Alain Corbin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corbin.

Alain Corbin

texte=Importez l'image de cette personne

Biographie
Naissance
Lonlay-l'Abbaye (Orne)
Nationalité Drapeau : France Français
Vie universitaire
Formation Université de Caen
Titres Professeur des universités
Approche disciplinaire Histoire des sensibilités

Principaux travaux

  • Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle (1845-1880), (1975)
  • Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe- XIXe siècles (1982)
  • L’Harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie (2007)

Alain Corbin, né le à Lonlay-l'Abbaye[1], est un historien français spécialiste du XIXe siècle en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études supérieures[modifier | modifier le code]

Il suit des études à l’université de Caen où il a eu notamment comme professeur Pierre Vidal-Naquet.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Professeur à l’université Paris I - Panthéon-Sorbonne, il a travaillé sur l’histoire sociale et l’histoire des représentations. On dit de lui qu’il est « l’historien du sensible », tant il a marqué sa discipline par son approche novatrice sur l’historicité des sens et des sensibilités.

On lui doit plusieurs ouvrages, dont Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot, sur les traces d’un inconnu, 1798-1876 (1998), biographie d’un sabotier inconnu choisi au hasard dans les archives de l’Orne. Ce travail s’inscrit dans le concept de la microhistoire.

En 2005, son successeur à la Sorbonne et ses étudiants lui ont rendu hommage dans un livre collectif qui rend compte de son itinéraire historiographique : Anne-Emmanuelle Demartini et Dominique Kalifa (dir.), Imaginaire et sensibilités au XIXe siècle : études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2006.

Apport à l'histoire des sensibilités[modifier | modifier le code]

Le désir, les sens, les paysages[modifier | modifier le code]

Il a travaillé sur le désir masculin de prostitution (Les Filles de noce, 1978), l’odorat et l’imaginaire social (Le Miasme et la Jonquille, 1982), l’homme et son rapport au rivage (Le Territoire du vide, 1990), le paysage sonore dans les campagnes françaises du XIXe siècle (Les Cloches de la terre, 1994) et la création des vacances (L’Avènement des loisirs, 1996). Il a aussi publié un livre d’entretiens avec Gilles Heuré (Historien du sensible, 2000).

Le Miasme et la Jonquille[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un des principaux ouvrages d'Alain Corbin.

Genèse[modifier | modifier le code]

Si l'on a souvent l'impression et la croyance que c'est l'historien qui fonde de nouvelles problématiques et de nouveaux questionnements, on oublie souvent que ce sont des facteurs externes et des recroisements de diverses circonstances qui permettent la genèse d'une œuvre. Lors de ses recherches pour son premier ouvrage, Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution au XIXe siècle, Alain Corbin a été beaucoup frappé par les références olfactives qualifiant la personne prostituée ; de même que les Editions du Seuil lui demandent, par la suite, de sélectionner des extraits de l'hygiéniste du XIXe siècle, Parent-Duchâtelet. Ici aussi, il est frappé de voir que l'auteur assimile l'étymologie, erronée, de « putain » à « la fille qui sent mauvais ». Bien entendu, cela recroise les travaux qu'il avait entrepris, et ajouté à cela, Corbin est amené à lire l'ouvrage de Huysmans, À rebours, où le personnage principal cherche à retrouver les parfums du passé. Ce fil logique de ses travaux, avec notamment la prostituée et cet imaginaire olfactif, vont le pousser à étudier ce qui est également vrai pour les autres types sociaux : les élites du XIXe siècle cherchaient à se désodoriser pour se distinguer du peuple, de se distinguer de cette « marais humaine », la gestion de l'odorat permet de se distinguer. Au XIXe siècle, la désignation péjorative s'accompagne très souvent en effet de références olfactives[2].

L'ouvrage[modifier | modifier le code]

L'auteur s'y intéresse à ce qu'il nomme la « révolution olfactive » et explique que l’odorat est un « construit social » qui s'est lentement transformé au fil de l'histoire. Alain Corbin montre comment les représentations des élites - et notamment des savants - ainsi que celles du peuple vont se répercuter sur les grands principes qui régissent l'urbanisme. Les rues du XVIIIe siècle sont en effet connues pour leur fétidité. L'eau suscite la méfiance ; les médecins l'associent à la notion de malsain. On pense alors que les individus sont gouvernés par leurs « humeurs ». La puissance des odeurs corporelles est supposée témoigner de la vigueur des individus. Prisons, hôpitaux mais aussi tribunaux ou casernes incarnent alors l'insalubrité.
L'auteur explique que le « seuil de tolérance » aux odeurs va évoluer, notamment sous l'effet de l'émergence d'une nouvelle perception des odeurs très clivée socialement. C'est l'époque où naissent les premières théories hygiénistes qui visent à « purifier » les villes en permettant à l'eau et à l'air de mieux circuler et d'emporter avec eux détritus et miasmes. C'est également la période durant laquelle on cherche à dé-densifier les villes en « dés-entassant » les hommes. On tente de « dés-odoriser » la sphère publique en se focalisant sur la puanteur supposée des plus pauvres de leurs habitants.

Au XIXe siècle, un tournant s'opère. On n'amalgame plus les mauvaises odeurs et le peuple. On considère au contraire que la salubrité urbaine est le produit de celle de la population dans sa globalité. La bourgeoisie crée de nouveaux codes, valorisant les parfums discrets. Une épidémie de choléra, en 1832, fait toutefois renaître l'idée selon laquelle les classes défavorisées seraient des vecteurs de maladies et de puanteur. Un mouvement d'inspection sanitaire et sociale est créé.

Le XXe siècle marque enfin l'entrée dans un relatif « silence olfactif » : c'est la discrétion voire l'absence totale d'odeur qui est à présent recherchée.

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mon village natal se nomme Lonlay-l’Abbaye », raconte Alain Corbin. [Archives Réforme (page consultée le 31 août 2010)]
  2. Entretien France Culture avec Laure Adler, émission Hors Champs http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-10-11-alain-corbin-2010-09-02
  3. Laurent Lemire, "Le Nouvel Observateur" du 13/10/2011., « Chéri, fais-moi mâle! », sur http://bibliobs.nouvelobs.com,‎ 17/10/2011 (consulté en 17/10/2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]