Elias Sanbar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Elias Sanbar est un historien, poète et essayiste palestinien, né à Haïfa en 1947.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elias Sanbar a quinze mois lorsque sa famille s'installe au Liban après la proclamation de l'État d'Israël. En 1969, il poursuit ses études à Paris. Par la suite, il enseigne le droit international à Paris VII. Il enseigne ensuite au Liban puis aux États-Unis à l'université de Princeton.

En 1981, Elias Sanbar participe à la fondation à Paris, de la Revue d’études palestiniennes, organe de diffusion de l'Institut des études palestiniennes[1], revue dont il est devenu le rédacteur en chef. La revue a cessé de paraître en 2008.

Il a participé aux négociations bilatérales à Washington, a dirigé, de 1993 à 1996, la délégation palestinienne aux négociations sur les réfugiés. Il est également membre du Conseil national palestinien depuis 1988. Il est membre du comité de parrainage du tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

Elias Sanbar est actuellement ambassadeur de Palestine auprès de l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture)[2].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Palestine 1948, l’expulsion, Les Livres de la Revue d’études palestiniennes, 1984
  • Les Palestiniens dans le siècle, Gallimard, 1994
  • Palestine, le pays à venir, L’Olivier, 1996
  • Le Bien des absents, Actes Sud, 2001
  • Le Lit de l’étrangère, Actes Sud, 2000 il traduit de Darwich.
  • Palestiniens – La photographie d'une terre et de son peuple de 1839 à nos jours, Hazan, 2004
  • Figures du Palestinien – Identité des origines, identité de devenir, Gallimard, 2004 - prix de l'amitié franco-arabe
  • Dictionnaire amoureux de la Palestine, Plon, 2010
  • Le Rescapé et l'Exilé, coécrit avec Stéphane Hessel, Paris, éditions Don Quichotte, 2012.
  • La Palestine expliquée à tout le monde, Le Seuil, 2013

Traductions[modifier | modifier le code]

Elias Sanbar a traduit en français l’œuvre de Mahmoud Darwich dont La Terre nous est étroite et autres poèmes (1966-1999), Gallimard, 2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Carlos Alvarado-Larroucau, Écritures palestiniennes francophones, Quête d'identité en espace néocolonial, Paris, L'Harmattan, 2009

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur palestine-studies.org la revue et l'institut.
  2. Cf. Répertoire des délégations permanentes auprès de l’Unesco.