DHC-6 Twin Otter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
DHC-6 Twin Otter
Vue de l'avion.
Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : Canada De Havilland Canada
Équipage 1
Premier vol 20 mai 1965
Mise en service novembre 1965
Dimensions
Longueur 15,77 m
Envergure 19,8 m
Hauteur 5,9 m
Aire alaire 39 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 3,363 t
Max. au décollage 5,67 t
Passagers 20 (série 300)
Fret 900 kg
Motorisation
Moteurs 2 Pratt & Whitney Canada PT6A-20
Performances
Vitesse maximale 338 km/h
Autonomie 1 705 km
Plafond 8 140 m
Vitesse ascensionnelle 8,1 m/s

Le DHC-6 Twin Otter de De Havilland Canada est un avion ADAC monoplan utilitaire.

De Havilland Canada fait évoluer le DHC-3 Otter à partir de 1964 pour créer le DHC-6, plus grand et équipé de deux turbopropulseurs Pratt & Whitney de type PT-6 sur les ailes. Comme son prédécesseur, le DHC-6 est très polyvalent et peut être équipé soit de roues, soit de skis, soit de flotteurs. Il fut produit à 844 exemplaires de 1965 à 1988.

Il est utilisé, entre autres, par la DGSE, plus exactement par le GAM 56, pour l'entraînement et le largage de ses parachutistes.

Premier vol du Twin Otter série 400 le 1er octobre 2008


Nouvelle version[modifier | modifier le code]

La demande de ce type d'avion étant constante, De Havilland envisage une motorisation plus puissante, mais n'y donne pas suite. C'est finalement la société Viking Air de Victoria, filiale de l'entreprise d'investissement Westerkirk Capital, qui a racheté les liasses de certification et un certain nombre d'outils de production des séries DHC-1 à DHC-7 à De Havilland en 2007, qui a réalisé une nouvelle version : le DHC-6 Twin Otter 400.

Équipée de moteurs Pratt & Whitney PT6A-34, de flotteurs amphibies Wipline 13000 et d'une avionique modernisée Honeywell Apex, cette nouvelle version a fait son premier vol le 1er octobre 2008. Vicking prévoyait sa certification pour janvier 2010 au plus tard[1], et sous réserve de la certification de Transports Canada, la première livraison devait être faite à l'exploitant suisse Zimex en juin 2010[2].

Le 6 mai 2010, 52 appareils (43 civils et 9 militaires, dont 3 pour l'armée de terre américaine et 6 pour la marine vietnamienne) avaient été commandés[3].

Accidents[modifier | modifier le code]

  • Le 24 mars 2001, à 20 h 28 (UTC), un avion DHC-6-300 immatriculé F-OGES de la compagnie Air Caraïbes, effectuant le vol TX 1501 entre les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, part brusquement en virage à gauche à grande inclinaison, pique vers le sol et s'écrase près de l'aéroport Gustaf III à proximité d'une maison qui s'embrase[4]. Le bilan est de 20 morts dont une personne au sol. Le 15 septembre 2006, la compagnie et son directeur des opérations aériennes sont jugés responsables de l'accident pour « violation manifestement délibérée », en l'espèce pour avoir associé un pilote et un copilote qui n'avaient, ni l'un ni l'autre, l'expérience suffisante pour piloter l'appareil[5].
  • Le 6 mai 2007 un DHC-6 de l'armée française au service de la Force multinationale et observateurs au Sinaï s'écrase dans le Sinaï faisant 9 morts dont un canadien et 8 français.
  • Le 9 août 2007, le vol Air Moorea 1121 s'écrase peu après son décollage de Moorea : les 19 passagers et le pilote sont tués.
  • Le 16 février 2014, un Twin Otter 300 de Nepal Airlines s'écrase. Il n'y a aucun survivant parmi les 18 occupants de l'appareil[6] [7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué de Viking Air.
  2. Brent Jang, « The rebirth of a Canadian icon », sur http://www.theglobeandmail.com/,‎ 14 mai 2010 (consulté le 28 septembre 2012).
  3. (fr) Le Vietnam commande six DHC-6 « marine », Wair, 6 mai 2010
  4. « St Barth: le crash du col de la Tourmente », sur crashdehabsheim.net (consulté le 20 avril 2013)
  5. « Crash de Saint-Barthélémy : il y aura appel », sur Journal des accidents et des catastrophes (consulté le 8 août 2010)
  6. (en)[1]
  7. (en)[2]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :