Destroyers for Bases Agreement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Destroyers for Bases Agreement est un accord signé entre les États-Unis et le Royaume-Uni le 2 septembre 1940 visant à transférer cinquante destroyers de l'United States Navy en échange de droits fonciers sur des possessions britanniques. Les destroyers forment la classe Town en prenant des noms de villes communes aux deux pays.

Contexte[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale débute en septembre 1939. Après l'intermède de la drôle de guerre, la France, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Belgique sont rapidement envahis après la Blitzkrieg allemande. Après la bataille de France en mai 1940, le Royaume-Uni se trouve seul contre l'Allemagne.

Malgré un certaine sympathie devant la détresse du Royaume-Uni, l'opinion publique américaine plébiscite l'isolationnisme pour éviter d'impliquer le pays dans « another European war » (une autre guerre européenne). Reflétant ce sentiment, le Congrès signe des actes de neutralité trois ans avant le début du conflit. Enfin, le président Franklin Delano Roosevelt est contraint par la prochaine élection présidentielle en 1940, ses détracteurs cherchant à le dépeindre comme étant pro-guerre.

Fin mai, après l'évacuation des forces britanniques de Dunkerque, en France, au cours de l'opération Dynamo, la Royal Navy a un besoin immédiat de navires, d'autant plus qu'elle doit maintenant fournir un effort considérable pour mener la bataille de l'Atlantique. Les U-boote allemands exercent une pression croissante sur les approvisionnements en ressources essentielles à l'effort de guerre britannique.

Les troupes allemandes progressent rapidement en France et beaucoup, dans le gouvernement américain, sont convaincus que la défaite de la France et du Royaume-Uni est imminente. Les États-Unis, par le biais de l'ambassadeur britannique Philip Kerr, font une proposition au Royaume-Uni de bail pour des terrains d'aviation à Trinidad, aux Bermudes et à Terre-Neuve. Le Premier ministre britannique Winston Churchill rejette d'abord l'offre le 27 mai, dans la mesure où le Royaume-Uni ne reçoit rien immédiatement en échange. Le 1er juin, alors que la défaite de la France est certaine, le président Roosevelt contourne l'acte de neutralité de son pays en proposant un « surplus » de plusieurs millions de munitions et d'armes américaines, et autorisant leur envoi vers le Royaume-Uni. Mais Roosevelt rejette les demandes de Churchill pour les destroyers.

En août, tandis que le Royaume-Uni se trouve seul face à l'Allemagne, l'ambassadeur américain Joseph Patrick Kennedy rapporte de Londres qu'une défaite britannique est « inévitable ». Cherchant à convaincre Roosevelt de céder des destroyers, Churchill avertit Roosevelt que si le Royaume-Uni est vaincu, ses îles coloniales près des côtes américaines pourrait devenir une menace directe pour l'Amérique si elles tombaient aux mains des Allemands.

L'accord[modifier | modifier le code]

Le 2 septembre 1940, alors que la bataille d'Angleterre s'intensifie, le Secrétaire d'État américain Cordell Hull signe un accord pour le transfert des navires de guerre à la Royal Navy qui commence dès le lendemain. En échange, les États-Unis se voient accorder des terrains dans diverses possessions britanniques pour l'établissement de bases navales ou aériennes, se forme de baux pour une durée de 99 ans avec loyer gratuit. Il s'agit de terrains se trouvant :

L'accord permet aussi aux forces américaines de créer des bases navales et aériennes :

Aucun destroyer n'est reçu en échange des bases dans les Bermudes et Terre-Neuve. Les deux territoires sont vitaux pour les transports de marchandises outre-Atlantique, ces bases permettent de sécuriser en partie ces transports lors de la bataille de l'Atlantique. Bien qu'une attaque ennemie soit peu probable, elle ne peut pas être écartée, le Royaume-Uni est contraint de maintenir des forces défensives, y compris une garnison aux Bermudes. La transaction a permis au Royaume-Uni qu'une grande-partie de la défense des Bermudes passe sous la responsabilité des États-Unis, libérant ainsi les forces britanniques redéployées sur des théâtres d'opérations plus importants.

La Royal Air Force et la Fleet Air Arm maintiennent toutes deux des bases aux Bermudes au début de la guerre, néanmoins seuls des hydravions s'y trouvent.

Les bases[modifier | modifier le code]

une base aéronavale à Crabbs Peninsula ;
une base de l'armée de l'air Coolidge Army Airfield devenant plus tard le VC Bird International Airport (fermée en 1949).
une base de l'armée de l'air Atkinson Aerodrome devenant plus tard le Cheddi Jagan International Airport (fermée en 1949)
une base pour hydravions près de Suddie.
une base de l'armée de l'air Vernam Air Force Base (fermée en 1949)
une base aéronavale à (Little Goat Island) et des installations portuaires à Port Royal
une base de l'armée de l'air devenant plus tard le Hewanorra International Airport (fermée en 1949)
une base aéronavale à Gros Islet Bay
Ne fait pas partie de l'échange, mais les États-Unis reçoivent des bases ici gratuitement, en plus des bases faisant partie de l'échange. La base navale américaine de commandement est établie en 1940, fonctionnant comme une base pour hydravion de base jusqu'en 1965. Transférée à la marine américaine en 1970, elle a fonctionné jusqu'à sa fermeture en 1995
Plusieurs bases de l'armée de l'air :
Pepperrell Airfield (fermée en août 1961)
Goose Bay Army Airfield (rétrocédée aux forces canadiennes en juillet 1976)
Stephenville Army Airfield (fermée en décembre 1966)
McAndrew Airfield (transférée à l'US Navy en 1955)
une base aéronavale
Naval Station Argentia (fermée en 1994)
Plusieurs bases de la Marine et de l'Armée en appui de ce qui précède.
Deux bases de l'armée de l'air :
Waller Army Airfield (fermée en 1949)
Carlsen Army Airfield (fermée en 1949)
Une base d'opérations navales, une base aéronavale, une base pour dirigeable et une station radio

Les destroyers[modifier | modifier le code]

Ces navires ont été construits entre 1917 et 1920.

