Habib el-Malki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Habib El Malki
Fonctions
Député de Khouribga
En fonction depuis le 25 juin 1993
Élection 1993, 1997, 2002, 2007 et 2011
Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique
8 juin 200415 octobre 2007
Monarque Mohammed VI
Premier ministre Driss Jettou
Gouvernement Jettou II
Législature VIIe législature
Prédécesseur lui même
Khalid Alioua
Successeur Ahmed Akhchichine
Ministre de l'Éducation nationale
7 novembre 20028 juin 2004
Monarque Mohammed VI
Premier ministre Driss Jettou
Gouvernement Jettou I
Législature VIIe législature
Prédécesseur Abdellah Saâf
Successeur lui même
Ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche
14 mars 19986 septembre 2000
Monarque Mohammed VI
Hassan II
Premier ministre Abderrahman el-Youssoufi
Gouvernement el-Youssoufi I
Législature VIe législature
Prédécesseur Abdelaziz Meziane Belfkih
El Mostapha Sahel
Successeur Moulay Ismaïl Alaoui
Biographie
Date de naissance 15 mai 1946 (68 ans)
Lieu de naissance Bejaâd (Drapeau du Maroc Maroc)
Nationalité marocaine
Parti politique USFP
Profession Professeur d'université

Habib El Malki est un homme politique et professeur d'université marocain né le 15 mai 1946 à Bejaâd (centre du Maroc). Il est affilié à un parti de gauche, l'Union socialiste des forces populaires (USFP) et est député de sa ville natale depuis les législatives de 1993.

Il est également professeur d'économie à l'université Mohammed V de Rabat.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parcours politique[modifier | modifier le code]

En janvier 1991, Habib el-Malki est élu secrétaire général du Conseil national de la jeunesse et de l'avenir (CNJA), il occupe ce poste jusqu'à juillet 2000.

Lors des législatives de 1993, Habib el-Malki devient député de la circonscription de Khouribga, il est réélu au même poste aux législatives de 1997, 2002, 2007 et 2011.

Le 14 mars 1998, il est nommé ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche dans le gouvernement el-Youssoufi I[1], poste qu'il gardera jusqu'au 6 septembre 2000, il est remplacé par Moulay Ismaïl Alaoui dans le gouvernement el-Youssoufi II.

Le 7 novembre 2002, il est nommé ministre de l'Éducation nationale dans le gouvernement Jettou I[1]. Lors du remaniement ministériel du 8 juin 2004, il devient ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique, il est succédé par Ahmed Akhchichine dans le gouvernement El Fassi[1].

Il a également assuré différentes missions à l'échelle internationale et a représenté le Maroc auprès de plusieurs institutions, notamment à l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) entre 1983 et 1989, à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 1988, à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et au Fonds international de développement agricole (FIDA) en 1992.

En avril 2012, Habib el-Malki annonce sa candidature au poste du Premier secrétaire de son parti[2]. Lors de la tenue du IXe congrès national de l'USFP à Bouznika en décembre 2012, il sort éliminé au premier tour de l'élection.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Habib El Malki a reçu le prix de l'Association de statistiques de Paris en 1987 et le Ouissam du Chevalier en 1988 à Rabat.

Il est également décoré Officier du Ouissam alaouite en 1993, et a reçu la médaille de Vermeil décernée par l'Académie française dans la même année.

Le 3 juin 1998, il est décoré Officier de la Légion d'honneur à Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]