Air Caraïbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Air Caraïbes

Logo de cette compagnie
AITA OACI Indicatif d'appel
TX FWI French West
Repères historiques
Date de création 1998
Généralités
Basée à Aéroport Guadeloupe - Pôle Caraïbes
Autres bases Aéroport de Martinique Aimé Césaire
Programme de fidélité Préférence
Taille de la flotte 8
Nombre de destinations 12 principales + 17 avec code-share tgvair
Siège social Les Abymes[1]
Société mère Groupe Dubreuil
Filiales Air Caraïbes Atlantique et Air Caraïbes Industries
Effectif 850 (2013)
Dirigeants Jean-Paul Dubreuil (Président du Conseil de Surveillance)
Marc Rochet (Président d’Air Caraïbes Atlantique et président du Directoire)
Site web www.aircaraibes.com
Données financières
Chiffre d'affaires 336 millions d'euros (2012)
Résultat net 6,9 millions d'euros (2012)
Airbus A330-300 de la compagnie
Cabine d'un Airbus A330 d'Air Caraïbes
ATR 72-500 d'Air Caraïbes

Air Caraïbes (code IATA : TX code OACI : FWI : indicatif radio : French West) est une compagnie aérienne régulière française spécialiste des Antilles et de la Guyane.

Elle dessert les principaux aéroports des Caraïbes : Guadeloupe, Guyane, Martinique, Saint-Martin, Haïti. Air Caraïbes dessert aussi la République dominicaine, Saint-Barthélemy et Sainte-Lucie. La compagnie aérienne a élargi ses dessertes et propose depuis 2003, des vols transatlantiques réguliers au départ de Paris Orly. Air Caraïbes appartient au groupe Dubreuil et possède la certification IOSA de l'IATA.

Présentation[modifier | modifier le code]

Air Caraïbes a été fondée en 2000 afin de desservir les départements français des Caraïbes. Appartenant au groupe familial vendéen Dubreuil, elle est le résultat de la fusion des compagnies régionales Air Guadeloupe, Air Martinique, Air Saint-Martin et Air Saint-Barthélemy. Le siège est basé aux Abymes en Guadeloupe.

Le 12 décembre 2003, la compagnie s'est lancée dans les vols transatlantiques et offre des vols réguliers depuis Paris-Orly Sud vers Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Fort-de-France (Martinique), Cayenne (Guyane), Saint-Martin et Port-au-Prince (Haïti). Elle a poursuivi sa croissance le 15 décembre 2008 avec l’ouverture de la ligne direct Paris Orly - Cayenne (Guyane).

En septembre 2009, Air Caraïbes signe un partenariat avec la SNCF en proposant le produit TGV AIR (train + navette + billet d’avion).

Depuis le 12 décembre 2009, la compagnie propose des vols directs pour Saint-Martin (Juliana) et Port-au-Prince (Haïti). À travers son réseau moyen et court courrier, elle permet également aux passagers de voyager vers Saint-Domingue (République dominicaine), Saint-Barthélemy et Sainte-Lucie.

En décembre 2011, Air Caraïbes a reçu son cinquième Airbus A330 doté de la nouvelle Classe Madras (Affaires) équipé de 18 sièges coques espacés de 1,47 mètre. Avec ce nouvel appareil, Air Caraïbes renforcera les vols en période de pointe.

En mars 2012, Air Caraïbes et Corsair annoncent leur accord de partenariat (code-share) afin d'offrir plus de fréquences et de flexibilité vers Pointe à Pitre (Guadeloupe) et Fort-de-France (Martinique) applicable en classe Soleil (classe économique) à partir du 1er mai 2012 et à partir du 10 septembre 2012 en classe Madras (classe Affaires) . Cependant cette offre code-share n'est pas proposée en classe Caraïbes (économique Premium ).

À partir du 18 décembre 2012, cet accord prend une nouvelle tournure avec une extension vers les autres lignes domiennes des Caraïbes (exploitées par Air Caraïbes) et de l’Océan indien ( exploitées par Corsair ) . Exemple : un client peut acheter directement chez Air Caraïbes un billet Port-au-Prince - Saint-Denis ( de la Réunion ) ou chez Corsair un billet St Denis - Cayenne, il empruntera alors les deux compagnies en changeant de vol à Paris-Orly Sud et n'aura pas besoin de réenregistrer ses bagages.

