Adirondacks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adirondack (homonymie).
Adirondacks
Chaînes du nord-est des Appalaches
Chaînes du nord-est des Appalaches
Géographie
Altitude 1 629 m, Mont Marcy
Massif Bouclier canadien
Administration
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État New York
Les Adirondacks

44° 07′ N 73° 55′ O / 44.117, -73.917 Les monts Adirondacks sont un massif cristallin dans le nord-est de l'État de New York. Situés dans le prolongement des montagnes Appalaches, ils sont pourtant géologiquement constitués des mêmes roches que les monts Laurentides du Canada. Ils sont bordés à l'est par le lac Champlain et le lac George, qui les séparent des montagnes Vertes (Vermont). La limite sud est constituée par la vallée de la Mohawk. Au-delà de la rivière Noire, on trouve à l'ouest le plateau de Tug Hill, et au nord le fleuve Saint-Laurent. Les Adirondacks représentent un cinquième de la superficie de l'État de New York et comptent 4 000 cours d'eau[1].

Les Adirondacks culminent à 1 629 m au mont Marcy (parfois appelé Tahawus). On compte 46 sommets au-dessus de 4 000 pieds (1 219 m). Les principaux sommets sont Algonquin Peak (auparavant Mt. McIntyre) (1 559 m), Haystack (1 512 m), Skylight (1 501 m), Whiteface (1 485 m), Dix (1 480 m), et Giant (1 410 m). Le massif traverse les comtés new-yorkais de Clinton, Essex, Franklin, Hamilton, Herkimer, Lewis et Warren.

En 1890, selon le New York Times, on[Qui ?] redoutait qu'il soit « trop tard pour sauver les forêts des Adirondacks ». L'intrusion du chemin de fer amenait des touristes, elle étendait aussi le territoire des bûcherons. Il y avait « peu d'arbres vivants » le long de la voie ferrée, et la région traversée était alors « encore noircie par les feux qui l'ont parcourue ». Une partie du miracle des Adirondacks tient à la rapidité avec laquelle ces terres maltraitées ont pu se régénérer. Deux décennies plus tôt, dans les années 1870, l'État de New York avait commencé à confisquer des parcelles déboisées pour non-paiement des taxes. En 1892, il était prêt à créer un parc à partir de ces bouts de terrains. La frontière originale englobait 1,1 million d'hectares, dont la moitié appartenait à l'État (la propriété privée représente approximativement la moitié du parc actuel). La protection de cette réserve forestière tentaculaire fut incluse dans la Constitution de l'État de New York qui la déclara « sauvage pour toujours ».

Géologie[modifier | modifier le code]

Les monts Adirondacks sont constitués de roches métamorphiques, surtout du gneiss, autour d'un noyau de roche ignée intrusive, principalement de l'anorthosite.

Ces roches cristallines constituent la terminaison sud du bouclier canadien, issu de l'activité volcanique du Précambrien.

La région des Adirondacks a été autrefois recouverte par le glacier laurentien, dont l'érosion a sculpté les monts, qui possèdent maintenant de nombreux lacs.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Une grande partie des Adirondacks est comprise dans l'Adirondack State Park, un parc naturel de 24 000 km², dont 9 300 km² de forêts. Depuis le tracé initial du parc, en 1902, la superficie des zones protégées a augmenté : elle compte 2,4 millions d'hectares dont moins de la moitié appartiennent à l'État. On y trouve notamment le village de Lake Placid, à proximité du lac du même nom, qui a accueilli à deux reprises les Jeux olympiques d'hiver (1932 et 1980). La région est très touristique, avec de nombreuses stations construites autour des lacs : Lake Placid, Lake George, Saranac Lake, Schroon Lake and St. Regis Lake. On y pratique la chasse, la pêche, la randonnée et les sports d'hiver. Entre les monts McIntyre et Wallface, l'Indian Pass, une vallée encaissée longue de 18 km, attire également de nombreux visiteurs.

Le State Park offre une notable variété de paysages naturels au sens courant du terme : vastes étendues désertes, forêts sauvages, zones primitives ; mais aussi des terrains industriels, des terres administrées par fidéicommis par des organisations écologiques. On y trouve des propriétés privées avec ou sans serviture de conservation, certaines appartenant à des groupes d'investissement et à des clubs privés. Il faut tenir compte aussi des 103 municipalités à l'intérieur de la réserve des Adirondacks, des villes et des villages. Le résultat constitue une mosaïque complexe de terrains, ainsi qu'un mélange non moins complexe d'êtres humains (130 000 résidents, auxquels s'ajoutent des milliers de visiteurs en été), et le tout influe sur la gestion du parc ainsi que sur ses orientations à venir.

Du fait de la classification des terres et de l'évaluation des impacts environnementaux, l'activité humaine et économique à l'intérieur du parc est variée, allant de la production industrielle à l'implantation individuelle isolée. Un équilibre semble ménagé entre l'aménagement pour l'installation humaine, et le souci de minimiser l'impact sur la nature. Reste que la région est soumise comme d'autres aux effets du réchauffement climatique[2] : la température estivale moyenne a augmenté de °C au cours des cent dernières années, et la température hivernale moyenne de 2,5 °C. Les lacs gèlent plus tard et le printemps arrive plus tôt. Le parc constitue la limite méridionale de certaines plantes, et des espèces alpines rares qui s'épanouissaient naguère sur les hauts sommets sont désormais menacées de disparition.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Mohawk, roman de Richard Russo publié en 1986[3], décrit le quotidien d'une ville imaginaire située près des monts Adirondacks[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Goussot, Espaces et territoires aux États-Unis, Paris, Belin, 2004, (ISBN 978-2-7011-3204-4), p. 111
  2. (en) « Savoring Bogs and Moose, Fearing They’ll Vanish as the Adirondacks Warm », NYTimes.com,‎ 1er décembre 2011 (lire en ligne)
  3. « Richard Russo dresse le portrait de Mohawk, bourgade des marginaux », Lexpress.fr,‎ 12 octobre 2011 (lire en ligne)
  4. « Chez les gars des Adirondacks. », Libération.fr,‎ 17 novembre 2005 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :