Gries

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gries (homonymie).
Gries
Blason de Gries
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Strasbourg-Campagne
Canton Brumath
Intercommunalité C.C. de la Basse Zorn
Maire
Mandat
Claude Kern (UDI)
2014-2020
Code postal 67240
Code commune 67169
Démographie
Gentilé Griesois, Griesoises
Population
municipale
2 781 hab. (2011)
Densité 227 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 20″ N 7° 49′ 02″ E / 48.75555556, 7.8172222248° 45′ 20″ Nord 7° 49′ 02″ Est / 48.75555556, 7.81722222  
Altitude Min. 125 m – Max. 169 m
Superficie 12,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Gries

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Gries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gries

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gries

Gries est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace, près de Haguenau, de Bischwiller et juste à côté de Kurtzenhouse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le premier document mentionnant le nom du village est daté du 13 mars 826. Gries y est cité pour la première fois sous le nom de Gerareshusa. En 830, ce même village est appelé Gerireshusa.

D’après le pasteur Guggenbühl, cette dénomination viendrait du prénom « Gerhard ». Le nom du village serait donc en hochdeutsch Gerhardshausen, ce qui permet de penser qu’il aurait été la propriété d’un certain « Gerhard », personnage dont l’identité n’a pas été découverte jusqu'à ce jour.

Dans un document de 974, on peut déjà lire le nom de « Grioz » qui ressemble davantage au nom actuel du village. Le pasteur Guggenbühl explique cette évolution du nom de la façon suivante : très vite le suffixe hausen de « Gerireshausen » a été abandonné, donnant ainsi « Gerires », mot transformé au cours des années en « Grioz », puis en « Griez » et enfin en « Gries ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géographie.

Localisation dans le Bas-Rhin[modifier | modifier le code]

Le village de Gries se trouve à proximité de la ville de Haguenau et des villages de Weitbruch, Bischwiller, Marienthal et Kurtzenhouse. Gries se situe en Alsace du nord, dans le Bas-Rhin. Le village est entouré principalement de champs mais aussi du bois de Gries, la petite forêt communale. Une partie de Marienthal appartient à la commune ("Marienthal commune de Gries, 67240").

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude minimum de Gries est de 125 m et son altitude maximum est de 169 m, soit un relief relativement plat. Gries est entourée de cultures diverses (maïs,...)

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs ruisseaux traversent le village :

Il y a aussi un risque d'inondations dans certaines parties de Gries mais il reste moindre.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Gries est celui de l'Alsace du Nord : semi-continental.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les départementales D48 et D37 traversent la commune. Gries dispose de 3 arrêts de bus : un à la mairie, un « rue Siedel » et un « rue des Roses », tous les trois desservis le plus souvent par le Réseau 67. Pour les autres types de transport, Gries se trouve juste à côté de la petite gare de Kurtzenhouse et à 2.8km de la gare de Bischwiller. L'aéroport de Karlsruhe se situe à 19.6 km et celui de Strasbourg à environ 25km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Propriété des landgraves de Basse-Alsace jusqu’en 1332, la localité passa par la suite aux Lichtenberg, puis aux Bitche-Zweibrücken, avant d’appartenir aux Hanau-Lichtenberg qui y introduisirent la Réforme, ceci au sein du Saint-Empire romain germanique. Le village devint ainsi protestant, en vertu du principe cujus regio, ejus religio. En 1622, Gries fut totalement détruit par les troupes de Mansfeld pendant la guerre de Trente Ans, mais les habitants avaient trouvé refuge à Strasbourg.

Le 13 septembre 1674, le village est pillé par les Français, et des pertes humaines sont à déplorer.

Afin de repeupler la région, des émigrés de Suisse alémanique vinrent s'implanter dans la commune. C'est là par exemple l'origine des familles Wiedemann, Berger et bien d'autres encore. Les Hesse-Darmstadt furent les derniers maîtres du village, de 1736 jusqu’à la Révolution française, date de son annexion par la France. Ils contribuèrent considérablement à son développement.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2008 2014 Claude Kern DVD  
2014 en cours Claude Kern UDI Président de l'Association des Maires du Bas-Rhin
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune de Gries, en collaboration avec le SMITOM de Haguenau-Saverne, entreprend une campagne de sensibilisation aux traitements des déchets. Depuis 2012-2013, la commune est à l'heure du tri sélectif : tous les habitants ont une poubelle à ordures ménagères et une de recyclage (papier, carton,...). La déchèterie de la commune se situe sur la route de Gries vers Weitbruch.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 781 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
855 881 1 026 1 166 1 398 1 296 1 291 1 405 1 454
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 470 1 574 1 822 1 748 1 695 1 614 1 685 1 604 1 631
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 656 1 748 1 815 1 692 1 774 1 824 1 894 1 808 1 856
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 908 2 093 2 281 2 319 2 464 2 688 2 763 2 754 2 759
2011 - - - - - - - -
2 781 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de plusieurs établissements :

  • l'école maternelle ;
  • l'école élémentaire.

Les deux écoles sont situées derrière la mairie, côte à côte. Le collège de secteur est à Bischwiller, le collège "saut du lièvre". (Académie de Strasbourg)

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun hôpital à Gries, mais il y a notamment à proximité l'hôpital de Haguenau (CH Haguenau).

Culte[modifier | modifier le code]

Gries dispose de deux églises : l'église St. Jacques (Catholique) et l'église protestante. Les deux églises ont été repeintes/rénovés aux environs de 2011-2012. L'église catholique a fêté ses 100 ans en 2010. La première pierre avait été posée en juin 1909. L’église protestante servit d’église « simultanée » jusqu’en 1910, date de la consécration de l’église catholique Saint Jacques. La chorale Sainte Cécile de Gries chante à l'église catholique à Gries (mais est aussi sollicitée pour certaines autres messes dans la localité). C'est Mme Gaby FOELLER qui dirige la chorale, et qui l'accompagne à l'orgue.

Sport[modifier | modifier le code]

Le basket et le BCGO[modifier | modifier le code]

Le BCGO (basket club Gries Oberhoffen) est encore une fierté de la commune. Le village lui-même a toujours été fan du basket, en tous cas une grande partie des habitants. De plus, le village dispose d'un beau terrain de basket presque neuf.

Le FC Gries[modifier | modifier le code]

Gries dispose également d'un club de football (et ainsi d'une équipe locale).

Autres sports[modifier | modifier le code]

On trouvera aussi à Gries un club de lutte, plutôt performent dans la région, ainsi que d'un club de tennis, du club pleine forme (gym, zumba,...) et plusieurs autres activités...

Equipements sportifs[modifier | modifier le code]

On citera notamment l'espace La Forêt, qui est comme son nom l'indique à la frontière entre Gries et la forêt communale. L'espace La Forêt, plutôt récent (environs 2010) dispose à l'intérieur d'une toute neuve salle de basket, d'une salle des fêtes, d'une salle des associations et d'une salle de lutte". À l'extérieur, il y a aussi des cours de tennis" et un petit stade de football.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Culture locale[modifier | modifier le code]

L'Harmonie municipale[modifier | modifier le code]

La commune de Gries est fière d'avoir sa propre harmonie municipale, la Musique Municipale de Gries. Créée en 1911 par quelques passionnés, l'harmonie a fêté ses 100 ans d'activité en 2012. Elle organise chaque année plusieurs concerts, notamment un "grand" concert de printemps vers avril-mai. Elle est dirigée par Julien BEISECKER et Olivier SAENGER (qui est depuis peu à la garde républicaine) et est présidée par Claude KERN, maire de Gries et Hubert RINIE, président délégué.

Groupe folklorique alsacien Gries-Kurtzenhouse[modifier | modifier le code]

Gries peut aussi être fier de son groupe folklorique, le groupe folklorique de Gries-Kurtzenhouse, typiquement alsacien, qui comporte une section adulte et une jeune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Foerster, Lieutenant-colonel d’État-major, officier de la Légion d'honneur, né le 17 août 1824 à Strasbourg, décédé le 20 janvier 1890 à Gries, enterré au cimetière de Gries.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason de Gries

Les armes de Gries se blasonnent ainsi :
« D'or aux trois grues de sable, tenant chacune de sa griffe une vigilance de gueules. »[3].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Au sud-est du village se trouve une motte, seul témoin d’un ancien château, résidence de l’évêque de Strasbourg, qui resta occupé jusqu’à la fin du XVe siècle, période de sa destruction.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  3. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Willy Guggenbühl - Gries: Chronik einer unterelsässischen Landgemeinde. Imprimerie savernoise, 1957
  • Andreas Thürmann: d'après M. Gerhard Schildberg + A.B.R.:5Mi168/1
  • Adolphe Foerster, Légion d'honneur - LH/988/50 + A.B.R.:4E168/5 (Gries - D 1890)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :