Mohican (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la langue mohican. Pour le peuple mohican, voir Mohicans.
Mohican
Muh-he-con-ne-ok
Extinction années 1930
Pays États-Unis, Canada
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 mjy
IETF mjy

Le mohican (mahican) est une langue morte, appartenant à la branche orientale des langues algonquiennes.

Originellement, les Mohicans, ceux qui parlaient cette langue, vivaient le long de l'Hudson dans l'État de New York, jusqu'au Lac Champlain, à l'est des Montagnes Vertes dans le Vermont, et à l'est jusqu'à la Schoharie Creek (en) dans l'État de New York[1]. Les conflits les opposant aux Mohawks et l'arrivée des Européens qui empiétèrent sur leur territoire les forcèrent à se déplacer. Après une série de déménagements, la majorité des Mohicans s'installa enfin au Wisconsin durant les années 1820 et 1830, alors que d'autres s'installèrent dans plusieurs communautés du Canada où ils perdirent leur identité mohicane.

Deux dialectes mohicans distincts ont été identifiés, le moravien et le Stockbridge[2]. Ces deux dialectes sont apparus après 1740 après les regroupements résultant de la dislocation des Mohicans et d'autres groupes.

La dernière personne parlant le mohican est morte dans les années 1930[3].

Deux dialectes mohicans d'après 1740[modifier | modifier le code]

Stockbridge[modifier | modifier le code]

Le dialecte de Stockbridge est apparu à Stockbridge (Massachusetts), et incluait les Mahicans de New York, et des membres d'autres groupes linguistiques tels que les Wappinger (un groupe Munsee local), Housatonic, Wyachtonok, et d'autres. Après des migrations successives, le groupe Stockbridge s'installa au Wisconsin, où ils combinèrent leur langage aux migrants munsee du Delaware, et qui sont maintenant connus comme les Stockbridge-Munsee Community (en)[4].

moravien[modifier | modifier le code]

Le dialecte moravien naquit de l'agrégation de populations basées à Bethlehem (Pennsylvanie). Certains groupes mohicans qui avaient été affiliés au début des années 1740 aux Frères moraves à New York et dans le Connecticut se déplacèrent en 1746 à Bethlehem. Un autre groupe, lui aussi affilié aux Moraves, partit au Wyoming, en Pennsylvanie, et à la suite d'un massacre perpétré par des colons, certains membres de ces groupes fuirent vers le Canada avec les Munsee convertis, s'installant définitivement dans ce qui est aujourd'hui connu sous le nom de Moraviantown (en), où ils furent complètement absorbés par la population Lenapes qui était dominante. Un autre groupe partit pour Ohsweken aux Six Nations (Ontario), où ils s'unirent à d'autres groupes[5].

Prononciation[modifier | modifier le code]

Dans cette partie se trouve la prononciation telle qu'elle a été donnée par Schmick. Toutefois ce dernier était d'origine allemande, de sorte que la prononciation des lettres peut paraître surprenante pour un francophone.

Les consonnes[modifier | modifier le code]

Caractère utilisé par Schmick API Comment le prononcer :
b, p
[p]
Comme un “p” doux. Le même son est aussi écrit “p” dans des textes.
ch, x
[x]
Comme “ch” en allemand : “ach”.
ck, k, g
[k]
Comme le “k” doux dans “skate”.
d, t
[t]
Comme le “t” dans “stay”.
h
[h]
Comme le “h” dans l’anglais “hay”.
j, y
[j]
Comme le “y” dans le nom “Yalta”.
kw, kq, qu
[kw~kw]
Habituellement, il se prononce “qu” comme l’anglais “queen”,
mais à la fin d’un mot, il se prononce plus comme un “k” avec un souffle d'air après.
m
[m]
Comme le “m” dans le mot “montre”.
n
[n]
Comme le “n” dans le mot “nuit”.
s
[s]
Comme le “s” de “soleil”.
sch, š, sh
[ʃ]
Comme le “ch” dans “chien”.
tsch, č, ch
[t͡ʃ]
Comme le “tch” dans “tchin”.
w
[w]
Comme le “ou” dans “ouais”
x, ks
[ks]
Comme le “x” dans “axe”.
z, ts, c
[ts]
Comme le “ts” de “tsunami”.

Les voyelles[modifier | modifier le code]

Caractère utilisé par Schmick API Comment le prononcer:
a, ã
[a ~ ã]
Comme le “a” de “farine”. Il y a aussi un “a” nasalisé en mohican qui se prononce avec un léger sont "n",
comme le mot “an” en français, mais Schmick ne les distingue habituellement pas dans son vocabulaire.
aa, ah, ā, a:
[a:]
Comme le “a” de “farine”, tenu un peu plus longtemps.
ai, ay, ei
[aj]
Comme l’onomatopée “aïe”. Schmick écrit aussi ce son “ei”.
au, aw, ow
[aw]
Comme le “ow” dans le mot anglais “cow”.
e, i
[e~ε~ә]
Comme le “a” de “gate”, le “e” de “get”, en anglais.
e, ee, eh, ii, ī, i:
[i:]
Comme le “i” de “police”.
ei
[aj], [ej]
Schmick utilise “ei” pour un son similaire à l’onomatopée “aïe”. Et parfois pour le “ei” dans le mot anglais “weigh”.
eu, iw, ew
[i:w]
Comme un enfants disant “ouh!”.
o, oo, oh, ō, o:
[o:]
Comme le “o” dans “go”.
o, u, ew
[ew]
Un peu comme le "AO" de "AOL" dit en anglais et de façon rapide.

Grammaire[modifier | modifier le code]

Possession[modifier | modifier le code]

Le préfixe mohican n- signifie « mon, ma ». Le préfixe possessif peut être utilisé avec presque tous les mots mohicans. Les préfixes possessifs sont n-, k-, et o- devant la plupart des mots commençant avec une consonne, et nt-, kt-, ou ot- devant la plupart des mots commençant par une voyelle.

Radical "Mon, ma" "Ton, ta" "Son, sa"
maksen (un

sac)

nmaksen (mon

sac)

kmaksen (ton sac) omaksen (son

sac)

achegan (un

couteau)

ntachegan (mon

couteau)

ktachegan (ton

couteau)

otachegan (son

couteau)

Toutefois certains mots ne supportent pas l'absence de pronoms possessifs, ainsi dire *keck, "une mère," ou *enes, "une tête" n’est pas grammaticalement correct. Pour ces mots, les pronoms possessifs sont quelque peu différents. Les préfixes sont habituellement n-, k-, et o- devant un nom commençant par un consonne, et n-, k-, et w- devant un nom commençant par une voyelle.

Radical (ne pas utiliser

ainsi)

"Mon, ma" "Ton, ta" "Son, sa"
*ooch nooch (mon

père)

kooch (ton

père)

oocha (son

père)

*enes nenes (ma

tête)

kenes (ta tête) wenes (sa tête)
*keck nkeck (ma

sœur)

keck (ta sœur) okecka (sa

sœur)

*nachk nachk (ma

main)

knachk (ta

main)

onachk (sa

main)

Il faut remarquer:

  • Quand on utilisent la troisième personne (“son, sa”) les mots animés, il n’y a pas seulement un préfixe (w- ou o-) mais aussi un suffixe (-a) à la fin du mot. Ce n'est pas le cas pour les mots désignant des chose inanimés.
  • Tous les mots mohicans ne suivent pas cette forme. Par exemple, le w n’est pas prononcé devant le oo dans "oocha". Mais une telle erreur n'empêcherait pas la compréhension par un Mohican natif.

Vocabulaire mohican[modifier | modifier le code]

Ces mots ont été traduits par Carl Masthay.

Mohican Français
ăchtóhu élan
ahwaandowaakan amour
ahkee terre
amwáaw abeille
ămisk castor
anaaksak étoiles
seegoolee bonjour, salut
kameetsee tu manges
keeshoch soleil
kameekha entrer, être chez soi
ksheettaaw chaud
kashahchen vent
m'sauneeh neige
màchq ours
nohoom grand-mère
măhooksis chouette
cheetsis oiseau
mattape vas t'assoire
mbee eau
meenahk boire
mkhook-que-thoth hibou
mnohti sac de paix
muh-he-con-nuk les grandes eaux (mer)
nisk main
náhneeyóokes cheval
namaas poisson rouge
namaas poisson
ndeeyo chien
nemanau homme
nemoghhome mon grand-père
Nia ktahwaahnen je t'aime
namees ma grande soeur
nomasis mon petit grand-père
onaquega soir
Onayo Uske-kateek! Bonne année!
Sooknan il est en train de pleuvoir
pahkenum sombre
Pahtamawas Dieu
Koonamansee? Comment vas-tu ?
siipo rivière
kunaatun il est congelé
squau-so-won ceintures de wampum
staaw feu
mdah mon cœur
tahaso il fait froid
tpohko il est nuit
un-nuh-kau-kun messager, courrier
wachtshu colline
mitok arbre
Waunseet Mannitoow Le Grand Esprit
weekwahm wigwam, maison
Weenaano langue (l'organe)
wnahktukook (ou Wanachquaticock,) la terre qui se trouve au bout de la rivière
Wneeweh Je vous remercie
woh-weet-quau-pee-chee conseillers
wunneehk c’est bon

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Brasser 1978
  2. Pentland 1992, p. 15
  3. Goddard 1978, p. 11 ; American Philosophical Society Archives, Mahican manuscripts and notes
  4. Brasser 1978, p. 207-210
  5. Brasser 1978, p. 208

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • American Philosophical Society Archives, Mahican manuscripts and notes
  • Ted Brasser, Mahican, vol. 15, Washington, Smithsonian Institution,‎ 1978
  • Campbell, Lyle. 1997. American Indian languages: The historical linguistics of Native America. New York: Oxford University Press. ISBN 0-19-509427-1.
  • Campbell, Lyle; & Mithun, Marianne, eds. 1979, The languages of native America: Historical and comparative assessment. Austin, University of Texas Press, ISBN 0-292-74624-5.
  • Campbell, Lyle; & Mithun, Marianne, (979. "Introduction: North American Indian historical linguistics in current perspective." In L. Campbell & M. Mithun, eds., The languages of native America: Historical and comparative assessment, pp. 3-69, Austin, University of Texas Press.
  • (en) Fiche langue, dans la base de données linguistique Ethnologue[réf. à confirmer]
  • Ives Goddard, Eastern Algonquian Languages, vol. 15, Washington, Smithsonian Institution,‎ 1978
  • Goddard, Ives, 1996, "Introduction." Ives Goddard, ed., The Handbook of North American Indians, Volume 17. Languages, pp. 1-16, Washington, D.C., The Smithsonian Institution.
  • Goddard, Ives, 1999, Native languages and language families of North America (rev. and enlarged ed. with additions and corrections). [Map]. Lincoln, NE: University of Nebraska Press (Smithsonian Institution). (Updated version of the map in Goddard 1996), ISBN 0-8032-9271-6.
  • Masthay, Carl, ed., Schmick's Mahican Dictionary., Philadelphia, American Philosophical Society.
  • Michelson, Truman, 1914, [“Notes on the Stockbridge Language.”], Manuscript No. 2734, National Anthropological Archives, Smithsonian Institution, Washington.
  • Mithun, Marianne, 1999, The languages of Native North America, Cambridge, Cambridge University Press, ISBN 0-521-23228-7 (hbk); ISBN 0-521-29875-X (pbk).
  • David Pentland, Mahican historical phonology : Schmick's Mahican Dictionary, Philadelphia, American Philosophical Society,‎ 1992

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]