No Nom Classe Service
01 USS Craven (DD-70) (en) Caldwell (en) Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Lewes. Sabordé le 12 octobre 1945
02 USS Conner (DD-72) (en) Caldwell Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Leeds. Désarmé en 1947
03 USS Stockton (DD-73) (en) Caldwell Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Ludlow. Coulé comme cible en 1945
04 USS Wickes (DD-75) (en) Wickes (en) Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Montgomery. Désarmé en 1945
05 USS Philip (DD-76) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Lancaster. Désarmé en 1947
06 USS Evans (DD-78) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Mansfield. Désarmé en 1945
07 USS Sigourney (DD-81) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Newport. Désarmé en 1947
08 USS Robinson (DD-88) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Newmarket. Désarmé en 1945
09 USS Ringgold (DD-89) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Newark. Désarmé en 1947
10 USS Fairfax (DD-93) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Richmond. A l'URSS en 1944. Renommé Zhivuchiy. Désarmé en 1949
11 USS Williams (DD-108) (en) Wickes Pour le Canada. Renommé HMCS St. Clair. Echoué en 1946
12 USS Twiggs (DD-127) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Leamington. A l'URSS en 1944. Renommé Zhguchiy. Désarmé en 1951
13 USS Buchanan (DD-131) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Campbeltown. Volontairement détruit lors de l' Opération Chariot (raid de Saint-Nazaire) le 28 mars 1942
14 USS Aaron Ward (DD-132) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Castleton. Désarmé en 1947
15 USS Hale (DD-133) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Caldwell. Désarmé en 1944
16 USS Crowninshield (DD-134) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Chelsea. A l'URSS en 1944. Renommé Derzkiy. Désarmé en 1949
17 USS Tillman (DD-135) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Wells. Désarmé en 1945
18 USS Claxton (DD-140) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Salisbury. Désarmé en 1944
19 USS Yarnall (DD-143) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Lincoln. Au Canada en 1942. Renommé HMCS Lincoln. A l'URSS en 1944. Renommé Druzhny. Désarmé en 1952
20 USS Thatcher (DD-162) (en) Wickes Pour le Canada. Renommé HMCS Niagara. Ferraillé en 1946
21 USS Cowell (DD-167) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Brighton. A l'URSS en 1944. Renommé Zharkiy. Retourné au Royaume-Uni in 1949 et ferraillé
22 USS Maddox (DD-168) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Georgetown. A l'URSS en 1944. Renommé Doblestny. Désarmé en 1949
23 USS Foote (DD-169) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Roxborough. To USSR in 1944. Renommé Zhostkiy. Returned Pour le Royaume-Uni in 1949 and Désarmé en 1952
24 USS Kalk (DD-170) (en) Wickes Pour le Canada. Renommé HMCS Hamilton. Désarmé en 1945
25 USS Mackenzie (DD-175) (en) Wickes Pour le Canada. Renommé HMCS Annapolis. Désarmé en 1945
26 USS Hopewell (DD-181) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Bath. Coulé par l' U-204 (en) le 19 août 1941
27 USS Thomas (DD-182) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS St. Albans. A l'URSS en 1944. Renommé Dostoyny. Désarmé en 1949
28 USS Haraden (DD-183) (en) Wickes Initialement pour le Royaume-Uni ensuite pour le Canada. Nommé d'abord HMS Columbia puis HMCS Columbia. Désarmé en 1945
29 USS Abbot (DD-184) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Charlestown. Désarmé en 1947
30 USS Doran (DD-185) (en) Wickes Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS St. Marys. Désarmé en 1945
31 USS Satterlee (DD-190) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Belmont. Coulé par l' U-82 (en) le 31 janvier 1942
32 USS Mason (DD-191) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Broadwater. Coulé par l' U-101 (en) le 18 octobre 1941
33 USS Abel P Upshur (DD-193) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Clare. Désarmé en 1945
34 USS Hunt (DD-194) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Broadway. Désarmé en 1947
35 USS Welborn C Wood (DD-195) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Chesterfield. Désarmé en 1947
36 USS Branch (DD-197) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Beverley. Coulé par l' U-188 (en) le 11 avril 1943
37 USS Herndon (DD-198) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Churchill. A l'URSS en 1944. Renommé Deyatelny. Coulé le 16 janvier 1945 dans des circonstances incertaines
38 USS McCook (DD-252) (en) Clemson Pour le Canada. Renommé HMCS St. Croix. Coulé par l' U-952 (en) le 20 septembre 1943
39 USS McCalla (DD-253) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Stanley. Coulé par l' U-574 (en) le 18 décembre 1941
40 USS Rodgers (DD-254) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Sherwood. Coulé comme cible en 1945
41 USS Bancroft (DD-256) (en) Clemson Pour le Canada. Renommé HMCS St. Francis. Echoué en 1945 pendant sa route vers le ferraillage
42 USS Welles (DD-257) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Cameron. Irrémédiablement endommagé lors d'un raid aérien à Portsmouth le 5 décembre 1940
43 USS Aulick (DD-258) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Burnham. Désarmé en 1947
44 USS Laub (DD-263) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Burwell. Désarmé en 1947
45 USS McLanahan (DD-264) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Bradford. Désarmé en 1946
46 USS Edwards (DD-265) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Buxton. Au Canada en 1943. Renommé HMCS Buxton. Désarmé en 1946
47 USS Shubrick (DD-268) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Ripley. Désarmé en 1945
48 USS Bailey (DD-269) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Reading. Désarmé en 1945
49 USS Swasey (DD-273) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Rockingham. Toucha une mine le 27 septembre 1944, coula pendant son remorquage
50 USS Meade (DD-274) (en) Clemson Pour le Royaume-Uni. Renommé HMS Ramsey. Désarmé en 1947

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]