Fouad Laroui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laroui.

Fouad Laroui

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Fouad Laroui
aux Bibliothèques idéales, Strasbourg, septembre 2013.

Nom de naissance فؤاد العروي
Activités Écrivain et économiste
Naissance 1er février 1958 (56 ans)[réf. nécessaire]
Oujda
Langue d'écriture Français ou néerlandais
Genres Romans, nouvelles, essais, poésie et littérature jeunesse

Fouad Laroui (en arabe : فؤاد العروي) est un économiste et écrivain marocain d'expression française et néerlandaise[1], né en 1958 à Oujda. Il vit aux Pays-Bas, à Amsterdam.

Biographie[modifier | modifier le code]

Laroui est issu d'une famille originaire d'Azemmour. Après des études au lycée Lyautey à Casablanca, Fouad Laroui intègre l'École nationale des ponts et chaussées (ENPC) en France, dont il sort ingénieur. Passée une expérience dans une usine de phosphates à Khouribga (Maroc), il part pour le Royaume-Uni, où il séjourne quelques années à Cambridge et à York. Il obtient un doctorat en sciences économiques[2] et s'installe à Amsterdam où il enseigne l'économétrie puis les sciences de l'environnement à l'Université. Parallèlement, il se consacre à l'écriture[3].

Fouad Laroui est également chroniqueur littéraire à l'hebdomadaire Jeune Afrique, la revue Économia et à la radio marocaine Médi 1.

En mai 2013, il reçoit le prix Goncourt de la nouvelle pour L’Étrange Affaire du pantalon de Dassoukine[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Dents du topographe (Julliard, 1996) : la chronique d’un jeune au Maroc, un récit qui marque le refus de l’ordre établi et un sentiment de détachement pour sa patrie. Prix Découverte Albert-Camus.
  • De quel amour blessé (Julliard, 1998) : l’histoire d’un amour impossible entre un maghrébin de Paris et la fille d’un juif. Prix Méditerranée des lycées, prix Radio-Beur FM.
  • Méfiez-vous des parachutistes (Julliard, 1999) : un portrait comique de la société marocaine à travers la vie de deux personnages loufoques.
  • La Meilleure Façon d'attraper les choses (Yomad, 2001). Album jeunesse illustré par Pierre Léger. Prix Grand Atlas 2005[5].
  • Le Maboul (Julliard, 2000) : recueil de nouvelles qui sont autant de satires de la société marocaine.
  • (nl) Verbannen woorden (Vassalucci, 2002) : recueil de poèmes qui a fait partie de la sélection du Grand Prix néerlandais de poésie (Buddingh' Prijs)[6].
  • La Fin tragique de Philomène Tralala (Julliard, 2003).
  • Tu n'as rien compris à Hassan II (Julliard, 2004) : recueil de nouvelles. Grand Prix SGDL de la nouvelle 2004[6].
  • De l’islamisme. Une réfutation personnelle du totalitarisme religieux (Robert Laffont, 2006).
  • L'Oued et le Consul (Julliard, 2006) : recueil de nouvelles.
  • L'Eucalyptus de Noël (Yomad, 2007) : album jeunesse illustré par Nathalie Logié.
  • Le jour où Malika ne s'est pas mariée (Julliard, 2009) : nouvelles.
  • Une année chez les Français (Julliard, 2010) : roman qui a été retenu parmi la première sélection du prix Goncourt et a obtenu le Prix de l'Algue d'Or (Saint-Briac-sur-Mer, France en 2011) 2010[7].
  • Le Drame linguistique marocain (Le Fennec, 2010) : essai.
  • La Vieille Dame du riad (Julliard, 2011) : roman.
  • L'Étrange Affaire du pantalon de Dassoukine (Julliard, 2012) : nouvelles.
  • Les Tribulations du dernier Sijilmassi (Julliard, 2014) : roman

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fouad Laroui », sur Radiolivres.eu (consulté le 22 janvier 2013)
  2. Modèles macro-économétriques et environnement : leçons méthodologiques, EMP, 1994, 211 p. (thèse de Sciences appliquées) [1]
  3. « Fouad Laroui », BiblioMonde [2]
  4. AFP, « Le Goncourt de la nouvelle à Fouad Laroui », sur le site lefigaro.fr du 7 mai 2013.
  5. Sana Guessous, « Livre Jeunesse : l’univers désenchanté », La Vie éco,‎ 9 février 2012 (lire en ligne)
  6. a et b « Biographie de Fouad Laroui », sur Sgdl.org, Société des gens de lettres (consulté le 28 janvier 2013)
  7. « Une année chez les Français par Fouad Laroui », L'Express, 20 octobre 2010 [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Salim Jay, « Laroui Fouad », dans Dictionnaire des écrivains marocains, Casablanca/Paris, Eddif/Paris-Méditerranée,‎ 2005, p. 244 [extrait]

Liens externes[modifier | modifier le code]