Götz Aly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Götz Aly

Götz Aly, né le 3 mai 1947 à Heidelberg (en Allemagne), est un journaliste, écrivain et historien allemand. Ses travaux portent essentiellement sur l'histoire du nazisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l’École allemande de journalisme, Götz Aly étudie l’histoire et les sciences politiques à l'université libre de Berlin. Il participe au mouvement étudiant de 1968 en Allemagne. Il travaille comme journaliste auprès de la Die tageszeitung, de la Berliner Zeitung et de la Frankfurter Allgemeine Zeitung. En 2004-2006, il est professeur invité pour les études interdisciplinaires sur la Shoah à l’Institut Fritz Bauer de Francfort-sur-le-Main.

Travaux[modifier | modifier le code]

Les recherches de Götz Aly sont orientées vers la Shoah et la participation des élites à la politique d’extermination nazie. Il accède à la notoriété à partir de 2002 avec son best-seller, Hitlers Volkstaat (traduisible par L’État populaire d’Hitler, mais publié en 2005 par Flammarion sous le titre Comment Hitler a acheté les Allemands). Il y décrit l’Allemagne nazie comme une '« dictature d’accord tacite » (entre le peuple allemand et son dictateur) jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce soutien populaire s’explique par une politique de redistribution fiscale, une mobilité sociale sans précédent pour les classes pauvres de la société, et l’accroissement de l’État Providence allemand. Il montre également comment cette politique a été largement financée par le pillage des pays conquis et notamment par la spoliation des Juifs et des autres minorités[1]. La guerre s’est déroulée sans que la pression fiscale ne s’accroisse sur le peuple allemand, qui a continué à bénéficier des avantages sociaux acquis dans les années 1930, et a même vu son niveau de vie progresser.

Les publications de Götz Aly ont suscité de vives réactions dans le milieu universitaire allemand, mais ont aussi été récompensées. Sa thèse présente une approche pluridisciplinaire de ce sujet : la possibilité de la Shoah commise par un peuple ayant atteint un très haut degré de civilisation. Il rejette les causalités lointaines. Selon lui, « Le parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) ne doit la conquête et la consolidation de son pouvoir qu'à un ensemble de circonstances, et les facteurs les plus importants sont apparus après 1914, non avant[2]. »

En 2008, Götz Aly a créé une vive polémique en publiant Unser Kampf, (en français Notre combat[3], non traduit en français en 2011), un livre consacré aux mouvements étudiants de 1968, et dans lequel il trace un parallèle entre le mouvement national-socialiste et celui des soixante-huitards : même jeunesse des protagonistes, même refus de l'autorité, ressemblance dans le vocabulaire (l'utilisation du mot Kampf, combat entre autres), même tendance à la radicalisation chez les nazis et chez les extrémistes de la bande à Baader, puis la Fraction armée rouge (Rote Armee Fraktion, RAF)[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Götz Aly & Susanne Heim, Les Architectes de l'extermination : Auschwitz et la logique de l'anéantissement, Calmann-Lévy, 2005.
  • Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands : Le IIIe Reich, une dictature au service du peuple, Flammarion, Paris, 2005, 380 pages, (ISBN 2-08210-517-2).
  • (de) Götz Aly, Unser Kampf: 1968 - ein irritierter Blick zurück (Notre Combat : 1968 - un regard rétrospectif irrité, non traduit en français), édition Fischer, Francfort, février 2008, 256 pages, (ISBN 3100004213).
  • (de) Götz Ali, Warum die Deutschen? Warum die Juden?: Gleichheit, Neid und Rassenhass - 1800 bis 1933, édition Fischer, Francfort, août 2011, 352 p.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pillage planifié en ce qui concerne l'Est : lire l'article Generalplan Ost.
  2. Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands, p. 7
  3. Le titre Unser Kampf fait évidemment écho au bestseller d'Adolf Hitler, Mein Kampf.
  4. (de) Article du quotidien allemand Die Welt, ou encore dans la Gazette de Berlin.

Liens externes[modifier | modifier le code]