Culture indienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le sultan de Golconde, Abul Hasan Qutb Shah,
Aquarelle et or sur papier, 1672-80

Cinéma indien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cinéma indien.

L'industrie cinématographique indienne est la plus prolifique du monde. Son fleuron est constitué par la production de Bollywood (nom dérivé de Bombay, ancienne dénomination de Mumbai), dont les studios sont situés dans la capitale de l'État du Maharashtra, et qui réalisent principalement des films commerciaux en hindi. L'industrie est également importante dans la région de Kolkata (Calcutta), de Chennai (Madras), et au Kerala. Il existe ainsi une production non négligeable de films en telugu, en kannada, en malayalam, en tamoul, en bengali ou en marathi. Le cinéma est un art et une distraction particulièrement populaire en Inde : quels que soient l'âge, le sexe, la caste, l'origine sociale ou géographique des Indiens, ces derniers fréquentent massivement les salles de cinéma. Les acteurs les plus connus jouissent ainsi d'un prestige inégalé dans nos sociétés, et les liens entre l'industrie du film et la politique sont parfois très étroits. Ainsi, certains acteurs ont occupé des postes gouvernementaux importants, comme M. G. Ramachandran, acteur tamoul populaire devenu premier ministre de l'État du Tamil Nadu[1].

En marge de cette production de masse parfois très stéréotypée, il existe également un cinéma d'auteur, dont le représentant le plus connu hors des frontières de l'Inde est le bengali Satyajit Ray. On peut également citer parmi les réalisateurs classiques Guru Dutt, Raj Kapoor (également acteur) et Adoor Gopalakrishnan.

Parmi les réalisateurs contemporains émergent Mira Nair, figure de proue du cinéma indien indépendant, qui a obtenu plusieurs récompenses internationales dont un Lion d'Or à Venise en 2001. Ses films sont travaillés par le thème de l'exil et de la fracture entre les générations, ou de la sexualité féminine et de sa censure. Sur un mode plus léger, Karan Johar, issu d'une famille de réalisateurs de Bollywood, possède sa propre société de production et tente de renouveler les codes du genre en introduisant des thèmes de réflexion sur les mœurs familiales en mutation dans ses intrigues par ailleurs très représentatives du cinéma commercial produit à Mumbai.

Philosophies indiennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Philosophie indienne.

Musique indienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique indienne.

Littérature indienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Littérature indienne.

Théâtre indien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théâtre indien.

Gastronomie indienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cuisine indienne.

Art indien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Art du monde indien.

Architecture indienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Architecture indienne.

Influence culturelle de l'Inde[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lequeret, Élisabeth, « En Inde, la religion du cinéma », Le Monde diplomatique, août 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Carol E. Henderson, Culture and Customs of India, ABC-CLIO/Greenwood, 2002, 240 p. (ISBN 978-0-31307-669-5)