Chambre des représentants (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

34° 01′ 03″ N 6° 50′ 12″ O / 34.0175, -6.83667

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chambre des représentants.

Chambre des représentants
مجلس النواب
Agraw n imarayen
ⴰⴳⵔⴰⵡ ⵏ ⵉⵎⴰⵔⴰⵢⴻⵏ

IXe

alt=Description de l'image Logo chambre representants maroc.jpg.
Type
Type Chambre basse du Royaume du Maroc
Présidence
Président Rachid Talbi Alami (RNI)
Élection 11 avril 2014
Structure
Membres 395 représentants
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Composition

Groupes politiques
  •      PJD (107)
  •      PI (60)
  •      RNI (52)
  •      PAM (47)
  •      USFP (39)
  •      MP (32)
  •      UC (23)
  •      PPS (18)
  •      PT (4)
  •      Autres (13)
Élection
Système électoral Scrutin proportionnel plurinominal
Dernière élection Élections législatives de 2011

Parlement du Maroc, Rabat

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie du lieu de réunion

Divers
Site web www.parlement.ma
Voir aussi Politique au Maroc
Partis politiques marocains

La Chambre des représentants du Maroc (arabe : ﻣﺠﻠﺲ ﺍﻟﻨﻮﺍﺏ; berbère: Agraw n imarayen, ⴰⴳⵔⴰⵡ ⵏ ⵉⵎⴰⵔⴰⵢⴻⵏ) est la chambre basse du Parlement du Maroc. Elle est composée de 395 membres (« représentants ») -depuis les élections de 2011- élus au suffrage universel direct, au scrutin de liste à la proportionnelle.

Régime électoral[modifier | modifier le code]

Depuis les législatives de 2011, l'élection des 395 membres de la Chambre des représentants se fait sur des bases électorales différentes, 305 sièges au niveau des circonscriptions locales, et 90 sièges sur la base de la circonscription nationale. Pour assurer une place aux femmes, les partis politiques, dans le cadre de la discrimination positive, se sont engagées à réserver aux candidates femmes 60 sièges de la liste nationale tandis que les 30 sièges restants sont réservés aux candidats jeunes hommes ayant moins de 40 ans.

Le nombre de sièges constituants la Chambre des représentants a évolué selon les élections législatives qu'a connues le Maroc depuis son indépendance en 1956 ; il est passé de 144 sièges en 1963 à 395 en 2011.

Évolution du nombre de sièges depuis les élections de 1963
Législatives 1963 1970 1977 1984 1993 1997 2002 2007 2011
Nombre de sièges 144 240 264 306 333 325 325 325 395

Rôle[modifier | modifier le code]

Le rôle de la Chambre des représentants est de donner ou retirer sa confiance au gouvernement, proposer et voter les lois, contrôler le gouvernement et approuver le budget de l'État.

Six commissions permanentes sont chargées de préparer les travaux des séances plénières. C'est au sein des commissions que les textes et la politique du gouvernement sont discutés en profondeur avant le vote.

Composition à la suite des élections législatives de 2011[modifier | modifier le code]

onLes résultats définitifs des élections du 25 novembre 2011 ont été annoncés le soir du 27 novembre 2011 par le ministre de l'Intérieur Taib Cherkaoui[1], le taux de participation a enregistré une légère hausse, s'établissant à 45,40 % alors que celui-ci s'était constamment réduit depuis les législatives de 1984 (67 % en 1984, 62 % en 1993, 58 % en 1997, 50 % en 2002 et 37 % en 2007).

  Rang Parti  % Sièges Évolution
(Législatives 2007)
Participation au gouvernement
  1e Parti de la justice et du développement (PJD) 27,08 % 107 en augmentation +61 oui
  2e Parti de l'Istiqlal (PI) 15,19 % 60 en augmentation +8 opposition
  3e Rassemblement national des indépendants (RNI) 13,16 % 52 en augmentation +13 oui
  4e Parti authenticité et modernité (PAM) 11,90 % 47 stagnation nouveau parti
en diminution -8[n 1]
opposition
  5e Union socialiste des forces populaires (USFP) 9.87 % 39 en augmentation +1 opposition
  6e Mouvement populaire (MP) 8,10 % 32 en diminution -9 oui
  7e Union constitutionnelle (UC) 5,82 % 23 en diminution -4 opposition
  8e Parti du progrès et du socialisme (PPS) 4,55 % 18 en augmentation +1 oui
  9e Parti travailliste (PT) 1 % 4 en diminution -1 opposition
  10e Parti du renouveau et de l'équité (PRE) 0,50 % 2 en diminution -2 soutien
  10e Mouvement démocratique et social (MDS) 0,50 % 2 en diminution -7 soutien
  10e Parti de l'environnement et du développement durable (PEDD) 0,50 % 2 stagnation nouveau parti soutien
  10e Parti Al Ahd Ad Dimocrati (AHD) 0,50 % 2 stagnation nouveau parti soutien
  14e Front des forces démocratiques (FFD) 0,25 % 1 en diminution -8 opposition[2]
  14e Parti de l'action (PA) 0,25 % 1 en augmentation +1 soutien
  14e Parti unité et démocratie (PUD) 0,25 % 1 stagnation nouveau parti soutien
  14e Parti de la liberté et de la justice sociale (PLJS) 0,25 % 1 stagnation nouveau parti soutien
  14e Parti de la gauche verte (PGV) 0,25 % 1 stagnation nouveau parti opposition
  -- Total (taux de participation 45,40 %) 100 % 395 --

Présidents de la Chambre des représentants[modifier | modifier le code]

N Président Parti politique Période Législature
1 Abdelkrim Al Khatib Mouvement populaire (MP) 1963 - 1965 Ire
2 Abdelhadi Boutaleb Indépendant 1970 - 1971 IIe
3 Mehdi Ben Bouchta Parti de l'Istiqlal (PI) 1971 - 1972
4 Dey Ould Sidi Baba Rassemblement national des indépendants (RNI) 1977 - 1983 IIIe
5 Ahmed Osman Rassemblement national des indépendants (RNI) 1984 - 1992 IVe
6 Mohamed Jalal Essaid Union constitutionnelle (UC) 1992 - 1997 Ve
7 Abdelwahed Radi Union socialiste des forces populaires (USFP) 1997 - 2002
2002 - 2007
VIe
VIIe
8 Mustapha Mansouri Rassemblement national des indépendants (RNI) 2007 - 2010 VIIIe
9 Abdelwahed Radi Union socialiste des forces populaires (USFP) 2010 - 2011
10 Karim Ghellab Parti de l'Istiqlal (PI) 2011 - 2014 IXe
11 Rachid Talbi Alami Rassemblement national des indépendants (RNI) 2014-…

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Parti authenticité et modernité, bien que n'ayant pas participé aux législatives de 2007, était présent dans le précédent parlement avec 55 députés ayant rallié le parti au cours de la législation, à la suite de sa fondation.

Références[modifier | modifier le code]

  1. MAP, « Résultats définitifs du scrutin du 25 novembre portant sur les 395 sièges », Le Matin,‎ 27 novembre 2011 (lire en ligne)
  2. Fouâd Harit, « Le gouvernement "kafkaïen" de Benkirane », Afrik.com,‎ mercredi 14 décembre 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]