Dates clés[modifier | modifier le code]

Destinations[modifier | modifier le code]

Air Caraïbes dessert des destinations en long, moyen et court-courrier :

Caraïbe[modifier | modifier le code]

Amériques[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Flotte[modifier | modifier le code]

Avion Motorisation En service Commandés Nombres de passagers Notes
ATR 72-500 P&W-C PW127F 3 0 70
Airbus A330-200 P&W PW4168A 1 0 324 Cet avion sera reconfiguré a partir du 13/12/14. Il aura une capacité de 315 sièges et sera désormais en bi-classe Madras/Soleil.
Airbus A330-300 P&W PW4168A 4 0 355
Airbus A350-900 ~ 0 3 387 Ces avions seront acquis en location auprès d'ILFC.
Airbus A350-1000 ~ 0 3 439


Pour les vols long-courrier, la compagnie dispose de quatre Airbus A330-300 F-ORLY (2006) F-OONE (2008) F-GOTO (2009) F-HPTP (2011) fraîchement reçu le 25 novembre et d'un Airbus A330-200 F-OFDF (2003). Ils servent pour les lignes au départ de Paris-Orly-Sud vers la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, ainsi que Saint-Martin, Saint-Domingue et Port-au-Prince. Avec l'Airbus A330-200, Air Caraïbes a rejoint depuis le 10 décembre Saint-Martin Juliana en vol direct 3 fois par semaine et 2 fois par semaine Port-au-Prince.

Pour les vols régionaux, Air Caraïbes possède trois ATR 72-500 immatriculés F-OIJH, F-OIXL et F-OIJK. Les 3 ATR 72-500 de la compagnie sont utilisés en priorité à la desserte des vols entre Pointe-à-Pitre et Fort-de-France, Saint-Martin, Saint-Domingue, Port-au-Prince et Sainte-Lucie. De plus un Cessna 208 Grand Caravan est utilisé pour les vols court-courrier vers Saint Martin depuis Saint Barthélémy et inversement.

La compagnie a commandé 3 Airbus A350-1000 qui doivent être livrés à partir de 2017 et a signé un contrat de location pour 3 Airbus A350-900 supplémentaire livrable à partir de décembre 2016. Elle a également commandé un ATR 72-600 qui devait être livré en octobre 2013, mais la livraison a été repoussée, la compagnie n'ayant pas recu de défiscalisation.

L'un des deux Airbus A330-200 (F-OPTP) de la compagnie a été vendu à l'armée de l'air française en 2010 et a été transformé pour devenir le nouvel avion présidentiel français (F-RARF).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Crash du 24 Mars 2001[modifier | modifier le code]

Le 24 mars 2001, à 20 h 28 min (UTC), un avion de la compagnie, le De Havilland Canada DHC-6-300 "Twin Otter", immatriculé F-OGES, effectuant le vol TX 1501 entre les îles de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, distantes de 35 km, alors qu'il est en approche finale au col de la Tourmente, part brusquement en virage à gauche à grande inclinaison, pique vers le sol et s'écrase près de l'aéroport Gustaf III à proximité d'une maison qui s'embrase[2]. De nombreux témoins, parmi lesquels des professionnels de l’Aviation Civile en exercice ou retraités, décrivent des positions et des mouvements du F-OGES permettant de reproduire en partie la phase terminale de vol : l'approche semble plus basse que celles qu’ils ont l’habitude de voir, puis l’avion part en virage à gauche et à piquer. La découpe faite par les ailes dans la végétation a permis de déterminer que l’avion a percuté le sol avec une assiette à piquer de l’ordre de 60° et une inclinaison à gauche. Le crash cause la mort des deux pilotes, des dix-sept passagers et du propriétaire de l'habitation[3].

Le 15 septembre 2006, la compagnie et son directeur des opérations aériennes sont jugés responsables de l'accident pour « violation manifestement délibérée », en l'espèce pour avoir associé un pilote et un copilote qui n'avaient, ni l'un ni l'autre, l'expérience suffisante pour piloter l'appareil[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mentions Légales » (consulté le 17 juillet 2012)
  2. St Barth: le crash du col de la Tourmente (12 photos, une carte avec trajectoire reconstituée de l'avion, un document BEA) http://www.crashdehabsheim.net/autre%20crash%20st%20barth.htm
  3. "Accident survenu le 24 mars 2001 sur l’île de Saint-Barthélemy (971) au DHC-6-300 « Twin-Otter » immatriculé F-OGES exploité par Caraïbes Air Transport" (in French). Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la Sécurité de l'Aviation Civile, October 7, 2001.
  4. « Crash de Saint-Barthélémy : il y aura appel », sur Journal des accidents et des catastrophes (consulté le 8 août 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]