur le ION 2(010). dans le Comptoir du Hardware, le 1er mars 2010.
  137. (en) Joanna Stern. NVIDIA Ion 2 coming in early 2010, compatible with Pine Trail dans Engadget, le 22 décembre 2009.
  138. Pierre Dandumont. ION 2 : un GPU G218 en PCIe 1x dans tom's hardware, le 4 janvier 2010.
  139. Jaques M. Les performances du ION 2 insatisfaisantes dans le Comptoir du Hardware, le 23 février 2010.
  140. Florian L. NVIDIA lance la technologie Optimus dans le Comptoir du Hardware, le 10 février 2010.
  141. David Legrand. NVIDIA officialise sa nouvelle technologie Optimus dans PC INpact, le 9 février 2010.
  142. Pierre Dandumont. ION 2 : un relent de 3dfx ? dans tom's hardware, le 12 février 2010.
  143. David Legrand. ION version 2010 chez NVIDIA : quoi de neuf ? dans PC INpact, le 2 mars 2010.
  144. Pierre Dandumont. NVIDIA : ION 2 au CES ? dans tom's hardware, le 18 décembre 2010.
  145. Dimitri T. CeBIT 2010 : officialisation de la plate-forme ION 2010 dans Generation NT, le 25 février 2010.
  146. Thibaut G. Nvidia dépoussière l'Hybrid SLi dans le Comptoir du Hardware, le 5 février 2010.
  147. David Legrand. Asus EeePC 1201PN : ION Next Gen… mais pas Optimus dans PC INpact, le 23 avril 2010.
  148. David Legrand. ION : une carte graphique de référence existe, en PCIe x1 dans PC INpact, le 2 mars 2010.
  149. Pierre Dandumont. Des carte graphiques ION chez NVIDIA dans tom's hardware, le 2 mars 2010.
  150. David Legrand. ION 2 : MSI opte plutôt pour la Mobility Radeon HD 4300 dans PC INpact, le 26 février 2010.
  151. David S. Intel et les Atom : 22nm en 2013 et 14nm en 2014 dans PCWorld.fr, le 18 mai 2011.
  152. a et b Marine. IDF 2011 de Pékin : Intel Cedar Trail, nouvelle plateforme Netbooks (Atom Cedarview) dans Laptop Spirit, le 13 avril 2011.
  153. Pierre Dandumont. L'Atom 32 nm serait fanless dans tom's hardware, le 21 avril 2010.
  154. Guillaume. Les Atom Cedar Trail passeront au PowerVR ! dans Hardware.fr, le 10 mai 2011.
  155. Pierre Dandumont. L'Atom passera à DirectX 10.1 et au 1080p dans tom's hardware, le 13 août 2010.
  156. Pierre. Lecourt. L’Atom Cedar Trail et son GMA3600 en lecture vidéo HD dans Blogeee, le 19 septembre 2011.
  157. Steve Klein. Lecture Blu-ray en démo sur le GMA 3600 des Atom Cedar Trail dans homemedia, le 19 septembre 2011.
  158. Mathieu Chartier. Le nouvel Atom Cedar Trail retardé par DirectX ? dans PCWorld.fr, le 24 août 2011.
  159. Mathieu Chartier. Intel scelle le destin des Atom Cedar Trail : pas de pilotes 64 bit et DirectX 10.1 dans PCWorld.fr, le 9 novembre 2011.
  160. Pierre Dandumont. L'Atom 2011 gardera le même chipset dans tom's hardware, le 3 mai 2010.
  161. Marine. Intel Atom N2600 : spécifications du nouveau processeur Dual Core pour Cedar Trail. dans Laptop Spirit, le 19 mai 2011.
  162. Pierre Lecourt. Les nouveaux Atom N2600 et N2800 pourraient supporter 4Go de mémoire vive. dans Blogeee, le 4 mai 2011.
  163. Pierre Lecourt. Le Cedar Trail fait l’impasse sur l’USB 3.0 dans Blogeee.net, le 18 juillet 2011.
  164. Steve Klein. L'Intel Atom Cedar Trail compatible Wi-Di, jusqu'en 600p… dans HomeMedia, le 10 mai 2011.
  165. Florian L. Intel va revoir sa stratégie pour les Atom, afin de contrer ARM et AMD dans Comptoir du Hardware, le 28 mai 2011.
  166. Laurent Dessinguez. Intel repousse de nouveau ses Atom Cedar Trail dans 59Hardware, le 25 novembre 2011.
  167. Damien Labourot. Atom D2500 et D2700 : double cœur pour tous à 42 $ et 52 $ dans PC INpact, le 26 septembre 2011.
  168. (en) Gennadiy Shvets. Intel Atom N2600 and N2800 will be available in December dans CPU-World, le 1er décembre 2011.
  169. Marine. Intel lance (enfin !) ses Atom Cedarview N2600 et N2800 pour Netbooks Cedar Trail dans Laptop Spirit, le 29 décembre 2011.
  170. Pierre Lecourt. EXCLU : Samsung arrête les netbooks en 2012 et se concentre sur les 11.6, 12″ et ultrabooks dans Blogeee, le 25 novembre 2011.
  171. Laurent Dessinguez. De nouveaux désistements chez les fabricants de netbooks dans 59Hardware.fr, le 6 septembre 2012.
  172. Marine: Intel : les Atom Cedarview pour Cedar Trail bien moins chers que les Pineview (Netbooks) dans Laptop Spirit, le 26 mai 2011.
  173. Jérôme G. Preview : Atom Cedarview D2700 vs Fusion E-350 dans Ginjfo, le 15 novembre 2011.
  174. David Civera. Un Atom D2560 pour ordinateur de bureau dans Tom's Hardware, le 26 octobre 2012.
  175. a, b et c Guillaume Louel. Intel Atom N2650, N2850 et D2550 dans Hardware.fr, le 5 janvier 2012.
  176. [4], [5]
  177. (en) Nebojsa Novakovic. Intel stuffs 'Centerton' Atom in servers - Repelling the ARM threat dans VR-Zone, le 7 décembre 2011.
  178. Guillaume Louel. Intel Centerton : un SoC Atom en 32 nm ? dans Hardware.fr, le 27 décembre 2011.
  179. Romain Heuillard. Intel Bordenville : un SoC Atom pour concurrencer ARM sur les micro-serveurs dans Clubic, le 27 décembre 2011.
  180. Intel Centerton : des Atom pour microserveurs, Tom's Hardware (21 septembre 2012).
  181. a, b et c Intel lance trois Atom S destinés aux micro-serveurs, Tom's Hardware (12 décembre 2012).
  182. (en) Marco Chiappetta. VIA Nano L2100 vs. Intel Atom 230: Head to Head dans HotHardware, le 29 juillet 2008.
  183. (en) Scott Wasson. Via's Nano L2100 takes on Intel's Atom 230 - Two new CPU architectures clash on the desktop dans Tech Reports, le 30 juillet 2008.
  184. Bruno Cormier. Le processeur Nano de VIA explose les Core 2 en chiffrement dans PC INpact, le 14 octobre 2008.
  185. David Legrand. Samsung NC20 et VIA Nano : c'est désormais confirmé dans PC INpact, le 15 janvier 2009.
  186. Bruno Cormier. Commodore lance son propre Netbook, processeur VIA C7 dans PC INpact, le 2 septembre 2008.
  187. Marc Rees. UMPC : premières infos tarifaires sur le HP 2133 Mini-Note dans PC INpact, le 24 juin 2008.
  188. Bruno Cormier, AMD préparerait un concurrent au processeur Atom d'Intel dans PC INpact, le 18 juin 2008.
  189. Bruno Cormier, Le CPU à bas prix d'AMD confirmé pour la fin de l'année dans PC INpact, le 20 juin 2008.
  190. Bruno Cormier, AMD confirme vouloir concurrencer l'Atom dès novembre dans PC INpact, le 21 juillet 2008.
  191. David Legrand, AMD n'abandonne pas son projet de CPU pour netbook : Bobcat dans PC INpact, le 25 septembre 2008.
  192. David Legrand, AMD : Plateformes pour portables et pour « Mini portables » dans PC INpact, le 14 novembre 2008.
  193. Damien Labourot. Intel CULV 2010 : des CPU pour portables ultra-fins et accessibles dans PC INpact, le 25 mai 2010.
  194. David Legrand. Haswell : vers la disparition du chipset au sein des cartes mères ? dans PC INpact, le 10 septembre 2012.
  195. [6]
  196. David Legrand. Intel publie le SDK Beta de son Atom Developer Program dans PC INpact, le 2 décembre 2009.
  197. David Legrand. IDF 2010 : AppUp d'Intel sort enfin de son statut bêta dans PC INpct, le 16 septembre 2010.
  198. David Legrand. AppStore pour Atom d'Intel : le client est disponible en bêta dans PC INpact, le 2 janvier 2010.
  199. Marine. Computex 2010 : Asus lance son AppStore pour Netbooks sous Windows et MeeGo (Linux) dans LaptopSpirit.fr, le 2 juin 2010.
  200. Marine. IDF 2010 : Intel officialise AppUp, son magasin d’applications pour Netbooks dans LaptopSpirit.fr, le 16 septembre 2010.